Skip to main content
All Posts By

williambesson

pucerons

Comment se débarrasser des pucerons ?

By chez soi, Maison, Plantes et Jardin

Comment se débarrasser des pucerons ?

pucerons

Les pucerons sont bien connus de tous les jardiniers, en herbe comme confirmés ! Chaque année, ces petits insectes envahissent nos plantations : potager, arbres fruitiers, rosiers, fleurs… Comme si cela ne suffisait pas, les pucerons s’attaquent à nos jardins à plusieurs espèces. Comment s’en débarrasser de manière naturelle, sans mauvais impact sur l’environnement ? Nous vous livrons toutes nos astuces ! 




Comment reconnaître les pucerons ?

Les pucerons, malgré leur très petite taille, sont facilement visibles à l’œil nu. En général, ils font environ 2 mm et peuvent être de diverses couleurs : verts, rouges, noirs, jaunes… Ils vivent en colonie et se cachent sous les feuilles des plantes ou le long de leur tige. 

À noter que certaines plantes (comme les haricots, melons, tomates, framboisiers, groseilliers et pommiers par exemple) peuvent abriter en même temps plusieurs sortes de pucerons.

Assez discrets, ce sont en général les dégâts qu’ils infligent aux plantes qui font qu’on les remarque ! 

Pourquoi faut-il se débarrasser des pucerons ?

Si le puceron est autant perçu comme un indésirable, c’est parce qu’il peut infliger de nombreux dégâts aux plantes : jaunissement, feuilles qui se recroquevillent ou qui chutent beaucoup trop tôt, déformations des plantes, dessèchement des pousses…

Les pucerons se nourrissent en effet de la sève des plantes, ce qui les assèche et a tendance à épuiser leurs ressources.  Comme ils sont particulièrement friands des jeunes pousses et des feuilles, ils les transpercent pour avoir accès au suc, ce qui affaiblit la plante de manière générale.

De plus, la salive des pucerons est toxique et irritante, ce qui abîme les végétaux. Enfin, les pucerons exècrent une substance, le miellat, qui non seulement attire les fourmis et les guêpes, mais est aussi particulièrement propice au développement de la fumagine, un champignon fort nuisible !  

Qu’est-ce qui attire les pucerons ?

Le principal facteur de développement des pucerons est l’excès d’azote. En d’autres termes, essayez d’éviter le plus possible les engrais industriels très azotés, ou bien, le cas échéant, veillez à ce que votre compost naturel soit bien équilibré.

À noter que les pucerons sont actifs au printemps et en été, non en hiver.

6 astuces naturelles pour se débarrasser des pucerons

Il existe de nombreuses façons de se débarrasser des pucerons, sans pour autant recourir à des produits et des insecticides nocifs pour la santé et pour l’environnement. Voici un petit tour d’horizon des solutions possibles !

Avant de commencer, veillez à bien vous assurer que les insectes dont vous souhaitez vous débarrasser sont bel et bien des pucerons et non d’autres insectes innocents ! 

  1. Miser sur les prédateurs naturels des pucerons

Il y a dans la nature de nombreux insectes qui seront ravis de vous aider à vous débarrasser de ces petites bêtes ! Les coccinelles, les chrysopes (que l’on appelle justement les « lions des pucerons »), les syrphes (qui ressemblent à de petites mouches rayées de jaune et de noir) ou encore les pince-oreilles sont les prédateurs naturels des pucerons. Ils vous aideront à vous en débarrasser de manière 100 % écologique. 

Pour les attirer, il vous suffit de favoriser la biodiversité en plantant des fleurs qu’ils aiment – ou en les laissant pousser : pâquerettes, pissenlit, tanaisie… 

Vous pouvez aussi construire de petits abris pour les aider à passer l’hiver dans votre jardin. Pour les coccinelles par exemple, il vous suffit de disposer des petits tas de feuilles et de branches mortes en divers endroits du jardin, de préférence isolés. 

Pour les pince-oreilles, vous pouvez prendre un pot en terre cuite, que vous percerez au fond et remplirez de paille en veillant à ce que les brins soient bien maintenus dans le pot. Ensuite, vous n’avez plus qu’à déposer cet abri dans une haie ou à même le sol pour que les pince-oreilles viennent s’y réfugier ! Au printemps, vous pourrez déplacer les pots près des endroits où les pucerons ont élu domicile : les pince-oreilles iront les chasser et retourneront ensuite dans leur pot-abri.

  1. Opter pour des plantes répulsives

pucerons plantesPour que cette technique soit efficace, il convient de bien adapter la plante répulsive au type de puceron : 

  • Le puceron noir est partculièrement friand du cerisier, de la fève et du sureau. Pour le faire fuir, vous pouvez vous en remettre à des décoctions à base de tanaisie, d’ail ou bien à du purin d’ortie, de tomate ou de fougère.
  • Le puceron vert, lui, raffole des rosiers et des arbres fruitiers. Le purin d’ortie est très efficace pour le faire fuir une fois que la colonie s’est installée ; si vous souhaitez prévenir l’apparition du puceron, vous pouvez planter de la lavande autour des plantations que vous tenez à protéger.

De manière générale, vous pouvez également miser sur des plantes aromatiques et/ou des fleurs à l’odeur puissante, car les pucerons n’aiment pas les fragrances fortes : aneth, thym, menthe, basilic, anthémis, oeillets d’Inde, soucis, sarriette, absinthe… La capucine aussi est souvent recommandée pour lutter contre les pucerons, mais pas pour les mêmes raisons : en effet, cette plante attire les insectes ; la planter à proximité du potager permettrait de détourner leur attention…

Bon à savoir : si vous choisissez de planter des espèces répulsives, veillez à respecter la compatibilité des différentes plantes. De plus, attention à ne pas les coller aux plantations que vous souhaitez préserver ! Si elles sont trop proches, votre technique risque de ne pas fonctionner.

  1. Utiliser la cendre de bois

Il existe plusieurs façons d’utiliser la cendre de bois contre les pucerons : 

  • En badigeon : récupérez plusieurs grosses poignées de cendres de bois (dans la cheminée ou le barbecue par exemple) et passez-les au tamis pour ne récupérer que les plus fines particules. Ajoutez très peu d’eau et mélangez vigoureusement, jusqu’à ce que le mélange prenne la consistance d’une pâte à crêpes. Utilisez ensuite un pinceau et badigeonnez-en les troncs et les branches des arbres fruitiers. Veillez à bien insister, de manière à ce que la pâte pénètre dans les replis de l’écorce. Ce badigeon, lorsqu’il est appliqué à la bonne période (début mars), permet d’étouffer les œufs de pucerons et de réduire les futures colonies.
  • En projection : récupérez de la cendre fraîche et saupoudrez-en sur les colonies de pucerons afin de les éliminer. Si besoin, n’hésitez pas à renouveler l’opération au bout de quelques jours. Enfin, n’oubliez pas de porter des gants pendant cette opération !

À noter que la projection est particulièrement efficace pour faire fuir les colonies de pucerons déjà installées, tandis que le badigeon est préféré pour prévenir leur apparition.

  1. Récupérer le marc de café

Le marc de café est un allié insoupçonné de nos maisons et jardins ; ses utilisations et bienfaits sont nombreux ! Pour ce qui concerne les pucerons, il vous suffit de récupérer le marc de café dans les capsules ou bien les cafetières. Faites-le sécher, puis répandez-le au pied des plantes à protéger. N’hésitez pas à renouveler régulièrement le marc de café pour qu’il reste efficace.

En plus de tenir à distance les pucerons, le marc de café sert également de répulsif pour les fourmis, les limaces et… Les renards ! Il constitue également un excellent compost et engrais naturel.

  1. Faire appel au vinaigre blanc

L’avantage du vinagre blanc, c’est qu’il est utile contre tous les types de pucerons : verts, noirs, rouges…

Pour l’utiliser, il vous suffit de diluer 2 ou 3 cuillères à soupe de vinaigre dans un litre d’eau, puis, à l’aide d’un pulvérisateur, d’en répandre sur les plantes à protéger matin et soir. 

Attention à bien respecter les doses recommandées et à ne pas abuser de cette solution, sous peine d’abîmer vos plantes ! Le vinaigre blanc est en effet un produit très acide. De même, ne pulvérisez pas votre produit lorsque vos plantes sont au soleil : vous les brûleriez.

  1. Faites confiance au savon noir

En dernier recours, vous pouvez fabriquer une solution avec du savon noir : s’il ne pollue pas l’environnement, il est très efficace pour lutter contre certains insectes car il permet de les asphyxier. 

Mélangez 3 cuillères à soupe de savon noir liquide dans un litre d’eau et mélangez. Pulvérisez ensuite le tout sur les plantes que vous désirez protéger, en insistant particulièrement sur le dessous des feuilles : les pucerons se cachent à cet endroit. Il est conseillé de réitérer l’opération plusieurs jours de suite pour venir à bout de la colonie.

Attention : il est recommandé d’utiliser cette solution en dernier recours, si toutes les autres n’ont pas fonctionné. Le savon noir asphyxie en effet toutes sortes d’insectes, y compris les plus utiles, comme les abeilles ! 

Et pour les plantes d’intérieur, alors ?

Les pucerons se repèrent sur les plantes d’intérieur de la même façon que dans le jardin : les feuilles de vos plantes jaunissent, elles se recroquevillent, sont toutes collantes à cause du miellat. 

Pour éviter l’arrivée des pucerons, veillez à ne pas utiliser trop d’engrais – en cas de besoin, privilégiez les engrais organiques. Évitez aussi de trop arroser et surtout, ne laissez pas d’eau stagner dans les pots. 

Malgré vos précautions, vos plantes d’intérieur sont elles aussi envahies de pucerons ? Pour vous en débarrasser, vous pouvez miser sur les infusions d’ail, le purin d’ortie, le purin de fougère ainsi que sur les solutions à base de savon noir.

Désormais, vous êtes paré(e) pour lutter contre les pucerons ! 

Sources

https://dujardindansmavie.com/conseils-idees/comment-se-debarrasser-des-pucerons/
https://www.mediaseine.fr/jardin/comment-arrivent-pucerons-sur-plantes/
https://monjardinmamaison.maison-travaux.fr/mon-jardin-ma-maison/conseils-jardinage/marc-de-cafe-produit-indispensable-lutter-efficacement-contre-pucerons-336254.html
https://monjardinmamaison.maison-travaux.fr/mon-jardin-ma-maison/conseils-jardinage/decouvrez-lefficacite-vinaigre-blanc-contre-pucerons-335723.html
https://www.ecoconso.be/fr/content/7-astuces-naturelles-pour-se-debarrasser-des-pucerons
https://www.linternaute.fr/bricolage/guide-maison-et-jardin/1411531-pucerons-comment-s-en-debarrasser/
https://www.gammvert.fr/conseils/conseils-de-jardinage/comment-se-debarrasser-des-pucerons

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

romarin

Les bienfaits du romarin pour la santé

By Alimentation, Soins

Les bienfaits du romarin pour la santé

romarin

Les plantes sont connues pour avoir des bienfaits diversifiés sur la santé notamment. Le romarin fait partie de ces plantes qui possèdent une grande panoplie de propriétés. Il peut ainsi être utilisé pour atteindre différents objectifs.




Les bienfaits santé du romain

Les principales actions du romarin sont antimicrobienne, anti-inflammatoire et antimycosique. De plus, le romarin a des propriétés stimulantes sur l’appareil digestif et le foie en particulier. Cette plante soulage les ballonnements et les souffrances abdominales via une action spasmolytique. Ses propriétés diurétiques sont aussi connues. Ainsi, l’eau est éliminée via les reins.

Il peut aussi soulager les problèmes d’hypertension et agit de ce fait sur l’état nerveux lors de cas de fatigue par exemple.

Enfin, la plupart du temps en hiver le romarin soulage les rhumes en décongestionnant les sinus et les voies respiratoires.

L’utilisation du romarin peut être faite en externe ou en interne.

En usage externe, le romarin est utilisé en compresse, lotion, massage, gargarisme, voire en pommade ou en gel. Pour l’usage interne, le romarin peut être consommé en infusion mais aussi en gélules ou en huile de romarin.

Les différentes utilisations du romarin

Le romarin est une plante qui a beaucoup de bienfaits sur la santé mais aussi en cosmétique. Par exemple, l’huile essentielle de romarin possède des propriétés purifiantes et tonifiantes pouvant apaiser les peaux sensibles, et illuminant le teint.

Les peaux matures, les peaux fatiguées, ou celles en manque de tonus sont particulièrement concernées par les actions positives du romarin, notamment sous forme d’hydrolat.

La richesse des antioxydants, des tanins et des flavonoïdes confèrent des propriétés protectrices contre le temps. La microcirculation sanguine est stimulée et les radicaux libres qui entrent dans le processus de vieillissement de la peau sont aussi combattus grâce au romarin. L’épiderme est ainsi nourri, retrouve de la tonicité et de la souplesse.

Pour les peaux mixtes à grasses, le romarin est aussi intéressant. En effet, cette plante est astringente et peut resserrer les pores dilatés en les désobstruant. Une régulation du sébum produit par la peau peut être faite. Grâce aux caractéristiques antiseptiques et anti-inflammatoires, les bactéries prolifèrent beaucoup moins et la peau est ainsi nettoyée parfaitement.

De nombreux types de produits qui contiennent du romarin existent, pour s’adapter aux préférences et exigences de tout le monde : crème, gel nettoyant, sérum anti-imperfections, ou masque purifiant.

Enfin, les cheveux ne sont pas en reste car le romarin possède encore d’autres propriétés. L’hydrolat de romarin peut être utilisé en eau de rinçage qui a pour fonction d’apaiser le cuir chevelu lors d’un excès de sébum, provoquant des pellicules et/ou des cheveux gras. Le romarin régule la production de sébum sur le cuir chevelu comme il le fait pour la peau.

Les vertus du romarin sont nombreuses : antibactériennes, fongicides, anti-inflammatoires, antalgiques, expectorantes, digestives, aide-respiratoires et mucolytique en autres. Il ne suffit plus que de choisir la forme sous laquelle le consommer et vous ressentirez les bienfaits rapidement !

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

assurance habitation

7 questions pour tout savoir sur l’assurance habitation

By chez soi, Maison

7 questions pour tout savoir sur l’assurance habitation

assurance habitation

L’assurance habitation fait partie des divers contrats indispensables au quotidien. Pourtant, elle fait parfois l’objet de questions et d’incompréhensions : s’agit-il d’un contrat obligatoire ? Qui doit souscrire à une assurance habitation ? Quand ? Comment ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance habitation en 7 questions-réponses ! 




Question n°1 : qu’est-ce qu’une assurance habitation exactement ? À quoi ça sert ?

L’assurance habitation est un contrat passé avec un organisme d’assurance, qui permet de vous couvrir en cas de sinistre dans votre logement. Autrement dit, elle vous permet de percevoir des remboursements en cas de dégât dans votre habitation.

Bien sûr, en fonction des différentes options souscrites, un contrat d’assurance habitation peut couvrir plusieurs éléments : 

  • Les dommages qui touchent les biens mobiliers et immobiliers, comme les logements, les dépendances, les quote-parts des parties communes le cas échéant, les installations de loisir, les plantes et végétaux, les bâtiments en cours de construction…
  • La responsabilité civile privée, si vous êtes responsable d’un sinistre qui provoque des dégâts corporels, immatériels et/ou matériels à un tiers ;
  • La responsabilité civile de l’assuré, si un sinistre a lieu dans votre logement (incendie, inondation, explosion, etc.) et cause des dégâts à une tierce personne.

La plupart du temps, les assurances habitation proposées sont multirisques (on parle de MRH). En plus des sinistres, ces types de contrat vous assurent contre les cambriolages, les actes de vandalisme, les catastrophes naturelles… 

Attention : les sommes d’argent en espèce, les biens professionnels, les véhicules ainsi que les titres et valeurs ne sont en principe pas garantis par les contrats multirisques. De même, les garanties concernant les objets de valeur dépendent des contrats d’assurance.

N’hésitez pas à demander à votre assureur un contrat personnalisé parfaitement adapté à vos besoins ! 

Question n°2 : l’assurance habitation est-elle obligatoire ?

Tout dépend de votre situation : 

  • Si vous êtes locataire, alors l’assurance habitation est obligatoire, y compris pour les locataires de logements meublés ;
  • Si vous êtes copropriétaire, alors vous devez au minimum souscrire à une assurance de responsabilité civile envers la copropriété, les tiers, les éventuels locataires et les voisins ;
  • Si vous êtes propriétaire d’une maison individuelle, alors l’assurance habitation n’est pas obligatoire. Attention : si un sinistre responsable survient alors que vous ne possédez pas d’assurance habitation, les dégâts seront à votre charge. Si vous n’êtes pas responsable du sinistre, vous devrez vous-mêmes entamer les démarches nécessaires à l’encontre du responsable.

Question n°3 : qui doit prendre une assurance habitation ?

Encore une fois, tout dépend de votre situation : 

  • Si vous êtes propriétaire occupant ou non-occupant de votre logement, vous n’êtes pas obligé de souscrire à une assurance habitation, à vos risques et périls ;
  • Si vous êtes copropriétaire, vous devez au moins souscrire à une assurance de responsabilité civile. En général, le syndicat se charge de prendre une assurance habitation pour les parties communes ;
  • Si vous êtes en location saisonnière, vous n’êtes là non plus pas obligé de souscrire à une assurance, même si elle est fortement recommandée. Il existe d’ailleurs des contrats d’assurance spécialement adaptés à cette situation ;
  • Si vous êtes locataire d’un logement de fonction, le propriétaire a normalement déjà souscrit à une assurance, que vous pouvez renforcer via un contrat d’assurance de logement individuel.

Question n°4 : quand prendre une assurance habitation ?

Le contrat d’assurance doit entrer en action le jour de la remise des clefs du logement. Autrement dit, vous avez jusqu’à la veille de la signature de l’acte d’achat ou du bail pour y souscrire. Mais attention aux différents délais qui existent : 

  • Le délai de souscription, qui correspond au laps de temps qui s’écoule entre le moment où vous signez le contrat et sa validation par l’organisme d’assurance ;
  • Le délai de carence, qui correspond à une période durant laquelle l’assurance ne fonctionne pas. Il s’agit d’une protection pour la compagnie d’assurance, au cas où une personne aurait souscrit à un contrat en sachant parfaitement qu’un sinistre pourrait arriver très prochainement. Ce délai est fixé par l’assureur. Attention à bien lire les conditions générales d’utilisation !

Question n°5 : quels sont les avantages de l’assurance habitation ?

habitation

Voici une liste non exhaustive des avantages de souscrire à un contrat d’assurance habitation :

  • Percevoir des remboursements pour les dégâts subis par votre logement ;
  • Percevoir des remboursements pour les dégâts subis par les occupants de votre logement ;
  • Vous protéger en cas de dégâts ou de blessures subies par une tierce personne ;
  • Si vous êtes locataire, indemniser le propriétaire en cas de dommage ;
  • Percevoir des remboursements en cas de cambriolage ;
  • Etc.

Sans compter qu’il existe également des garanties optionnelles et complémentaires comme : 

  • Une assistance pour faire face aux divers tracas du quotidien (dépannage plomberie ou électricité, serrurerie, garde d’enfant malade, déménagement…) ;
  • Une aide juridique en cas de litige ;
  • Des solutions de dépannage ou de remplacement en cas de souci matériel (panne d’un appareil électroménager, remplacement d’un meuble abîmé, etc.).

Question n°6 : comment souscrire à une assurance habitation ?

Pour souscrire à un contrat d’assurance habitation, vous devez vous adresser à l’un des organismes suivants : 

  • Une société d’assurance
  • Une banque
  • Un agent général en assurance
  • Un courtier

Bon à savoir : en France, il n’existe aucune règle pour fixer les prix des assurances habitation. Par conséquent, il est recommandé de contacter plusieurs professionnels afin de leur demander différents devis (cette demande est gratuite) et trouver l’offre qui correspond le mieux à vos besoins.

Il faut bien avoir à l’esprit que les propositions d’assurance doivent obligatoirement inclure un document d’information sur les garanties et les tarifs inclus, ainsi qu’un exemplaire du contrat accompagné de tous les annexes nécessaires et d’une notice d’information.

Pensez à bien à vérifier que sur les documents fournis figurent les informations suivantes : 

  • Les limites des garanties ;
  • Les conditions d’application de l’assurance en ce qui concerne les contrats de responsabilité civile ;
  • Les diverses lois qui s’appliquent et les institutions à saisir en cas de litige.

Vous êtes satisfait(e) par le contrat ? Il ne vous reste plus qu’à le signer et à le renvoyer à l’organisme d’assurance choisi. À son tour, celui-ci va vous transmettre un document qui justifie de l’existence du contrat.




Question n°7 : comment bien choisir une assurance habitation ?

Avant même de choisir un contrat d’assurance habitation, vous devez identifier et définir précisément vos besoins. Vivez-vous en rez-de-chaussée, dans un logement susceptible de devoir être assuré contre les bris de glace, possédez-vous des objets de grande valeur que vous souhaitez assurer ? 

Une fois que vous avez bien évalué vos besoins, rapprochez-vous des organismes adéquats. Voici une liste non exhaustive des points auxquels faire attention avant de signer un contrat : 

  • Les plafonds de garantie
  • Les franchises
  • Le tarif des mensualités
  • Les exclusions
  • Le délai de carence
  • Le traitement des biens mobiliers
  • Le traitement des biens immobiliers

Encore une fois, n’hésitez pas à comparer les différentes offres des divers organismes pour trouver la meilleure offre !

Sources

https://www.economie.gouv.fr/particuliers/assurance-habitation#

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

appareil auditif

Que faut-il savoir sur les appareils auditifs ?

By dans le corps, Produits, Soins

Que faut-il savoir sur les appareils auditifs ?

appareil auditif

À quoi correspond un appareil auditif exactement ? Pourquoi utiliser des prothèses ? Quand y avoir recours ? Vous vous posez des questions sur les appareils auditifs pour vous ou pour l’un de vos proches ? Juste Bien y répond !  




Qu’est-ce qu’un appareil auditif exactement ?

Il existe trois grands types d’appareils auditifs : 

  1. Les appareils intra-auriculaires : ce sont les aides les plus courantes. Discrètes et confortables, ils s’insèrent directement dans le conduit de l’oreille, et sont particulièrement recommandés pour les personnes qui sont sujettes à des pertes de l’audition légères ou moyennes. 
  2. Les appareils auditifs contour d’oreille : de sont des prothèses qui se placent derrière le pavillon de l’oreille. Elles conviennent à tout le monde, et sont notamment indiquées pour les personnes qui souffrent de sévères pertes d’audition.
  3. Les appareils micro-contour d’oreille : ils reprennent le principe des appareils précédents, mais en étant beaucoup plus discrets, puisque l’écouteur se place dans le conduit auditif. Ils sont adaptés aux pertes d’audition aussi bien légères que sévères.

Pourquoi porter un appareil auditif ?

Les raisons d’opter pour les appareils auditifs sont nombreuses ! En voici quelques-unes : 

Pour retrouver une meilleure qualité de vie

La perte d’audition, même lorsqu’elle est très légère, peut rapidement provoquer un effondrement de l’estime de soi. Au travail, en famille, en courses… Les plus petites actions du quotidien peuvent se retrouver gênées par ces soucis de compréhension et de communication ! En conséquence, les personnes malentendantes s’isolent de plus en plus, cessent de pratiquer leurs loisirs – voire renoncent à toute forme de vie sociale. 

Les appareils auditifs permettent de rémédier à cela, puisqu’elles aident à regagner confiance en soi et à maintenir un lien social indispensable, tout en gagnant en confort au quotidien ! 

Pour ralentir le processus de perte d’audition

Plus vous attendez pour porter un appareil auditif, plus la perte d’audition sera importante, et moins les prothèses seront efficaces ! Sans compter que plus la période de perte d’audition a été longue, plus il sera difficile de s’habituer et d’utiliser correctement l’appareil auditif…

Les spécialistes recommandent donc de s’équiper d’un dispositif dès que la perte d’audition a été diagnostiquée.

Pour continuer à comprendre le monde

Lorsque l’on perd l’audition, le cerveau est moins stimulé et moins utilisé. Progressivement, les personnes qui perdent leur capacité à écouter reconnaissent de moins en moins les signaux nécessaires à la compréhension de la parole, mais aussi plus largement aux signaux de communication.

L’apparition de certaines pathologies (comme la maladie d’Alzheimer par exemple) serait même favorisé par la perte d’audition ! 

Porter un appareil auditif permet de continuer à utiliser et à faire travailler le cerveau tous les jours, ce qui aide à ralentir le processus de dégénérescence. 

Pour profiter d’une aide aussi discrète qu’efficace

Exit les vieux sonotones, place aux nouvelles prothèses (presque) invisibles et performantes ! Aujourd’hui, les appareils auditifs sont en effet conçus pour rester discrets, même lorsqu’ils font le tour de l’oreille. Certains vendeurs proposent même des prothèses… Connectées ! Directement reliées à votre smartphone, elles permettent d’écouter de la musique, de téléphoner, et bien plus encore.

Vous souhaitez vous équiper d’un appareil auditif le plus discret possible ? N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel qui saura vous guider au mieux ! 

Quand porter un appareil auditif ?

Vous avez des difficultés à suivre une conversation ? Vous demandez souvent à vos interlocuteurs de répéter leurs phrases ? Vous avez besoin d’augmenter le son de la télévision ou de la radio ? Si oui, ce sont peut être des signes qui indiquent que vous êtes en train de perdre l’audition.

Il est vraiment important de ne pas ignorer ces signaux, car même si la perte d’audition est légère au départ, elle risque de s’accentuer bien plus si elle n’est pas correctement prise en charge ! Il est donc recommandé d’aller consulter un professionnel de l’audition pour procéder à des tests. Vous pouvez choisir d’aller dans un centre spécialisé, chez un ORL, ou bien chez des vendeurs de prothèses auditives (les dépistages y sont souvent gratuits). 

Une fois le test effectué, le professionnel de santé saura vous indiquer la marche à suivre en fonction de vos résultats. Rassurez-vous : même si l’appareillage est fortement recommandé, il n’est pas obligatoire ! C’est vous qui gardez le dernier mot.

Comment financer l’achat d’un appareil auditif ?

Si vous souffrez de perte de l’audition, que vous avez effectué un test chez un professionnel de santé et que vous disposez d’une ordonnance médicale, sachez que l’Assurance Maladie rembourse l’achat des prothèses auditives. Attention : le montant de la prise en charge dépend de votre âge et de votre type de handicap. Pensez donc à bien vous renseigner avant d’acheter.

À bon entendeur ! 

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

aide menage a domicile

4 astuces pour bien préparer la venue de votre aide de ménage à domicile

By Activités, Maison

4 astuces pour bien préparer la venue de votre aide de ménage à domicile

aide menage a domicile

Vous avez décidé de vous lancer et de faire appel à une aide pour votre ménage à domicile ? Juste Bien vous donne tous ses conseils pour bien débuter votre collaboration !




  1. Donnez-lui toutes les informations nécessaires

Pour éviter toute incompréhension, pensez bien à donner à votre aide toutes les informations dont elle pourrait avoir besoin : votre adresse, une manière de vous contacter, mais aussi (le cas échéant) le code de votre interphone, les compléments d’adresse nécessaires…

  1. Préparez le matériel et les produits à utiliser

Pour faire le ménage à votre domicile, votre aide va utiliser vos produits ménagers. Pensez donc à bien les préparer (et à les rendre facilement accessibles). D’ailleurs, c’est l’occasion pour vous de bien contrôler la qualité des produits et des marques utilisées : vous pouvez par exemple opter pour des produits écologiques, des produits sans allergène, des produits 100 % naturels…

Le conseil de Juste Bien : veillez bien à préparer des produits adaptés aux différentes surfaces à nettoyer. On ne peut pas utiliser les mêmes produits ménagers pour laver un sol en carrelage, un meuble en chêne ou un micro-onde !

En ce qui concerne l’équipement à utiliser, vous pouvez dans un premier temps miser sur les essentiels :

  • Aspirateur (dans l’idéal, avec ses différents embouts et avec un sac vide)
  • Éponges (en précisant bien leurs différentes fonctions : vaisselle, toilettes, robinets…)
  • Serpillère
  • Balai
  • Tissus en microfibre pour la poussière

Si votre aide a besoin d’autre chose, vous pourrez en discuter par la suite.

  1. Présentez clairement votre maison

Une fois que l’aide pour votre ménage à domicile est arrivé(e) chez vous, prenez le temps de lui faire faire un tour du logement. Cela vous permettra de lui présenter les différentes pièces pour dresser ensemble un premier état des lieux : point sur les tâches à effectuer, répartition du temps, organisation de l’emploi du temps…

Pensez également à lui préparer une liste précise de vos attentes : quelles sont les tâches absolument indispensables sur lesquelles vous ne pouvez pas transiger ? Au contraire, quels sont les compromis que vous pouvez faire en cas de manque de temps ? Toutes ces informations sont essentielles !

  1. Soyez disponible mais pas étouffant(e)

Lorsqu’une personne vient pour un service de ménage à domicile, il n’est pas toujours facile de savoir comment agir : devez-vous rester chez vous ou bien partir ? Rassurez-vous : il n’existe pas de règle immuable à ce sujet !

Cependant, s’il s’agit de la première fois que vous employez une aide pour votre ménage à domicile, il est conseillé de rester sur place pour l’accueillir et lui présenter la maison – et éventuellement faire un petit bilan au moment du départ (difficultés rencontrées ? Matériel nécessaire ? Etc.).

Enfin, si vous décidez de rester sur place lors de la prestation de ménage, il est recommandé de laisser le professionnel travailler en toute autonomie. S’il rencontre des difficultés, vous serez là pour répondre à ses éventuelles questions !

Alors, prêt(e) à employer une aide de ménage à domicile ?

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Et si vous misiez sur le CBD pour soulager… vos animaux ?

By CBD, Produits, Relaxation, Soins

Et si vous misiez sur le CBD pour soulager… vos animaux?

Depuis 2018, le CBD s’est petit à petit imposé comme un incontournable de nos routines bien-être. Détente et relaxation favorisées, sommeil et appétit retrouvés, douleurs articulaires et musculaires oubliées… Ses bienfaits sont nombreux ! Mais saviez-vous que le CBD peut aussi être utilisé sur vos animaux de compagnie ? Aujourd’hui, Juste Bien vous dévoile tout ce qu’il faut savoir sur le sujet !




Qu’est-ce que le CBD exactement ?

CBD signifie cannabidiol. Il s’agit de l’une des nombreuses substances non psychotropes contenues dans le chanvre – ou cannabis. Le CBD est à distinguer du THC, la partie la plus connue du cannabis, utilisée comme stupéfiant.

Autrement dit, le CBD est une substance parfaitement légale : en 2020, la Cour de justice européenne ayant reconnu que le CBD n’est pas un stupéfiant, toutes sortes de commerces spécialisés dans la vente de ce produit se sont développés partout en Europe.

On peut donc aujourd’hui trouver du CBD sous de nombreuses formes : shampooing, tisanes, e-liquide de cigarette électronique, bonbons, huiles, gélules…

Attention cependant : en France, pour être autorisé, le CBD doit respecter un certain nombre d’exigences légales. Par exemple, tous les produits vendus à base de CBD doivent avoir une teneur en THC inférieure à 0,3 %. 

Si vous souhaitez utiliser des produits à base de CBD, veillez donc à ce qu’ils respectent toutes les lois en vigueur en France !

Quels sont les bienfaits du CBD pour nos animaux ?

Pour nos animaux, les bienfaits du CBD sont les mêmes que pour les humains : 

  • Le CBD lutte contre les douleurs articulaires (arthrite, arthrose)
  • Il soulage les inflammations
  • Il encourage l’activité physique
  • Il aide les animaux à se détendre et à combattre le stress et l’anxiété
  • Il lutte contre l’épilepsie (limite le nombre et la durée des crises)
  • Il aide à soulager les douleurs liées au cancer – en complément d’un traitement approprié
  • Il limite les troubles du comportement
  • Il stimule l’appétit
  • Il lutte sont les troubles du sommeil
  • Il renforce le système immunitaire
  • Et bien plus encore !

Attention : notez bien que le CBD n’est pas un médicament ; ni pour les humains, ni pour les animaux ! Si vous constatez que votre compagnon est malade, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé animale. 

Sous quelles formes peut-on trouver du CBD pour animaux ?

huile cbd chien

Il existe 4 principaux produits à base de CBD recommandés pour les animaux : 

  1. L’huile

Il s’agit du produit le plus fréquemment utilisé pour les animaux. Il est composé d’huile végétale et d’huile de CBD (en général, la teneur en CBD est de 2,5%). L’huile de CBD est principalement utilisée pour aider les animaux stressés à se détendre et à lutter contre le stress et l’anxiété. 

  1. Les friandises

Parfois, certains animaux n’apprécient pas du tout le goût du CBD. Les friandises sont donc une bonne alternative à l’huile, dont le goût est plus fort. Il existe plusieurs saveurs différentes de friandises au CBD : poisson, volailles… De quoi ravir votre compagnon !

Autre avantage : les friandises contiennent déjà une dose définie de CBD ; difficile donc de vous tromper dans la quantité à donner… 

  1. Les sprays

Les sprays alimentaires ont vocation à être pulvérisés sur la nourriture. Ils permettent à votre chat ou à votre chien de profiter des bienfaits du CBD sans en ressentir le goût. Attention à bien respecter le nombre de pulvérisations à effectuer en fonction de l’âge et du poids de votre animal.

  1. Les baumes

Les baumes, enfin, sont principalement utilisés pour leurs vertus réparatrices, hydratantes, apaisantes et anti-inflammatoires. Votre chien souffre de sécheresse de la peau ? Votre chat a les coussinets tout irrités et craquelés ? Le baume au CBD permet de nourrir, réparer et apaiser la peau et les petites blessures cutanées.

Comment administrer du CBD aux animaux ?

Tout dépend du type de produit que vous utilisez : 

  • Si vous avez opté pour l’huile de CBD, vous pouvez directement déposer quelques gouttes dans la gueule de votre animal, ou bien les mélanger à sa nourriture.
  • Si vous avez choisi les friandises, le mieux est de les mélanger aux croquettes de votre animal. Vous pouvez également les lui donner directement.
  • Si vous avez plutôt misé sur les sprays, il vous faudra effectuer plusieurs pulvérisations sur la nourriture de votre animal avant de la lui donner.
  • Si vous préférez les baumes, sachez que vous pouvez en appliquer une dose directement sur la peau de votre animal. Pensez à bien vérifier que les baumes utilisés sont comestibles si votre animal se lèche.

Attention à TOUJOURS respecter les doses et les fréquences recommandées pour ne pas faire de mal à votre animal ! En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel. 

Quelle dose de CBD donner ?

Il n’y a pas de réponse générale à cette question. La dose est à déterminer en fonction : 

  • De l’effet que vous désirez obtenir (que votre animal se détende, qu’il dorme mieux, que ses coussinets soient réparés…)
  • De la taille et du poids de votre animal

Avant de donner du CBD à votre chat, demandez conseil à un vétérinaire professionnel pour être certain(e) qu’il n’y ait pas de contre-indication à la prise de cette substance.

Quelles sont les précautions à prendre pour donner du CBD à un animal ?

Il existe un certain nombre de critères auxquels il faut faire attention avant de donner à votre animal du CBD : 

  • Commencez par de petites doses et, si besoin, augmentez-les très progressivement. Tous les animaux réagissent différemment au CBD, il convient donc de bien adapter les quantités pour ne pas créer de surdosage – qui pourrait être dangereux.
  • Si votre animal est malade, demandez d’abord l’avis d’un professionnel. Encore une fois, le CBD n’est pas un traitement, il ne sert pas à guérir votre animal mais à le soulager.
  • Si votre animal est sous traitement médicamenteux, demandez impérativement conseil à votre médecin. Il peut en effet y avoir des interactions néfastes entre le CBD et certains médicaments.
  • Le CBD est à administrer dans le cadre d’un mode de vie sain et d’une alimentation équilibrée.
  • Évitez au maximum de donner du CBD à des femelles enceintes ou allaitantes.

En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à un vétérinaire ! 

Et vous, aviez-vous déjà donné du CBD à votre animal ?

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

huile de CBD

Huile de CBD : Bienfaits, utilisations et recommandations

By CBD, Dans la tête, dans le corps, Produits, Relaxation, Soins, Sommeil

Huile de CBD : Bienfaits, utilisations et recommandations

huile de CBD

Le sigle CBD ne vous est sans doute pas inconnu. Et pour cause, de plus en plus d’enseignes proposent ce produit issu du cannabis comme CBD paris par exemple. Mais attention, si la culture classique du cannabis reste interdite du fait de ses effets psychotropes, le CBD ou de son vrai nom “Cannabidiol” est quant à  lui tout à fait légal. A la différence du THC, la molécule responsable des effets psychotropes dans le cannabis, le CBD lui ne produit pas d’accoutumance et permet ainsi une utilisation beaucoup moins risquée. 

Dans un monde stressant comme le nôtre, propice au surmenage et autres “burnouts”, le CBD s’est imposé rapidement comme une alternative naturelle aux médicaments. De plus en plus d’études indépendantes viennent confirmer les nombreux atouts de cette molécule.  

On le trouve aujourd’hui sous diverses formes: cosmétiques, résines, fleurs, bonbons, huiles. C’est sous cette dernière forme que nous allons nous attarder. Petit tour d’horizon.




Bienfaits du CBD

Réduction de l’anxiété et du stress

C’est sans doute l’effet le plus connu de cette molécule. En agissant sur les parties du cerveau liées à la production de sérotonine au niveau des neurotransmetteurs, le CBD se comporte comme un anxiolytique naturel aux vertus suivantes :

  • Diminution de l’anxiété et du stress
  • Lutte contre les troubles du sommeil
  • Lutte contre les palpitations cardiaques
  • Antioxydant, effet anti-âge
  • Aide à la récupération musculaire après le sport.
  • Détente musculaire.
  • Apaisement des irritations de la peau

Son action sur le sommeil est sans doute son effet le plus populaire, le CBD favorise l’endormissement et permet de retrouver enfin un sommeil réparateur sans pour autant souffrir de conséquences le jour suivant comme une sensation d’engourdissement ou des pertes de mémoire souvent engendrées par la prise de somnifères classiques.

Il a également été démontré que le CBD aidait les personnes anxieuses ou souffrant de phobies sociales à mieux gérer leur gêne. 

L’huile de CBD et son effet anti-inflammatoire

Un autre effet positif et non des moindres est son action anti-douleur. Contrairement aux médicaments classiques qui ont souvent des effets secondaires types : nausée, dépendance, baisse du système immunitaire, l’huile de CBD se présente comme une solution idéale pour les douleurs articulaires, musculaires et celles liées aux règles et maux de têtes.

Certaines études tendent même à démontrer que le CBD permettrait de soulager ceux et celles qui souffriraient de maladies graves et qui doivent supporter des traitements lourds (chimiothérapie, maladie de Crohn, sclérose en plaques)

Les vertus anti-âge et les soins pour la peau

En plus de son action sur l’esprit, l’huile de CBD peut également avoir une action directement sur le corps et sur la peau. Elle permet par exemple :

  • Une diminution de l’acné
  • Une hydratation intense
  • Une action anti-ride
  • Un renouvellement cellulaire
  • Une régulation du sébum
  • De réduire les rougeurs
  • D’améliorer l’éclat et l’élasticité de la peau
  • De soulager les démangeaisons et autres irritations.
  • D’apporter un soin contre l’eczéma et le psoriasis. 

Existe-t-il des effets secondaires et/ou des précautions à prendre ?

huile de CBD

Même si son utilisation raisonnée ne comporte pas de dangers, il a été rapporté les effets secondaires suivants:

  • Diminution de l’appétit
  • Bouche pâteuse
  • Somnolence
  • Vertiges
  • Migraines

De manière générale, il est important de demander conseil à votre médecin traitant si vous suivez un traitement et que vous souhaitez consommer du CBD. On connaît déjà quelques contre-indications concernant le CBD :

  • Femmes enceintes ou celles qui allaitent.
  • Personnes souffrant de la maladie de Parkinson
  • Troubles cardiaques et cardiovasculaires
  • Troubles artériels

Faîtes preuve de bon sens en respectant les doses prescrites et enfin surtout tenez votre huile hors de la portée des enfants!

Attention il existe un cas où l’utilisation du CBD est totalement à proscrire à savoir les personnes allergiques au pollen Cannabis Sativa L. Ces dernières doivent rester éloignées de ce produit.

Comment consomme-t-on l’huile de CBD ?

La mode de consommation de l’huile le plus courant se fait en déposant quelques gouttes sous la langue. On attend quelques secondes avant d’avaler le tout. C’est le moyen le plus efficace et le plus utilisé pour une bonne assimilation.

Certaines personnes peuvent trouver ce mode d’utilisation assez désagréable. En effet, le goût de l’huile peut sembler assez fort. On leur conseillera de déposer l’huile sur une substance qui va masquer le goût. (morceau de sucre, yaourt, bout de pain …) 

Notez qu’il faudra plus de temps pour que l’huile soit absorbée par l’organisme si vous avez le ventre plein.

Où trouver de l’huile de CBD ?

Parce que l’huile de CBD est légale et ne nécessite aucune ordonnance, on peut en trouver un peu partout. Les boutiques spécialisées se sont démultipliées et évidemment internet permet d’en trouver et de s’en procurer en quelques clics.

Prenez le temps de bien comparer ce qui vous est proposé. Il existe de grandes variations de prix, qualité, quantité. Même si ce produit permet d’améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes en ces temps de stress et de surmenage, sachez que toutes les méthodes de fabrication ne se valent pas. 

Optez pour une huile de qualité avec un fabricant ou revendeur qui privilégiera des produits bio sans pesticides, herbicides ou additifs venant de France. C’est le cas par exemple de CBD SHOP Paris.

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

aphrodisiaques

Bien-être : et si vous misiez sur les aphrodisiaques naturels ?

By Alimentation, dans le corps, Produits, Relaxation

Bien-être : et si vous misiez sur les aphrodisiaques naturels ?

aphrodisiaques

La nature regorge de richesses. Santé, bien-être, sexualité… Quel que soit l’effet que vous recherchiez, il existe forcément une option naturelle et bio pour répondre à vos besoins ! Aujourd’hui, Juste Bien a décidé de s’intéresser à un sujet brûlant : les aphrodisiaques. Quels sont les meilleurs aphrodisiaques naturels ? Comment les trouver ? Comment les utiliser ? Toutes les réponses sont ici !




Qu’est-ce qu’un aphrodisiaque exactement ?

Les aphrodisiaques sont des stimulants sexuels. Leur but : exacerber le désir sexuel et la libido. On ne sait pas exactement à quand remontent les premières utilisations des aphrodisiaques ; tout ce que l’on sait, c’est qu’ils existent depuis les débuts de l’humanité. Par exemple, les Aztèques utilisaient un mélange à base de cacao et d’épices (clous de girofle, poivre, piment, etc.) pour stimuler le désir. Bien des siècles plus tard, la célèbre marquise de Pompadour, elle aussi, était connue pour servir des branches de céleri à son amant, Louis XV…

Aujourd’hui, on retrouve des aphrodisiaques sous de nombreuses formes : aliments, médicaments, huiles essentielles, fabriqués à partir d’éléments naturels ou bien chimiques… A noter que chacun d’entre eux peut avoir des effets différents en fonction des personnes qui les utilisent. 

On peut trouver des aphrodisiaques naturels dans les commerces, sans ordonnances.  Certaines boutiques, notamment des boutiques en ligne, se sont même spécialisées dans la vente d’aphrodisiaques ! C’est par exemple le cas d’espaceplaisir, un loveshop moderne spécialisé dans les produits dédiés au bien-être et au plaisir, qui propose de nombreux produits qualitatifs, bio, vegan, cruelty free et sans perturbateurs. A découvrir de toute urgence !

Bon à savoir : les aphrodisiaques peuvent être utilisés aussi bien par des femmes que par des hommes. 

7 aliments aphrodisiaques stars à intégrer à votre alimentation

Vous désirez essayer des aphrodisiaques naturels ? La première solution est bien évidemment de vous pencher sur la nourriture : la nature regorge de substances aphrodisiaques ! Voici donc une liste non exhaustive d’aliments à incorporer à vos repas pour décupler votre désir…

  1. Le gingembre

Il s’agit probablement de l’aphrodisiaque le plus connu. En chinois, son nom signifie « virilité ». Son effet aphrodisiaque serait dû au gingérol, une substance qui stimule l’afflux de sang vers les organes reproducteurs tout en favorisant la production de spermatozoïdes pour les hommes. 

Vous pouvez consommer le gingembre sous de nombreuses formes : haché, râpé, en jus, en rondelles. Il peut être utilisé pour agrémenter les plats ou les boissons ; ses bienfaits sont multiples ! 

  1. Le cacao

Voilà une nouvelle qui risque de réjouir les plus gourmands d’entre nous ! Le cacao a en effet un impact direct sur un certain nombre de substances chimiques et de neurotransmetteurs, dont la sérotonine et les endorphines (responsables des sentiments positifs comme le bonheur et l’amour), qui ont des propriétés euphorisantes.

Vous pouvez trouver du cacao aphrodisiaque dans le chocolat cru, sous forme de poudres à mélanger pour créer une boisson cacaotée, ou bien sous forme de fèves de cacao.

Bonne nouvelle : dans une moindre mesure, le chocolat noir est lui aussi un aphrodisiaque redoutable, notamment parce qu’il favorise la vasodilatation et la production de dopamine (la fameuse hormone du plaisir).

  1. Les clous de girofle 

Les clous de girofle ne sont pas seulement un désinfectant et un anesthésiant naturels hors-pair : ils permettent également de favoriser la circulation sanguine dans le corps – de l’homme, notamment.

Vous pouvez les utiliser comme épice pour parfumer vos plats ou bien en faire des infusions (3 clous de girofle à laisser infuser 20 minutes).

  1. Le safran

En termes d’aphrodisiaque, le safran est l’épice absolument incontournable de nos cuisines ! Ce sont les phylostérols qui permettent au safran d’arriver en tête des aphrodisiaques, car ils stimulent les zones érogènes ainsi que le désir, tout en favorisant la lubrification.

Il faut savoir que le safran est l’une des épices les plus chères du monde. Heureusement, il est aussi très parfumé ! Pour l’utiliser, il vous suffit d’en incorporer un peu à vos plats pour en exhausser le goût. Certaines personnes aiment aussi en consommer sous forme de boisson.

  1. Le ginseng

Avez-vous déjà entendu parler des ginsénosides et des alcaloïdes ? Il s’agit là de substances tonifiantes et qui favorisent la vasodilatation. Le ginseng est très apprécié – et utilisé – en médecine traditionnelle chinoise. 

Vous pourrez en trouver sous forme de poudre, à mélanger à des jus de fruits et des yaourts, ou bien à faire infuser. 

  1. L’anis

L’anis est riche en anéthole, une substance dont les effets sont semblables à ceux de l’œstrogène, la fameuse hormone sexuelle des femmes. Il constitue donc un excellent stimulant pour les dames… Mais aussi pour les hommes ! 

Vous pouvez l’employer pour parfumer vos plats aussi bien salés que sucrés : gâteaux, riz au lait, pain, biscuits, compotes, poissons, volailles…

  1. Les huîtres

huitresOn y pense peu, mais les huîtres sont très riches en zinc, qui stimule la production de testostérone, hormone qui a un impact direct sur le sentiment de bien-être et la libido. A consommer sans modération !

Aphrodisiaques naturels : des formes multiples pour répondre à toutes sortes de besoins

Le saviez-vous ? Il existe de très nombreux aphrodisiaques vendus dans le commerce comme tels, et qui restent 100% éthiques, bio et respectueux de l’environnement ! En voici quelques exemples : 

  • Les crèmes multi-usages : à la fois lubrifiant, huile de massage et crème comestible, ce produit permet de stimuler l’imagination pour réinventer vos moments à deux… Le petit + : conçues pour ne pas sécher ni coller, ces crèmes miracles sont enrichies en agents hydratants, pour vous laisser une peau douce et nourrie ! 
  • Les lubrifiants bio : certains lubrifiants ne se contentent pas d’être fabriqués à partir d’eau. Au contraire, ils intègrent aussi des éléments connus pour être des aphrodisiaques efficaces, comme les clous de girofle, les baies de Goji, la goyave, l’aloe vera… De quoi vous relaxer au naturel !
  • Les gélules : à prendre en cure ou bien juste avant un rendez-vous, les gélules permettent de profiter de tous les bienfaits de la nature pour booster votre libido. Tantôt au safran, tantôt au cacao, à l’anis ou encore au poivre noir (ou bien à tous ces ingrédients à la fois), ces compléments alimentaires permettent de réduire le stress, de lutter contre la fatigue, de favoriser la bonne humeur et de décupler l’énergie. Un combo gagnant ! 
  • Les savons : subtil mélange d’huiles essentielles, d’agents nourrissants et d’ingrédients aphrodisiaques, les savons permettent de transformer vos séances de lavage en moments uniques et sensuels… Tout en respectant l’environnement !

2 recettes aphrodisiaques pour vous inspirer

Les ingrédients aphrodisiaques naturels sont certes intéressants, mais peuvent s’avérer inefficaces si l’ambiance ne s’y prête pas. Vous souhaitez organiser un petit moment romantique ? Voici deux recettes simples et rapides pour trinquer à votre libido (re)trouvée !

  1. La petite mort au chocolat

Il s’agit de la recette de boisson chaude aphrodisiaque la plus connue. Pour la réaliser, versez dans une casserole 250 ml d’eau, 500 ml de lait de coco, 200 g de chocolat noir, le zeste d’une orange  et des épices (1 fève tonka, deux clous de girofle, de la cannelle, de la cardamome, une pincée de muscade et du piment fort si vous appréciez cela). Faites chauffer à feu doux pendant environ 15 minutes, filtrez la boisson et buvez !

  1. Le cocktail aphrodisiaque à l’ananas

Voici une recette excellente pour la santé, sous toutes ses formes ! Pour en profiter, mixez 100g de chair d’ananas frais et un morceau de gingembre frais (ou, à défaut, une cuillère à café de poudre de gingembre). Ajoutez-y 325 mL d’eau et remixez si besoin. Filtrez le tout puis ajoutez-y 20g de sucre de canne blond et quelques gouttes de jus de citron. Conservez 2 heures au frais et dégustez !




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

moucherons plantes

Comment se débarrasser des moucherons?

By chez soi, Hygiène de vie, Plantes et Jardin

Comment se débarrasser des moucherons?

débarasser moucherons

Une maison infestée de moucherons, ce n’est vraiment pas agréable! Bien que la plupart de ces petits insectes volants ne risquent pas de vous faire mal, ils pourraient très bien jouer avec vos nerfs. Pire, certains types de moucherons s’amuseront à vous piquer.

Pouvant se reproduire à une vitesse folle, il vaut mieux lutter contre les moucherons dès que vous les voyez apparaitre. Si vous attendez un peu, vous aurez à faire face à un vrai bataillon dans quelques jours !

Il est nécessaire de bien connaître son ennemi afin de mieux le combattre. Il existe plus de 1700 espèces à travers le monde. Pas besoin d’élaborer 1700 stratégies différentes pour s’en débarrasser. 

Certains moucherons particulièrement embêtants peuvent mordre, ce sont ceux qui interrompent notre sortie pêche en été. Néanmoins, les espèces qui élisent domicile dans la panière à fruits à la maison sont en règle générale inoffensifs. 

La pleine saison des moucherons se déroule entre avril et août. C’est à cette période qu’ils s’installent et se multiplient.

Concernant les moucherons de nos cuisines, quelques règles de bases suffisent. 

Les moucherons sont surtout attirés par la nourriture et l’humidité. La première étape pour s’en débarrasser, c’est de faire en sorte que plus rien ne les attire. Ensuite, il faudra éliminer les moucherons qui restent en se concentrant sur les points de notre maison sur lesquels ils adorent se poser et en mettant des pièges à d’autres endroits stratégiques.

Dans cet article, nous vous expliquons comment faire étape par étape.




Etape 1 : Préparer le terrain avant tout nettoyage

Pour commencer, il faut leur rendre l’accès impossible à tout ce qu’ils aiment : la nourriture et l’humidité.

1) Enlever toute trace de nourriture

nourriture moucherons

Une cuisine sans moucheron est avant tout une cuisine qui ne laisse apparaitre aucune nourriture.

Si vous avez de la vaisselle sale, lavez-la. Fermez bien tous les paquets de nourriture que vous voyez et mettez-les au placard. Il est très important que tous les produits dans le placard soient placés dans des contenants fermés. En effet, l’inverse attirerait les moucherons, mais aussi d’autres insectes encore plus embêtants. Si vous avez des fruits, placez-les au frigo le temps du nettoyage. Lavez votre cuisine pour vous débarrasser de toutes les miettes qui pourraient rester. Et si vous avez des bouteilles ouvertes, bouchez-les.

Ensuite, passez aux poubelles. Elles attirent fortement les moucherons, qui viennent s’y nourrir et y pondre leurs œufs. Il est donc préférable d’avoir une poubelle à couvercle et de sortir les poubelles régulièrement, pour recommencer avec un sac vide et propre. Si vous avez un compost à l’intérieur, assurez-vous aussi qu’il soit aussi fermé par un couvercle et sortez-le encore plus régulièrement que vos poubelles, préférablement après chaque repas.

Si, après avoir jeté votre sac poubelle, il reste des moucherons sur la poubelle-même, il vous faudra la désinfecter. Pour cela, vous pouvez y verser une tasse d’ammoniaque. Laissez agir pendant environ une heure avant de rincer.

2) Eliminer l’humidité

Après la nourriture, l’humidité est votre ennemi n°2. Le temps du nettoyage, veillez donc à jeter tout fond d’eau que vous voyez, que ce soit dans des verres, dans les pots des plantes, dans l’évier ou dans les gamelles de vos animaux. En règle générale, à part pour les gamelles, évitez de laisser des fonds d’eau dans vos récipients. L’eau attire fortement les moucherons, qui viennent y pondre leurs œufs.

De plus, si vous venez de laver votre plan de travail, séchez-le bien.

3) Mettre dehors les plantes en mauvais état

plante mourrante

Jetez un œil aux racines des plantes que vous conservez dans votre maison. Si elles sont en train de pourrir, mettez-les à l’extérieur.

Après avoir fait tout cela, vous pouvez passer au nettoyage en tant que tel. Plusieurs étapes sont à suivre pour se débarrasser des moucherons. Si vous les suivez toutes, vous serez débarrassés complètement des moucherons en quelques jours maximum.

Etape 2 : Se débarrasser des moucherons autour des fruits

corbeille a fruits

Vos fruits devraient maintenant être au frigo, mais il faut préparer la corbeille à fruits pour qu’elle puisse les recevoir à leur sortie. Si la corbeille est sale, veillez d’abord à la laver.

Ensuite, pour s’assurer que les moucherons ne seront plus attirés par la corbeille quand les fruits seront revenus à leur place, vous pouvez y mettre l’un de ces trois éléments :

1) Des bouchons de liège

C’est le plus facile. Les moucherons détestent l’odeur du liège. Si vous en mettez dans votre corbeille de fruit, ils s’assureront donc d’y rester bien à l’écart.

2) Des clous de girofle

Mettez-en quelques-uns dans votre corbeille, ou piquez une dizaine d’entre eux dans un citron que vous placerez au milieu de vos fruits.

Vous pouvez aussi placer le citron piqué de clous de girofle à n’importe quel endroit stratégique de votre maison.

3) De l’ail

Si vous n’avez aucun des deux, vous pouvez encore vous jeter sur l’ail. Posez simplement des gousses d’ail non épluchées dans votre corbeille à fruits.

Etape 3 : Se débarrasser des moucherons dans les canalisations

Source d’humidité, les canalisations sont un des lieux privilégiés des moucherons pour y pondre leurs œufs à l’abri des regards. Là, ils y trouvent de l’eau stagnante et des dépôts de nourriture. Pour eux, c’est le paradis !

Le mieux est d’utiliser du bicarbonate de soude et du vinaigre pour bien nettoyer et désinfecter vos canalisations. Commencez par verser deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude dans le trou d’évacuation de votre évier, et versez ensuite un verre de vinaigre. Ensuite, essayez de ne pas utiliser votre évier pour pouvoir laisser agir le produit pendant deux heures. Après cela, faites couler de l’eau chaude.

Si vous n’avez pas ces produits sous la main, vous pouvez aussi verser de l’eau bouillante dans votre évier, ou du marc de café. Répétez le processus régulièrement pour venir à bout de tous les moucherons. Continuez même quand il n’y en a plus, pour empêcher leur retour.

Ne versez surtout pas de l’huile. Bien que ça paraisse être une bonne idée pour les moucherons, ça ne l’est pas pour votre évier. En effet, l’huile risquerait de boucher le trou d’évacuation de votre évier. Et mieux vaut ne pas se séparer d’un problème en en créant un autre !

Etape 4 : Se débarrasser des moucherons sur les plantes

moucherons plantes

Ce qui attire les moucherons dans les plantes, c’est la terre humide. C’est un autre environnement très prisé par les moucherons pour y pondre leurs œufs.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour tuer les œufs et faire en sorte que les moucherons n’y viennent plus.

1) En arrêtant de les arroser

Pas indéfiniment, évidemment. Juste le temps que la couche supérieure de la terre soit asséchée, jusqu’à environ un centimètre de profondeur. Cela tuera les œufs et enlèvera aux moucherons toute envie d’y pondre. Ensuite, arrosez votre plante de nouveau, pour qu’elle ne finisse pas par s’assécher à son tour !

2) En y plaçant des allumettes

Le soufre présent dans la tête de certaines allumettes ennuie fortement les moucherons. Munissez-vous donc d’allumettes contenant du soufre et plantez-en quelques-unes dans la terre, la pointe vers le bas.

3) En vaporisant du citron et du savon liquide

Mélangez quelques cuillères de savon liquide dans de l’eau, et ajoutez-y un peu de jus de citron. Si votre savon a déjà une odeur de citron, le jus de citron n’est pas nécessaire. Vaporisez ensuite le mélange sur votre plante, aussi bien dans la terre et sur ses racines que sur ses feuilles.

Ces trois actions devraient débarrasser vos plantes des moucherons. Si vous en trouvez encore après quelques jours, même après avoir mis en pratique chacune d’entre elles sur vos plantes, vous devriez penser à rempoter vos plantes.




Etape 5 : Créer des pièges à moucherons

piège moucherons

Maintenant que vous vous êtes occupés des trois endroits préférés des moucherons, vous pouvez aussi vous assurer qu’ils ne reviennent pas en créant des pièges ou des répulsifs.

Voici plusieurs types de pièges.

1) Un piège au vinaigre

Le récipient idéal pour ce piège est un pot avec un couvercle dans lequel vous aurez percé quelques trous pour permettre aux moucherons d’y rentrer. Mais si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez aussi en fabriquer un avec une bouteille en plastique. Coupez le haut de la bouteille en plastique, aux alentours d’un tiers en partant du bouchon. Rentrez-le ensuite dans l’autre partie de la bouteille, la tête vers le bas. Collez les deux morceaux ensemble. De cette façon, les moucherons rentreront facilement dans la bouteille mais auront beaucoup de mal à trouver la sortie.

Une fois que votre récipient est prêt, remplissez-le de vinaigre et versez-y quelques gouttes de liquide vaisselle. Le meilleur vinaigre, dans ce cas, est le vinaigre de cidre. Mais si vous n’en avez pas, le vinaigre blanc fonctionne aussi très bien, tout comme le vin rouge. Quant au liquide vaisselle, si vous en avez un parfumé au citron, c’est encore mieux !

Remplacez le mélange tous les jours.

2) Un piège au vinaigre de cidre

Encore une fois, le vinaigre se révèle être un véritable produit miracle pour venir à bout des moucherons. Pour fabriquer ce deuxième piège, prenez un bocal en verre muni d’un couvercle. Percez le couvercle avec un tournevis ou bien un couteau. Versez un fond de vinaigre de cidre dans le bocal et revissez le couvercle troué.

Les moucherons seront attirés par l’odeur au point de rentrer dans le bocal, mais ils ne pourront pas en sortir.
Pour un maximum d’efficacité, vous pouvez mélanger au vinaigre de cidre quelques gouttes de citron, du sirop ou bien du vin rouge.

3) Des attrape-mouches

Les attrape-mouches, ces rubans colorés et collants, sont aussi très efficaces avec les moucherons. Leur couleur les attire et ils viennent s’y coller sans savoir en partir.

3) Le ventilateur

Les moucherons détestent les courants d’air. En plaçant un ventilateur dans votre cuisine, vous vous assurerez donc de tous les chasser.

Etape 6 : Prendre les bonnes habitudes

arrosage plantes

Maintenant que vous vous êtes débarrassés des moucherons, il faut penser à prendre les bonnes habitudes pour éviter qu’ils ne reviennent. En effet, une petite baisse de vigilance et ils pourraient revenir en nombre !

Pour éviter cela, il existe beaucoup de gestes très faciles à adopter au quotidien. Vous en aurez sûrement déjà compris certains en lisant cet article : ne pas laisser de la nourriture à l’air, fermer vos poubelles, éviter l’eau stagnante ou encore nettoyer le trou d’évacuation de votre évier régulièrement. Ces gestes ne valent pas seulement pour la durée du nettoyage, il faut les effectuer au quotidien !

En plus de ceux-ci, voici d’autres habitudes qui pourraient vous être utiles, et le tour sera joué !

1) Lors de l’arrosage des plantes

Pour éviter l’eau stagnante, le mieux est d’arroser vos plantes au-dessus de votre baignoire ou à l’extérieur. Le but est de faire couler l’excédent d’eau par les trous qui se trouvent en-dessous du pot, au lieu de le laisser couler dans le pot décoratif ou la soucoupe sur laquelle vous placez généralement votre pot. Ainsi, vos plantes sont suffisamment arrosées, et vous dites stop à l’eau stagnante.

Une autre astuce est de remplacer l’eau dans votre arrosoir par du thé noir, une fois sur deux.

2) Faites attention à vos fenêtres

Vérifiez que vos fenêtres se ferment bien et qu’il n’y ait aucun espace vide, ne serait-ce qu’un petit trou, suffisant pour que les moucherons rentrent dans votre maison.

3) Pensez à bien aérer

C’est prouvé : les moucherons raffolent des lieux chauds ; ils s’y sentent en sécurité pour pondre et prolifèrent. Pour vous en débarrasser, il est donc important d’aérer les diverses pièces de votre maison tous les jours. L’idéal est d’aérer vos pièces au minimum une demi-heure par jour – même en hiver !
Si vous craignez que les moucherons ne profitent de vos fenêtres ouvertes pour s’introduire chez vous, n’hésitez pas à installer des moustiquaires à vos fenêtres et ouvertures d’aération !

Etape 7 : Miser sur les répulsifs

Vous avez enfin réussi à vous débarrasser des moucherons, félicitations ! Mais pour être absolument certain(e) qu’ils ne reviendront pas, vous pouvez aussi utiliser des répulsifs naturels. En voici quelques exemples :

1) Répulsif à base d’eucalyptus

Cette astuce possède un double avantage : non seulement elle permet de faire fuir les moucherons, mais en plus elle apporte dans votre maison un agréable parfum de fraîcheur !
Pour en profiter, il vous suffit de faire bouillir pendant environ 15 minutes 150g de feuilles fraiches d’eucalyptus dans 5 litres d’eau.
Après avoir laissé le mélange refroidir, vous pouvez le filtrer et le verser dans un récipient pulvérisateur. Il ne vous reste plus qu’à pulvériser cette eau parfumée dans la maison, là où les moucherons sont le plus susceptibles de réapparaître !

2) Huiles essentielles

Les moucherons n’aiment pas trop les odeurs fortes, et sont particulièrement sensibles à certaines odeurs spécifiques. Voilà pourquoi l’utilisation d’huiles essentielles peut s’avérer plus qu’efficace pour lutter contre les moucherons ! Vous pouvez par exemple diluer quelques gouttes dans de l’eau pour pulvériser ensuite la solution aux endroits que vous jugerez nécessaires dans la maison, ou bien déposer quelques gouttes d’huile sur des tissus, des objets dans les pièces adéquates. Une autre solution consiste à déposer des gouttes d’huile essentielle sur des bouts d’éponge et à les déposer un peu partout dans la maison (en particulier dans la cuisine et/ou autour des poubelles).

Attention : avant d’utiliser les huiles essentielles, vérifiez qu’elles peuvent être inhalées sans problème et assurez-vous que personnes chez vous n’y est allergique ou ne présente de contre-indication. En cas de doute, demandez l’avis d’un professionnel de santé.
Voici quelques huiles essentielles particulièrement efficaces contre les moucherons :

  • L’huile essentielle de géranium (vous pouvez aussi décider de mettre des géraniums devant vos fenêtres pour décourager les moucherons d’entrer chez vous)
  • L’huile essentielle de menthe poivrée
  • L’huile essentielle de lavande, qui est aussi très efficace contre les moustiques
  • L’huile essentielle de citronnelle, elle aussi très efficace contre les moustiques
  • L’huile essentielle d’arbre à thé

3) Marc de café

Hélas trop mal connu, le marc de café est un véritable allié multifonctions de la maison ! Pour lutter contre les moucherons, vous pouvez l’utiliser de diverses façons :
Versez-en dans vos canalisations (vous pouvez le mélanger à du bicarbonate de soude et/ou du vinaigre blanc) puis faites couler de l’eau bien chaude par-dessus pour nettoyer et dégraisser vos canalisations
Versez-en dans un petit récipient et faites-le brûler. Attention, l’odeur peut surprendre au départ, mais la technique est redoutables : moucherons, moustiques et mouches détestent cette odeur, qui les fait partir très vite !

4) Savon noir

Pas de surprise : le savon noir, utilisé pour nettoyer la maison, dégage une odeur que les humains apprécient beaucoup, mais que les insectes détestent et fuient comme la peste !

Vous venez ainsi de transformer votre maison en un enfer pour les moucherons ! Vous devrez peut-être attendre quelques jours pour les voir disparaitre complètement, mais si vous gardez les bonnes habitudes, vous ne les reverrez plus de sitôt.

Dites-nous, quel endroit de votre maison attire-t-il le plus les moucherons ? Connaissez-vous d’autres astuces pour les faire fuir ?

Sources

https://extension.entm.purdue.edu/publichealth/insects/blackfly.html
http://www.blackfly.org.uk/
https://www.rhs.org.uk/Advice/profile?PID=797
https://www.wyevalegardencentres.co.uk/tips-and-advice_how-to-control-black-fly
https://archive.is/20121214204125/http://ohioline.osu.edu/hyg-fact/2000/2167.html
https://www.universalis.fr/encyclopedie/drosophile/

A propos de l’auteur

Leonor RogisterDiplômée de l’Ecole de Journalisme de Louvain, Léonor Rogister s’est détournée du monde de l’actualité quotidienne pour s’intéresser aux news lifestyle. Amoureuse de la nourriture et des bonheurs simples, elle aime s’informer et informer sur tout ce qui touche au bien-être, peu importe la forme qu’il prend.

Léonor est expatriée depuis 2015 et a fait de plusieurs pays sa maison. Quand elle n’est pas en train de voyager, elle aime profiter du confort de son chez soi. Elle tient également un blog depuis des années sur lequel elle partage sa passion pour les voyages.

FacebookLinkedin

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

insomnie

4 astuces pour lutter contre le manque de sommeil

By Non classé, Sommeil

4 astuces pour lutter contre le manque de sommeil

insomnie

Le saviez-vous ? En moyenne, les français dorment 7,13 heures par nuit. C’est 1h30 de moins qu’il y a 50 ans ! Irritabilité, fatigue, somnolence, maux de tête, déprime, troubles de la mémoire, système immunitaire moins performant, diabète… Les conséquences du manque de sommeil peuvent s’avérer très graves. Dès lors, comment lutter contre ce fléau ? Voici quelques techniques bien utiles pour (re)trouver un sommeil réparateur !




  1. Optez pour une hygiène de vie propice au sommeil

Première astuce : pratiquez une activité physique régulière. On ne le répétera jamais assez, mais le sport est essentiel pour la santé, y compris pour le sommeil ! Il vous permettra d’évacuer les tensions physiques, de vous détendre (merci les endorphines, la sérotonine et la dopamine) et d’évacuer le stress. Des conditions idéales pour dormir ! Cependant, évitez les activités trop intenses dans les 3 heures précédant l’endormissement, car elles peuvent avoir un effet excitant.

Deuxième astuce : instaurez et respectez un rythme de sommeil sain. Autrement dit, essayez de vous lever et de vous coucher aux mêmes heures tous les jours… Même pendant les vacances et le weekend ! Tout au moins, éviter de décaler votre rythme de sommeil de plus de deux heures.

  1. Ecoutez-vous !

Vos yeux piquent ? Vous bâillez ? Malgré tous vos efforts, vous commencez à piquer du nez ? C’est signe qu’il est temps d’aller vous coucher ! Inutile de vous forcer avant l’apparition de ces signes (vous risquez l’insomnie plus tard dans la nuit) ni de lutter contre eux (vous allez vous fatiguer inutilement).

Vous montrez des signes de fatigue en plein milieu de journée ? Peut-être est-il temps d’aller faire une sieste… Mais pas n’importe comment ! En général, il est conseillé de dormir 20 minutes, et au-delà de ne pas dépasser une heure (encore une fois pour éviter les crises d’insomnie pendant la nuit). De même, vos siestes doivent être réalisées en début d’après-midi, pas trop tard dans la journée (après 4 heures environ).

  1. Ayez les bons réflexes avant de dormir

Pour bien dormir, vous devez mettre en place une ribambelle d’habitudes et les conserver sur le long terme. Voici une liste de conseils utiles pour vous aider à vous endormir et lutter contre l’insomnie :

  • Dînez léger : privilégiez les petites quantités ainsi que les légumes, les légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, etc.) et les céréales. Vous pouvez aussi manger des aliments avec des sucres lents (pâtes, riz, pain complet, etc.), plus faciles à digérer. La digestion a tendance à demander pas mal d’énergie à votre corps ; plus vous mangez léger, moins votre corps devra fournir d’efforts pour absorber votre repas ! 
  • Oubliez les excitants : exit le thé, le café, le coca, la cigarette et les boissons énergisantes !  Pour bien dormir, arrêtez d’en consommer en fin d’après-midi / début de soirée.
  • Arrêtez les écrans : au minimum deux heures avant de vous coucher, éteignez (ou du moins ne regardez plus) les écrans d’ordinateur, de tablette, de télé… Et oui, même de téléphone ! La lumière bleue qu’ils dégagent est en effet un perturbateur du sommeil. A la place, pourquoi ne pas opter pour un bon livre ?
  • Essayez la relaxation : c’est bien connu, pour bien dormir, mieux vaut être détendu(e) ! Avant de vous coucher (et tout au long de la journée), n’hésitez donc pas à pratiquer quelques exercices de relaxation, de sophrologie, de méditation… Pour un maximum d’efficacité, vous pouvez même les effectuer allongé(e) sur votre lit !
  1. Soignez votre environnement de sommeil

On y pense peu, mais notre environnement a lui aussi un impact non négligeable sur notre sommeil. En conséquence, votre chambre doit donc être un lieu de repos et de détente, calme, relaxant et propice au sommeil.

Dans la mesure du possible, évitez de pratiquer des activités autres que le sommeil (regarder un film, jouer à des jeux vidéos, etc.) dans votre chambre. Veillez à maintenir la température à 20°C maximum. Pour privilégier le renouvellement de l’air, aérez votre chambre tous les jours pendant plusieurs minutes. 

Investissez dans une literie (matelas, sommier, couette, oreillers) de qualité et adaptée à vos besoins : un lit qui ne vous convient pas peut être à l’origine de nombreux maux !

Enfin, vous pouvez essayer de déposer sur vos oreillers quelques gouttes d’huile essentielle qui favorisent l’endormissement, comme par exemple le basilic, la lavande, la camomille, la marjolaine, la sauge… Attention : veillez toujours à respecter les précautions d’emploi et à demander conseil à un professionnel de santé avant de les utiliser !

Et vous, quelles techniques avez-vous essayées pour lutter contre le manque de sommeil ?




Sources

https://www.pharmaciengiphar.com/bien-etre/garder-forme/manque-sommeil-symptomes-consequences-et-conseils-pour-mieux-dormir
https://www.topsante.com/medecine/troubles-du-sommeil/insomnie/insomnie-quel-est-le-diner-ideal-pour-bien-dormir-622312
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=huiles-essentielles-pour-bien-dormir
https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/trois-conseils-pour-lutter-contre-le-manque-de-sommeil-010115-2004
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2699453-manque-de-sommeil-consequences-symptomes-que-faire-traitement-vertiges-maux-de-tete/
https://www.grazia.fr/dossiers/retrouvez-un-sommeil-parfait/trucs-et-astuces-pour-lutter-contre-le-manque-de-sommeil-207547.html

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Send this to a friend