Skip to main content
All Posts By

williambesson

moucherons plantes

Comment se débarrasser des moucherons?

By chez soi, Hygiène de vie, Plantes et Jardin

Comment se débarrasser des moucherons?

débarasser moucherons

Une maison infestée de moucherons, ce n’est vraiment pas agréable! Bien que la plupart de ces petits insectes volants ne risquent pas de vous faire mal, ils pourraient très bien jouer avec vos nerfs. Pire, certains types de moucherons s’amuseront à vous piquer.

Pouvant se reproduire à une vitesse folle, il vaut mieux lutter contre les moucherons dès que vous les voyez apparaitre. Si vous attendez un peu, vous aurez à faire face à un vrai bataillon dans quelques jours !

Il est nécessaire de bien connaître son ennemi afin de mieux le combattre. Il existe plus de 1700 espèces à travers le monde. Pas besoin d’élaborer 1700 stratégies différentes pour s’en débarrasser. 

Certains moucherons particulièrement embêtants peuvent mordre, ce sont ceux qui interrompent notre sortie pêche en été. Néanmoins, les espèces qui élisent domicile dans la panière à fruits à la maison sont en règle générale inoffensifs. 

La pleine saison des moucherons se déroule entre avril et août. C’est à cette période qu’ils s’installent et se multiplient.

Concernant les moucherons de nos cuisines, quelques règles de bases suffisent. 

Les moucherons sont surtout attirés par la nourriture et l’humidité. La première étape pour s’en débarrasser, c’est de faire en sorte que plus rien ne les attire. Ensuite, il faudra éliminer les moucherons qui restent en se concentrant sur les points de notre maison sur lesquels ils adorent se poser et en mettant des pièges à d’autres endroits stratégiques.

Dans cet article, nous vous expliquons comment faire étape par étape.




Etape 1 : Préparer le terrain avant tout nettoyage

Pour commencer, il faut leur rendre l’accès impossible à tout ce qu’ils aiment : la nourriture et l’humidité.

1) Enlever toute trace de nourriture

nourriture moucherons

Une cuisine sans moucheron est avant tout une cuisine qui ne laisse apparaitre aucune nourriture.

Si vous avez de la vaisselle sale, lavez-la. Fermez bien tous les paquets de nourriture que vous voyez et mettez-les au placard. Il est très important que tous les produits dans le placard soient placés dans des contenants fermés. En effet, l’inverse attirerait les moucherons, mais aussi d’autres insectes encore plus embêtants. Si vous avez des fruits, placez-les au frigo le temps du nettoyage. Lavez votre cuisine pour vous débarrasser de toutes les miettes qui pourraient rester. Et si vous avez des bouteilles ouvertes, bouchez-les.

Ensuite, passez aux poubelles. Elles attirent fortement les moucherons, qui viennent s’y nourrir et y pondre leurs œufs. Il est donc préférable d’avoir une poubelle à couvercle et de sortir les poubelles régulièrement, pour recommencer avec un sac vide et propre. Si vous avez un compost à l’intérieur, assurez-vous aussi qu’il soit aussi fermé par un couvercle et sortez-le encore plus régulièrement que vos poubelles, préférablement après chaque repas.

Si, après avoir jeté votre sac poubelle, il reste des moucherons sur la poubelle-même, il vous faudra la désinfecter. Pour cela, vous pouvez y verser une tasse d’ammoniaque. Laissez agir pendant environ une heure avant de rincer.

2) Eliminer l’humidité

Après la nourriture, l’humidité est votre ennemi n°2. Le temps du nettoyage, veillez donc à jeter tout fond d’eau que vous voyez, que ce soit dans des verres, dans les pots des plantes, dans l’évier ou dans les gamelles de vos animaux. En règle générale, à part pour les gamelles, évitez de laisser des fonds d’eau dans vos récipients. L’eau attire fortement les moucherons, qui viennent y pondre leurs œufs.

De plus, si vous venez de laver votre plan de travail, séchez-le bien.

3) Mettre dehors les plantes en mauvais état

plante mourrante

Jetez un œil aux racines des plantes que vous conservez dans votre maison. Si elles sont en train de pourrir, mettez-les à l’extérieur.

Après avoir fait tout cela, vous pouvez passer au nettoyage en tant que tel. Plusieurs étapes sont à suivre pour se débarrasser des moucherons. Si vous les suivez toutes, vous serez débarrassés complètement des moucherons en quelques jours maximum.

Etape 2 : Se débarrasser des moucherons autour des fruits

corbeille a fruits

Vos fruits devraient maintenant être au frigo, mais il faut préparer la corbeille à fruits pour qu’elle puisse les recevoir à leur sortie. Si la corbeille est sale, veillez d’abord à la laver.

Ensuite, pour s’assurer que les moucherons ne seront plus attirés par la corbeille quand les fruits seront revenus à leur place, vous pouvez y mettre l’un de ces trois éléments :

1) Des bouchons de liège

C’est le plus facile. Les moucherons détestent l’odeur du liège. Si vous en mettez dans votre corbeille de fruit, ils s’assureront donc d’y rester bien à l’écart.

2) Des clous de girofle

Mettez-en quelques-uns dans votre corbeille, ou piquez une dizaine d’entre eux dans un citron que vous placerez au milieu de vos fruits.

Vous pouvez aussi placer le citron piqué de clous de girofle à n’importe quel endroit stratégique de votre maison.

3) De l’ail

Si vous n’avez aucun des deux, vous pouvez encore vous jeter sur l’ail. Posez simplement des gousses d’ail non épluchées dans votre corbeille à fruits.

Etape 3 : Se débarrasser des moucherons dans les canalisations

Source d’humidité, les canalisations sont un des lieux privilégiés des moucherons pour y pondre leurs œufs à l’abri des regards. Là, ils y trouvent de l’eau stagnante et des dépôts de nourriture. Pour eux, c’est le paradis !

Le mieux est d’utiliser du bicarbonate de soude et du vinaigre pour bien nettoyer et désinfecter vos canalisations. Commencez par verser deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude dans le trou d’évacuation de votre évier, et versez ensuite un verre de vinaigre. Ensuite, essayez de ne pas utiliser votre évier pour pouvoir laisser agir le produit pendant deux heures. Après cela, faites couler de l’eau chaude.

Si vous n’avez pas ces produits sous la main, vous pouvez aussi verser de l’eau bouillante dans votre évier, ou du marc de café. Répétez le processus régulièrement pour venir à bout de tous les moucherons. Continuez même quand il n’y en a plus, pour empêcher leur retour.

Ne versez surtout pas de l’huile. Bien que ça paraisse être une bonne idée pour les moucherons, ça ne l’est pas pour votre évier. En effet, l’huile risquerait de boucher le trou d’évacuation de votre évier. Et mieux vaut ne pas se séparer d’un problème en en créant un autre !

Etape 4 : Se débarrasser des moucherons sur les plantes

moucherons plantes

Ce qui attire les moucherons dans les plantes, c’est la terre humide. C’est un autre environnement très prisé par les moucherons pour y pondre leurs œufs.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour tuer les œufs et faire en sorte que les moucherons n’y viennent plus.

1) En arrêtant de les arroser

Pas indéfiniment, évidemment. Juste le temps que la couche supérieure de la terre soit asséchée, jusqu’à environ un centimètre de profondeur. Cela tuera les œufs et enlèvera aux moucherons toute envie d’y pondre. Ensuite, arrosez votre plante de nouveau, pour qu’elle ne finisse pas par s’assécher à son tour !

2) En y plaçant des allumettes

Le soufre présent dans la tête de certaines allumettes ennuie fortement les moucherons. Munissez-vous donc d’allumettes contenant du soufre et plantez-en quelques-unes dans la terre, la pointe vers le bas.

3) En vaporisant du citron et du savon liquide

Mélangez quelques cuillères de savon liquide dans de l’eau, et ajoutez-y un peu de jus de citron. Si votre savon a déjà une odeur de citron, le jus de citron n’est pas nécessaire. Vaporisez ensuite le mélange sur votre plante, aussi bien dans la terre et sur ses racines que sur ses feuilles.

Ces trois actions devraient débarrasser vos plantes des moucherons. Si vous en trouvez encore après quelques jours, même après avoir mis en pratique chacune d’entre elles sur vos plantes, vous devriez penser à rempoter vos plantes.




Etape 5 : Créer des pièges à moucherons

piège moucherons

Maintenant que vous vous êtes occupés des trois endroits préférés des moucherons, vous pouvez aussi vous assurer qu’ils ne reviennent pas en créant des pièges ou des répulsifs.

Voici plusieurs types de pièges.

1) Un piège au vinaigre

Le récipient idéal pour ce piège est un pot avec un couvercle dans lequel vous aurez percé quelques trous pour permettre aux moucherons d’y rentrer. Mais si vous n’en avez pas sous la main, vous pouvez aussi en fabriquer un avec une bouteille en plastique. Coupez le haut de la bouteille en plastique, aux alentours d’un tiers en partant du bouchon. Rentrez-le ensuite dans l’autre partie de la bouteille, la tête vers le bas. Collez les deux morceaux ensemble. De cette façon, les moucherons rentreront facilement dans la bouteille mais auront beaucoup de mal à trouver la sortie.

Une fois que votre récipient est prêt, remplissez-le de vinaigre et versez-y quelques gouttes de liquide vaisselle. Le meilleur vinaigre, dans ce cas, est le vinaigre de cidre. Mais si vous n’en avez pas, le vinaigre blanc fonctionne aussi très bien, tout comme le vin rouge. Quant au liquide vaisselle, si vous en avez un parfumé au citron, c’est encore mieux !

Remplacez le mélange tous les jours.

2) Un piège au vinaigre de cidre

Encore une fois, le vinaigre se révèle être un véritable produit miracle pour venir à bout des moucherons. Pour fabriquer ce deuxième piège, prenez un bocal en verre muni d’un couvercle. Percez le couvercle avec un tournevis ou bien un couteau. Versez un fond de vinaigre de cidre dans le bocal et revissez le couvercle troué.

Les moucherons seront attirés par l’odeur au point de rentrer dans le bocal, mais ils ne pourront pas en sortir.
Pour un maximum d’efficacité, vous pouvez mélanger au vinaigre de cidre quelques gouttes de citron, du sirop ou bien du vin rouge.

3) Des attrape-mouches

Les attrape-mouches, ces rubans colorés et collants, sont aussi très efficaces avec les moucherons. Leur couleur les attire et ils viennent s’y coller sans savoir en partir.

3) Le ventilateur

Les moucherons détestent les courants d’air. En plaçant un ventilateur dans votre cuisine, vous vous assurerez donc de tous les chasser.

Etape 6 : Prendre les bonnes habitudes

arrosage plantes

Maintenant que vous vous êtes débarrassés des moucherons, il faut penser à prendre les bonnes habitudes pour éviter qu’ils ne reviennent. En effet, une petite baisse de vigilance et ils pourraient revenir en nombre !

Pour éviter cela, il existe beaucoup de gestes très faciles à adopter au quotidien. Vous en aurez sûrement déjà compris certains en lisant cet article : ne pas laisser de la nourriture à l’air, fermer vos poubelles, éviter l’eau stagnante ou encore nettoyer le trou d’évacuation de votre évier régulièrement. Ces gestes ne valent pas seulement pour la durée du nettoyage, il faut les effectuer au quotidien !

En plus de ceux-ci, voici d’autres habitudes qui pourraient vous être utiles, et le tour sera joué !

1) Lors de l’arrosage des plantes

Pour éviter l’eau stagnante, le mieux est d’arroser vos plantes au-dessus de votre baignoire ou à l’extérieur. Le but est de faire couler l’excédent d’eau par les trous qui se trouvent en-dessous du pot, au lieu de le laisser couler dans le pot décoratif ou la soucoupe sur laquelle vous placez généralement votre pot. Ainsi, vos plantes sont suffisamment arrosées, et vous dites stop à l’eau stagnante.

Une autre astuce est de remplacer l’eau dans votre arrosoir par du thé noir, une fois sur deux.

2) Faites attention à vos fenêtres

Vérifiez que vos fenêtres se ferment bien et qu’il n’y ait aucun espace vide, ne serait-ce qu’un petit trou, suffisant pour que les moucherons rentrent dans votre maison.

3) Pensez à bien aérer

C’est prouvé : les moucherons raffolent des lieux chauds ; ils s’y sentent en sécurité pour pondre et prolifèrent. Pour vous en débarrasser, il est donc important d’aérer les diverses pièces de votre maison tous les jours. L’idéal est d’aérer vos pièces au minimum une demi-heure par jour – même en hiver !
Si vous craignez que les moucherons ne profitent de vos fenêtres ouvertes pour s’introduire chez vous, n’hésitez pas à installer des moustiquaires à vos fenêtres et ouvertures d’aération !

Etape 7 : Miser sur les répulsifs

Vous avez enfin réussi à vous débarrasser des moucherons, félicitations ! Mais pour être absolument certain(e) qu’ils ne reviendront pas, vous pouvez aussi utiliser des répulsifs naturels. En voici quelques exemples :

1) Répulsif à base d’eucalyptus

Cette astuce possède un double avantage : non seulement elle permet de faire fuir les moucherons, mais en plus elle apporte dans votre maison un agréable parfum de fraîcheur !
Pour en profiter, il vous suffit de faire bouillir pendant environ 15 minutes 150g de feuilles fraiches d’eucalyptus dans 5 litres d’eau.
Après avoir laissé le mélange refroidir, vous pouvez le filtrer et le verser dans un récipient pulvérisateur. Il ne vous reste plus qu’à pulvériser cette eau parfumée dans la maison, là où les moucherons sont le plus susceptibles de réapparaître !

2) Huiles essentielles

Les moucherons n’aiment pas trop les odeurs fortes, et sont particulièrement sensibles à certaines odeurs spécifiques. Voilà pourquoi l’utilisation d’huiles essentielles peut s’avérer plus qu’efficace pour lutter contre les moucherons ! Vous pouvez par exemple diluer quelques gouttes dans de l’eau pour pulvériser ensuite la solution aux endroits que vous jugerez nécessaires dans la maison, ou bien déposer quelques gouttes d’huile sur des tissus, des objets dans les pièces adéquates. Une autre solution consiste à déposer des gouttes d’huile essentielle sur des bouts d’éponge et à les déposer un peu partout dans la maison (en particulier dans la cuisine et/ou autour des poubelles).

Attention : avant d’utiliser les huiles essentielles, vérifiez qu’elles peuvent être inhalées sans problème et assurez-vous que personnes chez vous n’y est allergique ou ne présente de contre-indication. En cas de doute, demandez l’avis d’un professionnel de santé.
Voici quelques huiles essentielles particulièrement efficaces contre les moucherons :

  • L’huile essentielle de géranium (vous pouvez aussi décider de mettre des géraniums devant vos fenêtres pour décourager les moucherons d’entrer chez vous)
  • L’huile essentielle de menthe poivrée
  • L’huile essentielle de lavande, qui est aussi très efficace contre les moustiques
  • L’huile essentielle de citronnelle, elle aussi très efficace contre les moustiques
  • L’huile essentielle d’arbre à thé

3) Marc de café

Hélas trop mal connu, le marc de café est un véritable allié multifonctions de la maison ! Pour lutter contre les moucherons, vous pouvez l’utiliser de diverses façons :
Versez-en dans vos canalisations (vous pouvez le mélanger à du bicarbonate de soude et/ou du vinaigre blanc) puis faites couler de l’eau bien chaude par-dessus pour nettoyer et dégraisser vos canalisations
Versez-en dans un petit récipient et faites-le brûler. Attention, l’odeur peut surprendre au départ, mais la technique est redoutables : moucherons, moustiques et mouches détestent cette odeur, qui les fait partir très vite !

4) Savon noir

Pas de surprise : le savon noir, utilisé pour nettoyer la maison, dégage une odeur que les humains apprécient beaucoup, mais que les insectes détestent et fuient comme la peste !

Vous venez ainsi de transformer votre maison en un enfer pour les moucherons ! Vous devrez peut-être attendre quelques jours pour les voir disparaitre complètement, mais si vous gardez les bonnes habitudes, vous ne les reverrez plus de sitôt.

Dites-nous, quel endroit de votre maison attire-t-il le plus les moucherons ? Connaissez-vous d’autres astuces pour les faire fuir ?

Sources

https://extension.entm.purdue.edu/publichealth/insects/blackfly.html
http://www.blackfly.org.uk/
https://www.rhs.org.uk/Advice/profile?PID=797
https://www.wyevalegardencentres.co.uk/tips-and-advice_how-to-control-black-fly
https://archive.is/20121214204125/http://ohioline.osu.edu/hyg-fact/2000/2167.html
https://www.universalis.fr/encyclopedie/drosophile/

A propos de l’auteur

Leonor RogisterDiplômée de l’Ecole de Journalisme de Louvain, Léonor Rogister s’est détournée du monde de l’actualité quotidienne pour s’intéresser aux news lifestyle. Amoureuse de la nourriture et des bonheurs simples, elle aime s’informer et informer sur tout ce qui touche au bien-être, peu importe la forme qu’il prend.

Léonor est expatriée depuis 2015 et a fait de plusieurs pays sa maison. Quand elle n’est pas en train de voyager, elle aime profiter du confort de son chez soi. Elle tient également un blog depuis des années sur lequel elle partage sa passion pour les voyages.

FacebookLinkedin

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

insomnie

4 astuces pour lutter contre le manque de sommeil

By Non classé, Sommeil

4 astuces pour lutter contre le manque de sommeil

insomnie

Le saviez-vous ? En moyenne, les français dorment 7,13 heures par nuit. C’est 1h30 de moins qu’il y a 50 ans ! Irritabilité, fatigue, somnolence, maux de tête, déprime, troubles de la mémoire, système immunitaire moins performant, diabète… Les conséquences du manque de sommeil peuvent s’avérer très graves. Dès lors, comment lutter contre ce fléau ? Voici quelques techniques bien utiles pour (re)trouver un sommeil réparateur !




  1. Optez pour une hygiène de vie propice au sommeil

Première astuce : pratiquez une activité physique régulière. On ne le répétera jamais assez, mais le sport est essentiel pour la santé, y compris pour le sommeil ! Il vous permettra d’évacuer les tensions physiques, de vous détendre (merci les endorphines, la sérotonine et la dopamine) et d’évacuer le stress. Des conditions idéales pour dormir ! Cependant, évitez les activités trop intenses dans les 3 heures précédant l’endormissement, car elles peuvent avoir un effet excitant.

Deuxième astuce : instaurez et respectez un rythme de sommeil sain. Autrement dit, essayez de vous lever et de vous coucher aux mêmes heures tous les jours… Même pendant les vacances et le weekend ! Tout au moins, éviter de décaler votre rythme de sommeil de plus de deux heures.

  1. Ecoutez-vous !

Vos yeux piquent ? Vous bâillez ? Malgré tous vos efforts, vous commencez à piquer du nez ? C’est signe qu’il est temps d’aller vous coucher ! Inutile de vous forcer avant l’apparition de ces signes (vous risquez l’insomnie plus tard dans la nuit) ni de lutter contre eux (vous allez vous fatiguer inutilement).

Vous montrez des signes de fatigue en plein milieu de journée ? Peut-être est-il temps d’aller faire une sieste… Mais pas n’importe comment ! En général, il est conseillé de dormir 20 minutes, et au-delà de ne pas dépasser une heure (encore une fois pour éviter les crises d’insomnie pendant la nuit). De même, vos siestes doivent être réalisées en début d’après-midi, pas trop tard dans la journée (après 4 heures environ).

  1. Ayez les bons réflexes avant de dormir

Pour bien dormir, vous devez mettre en place une ribambelle d’habitudes et les conserver sur le long terme. Voici une liste de conseils utiles pour vous aider à vous endormir et lutter contre l’insomnie :

  • Dînez léger : privilégiez les petites quantités ainsi que les légumes, les légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, etc.) et les céréales. Vous pouvez aussi manger des aliments avec des sucres lents (pâtes, riz, pain complet, etc.), plus faciles à digérer. La digestion a tendance à demander pas mal d’énergie à votre corps ; plus vous mangez léger, moins votre corps devra fournir d’efforts pour absorber votre repas ! 
  • Oubliez les excitants : exit le thé, le café, le coca, la cigarette et les boissons énergisantes !  Pour bien dormir, arrêtez d’en consommer en fin d’après-midi / début de soirée.
  • Arrêtez les écrans : au minimum deux heures avant de vous coucher, éteignez (ou du moins ne regardez plus) les écrans d’ordinateur, de tablette, de télé… Et oui, même de téléphone ! La lumière bleue qu’ils dégagent est en effet un perturbateur du sommeil. A la place, pourquoi ne pas opter pour un bon livre ?
  • Essayez la relaxation : c’est bien connu, pour bien dormir, mieux vaut être détendu(e) ! Avant de vous coucher (et tout au long de la journée), n’hésitez donc pas à pratiquer quelques exercices de relaxation, de sophrologie, de méditation… Pour un maximum d’efficacité, vous pouvez même les effectuer allongé(e) sur votre lit !
  1. Soignez votre environnement de sommeil

On y pense peu, mais notre environnement a lui aussi un impact non négligeable sur notre sommeil. En conséquence, votre chambre doit donc être un lieu de repos et de détente, calme, relaxant et propice au sommeil.

Dans la mesure du possible, évitez de pratiquer des activités autres que le sommeil (regarder un film, jouer à des jeux vidéos, etc.) dans votre chambre. Veillez à maintenir la température à 20°C maximum. Pour privilégier le renouvellement de l’air, aérez votre chambre tous les jours pendant plusieurs minutes. 

Investissez dans une literie (matelas, sommier, couette, oreillers) de qualité et adaptée à vos besoins : un lit qui ne vous convient pas peut être à l’origine de nombreux maux !

Enfin, vous pouvez essayer de déposer sur vos oreillers quelques gouttes d’huile essentielle qui favorisent l’endormissement, comme par exemple le basilic, la lavande, la camomille, la marjolaine, la sauge… Attention : veillez toujours à respecter les précautions d’emploi et à demander conseil à un professionnel de santé avant de les utiliser !

Et vous, quelles techniques avez-vous essayées pour lutter contre le manque de sommeil ?




Sources

https://www.pharmaciengiphar.com/bien-etre/garder-forme/manque-sommeil-symptomes-consequences-et-conseils-pour-mieux-dormir
https://www.topsante.com/medecine/troubles-du-sommeil/insomnie/insomnie-quel-est-le-diner-ideal-pour-bien-dormir-622312
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=huiles-essentielles-pour-bien-dormir
https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/trois-conseils-pour-lutter-contre-le-manque-de-sommeil-010115-2004
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2699453-manque-de-sommeil-consequences-symptomes-que-faire-traitement-vertiges-maux-de-tete/
https://www.grazia.fr/dossiers/retrouvez-un-sommeil-parfait/trucs-et-astuces-pour-lutter-contre-le-manque-de-sommeil-207547.html

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

air pur appartement

Tout savoir sur la pollution de l’air intérieur au sein de nos logements

By chez soi, Maison, Produits

Tout savoir sur la pollution de l’air intérieur au sein de nos logements

air pur appartement

En moyenne, nous passons chaque jour 14 heures dans notre logement. Malheureusement, l’air que nous y respirons n’y est pas toujours de très bonne qualité, voire même, dans certains cas, carrément pollué. Les causes de cette pollution sont variées : habitudes de vie, utilisation de certains produits, matériaux fabriqués avec des produits nocifs… Mais alors, comment s’en prémunir ?

Comment savoir si l’air au sein de votre logement est pollué et si oui, à quel point ? Juste Bien s’est renseigné sur ce sujet essentiel pour vous ! 




Pollution de l’air intérieur : de quoi parle-t-on exactement ?

La pollution de l’air intérieur, c’est un ensemble de gaz et de particules qui sont présents dans l’air que l’on respire au sein des divers lieux clos que nous fréquentons (habitation, école, travail, etc.). 

Plus précisément, en 1996, la loi sur l’air définissait la pollution de l’air en ces termes : « l’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives ».

Aujourd’hui, on sait que de nombreuses maladies non transmissibles (AVC, fatigue, irritation oculaire et dermatologique, allergies, intoxications, etc.) sont dues à la pollution de l’air intérieur. Ce qui pose un problème, puisqu’avec nos modes de vie actuels, la grande majorité d’entre nous passe 80% du temps dans des espaces clos de plus en plus restreints et de plus en plus pollués.

Quels sont les polluants de l’air intérieur exactement ?

Il existe trois grands types de polluants dans nos logements : 

  1. Les polluants chimiques : parmi eux, on retrouve ce que l’on appelle les COV, Composés Organiques Volatiles (le butane, le propane, les terpènes, le chloroforme, les acétones, le benzène, etc.). Certains d’entre eux (comme le benzène ou le formaldéhyde par exemple) ont été classés substances cancérigènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Mais ce n’est pas tout ! Les oxydes d’azote, le monoxyde de carbone, les phtalates, les pesticides font aussi partie, entre autres, des polluants chimiques de nos intérieurs.
  2. Les particules : cette catégorie regroupe des substances comme l’amiante, les particules inertes ou encore les fibres minérales artificielles. 
  3. Les contaminants biologiques : ici, on parle de polluants d’origine naturelle, comme les moisissures, les pollens, les allergènes liés aux acariens, aux animaux, etc.

D’où vient la pollution dans l’air de nos logements ?

Les substances qui polluent nos intérieurs peuvent provenir de nombreuses choses différentes : le mobilier, les matériaux de construction du bâtiment, les produits d’entretien et/ou de bricolage… Ils peuvent également avoir pour source nos modes de vie, comme le tabagisme ou la présence d’animaux de compagnie au sein du logement par exemple. 

Voici quelques exemples de sources de pollution de l’air intérieur : 

  • Dans la chambre, les produits polluants peuvent venir de la literie (matelas, oreillers, peluches, etc.) qui contient des acariens, du mobilier et de la décoration, des animaux qui peuvent y pénétrer, etc.
  • Dans la cuisine, ce sont la cuisson des aliments (pouvant libérer des particules néfastes), les ustensiles de cuisine, les poubelles (qui sont un véritable nid à moisissures et à insectes), l’évier et les produits ménagers qui diffusent des polluants.
  • Dans le salon, les polluants sont principalement liés au tabac, aux bougies parfumées, à l’encens et autres parfums d’ambiance, au canapé, aux coussins et aux tapis, aux plantes (qui possèdent du pollen, des substances allergisantes, etc.) ainsi qu’aux sources de chaleur à combustion ouvertes (cheminées, poêles, etc.).
  • Dans la salle de bains, enfin, la vapeur d’eau, le chauffe-eau, les meubles, les produits cosmétiques et les produits d’hygiène sont eux aussi sources de pollution (moisissures, particules, COV, allergènes, etc.).

A noter que la peinture, la moquette et même les papiers peints, qui peuvent être présents dans toutes les pièces de la maison, sont susceptibles d’être source de pollution de l’air intérieur au sein du logement.

Comment savoir si votre logement est sain ou pollué ?

Malheureusement, la réponse à cette question est toute simple : par défaut, l’air de votre intérieur est forcément pollué. Reste à savoir à quel point… Pour cela, une seule solution : analyser la qualité de l’air de votre logement.

Pour une étude poussée et complète de votre air, il vous faudra faire appel à une équipe de professionnels, qui saura analyser votre air sous différents angles (humidité, moisissures, pollution, produits chimiques, etc.). 

Néanmoins, il est également tout à fait possible, dans une moindre mesure, de procéder vous-même à quelques tests. Certes, les résultats ne seront pas aussi fiables qu’avec des experts, mais cela vous permettra déjà d’avoir une bonne idée de la quantité de polluants présents dans l’air que vous respirez chez vous.

Pour y parvenir, plusieurs options s’offrent à vous :  

  • Vous pouvez vous procurer un appareil de mesure de la qualité de l’air. En fonction du modèle, vous pourrez mesurer le taux d’humidité, la présence de particules, la température, etc. En général, ces appareils coûtent quelques centaines d’euros.
  • Si votre logement dispose d’un système de filtration à air, vous pouvez vérifier régulièrement les filtres. Vous constatez des marques importantes d’encrassement et de pollution dessus ? Vous avez votre réponse !
  • Si vous avez en votre possession un purificateur d’air, sachez que certains d’entre eux peuvent également vous permettre de surveiller la qualité de l’air régulièrement. Il existe d’excellentes solutions en ce qui concerne les purificateurs d’airs surtout si vous cherchez un modèle connecté.
  • Vous pouvez installer des détecteurs de substances spécifiques et/ou des dosimètres, comme pour le monoxyde de carbone ou le radon par exemple.

Comment lutter contre la pollution de l’air intérieur dans votre logement ?

purificateur d

Pour combattre les polluants dans votre logement, plusieurs solutions s’offrent à vous : 

  1. L’aération

Certes, vous avez peut-être entendu que l’air extérieur (avec son lot de particules de pots d’échappement, de fumées, de pesticides, etc.) peut être source de pollution de votre air intérieur. Mais pas au point de vous en passer ! Il est en effet recommandé d’aérer votre logement 10 minutes par jour au grand minimum, été comme hiver.

Pour cela, il vous suffit d’ouvrir vos fenêtres ! Ces aérations quotidiennes permettent de renouveler l’air intérieur et d’amoindrir le taux de concentration de polluants dans votre logement. 

Bien évidemment, pour une aération efficace, il est nécessaire de l’adapter à vos activités, qui peuvent créer une quantité plus ou moins importante de pollution. Vous avez prévu de faire le ménage ? De revoir la décoration et la peinture ? De faire sécher votre linge ? De transformer votre douche en bain de vapeur ? Si oui, il est recommandé d’aérer davantage et plus longtemps pendant et après ces actions polluantes.

  1. La ventilation

Non, la ventilation et l’aération ne désignent pas les mêmes choses ! La ventilation consiste à assurer une circulation permanente de l’air afin de le renouveler. Elle peut s’effectuer soit via un système d’entrée et de sortie de l’air (grilles et bouches d’aération), soit via des systèmes mécaniques (VMC, dispositif électrique de renouvellement).

Pour une aération efficace, il est recommandé de ne surtout pas boucher les grilles d’air de votre logement, ni d’installer un meuble ou un revêtement dessus. Veillez également à bien les entretenir en les nettoyant et dépoussiérant régulièrement (la fréquence habituelle est d’une fois par an environ). Pour la VMC, il vous suffit de ne pas bloquer le système, de l’activer régulièrement et de la faire vérifier tous les trois ans par un spécialiste.

A noter que pour être efficace, la ventilation doit aller de pair avec l’aération !

  1. Identification et action

Dernière astuce, mais non des moindres : pour abaisser le taux de pollution de l’air dans votre logement, il vous faut avant tout comprendre d’où vient la pollution. Le ministère des Solidarités et de la Santé donne 7 substances principales à examiner et sur lesquelles agir : 

  • Le tabac : fumez toujours à l’extérieur et demandez à vos invités de faire de même ;
  • Le monoxyde de carbone : respectez le mode d’emploi des appareils susceptibles de produire ce gaz (chauffe-eau, chaudière, chauffage d’appoint, groupe électrogène, etc.), ne bouchez jamais les aérations et aérez votre logement, faites ramoner vos conduits de cheminée, ne placez jamais de groupe électrogène dans votre habitation (même dans le garage ou la cave !).
  • Le randon : renseignez-vous pour savoir si vous habitez dans une région à risques. Si oui, mesurez-en la quantité chez vous à l’aide d’un dosimètre. En fonction du résultat, entreprenez des travaux pour vous protéger.
  • Les produits utilisés lors de travaux ou d’activités de bricolage : faites des pauses régulièrement pour vous aérer, aérez durant toute la durée des travaux ou du bricolage et après également, travaillez un maximum à l’extérieur, portez des protections (gants, masques, lunettes, etc.) lorsque vous utilisez des produits chimiques ou que vous poncez, veillez à bien refermer et ranger les produits chimiques dans un endroit aéré.
  • Les produits d’entretien : aérez toujours pendant et après vos séances de ménage, évitez un maximum les produits chimiques, abandonnez tous les parfums d’ambiance (bougies, encens, sprays, etc.) car ils peuvent contenir des produits toxiques, respectez toujours les doses et notices d’utilisation des produits, ne les mélangez surtout pas.

Et vous, quelles sont vos solutions pour dépolluer l’air intérieur de votre logement ?




Sources

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/pollution-et-sante/air/articles/qu-est-ce-que-la-pollution-de-l-air
https://www.maisonhabitatdurable-lillemetropole.fr/news/air-interieur-des-logements-bien-identifier-les-sources-de-pollution
https://docteurcoquelicot.com/2021/03/15/dou-vient-la-pollution-a-linterieur-de-nos-logements/
https://atmo-reunion.net/qu-est-ce-que-la-pollution-de-l-air-interieur
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_INPES_Pollution_de_l_air_interieur.pdf

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

VAPE pen CBD

Que faut-il savoir sur la Vape pen au CBD ?

By CBD, Produits, Relaxation

Que faut-il savoir sur la Vape pen au CBD ?

VAPE pen CBD

En France, le CBD (pour cannabidiol) souffre d’une image peu glorieuse, car il est souvent pris pour une substance stupéfiante – et illégale. Malgré cela, le CBD est de plus en plus exploité et ce, sous de nombreuses formes : crèmes, huiles, infusions, bonbons, shampooings… Et produits de vape. Aujourd’hui, nous vous présentons un système un peu particulier de vapotage : la vape pen au CBD. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce dispositif unique, original et sacrément pratique !




Qu’est-ce qu’une vape pen CBD exactement ?

La vape pen est un genre de petit vaporisateur, qui a été spécialement conçu pour faciliter au maximum le vapotage. En fait, il faut savoir que les vapes pen fonctionnent différemment des cigarettes électroniques standards : là où une cigarette électronique utilise la combustion, les vapes pen s’appuient simplement sur le réchauffement de leur cartouche, sans aller jusqu’à la combustion.

Comme la température de l’air est moins élevée, les poumons se sentent moins agressés, d’autant plus que pour fonctionner, la vape pen n’a pas besoin de monoxyde de carbone, de goudron ou de produit peu recommandable. 

Autrement dit, si la vape pen est si appréciée, c’est parce qu’elle permet d’avoir un vapotage plus « propre » que la cigarette électronique, sans produit toxique, et de profiter d’une saveur décuplée, beaucoup plus intense.

Il existe de nombreux types de vape pen : certaines sont à usage unique, d’autres sont rechargeables, d’autres encore sont pré-remplies… La seule caractéristique commune de toutes ces vapes pas comme les autres est que vous n’avez pas besoin d’effectuer de réglage ni de tripoter d’obscurs bouton pour les utiliser, régler la température, etc.

Dans la grande famille des vapes pen, une Vap Pen CBD est tout simplement une vape pen dont la cartouche est remplie d’extrait de CBD ! Pour rappel, le CBD est l’une des nombreuses molécules qui composent le cannabis, mais qui ne fait pas partie des substances stupéfiantes du chanvre (au contraire du THC) et n’a donc aucun des effets du cannabis pris sous forme de drogue.

Quels sont les bienfaits de la vape pen au CBD ?

En plus de son côté plus sain et de la puissance de ses arômes, la vape pen au CBD est très appréciée des personnes qui cherchent à se détendre. Il s’agit là en effet de la principale caractéristique du CBD, qui permet également de : 

  • Lutter contre le stress et l’anxiété
  • Amoindrir la fréquence et l’intensité des maux de tête et des migraines (grâce à ses propriétés antalgiques)
  • Réguler le sommeil (aide à avoir un sommeil réparateur, lutte contre les insomnies, les cauchemars, les apnées du sommeil, etc.)
  • Améliorer l’humeur
  • Favoriser la récupération musculaire (notamment pour les sportifs)
  • Lutter contre les douleurs chroniques (articulaires ou musculaires) grâce à son effet anti-inflammatoire
  • Equilibrer le système immunitaire
  • Ralentir le vieillissement de la peau et soulager les troubles cutanés
  • Et bien plus encore !

Est-ce que la vape pen au CBD est légale ?

homme qui vapote CBD

Oui ! Le CBD est une substance parfaitement légale, car il ne s’agit pas d’un stupéfiant. Vous pouvez donc utiliser votre vape pen CBD sans crainte ! 

Quelles sont les précautions à prendre avec une vape pen au CBD ?

Le CBD, et de manière générale les produits de vapotage, sont interdits aux personnes de moins de 18 ans. Il est également fortement déconseillé aux femmes enceintes et/ou allaitantes de consommer ou de vapoter du CBD, tout comme aux personnes souffrant de troubles cardiaques et de troubles de la tension.

Si vous utilisez du CBD pour la première fois, veillez à bien vérifier que vous n’y êtes pas allergique : les personnes allergiques à certains types de pollen peuvent très mal supporter le CBD.

Vérifiez également, si vous prenez un ou plusieurs traitement(s), qu’il ne risque pas d’y avoir des interactions avec le CBD. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé.

En outre, respectez toujours les consignes et modes d’emploi fournis avec les produits : en cas de mauvaise utilisation et/ou de surdosage, vous risquez de devoir subir des effets secondaires plutôt déplaisants…

Enfin, consommez toujours du CBD de qualité, idéalement bio. Il existe plusieurs certifications qui prouvent la qualité des produits utilisés. Vous pouvez par exemple opter pour des cartouches de vape pen bio et produites en France !

Comment utiliser une vape pen au CBD ?

Pour utiliser une vape pen CBD, il suffit de procéder en 3 étapes : 

  1. Fixez la cartouche de CBD à la vape pen
  2. Appuyez (une ou plusieurs fois, selon la marque) sur le seul et unique bouton de la vape pen : le bouton d’allumage, qui sert à la fois à allumer la vape pen et à en régler la température
  3. Inspirez et profitez de votre vape pen !

Comment choisir une vape pen au CBD ?

Il existe plusieurs concentrations de CBD (qui s’étalent en général de 30 à 60%). Pour choisir la concentration qui vous convient le mieux, c’est très simple : plus le taux indiqué est élevé, plus les effets du CBD seront puissants !

Attention : il est conseillé, si vous débutez, de ne pas commencer tout de suite par un taux de concentration élevé : les effets du CBD peuvent s’avérer puissants, il serait dommage que vous en soyez dégoûté par une mauvaise première utilisation !

Où trouver une vape pen au CBD ?

Il existe des boutiques spécialisées dans la vente de produits de vapotage, à la fois physiques et en ligne. Vous y trouverez forcément la vape pen qu’il vous faut !

Alors, prêt(e) à tenter l’aventure ?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

CBD nourriture

Cuisine : réinventez vos plats avec le CBD !

By Alimentation, CBD, Dans la tête, Produits

Cuisine : réinventez vos plats avec le CBD !

CBD nourriture

On ne présente plus le CBD, cette substance issue du cannabis (mais non psychotrope et parfaitement légale en France) très prisée des personnes qui souhaitent se détendre, améliorer leur sommeil et leur humeur, ou bien stimuler leurs défenses naturelles. Aujourd’hui, le mode de consommation le plus connu du CBD est le vapotage. Mais saviez qu’on peut aussi… Le manger ? Aujourd’hui, Juste Bien a sorti son tablier pour tout vous dire sur la cuisine à base de CBD !




De l’avantage de cuisiner avec du CBD…

Il existe quatre avantages principaux à la cuisine avec du CBD :

  1. Un meilleur mode de consommation : la consommation de CBD par voie culinaire a pour avantage d’être très douce. Par exemple, comme il n’y a pas de combustion, vos voies respiratoires ne subissent aucun dommage, contrairement à ce qui peut parfois se produire en cas de consommation de CBD par inhalation.
  2. Une absorption plus aisée : mélanger du CBD à des aliments et des boissons permet d’opter pour une consommation tout en douceur. Il s’agit d’une bonne alternative pour les personnes qui supportent mal l’inhalation ou la prise de CBD par l’huile, par exemple.
  3. Un plaisir décuplé : vous appréciez les effets du CBD mais n’en aimez pas le goût ? La cuisine est la solution : non seulement vous pourrez désormais profiter du CBD en toute quiétude, mais en plus vous pourrez l’incorporer à vos plats préférés, pour un maximum de saveurs !
  4. Un dosage optimal : comme c’est vous qui cuisinez, vous avez l’entière maîtrise des quantités. Vous pouvez donc ajuster de manière très précise les doses de CBD à utiliser – bien sûr, en respectant toujours des quantités raisonnables…

Quelles formes de CBD pour quels plats ?

Pour la cuisine, on peut trouver le CBD sous plusieurs formes : feuilles ou fleurs séchées, vinaigres aromatisés, biscuits, huiles, infusions… Et bien plus encore ! Il est recommandé de bien adapter vos plats aux différentes formes de CBD choisies.

L’huile de CBD est utilisée à la fois dans les préparations salées et sucrées. Côté salé, on le retrouve dans des vinaigrettes, des sauces, des marinades… Pour ce qui est du sucré, le CBD est surtout utilisé comme exhausteur de goût ou aromate. On peut par exemple la mélanger à une crème pâtissière dans une tarte aux fraises ou directement l’incorporer à une pâte à gâteau (les cookies au CBD sont particulièrement appréciés). Vous pouvez même l’ajouter à une mousse au chocolat !

Le CBD sous forme de pollen, lui, peut être émietté puis utilisé pour parfumer des courts-bouillons, des salades composées, des sautés de légumes, des sauces froides ou bien pour rehausser le goût de vos yaourts et fromages blancs.

De même, les graines de CBD sont souvent incorporées à des gâteaux (comme des pépites), utilisées dans des salades, voire même mélangées à des céréales !

Les fleurs et feuilles séchées de CBD, enfin, peuvent être utilisées entières ou bien réduites en miettes puis saupoudrées sur les préparations. Entières, on peut en faire des infusions, des cocktails ou bien des soupes. Emiettées, on peut les utiliser pour assaisonner une salade, une viande ou un poisson en fin de cuisson.

Quelques conseils pour bien utiliser le CBD en cuisine

CBD gateau

Pour réussir vos plats à base de CBD, il faut bien avoir en tête que le CBD est lipophile et hydrophobe. Autrement dit, pour le diluer, évitez l’eau à tout prix et privilégiez les matières grasses (miel, huile, lait, etc.). 

Pour ne pas avoir à subir toutes sortes de désagréments, veillez également à bien cuisiner avec du CBD naturel (et non synthétique) de bonne qualité, si possible issu de l’agriculture locale et biologique. De même, essayez d’utiliser des produits à base de CBD les moins transformés possible, de manière à ne cuisiner qu’avec des quantités qui approchent celles qui existent dans la nature.

Enfin, sachez que pour profiter pleinement de tous les bienfaits du CBD (relaxation, anti-inflammatoire, antioxydant, analgésique, etc.), il est conseillé de ne pas faire chauffer vos préparations contenant du CBD à plus de 180°C, sous peine d’abîmer grandement les phytocannabinoïdes.

Vous pourrez vous en procurer chez des spécialistes du CBD en ligne, que vous soyez particuliers ou professionnels. Certaines enseignes vendent même des CBD certifiés ! C’est par exemple le cas du fournisseur en CBD Pro 4 You, qui contrôle strictement la qualité de ses produits avant de les vendre.

Quel dosage utiliser pour cuisiner avec du CBD en toute sécurité ?

Le dosage dépend de votre niveau de consommation, de vos préférences et de vos besoins. L’action du CBD peut varier en fonction de votre corpulence, des effets que vous recherchez (relaxation, sommeil, lutte contre la douleur, etc.), de votre état général et de la façon dont votre corps réagit face aux molécules.

Pour trouver les quantités parfaites, il est conseillé de faire des tests, en commençant par des doses de CBD faibles que vous pourrez ajuster petit à petit. A titre d’indication, une quantité de 10-15 mg est recommandée pour débuter, quand une dose de 60 mg est adaptée à des consommateurs ayant l’habitude du CBD.

Vous avez trop mis de CBD dans vos préparations ? N’ayez crainte, le CBD n’étant pas une drogue, il n’y a pas de risque d’overdose.  L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a même confirmé que le CBD est sans danger pour les humains ! 

Attention néanmoins : même si le CBD semble inoffensif, il n’est jamais bon d’abuser d’une substance, quelle qu’elle soit…

Comment conserver le CBD ?

Dans l’idéal, conservez vos produits à base de CBD dans un endroit propre et sec, à l’abri de la lumière. Vous pouvez par exemple opter pour une boîte de conservation en verre ou une pochette hermétique. Vous pouvez même conserver votre CBD au frigo ! Mais prenez garde à bien éviter l’eau durant toute la durée de conservation de vos produits.

Quelques précautions à prendre pour cuisiner avec du CBD 

Attention si vous mélangez CBD et alcool : les effets combinés des substances peuvent être bien plus puissants et déroutants que d’ordinaire. Il est donc déconseillé de prendre la voiture après avoir absorbé du CBD mélangé à de l’alcool.

Par ailleurs, si vous décidez de partager vos plats avec d’autres personnes, prévenez-les de la présence du CBD dans vos préparations et vérifiez qu’ils vous ont bel et bien donné leur consentement avant de les faire goûter.

Enfin, avant de consommer (et de servir) des préparations contenant du CBD, sachez que cette substance est très fortement déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes, aux personnes souffrant de troubles cardiaques et de troubles de la tension ainsi qu’aux personnes allergiques à certains types de pollens. 

De même, faites attention en cas de traitement médicamenteux à ce que les différentes molécules des médicaments et du CBD n’entrent pas en conflit.

En cas de doute, demandez l’avis d’un professionnel de santé.

A vos marques, prêts ? A vos fourneaux !




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

6 questions à se poser avant de choisir des volets

By Maison, Produits

6 questions à se poser avant de choisir des volets

Avec l’arrivée des beaux jours, vous avez décidé de remplacer vos volets fatigués par de nouveaux volets ? Vous avez bien raison : isolation thermique, isolation phonique, renfort de sécurité, préservation de l’intimité… Les avantages du volet sont multiples ! Mais comment faire pour choisir un volet exactement ? Que faut-il savoir sur les différents types de matériaux, sur les différentes formes et les différents modèles de volets ? Aujourd’hui, Juste Bien vous dit tout sur ces équipements indispensables !




Volet manuel vs volet électrique : quel modèle privilégier ?

Les volets électriques sont très appréciés pour leur praticité et leur facilité d’utilisation. Ils fonctionnent soit à l’aide d’un interrupteur, soit d’une télécommande. Ils peuvent même être connectés et être pilotés à distance via un smartphone, ce qui vous permet de programmer leur ouverture et leur fermeture. L’inconvénient des volets électriques est leur fragilité : en cas de panne ou de coupure de courant, il peut vite être compliqué de les utiliser…

Les volets manuels, bien que moins pratiques que leur version électrique (en particulier s’ils sont en lourd bois massif), sont eux aussi très appréciés car bien plus économiques et résistants. En plus, ils ne risquent pas de tomber en panne ! Il existe plusieurs types d’ouverture pour les volets manuels : à sangle, à manivelle ou bien à tirage direct.

Volet battant vs volet roulant : quel type de volet choisir ?

Voilà une question qui revient souvent ! Là encore, chacun de ces types de volets possède ses forces et ses faiblesses.

Les volets battants, qui peuvent être manuels ou bien électriques, ont pour avantage d’être moins onéreux et nettement plus résistants que les volets roulants. Il existe trois types de volets battants : 

  • Les volets à la française, qui sont composés de deux ventaux s’ouvrant vers l’extérieur et se fermant vers l’intérieur de l’habitation.
  • Les volets coulissants, qui, comme leur nom l’indique, coulissent de part et d’autres de la fenêtre. Ils sont très souvent utilisés avec des baies vitrées, car ils ne claquent pas contre la façade des maisons.
  • Les volets pliants, ou persiennes, qui s’ouvrent en se dépliant, comme une carte routière ou un accordéon. Ils sont uniquement manuels, et particulièrement indiqués dans les habitations collectives (ils prennent peu de place).

Les volets roulants, eux aussi, peuvent être manuels ou électriques. Ils peuvent également être situés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du logement.

Comment savoir quel est le volet le plus adapté à ma maison ?

volets extérieurs

Tout dépend de ce que vous souhaitez exactement ! 

Si vous ne désirez pas perdre de temps à ouvrir et fermer votre fenêtre à cause de vos volets, privilégiez les volets roulants.

Si le gain de place est un véritable enjeu à l’extérieur de votre logement (habitation collective, gouttières qui gênent le déploiement des volets, etc.), alors les volets pliants pourront vous convenir.

Si vous désirez disposer de volets solides, durables et qui habillent votre façade, alors les volets battants sont faits pour vous !

Quel matériau choisir pour mes volets ?

Actuellement, il existe trois principaux matériaux utilisés pour fabriquer des volets, chacun possédant ses propres avantages et inconvénients : le bois, le PVC et l’aluminium.

  • Les volets en bois sont solides, durables et visuellement très esthétiques (qui n’aime pas le charme authentique du bois?). De plus, le bois permet de respecter des critères plus écologiques (il existe des certifications officielles et strictes qui récompensent l’engagement écologique des fabricants de volets) tout en étant un isolant naturel très efficace, à la fois contre les températures extrêmes et les nuisances sonores. En revanche, comme il s’agit d’un matériau vivant, il faut entretenir vos volets en bois très régulièrement.
  • Les volets en PVC, eux, ont pour avantage d’être de bons isolants, économiques et faciles à entretenir. C’est souvent le côté esthétique qui suit moins : il arrive que les volets en PVC perdent leurs couleurs, voire se déforment à cause de la chaleur lorsqu’ils sont trop foncés.
  • Le volet en aluminium, enfin, à la fois solide, résistant face aux diverses intempéries, durable et facile à entretenir. Néanmoins, son prix souvent plus élevé peut dissuader.

Quel style de volet choisir ?

Voilà une question qui est essentiellement affaire de préférences personnelles. Pour vous aider à choisir, voici quelques conseils généraux : 

  • Vous disposez d’une habitation moderne et design : d’un point de vue purement esthétique, il est conseillé pour harmoniser les styles d’opter pour des volets en bois ou en aluminium, avec des lames disposées de manière horizontale, qui leur confèrent un aspect contemporain. 
  • Vous disposez d’une habitation plus traditionnelle et ancienne : bien sûr, le type de volet qui s’accorde visuellement le mieux avec ce genre de maison est le bois. En revanche, le style est plus difficile à définir car chaque région en France dispose de ses propres spécificités : lames verticales, stores… Les choix ne manquent pas !

Quelle couleur choisir pour mes volets ?

Il faut savoir qu’en France, les couleurs des habitations sont soumises à des normes strictes. Avant de choisir les couleurs de vos volets, vous devez donc en priorité vous renseigner sur le plan local d’urbanisme de votre commune d’habitation. Dans certaines régions, certaines couleurs sont imposées, d’autres ne sont pas autorisées !

Pour vous aiguiller quelque peu, sachez que dans les régions montagneuses les volets sont de couleur bois quand dans le sud ouest on préfère le rouge et dans le nord est le bleu. 




Sources

https://www.izi-by-edf-renov.fr/blog/guide-choix-volet
https://www.surmesure-menuiserie.fr/nos-conseils/choisir-la-couleur-de-vos-volets-selon-votre-region/
https://www.vuedici-fermetures.fr/top-5-questions-a-se-poser-dacheter-volets/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Comment choisir un e-liquide pour cigarette électronique respectueux de l’environnement ?

By Dans la tête, Produits, Relaxation

Comment choisir un e-liquide pour cigarette électronique respectueux de l’environnement ?

Non, vous ne rêvez pas : le secteur de la cigarette électronique peut lui aussi passer au vert ! Et pour cause : la prise de conscience écologique se faisant de plus en plus importante, l’industrie du vapotage a souhaité répondre aux préoccupations environnementales grandissantes des consommateurs. Voilà pourquoi on voit émerger de plus en plus souvent des mentions « bio » sur les e-liquides de cigarette électronique. Mais comment faire pour choisir un e-liquide réellement respectueux de l’environnement ? Est-ce que ça existe vraiment ? Quelles informations faut-il connaître pour les utiliser ? Faisons le point ensemble !




3 critères à retenir pour choisir un e-liquide de cigarette électronique respectueux de l’environnement

  • Optez pour un e-liquide doublement sain

Chercher à préserver l’environnement en vapotant écolo, c’est bien ; chercher à préserver l’environnement ET votre santé, c’est mieux !

Il faut savoir que le propylène glycol, ou PG (qui fait partie des ingrédients utilisés pour produire la base incontournable de tout liquide de e-cigarette) a tendance à assécher la gorge des vapoteurs, ce qui provoque inconfort, toux, assèchement et peut même aller jusqu’à déclencher des allergies.

Pour lutter contre ces désagréments, il existe une alternative : les e-liquides d’origine végétale et naturelle. Les plus connus et utilisés d’entre eux sont fabriqués à partir de colza, par exemple. Le végétol et le mono propylène glycol végétal (MPGV) sont des exemples d’ingrédients d’origine végétale.

Si vous souhaitez acheter des e-liquides en accord avec votre conscience écologique, vous pouvez donc agir à deux niveaux : en misant sur des cultures gérées de manière écologique d’une part, et d’autre part  en choisissant des liquides dont la production a été effectuée uniquement via des processus respectueux de l’environnement (comme la saponification à froid par exemple).

  • Choisissez des e-liquides fabriqués localement

Encore une fois, vapoter écolo peut vous permettre d’effectuer deux bonnes actions en une : respecter l’environnement tout en soutenant l’économie française !

Acheter un e liquide francais, c’est s’assurer de limiter au maximum la pollution engendrée par les transports et profiter de produits parfaitement sains, qui doivent forcément satisfaire les critères d’exigence très élevés de la France dans ce domaine.

Pour vous aider à faire votre choix, sachez qu’il existe des labels qui certifient que la production du e-liquide est bel et bien française, comme par exemple le label Origine France Garantie ou bien la célèbre mention Made in France.

  • Misez sur des e-liquides naturels

Bonne nouvelle : de plus en plus de fabricants de e-liquides s’orientent vers la production bio ! Dans ce but, les producteurs essaient de faire intervenir le plus souvent possible des processus naturels et de limiter au maximum le recours à des processus pétrochimiques et polluants.

Une autre façon de choisir un e-liquide pour cigarette électronique respectueux de l’environnement consiste donc à acheter des produits dits bio.

Qu’est-ce qu’un e-liquide pour cigarette électronique bio exactement ?

Petit rappel : le e-liquide de cigarette électronique est le produit grâce auquel la cigarette va produire la vapeur que les vapoteurs peuvent ensuite inhaler. Ce liquide est composé de plusieurs éléments :

  • Une base PG VG (PG pour Propylène Glycol et VG pour Glycérine Végétale) ou sans PG (végétol, MPGV)
  • Des arômes
  • Éventuellement, de la nicotine

Les e-liquides de cigarette bio se distinguent des e-liquides plus traditionnels principalement via deux éléments : la base et les arômes. Souvent, les e-liquides traditionnels possèdent une base qui a été produite via un processus de fabrication industriel avec du propylène glycol issu de l’industrie pétrochimique. Les arômes utilisés ont été entièrement créés de manière synthétique.

Au contraire, les e-liquides bio, eux, sont normalement uniquement fabriqués à partir d’éléments végétaux naturels issus de l’agriculture biologique. La base est obtenue à partir de colza, de maïs ou bien de soja. Ils contiennent souvent des arômes naturels.

Est-ce qu’il existe des certifications de e-liquides bio ?

cigarette electronique

Malheureusement, il n’existe pas encore de label certifiant bio pour le e-liquides de cigarette électronique. Autrement dit, un e-liquide est qualifié de « bio » lorsque ses composants sont issus de l’agriculture biologique, et que sa fabrication n’a pas impliqué une trop grande part de transformation chimique (à l’heure actuelle, certaines étapes de la fabrication doivent obligatoirement être chimiques parce que l’on ne sait pas les effectuer de manière 100 % naturelle – c’est le cas de la production de nicotine liquide par exemple).

Comment conserver un e-liquide de cigarette bio ?

Pour une conservation optimale, qui n’altère pas leur qualité, il est conseillé de préserver vos e-liquides bio de la lumière, de la chaleur et de l’air.

La lumière peut en effet faire changer le liquide de couleur, tandis que la chaleur et l’oxygène ont tendance à oxyder et faire vieillir prématurément les divers composants du produit.

Par conséquent, le mieux est de conserver vos e-liquides bio soit dans un placard propre et sec, à l’abri de la lumière et à température ambiante, soit dans le réfrigérateur. De plus, il est recommandé de finir les flacons que vous avez déjà entamés avant d’en ouvrir d’autres pour éviter le phénomène d’oxydation (sauf si votre consommation d’e-liquide est importante, à raison d’un flacon tous les deux ou trois jours : dans ce cas le liquide n’aura pas le temps de vieillir ni de s‘altérer).

Enfin, si vous êtes adepte de la fabrication maison de vos e-liquides, évitez de prendre des flacons trop grands et essayez de les remplir au maximum afin d’y limiter la quantité d’air.

Quelles sont les précautions à prendre avec un e-liquide de cigarette bio ?

De manière générale, les cigarettes électroniques sont déconseillées pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes qui souffrent d’allergie à la nicotine ou à l’un des éléments qui doivent être inhalés, les personnes qui ont des problèmes respiratoires et les personnes dites « à risques » , c’est-à-dire susceptibles d’avoir des problèmes cardiovasculaires ou d’hypertension.

Ces précautions valent également pour les e-liquides bio.

De manière générale, comment vapoter écolo ?

Vous souhaitez vapoter tout en respectant l’environnement ? Sachez qu’il existe de nombreux facteurs autres que les e-liquides à prendre en compte. Voici une liste non exhaustive d’action à effectuer pour vapoter écolo :

  • Recyclez vos flacons : s’ils n’ont pas été en contact avec de la nicotine, vous pouvez les jeter dans la poubelle dédiée aux déchets recyclables ;
  • Recyclez les accumulateurs et les batteries : une fois qu’il est temps de les changer, choisissez de déposer ces appareils dans des poubelles de collecte prévues à cet effet, et non dans les ordures ménagères. Les divers matériaux contenus dans les batteries peuvent être récupérés et réutilisés ;
  • Prenez soin de la batterie : pour prolonger sa durée de vie, éteignez votre cigarette électronique lorsque vous ne l’utilisez pas. Si vous désirez la recharger, veillez à ce que la batterie soit chargée en entier avant de la débrancher ;
  • Privilégiez les appareils rechargeables : évitez le plus possible les cigarettes à usage unique ou jetables ;
  • Surveillez votre empreinte carbone : vous pouvez enquêter auprès de vos fournisseurs sur l’origine et la provenance des divers produits utilisés. Plus le lieu de production est proche, moins il y a eu de transport, moins l’empreinte carbone est élevée !



Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

india

Envie d’une escapade bien-être ? Préparez votre visa pour l’Inde !

By ailleurs, Relaxation

Envie d’une escapade bien-être ? Préparez votre visa pour l’Inde !

india

L’Inde est un pays riche d’enseignements. Que vous y alliez pour admirer ses paysages à couper le souffle, pour en apprendre plus sur ses traditions et sa culture multimillénaires, pour profiter de sa cuisine aux multiples saveurs ou pour travailler votre spiritualité, l’Inde ne vous décevra pas ! À condition d’être bien préparé pour y aller… En commençant par le visa. Focus sur toutes nos astuces pour demander votre visa Inde et préparer votre séjour bien-être !




Pourquoi choisir l’Inde pour un séjour bien-être ?

En Inde, le bien-être est plus qu’un art de vivre : c’est une véritable institution ! Il s’agit en effet d’un pays à la vie culturelle extrêmement riche, idéal pour favoriser le bien-être sur tous les plans, à la fois physique et spirituel.

La paix intérieure et le partage sont deux valeurs absolument fondamentales en Inde, ce qui permet au pays de proposer de nombreux séjours et activités dédiés au sujet. Vous souhaitez effectuer un stage consacré au yoga Ashtanga ? L’état de Karnataka n’attend plus que vous. Vous désirez vous exercer à trouver votre paix intérieure ? Rishikesh est connue pour être la capitale mondiale de la méditation. Votre but est d’en apprendre plus sur  le bouddhisme et l’hindouisme ? L’Inde regorge de lieux de culte qui mettent en lumière ces religions.

Votre objectif est de trouver l’accomplissement physique ET spirituel ? Bonne nouvelle : l’Inde est également le berceau de l’ayurvéda, une discipline qui vise à atteindre une santé (intérieure et extérieure) optimale, tout en gagnant une meilleure compréhension de soi. Pourquoi ne pas tester ?

Qu’est-ce que l’ayurveda exactement ? Quels sont ses bienfaits ?

L’ayurveda, aussi appelée « médecine ayurvédique », est une forme de médecine traditionnelle non conventionnelle née en Inde. Elle repose sur des principes d’équilibre et d’harmonie entre le corps et l’esprit. 

Son nom vient du sanscrit « ayur » (la vie) et « veda » (la connaissance, la science). À l’origine, l’Ayurvéda était utilisée pour identifier et diagnostiquer les troubles du corps et de l’esprit, qui se manifestaient sous forme de maladies ou de malaises. 

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le but de l’Ayurvéda est de soigner la personne malade, non la maladie. Pour ce faire, les médecins ayurvédiques vont chercher à comprendre les raisons du déséquilibre qui existe dans le corps ou l’esprit, afin de soigner la personne sur le long terme.

Il existe plusieurs types de traitement en Ayurvéda : la phytothérapie et l’aromathérapie, la diététique, les massages ayurvédiques, la lithothérapie et les thérapies par le son, auxquels on ajoute souvent en complément le yoga, la méditation, la respiration et le chant.

Voici une liste non-exhaustive de tous les bienfaits de l’Ayurvéda : 

  • Calmer le système nerveux
  • Reconnecter le corps et l’esprit
  • Favoriser la circulation de l’énergie
  • Améliorer la digestion
  • Purifier le corps des toxines
  • Booster les défenses naturelles du corps
  • Stimuler le système immunitaire pour le rendre toujours plus efficace
  • Et bien plus encore ! 

Quelle région de l’Inde privilégier pour un séjour bien-être ?

inde

S’il fallait ne sélectionner qu’une seule région parmi toutes celles de l’Inde, c’est le Kerala qui serait recommandé pour un séjour axé sur le bien-être. Il s’agit en effet d’un véritable petit paradis naturel, particulièrement propice à l’apaisement et  à la décompression. 

Massages et cures ayurvédiques, yoga, détente sur les plages du littoral, balades en backwaters… Au Kerala, le bien-être est partout : c’est un art !

Pourquoi faut-il un visa pour l’Inde ?

Un visa est une autorisation officielle, décernée par le gouvernement indien, et qui permet à des personnes de nationalité étrangère d’entrer et de séjourner sur le territoire indien. 

Actuellement, pour l’Europe, tous les citoyens de l’UE, du Royaume-Uni et de la Suisse ont l’obligation d’effectuer une demande de visa pour l’Inde avant leur départ, quel que soit le motif et la durée de leur voyage en Inde. 

Il existe deux grands types de visas pour aller en Inde : 

  • Le visa dit « classique » : il s’agit d’une sorte de vignette autocollante que l’on ajoute au passeport avant de partir en Inde ;
  • Le visa électronique : comme son nom l’indique, il peut être demandé par voie dématérialisée. Il faut l’imprimer et l’emporter en Inde lors du voyage. Lors de votre arrivée dans le pays, le agents du gouvernement y apposent un tampon officiel.

Quel type de visa demander pour voyager en Inde ?

Tout dépend de ce que vous voulez faire en Inde : 

  1. Vous désirez aller en Inde pour des vacances : un visa électronique suffit. Les démarches dématérialisées sont simplifiées et les coûts d’obtention moins élevés. Vous pouvez même opter pour la version « e-tourist » du visa !
  2. Vous souhaitez effectuer en Inde un voyage d’affaires : là aussi, le visa électronique est conseillé, car les délais d’obtention sont plus courts. Vous pouvez choisir la version « e-business » du visa.
  3. Vous souhaitez effectuer un séjour prolongé en Inde : dans ce cas, vous allez devoir demander un visa physique, à insérer dans votre passeport. À noter que le prix de ce type de visa est plus élevé, et les délais d’obtention plus importants que pour la version électronique.

Une fois le visa validé, vous avez quatre mois pour entrer et voyager sur le territoire indien. Attention : un visa n’est valable que pour une seule entrée : une fois que vous êtes entré dans le pays, vous êtes autorisé(e) à rester pendant 30 jours.

Comment se procurer un visa pour l’Inde ?

Afin d’obtenir un visa pour l’Inde et voyager en toute sérénité, vous devez respecter un certain nombre de critères. En voici une liste non exhaustive :

  • Si vous arrivez en Inde par bateau de croisière, vous devez arriver uniquement dans l’un des ports autorisés (Goa, Chennai, Mumbai, Cochin, Mangalore)
  • Si vous arrivez par avion, vous devez là aussi arriver par les aéroports homologués
  • Si vous avez voyagé dans un pays à risque de fièvre jaune lors de la semaine qui précédait votre voyage en Inde, vous devez être vacciné(e)
  • Vous devez apporter la preuve que vous bénéficiez de suffisamment de ressources financières pour assumer tous les coûts de votre voyage
  • Avant votre départ pour l’Inde, vous devez déjà avoir réservé un billet pour partir du pays (voyage de retour ou de transit)
  • Votre passeport doit contenir au moins deux pages vides et doit être valable pendant 6 mois minimum le jour de votre arrivée

Pour effectuer une demande de visa pour l’Inde, il vous suffit de remplir un formulaire de demande en ligne sur les sites web adéquats, puis de payer votre visa. Une fois le document obtenu, il ne vous reste plus qu’à le télécharger pour l’imprimer.

Prêt(e) pour un petit voyage en Inde ?




Sources

https://www.santemagazine.fr/medecines-alternatives/pratiques-orientales/ayurveda-principe-et-bienfaits-de-la-medecine-traditionnelle-indienne-177053
https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=ayurveda_th
https://www.medoucine.com/pratiques/ayurveda-massage-ayurvedique
https://www.routard.com/reportages-de-voyage/cid136130-inde-le-kerala-au-pays-du-bien-etre.html
https://indiasomeday.com/fr/article/idees-de-sejour-bien-etre-en-inde/
https://www.villanovo.fr/magazine/pourquoi-linde-est-la-destination-pour-un-voyage-spirituel

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Savon au lait d’ânesse : quels sont ses bienfaits ? Pourquoi l’utiliser ?

By dans le corps, Hygiène de vie, Maison, Produits, Soins

Savon au lait d’ânesse : quels sont ses bienfaits ? Pourquoi l’utiliser ?

La légende raconte que Cléopâtre, reine d’Égypte, prenait quotidiennement des bains de lait d’ânesse pour donner à sa peau jeunesse et éclat. Plus récemment, Élisabeth d’Autriche (la fameuse Sissi), elle aussi, ne jurait que par les vertus du lait d’ânesse pour entretenir sa beauté légendaire. Que penser de ces histoires ? Le lait d’ânesse est-il réellement un produit miracle aux multiples bienfaits ? Aujourd’hui, Juste Bien fait pour vous le point sur ce secret beauté légendaire !




Quelle est la composition du lait d’ânesse ?

Le lait d’ânesse a pour particularité d’être très riche en lactose, et très pauvre en matières grasses. Il est très apprécié par les buveurs de lait, car il est plus facile à digérer que d’autres types de laits animaliers. De plus, le lait d’ânesse a l’avantage de ne pas posséder de bêta-lactoglobuline, une protéine qui est souvent responsable d’allergies ou d’intolérances.

En cosmétique, le lait d’ânesse est particulièrement utilisé par celles et ceux qui désirent chouchouter leur peau. Non seulement il est riche en vitamines A, B, C et E, mais il regorge également de certains acides gras indispensables pour renforcer les défenses naturelles de la peau. Enfin, sa profusion en minéraux (notamment le phosphore et le calcium) lui permet d’aider la peau à se renouveler correctement.

5 bienfaits incontournables du savon au lait d’ânesse 

Le lait d’ânesse regorge de vertus méconnues, aussi bien pour la peau que pour la santé de manière générale. En voici une liste non exhaustive :

  1. Misez sur une peau douce, nourrie et bien hydratée

S’il n’y avait qu’une seule vertu à retenir du lait d’ânesse, ce serait probablement son fabuleux pouvoir hydratant. Les protéines ainsi que les oméga 3 et 6 qui pullulent dans ce lait en fond un allié idéal pour les peaux sèches et déshydratées (même si tous les types de peaux peuvent apprécier ses bienfaits). 

Il n’est donc pas rare de voir des routines beauté qui intègrent le savon au lait d’ânesse dans leurs soins quotidiens. Utilisé régulièrement, ce véritable produit miracle permet d’avoir une peau nourrie en profondeur, régénérée et adoucie.

  1. Luttez contre les rides et le vieillissement de la peau 

Sur ce point, Cléopâtre avait raison : le lait d’ânesse est bel et bien un véritable concentré de jeunesse ! Il s’agit en effet d’un tenseur naturel, riche en protéines et en nutriments essentiels, qui permettent d’apporter à la peau souplesse et fermeté. 

Les soins au lait d’ânesse (particulièrement lorsqu’ils sont couplés avec des huiles végétales) permettent de limiter l’apparition des rides et des ridules, de restructurer et régénérer la peau, de la préserver du relâchement et de l’aider à conserver toute son élasticité.

  1. Profitez de son pouvoir cicatrisant

Le lait d’ânesse possède également des acides gras et des acides aminés qui jouent un rôle essentiel dans le processus de construction et de renouvellement cellulaire de la peau. Il permet donc de nettoyer votre peau en profondeur tout en la préservant, ce qui encourage la régénération – et donc la cicatrisation.

  1. Soulagez vos problèmes de peau

lots de savons

Le savon au lait d’ânesse possède un avantage non négligeable : il convient à tous les types de peau, même les plus sensibles ! Il s’agit en effet d’un apaisant hors pair.

Vous avez une peau sujette aux inflammation ou à l’acné ? Votre peau a tendance à être atopique ? Vous souffrez d’eczéma ou de psoriasis ? Le lait d’ânesse est la solution ! Non seulement il permet de nettoyer et de purifier en douceur pour éliminer toutes les impuretés (au revoir l’acné !), mais il peut également vous apporter toute l’hydratation et l’apaisement dont votre peau a besoin (adieu eczéma et psoriasis!).

Cerise sur le gâteau : contrairement à certains autres produits, le lait d’ânesse n’assèche pas la peau. Vous pouvez donc l’utiliser pour combattre l’acné sans crainte !

  1. Renforcez vos défenses

Dernier point, mais non des moindres : le lait d’ânesse est riche en alkyglycérols, des substances que l’on retrouve aussi dans le lait maternel et qui permettent de stimuler le système immunitaire. Il possède également un antiseptique naturel (le lysozyme), qui aide à se protéger des virus et des bactéries.

En d’autres termes, le savon au lait d’ânesse permet non seulement à votre peau, mais aussi plus largement à votre organisme tout entier, de se défendre contre les agressions extérieures !

Quelles sont les précautions à prendre pour utiliser du savon au lait d’ânesse sans risque ?

Encore un fois, le savon au lait d’ânesse est d’une tolérance exceptionnelle : il convient à tous types de peaux ! On peut noter cependant que les personnes qui souffrent d’une peau sensible, irritée ou sèche en sont particulièrement friandes.

Une autre particularité de ce lait exceptionnel est qu’il est dépourvu d’allergène, ce qui signifie qu’il peut être utilisé par petits et grands sans risque.

Attention toutefois : souvent, les savons et produits au lait d’ânesse sont associés à d’autres substances (comme de l’huile végétale ou de l’huile essentielle par exemple). Avant d’en utiliser, veillez donc à vérifier que vous n’êtes pas allergique à ces autres ingrédients.




Sources

https://www.plantesetparfums.com/le-blog/les-bienfaits-du-lait-danesse/
https://www.cosmopolitan.fr/,les-bienfaits-du-lait-d-anesse,1991383.asp
https://www.aromatic-provence.com/blog/1153-savon-au-lait-danesse-ses-bienfaits-pour-votre-peau
https://www.cocooncenter.com/journal/lait-d-anesse-5-proprietes-pour-une-peau-digne-des-plus-grandes-reines-de-beaute.html

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

décès

30+ idées de textes de condoléances à présenter lors d’un décès

By Dans la tête

30+ idées de textes de condoléances à présenter lors d’un décès

décès

Lorsqu’une personne que vous connaissez doit faire face au décès d’un proche, il est de coutume de lui présenter vos condoléances. Seulement voilà : il s’agit d’un moment très difficile pour l’entourage du défunt. En conséquence, présenter des condoléances peut s’avérer compliqué, surtout parce que l’on peut avoir peur de commettre un impair. Pour pallier à cela, vous pourrez découvrir dans cet article des astuces pour savoir comment présenter vos condoléances et comment adapter votre texte à votre interlocuteur. Enfin, nous avons sélectionné pour vous quelques textes et citations à utiliser sans modération.




4 points clefs incontournables pour rédiger un bon message de condoléances

Vous désirez envoyer un message de condoléances à une personne de votre entourage ou bien à une connaissance ? Sachez que deux possibilités s’offrent à vous : 

  • La carte de condoléances, assez courte, qui vise simplement à témoigner votre soutien et à exprimer vos sentiments rapidement. En général, elle ne fait pas plus de quelques lignes et est illustrée. Vous pouvez l’envoyer avec des fleurs. 
  • La lettre de condoléances, un peu plus longue, qui permet de s’épancher davantage, de parler du défunt, d’évoquer des souvenirs, etc. La plupart du temps, on écrit des lettres de condoléances à des personnes proches.

Quel que soit le type de condoléances que vous avez choisi, vous allez devoir faire attention à un certain nombre de critères : 

  1. La longueur du texte : un message de condoléances n’est pas un éloge. Même si vous avez choisi d’écrire une lettre de condoléances, qui est un format un peu plus long qu’une carte, essayez de rester bref et concis. Une poignée de mots efficaces et bien choisis vaut beaucoup mieux que de grandes envolées lyriques, qui risquent non seulement d’agacer – voire de peiner – votre lecteur, mais aussi de vous laisser toute liberté d’écrire des maladresses.
  2. Le langage utilisé : même si l’on a tendance à vouloir consoler les proches du défunt, l’envoi de condoléances n’est pas fait pour ça. Essayez donc d’éviter au maximum les traits d’humour et les familiarités, qui peuvent être perçus comme mal placés. Conservez plutôt un ton neutre. De même, veillez bien à relire – ou faire relire – votre message plusieurs fois pour en supprimer toutes les fautes d’orthographe.
  3. La présentation : la carte de condoléances n’est pas vraiment l’endroit idéal pour exprimer votre créativité. Privilégiez les présentations sobres et élégantes, sans fioriture. 
  4. Le destinataire : on a parfois tendance à l’oublier, mais les condoléances s’adressent aux proches en deuil, et non pas au défunt. Vous devez donc adapter votre message au degré de proximité que vous entretenez avec la personne qui vient de subir une perte, pas à celui que vous entreteniez avec la personne décédée.
  5. La signature : n’oubliez pas de signer votre message de condoléances ! N’hésitez pas non plus à indiquer votre adresse, votre numéro de téléphone ou tout autre moyen qui permettrait au destinataire de vos condoléances de vous remercier par la suite.

Par quel moyen envoyer des condoléances ?

Il existe de nombreux moyens différents d’envoyer des condoléances :

  • La carte ou la lettre : il s’agit du moyen le plus couramment utilisé, soit via un envoi par la Poste, soit déposé directement dans la boîte aux lettres.
  • Le SMS : il est conseillé d’utiliser des formules vraiment très courtes par SMS, et de ne pas trop utiliser ce moyen pour présenter vos condoléances à des personnes âgées, qui ne voient pas forcément les SMS de condoléances d’un très bon œil.
  • Le mail : il s’agit d’une manière un peu plus impersonnelle de présenter vos condoléances, mais néanmoins plus adaptée à des messages un peu longs que les SMS.
  • Le ruban d’accompagnement : à envoyer avec des fleurs. Il s’agit d’un moyen particulièrement recommandé si vous étiez attendu aux obsèques et que, ne pouvant y assister, vous décidez d’envoyer des fleurs aux proches en deuil.
  • Le message privé sur les réseaux sociaux : attention à bien envoyer un message privé et non pas public ! Par ailleurs, assurez-vous que la personne à qui vous adressez votre message utilise de façon naturelle les réseaux sociaux, car ce moyen peut encore aujourd’hui être assez mal perçu par certaines personnes.
  • Le téléphone : cette option est un peu moins utilisée que les autres, car il est souvent pénible et compliqué pour les personnes qui viennent de perdre un proche de répondre aux appels téléphoniques incessants.
  • De vive voix : bien évidemment, si vous croisez les proches du défunt, vous pouvez leur présenter vos condoléances en personne. Cette solution est particulièrement indiquée si vous vous rendez aux obsèques.

Quand présenter vos condoléances ?

bougies

Tout dépend de votre degré de proximité avec le défunt et/ou avec ses proches. Techniquement, il est même possible de présenter vos condoléances avant, pendant ou après les obsèques. Voici quelques indications supplémentaires pour vous aider à vous décider.

  • Si vous étiez proche de la personne décédée ou de son entourage, il est conseillé de présenter vos condoléances le plus tôt possible. En effet, plus votre degré de proximité est important, plus vous serez attendu dès que la mauvaise nouvelle sera annoncée.
  • Si le défunt ou ses proches sont des connaissances un peu lointaines, il est conseillé pour présenter vos condoléances d’attendre la veillée funèbre, la levée du corps, le service funéraire, les obsèques ou la cérémonie commémorative. C’est par exemple votre cas si le défunt était un collègue de travail, un associé, un membre d’une association ou d’une communauté à laquelle vous appartenez, etc.
  • Si vous n’avez pas pu vous rendre aux obsèques ou à la veillée funéraire, il est toujours possible de présenter vos condoléances quelques jours plus tard. Attention toutefois à ce que ce délai ne soit pas trop important : au bout d’un moment, les proches du défunt souhaitent avancer et faire leur deuil ; présenter vos condoléances à ce moment-là serait donc inopportun.

Quels faux pas éviter pour présenter des condoléances ?

Pour éviter les maladresses, voici un certain nombre d’impairs courants lorsque l’on présente ses condoléances. En les identifiants clairement, il vous sera plus facile de les éviter.

  1. Nier ce qui est arrivé : une personne est décédée, c’est un fait. Il ne faut pas chercher à remettre cela en question ni à atténuer la douleur que cet événement va engendrer et l’impact que cela va avoir sur la vie des proches endeuillés.
  2. Sous estimer les sentiments de la personne endeuillée : que l’on apprécie ou pas le défunt, ses proches doivent actuellement beaucoup souffrir de sa disparition. Ils doivent faire face à une grande souffrance émotionnelle qu’il faut respecter.
  3. Se mettre à la place de votre interlocuteur : même si vous avez aussi déjà subi la perte d’un proche, chaque personne vit le deuil différemment. Les phrases du style « je sais ce que tu ressens » sont donc à bannir.
  4. Utiliser des formules maladroites : parfois, on ne s’en rend pas compte, mais les mots utilisés pour réconforter font plus de mal qu’autre chose. C’est par exemple le cas des phrases comme « maintenant, tu peux passer à autre chose » ou bien « ne t’en fais pas, tu iras mieux bientôt ». À éviter, donc.
  5. Évoquer la façon dont la personne est décédée : quelle que soit la manière dont la mort est survenue, il est fortement déconseillé de l’évoquer car il s’agit malgré tout d’un événement extrêmement douloureux – voire traumatisant. Évitez donc l’emploi des formules comme « Ne t’en fais pas, il n’a pas eu le temps de souffrir » ou « Elle est partie vite, au moins elle n’as pu avoir mal ».



Faut-il envoyer autre chose avec des condoléances ?

Il n’y a pas d’obligation ! Mais vous pouvez en effet envoyer des fleurs avec votre message de condoléances (attention : les fleurs sont un langage à part entière…) ou bien un petit présent. Si vous choisissez cette dernière option, prenez garde à envoyer quelque chose de pertinent : ni de trop grande valeur, ni qui évoque quelque chose de très positif et qui pourrait être assimilé à une récompense.

Souvent, les présents servent à orner le monument funéraire du défunt : plaque commémorative, pot de fleurs…

Enfin, on y pense assez peu mais des plats faits maisons sont très appréciés : ils montrent aux proches en deuil que vous vous souciez d’eux et que vous désirez réellement les soutenir en ce moment difficile.

Quelles formules de condoléances utiliser pour une relation de travail ?

Pour présenter vos condoléances à une relation de travail, vous n’avez pas besoin de vous étendre plus que de raison. Quelques mots de soutien suffisent. Voici plusieurs exemples de messages à utiliser pour présenter vos condoléances à un collègue ou à un patron : 

  • J’ai appris la triste nouvelle, et te présente toutes mes condoléances. Puisses-tu trouver du réconfort et du soutien auprès de tes proches.
  • Cher/Chère X, je pense très fort à toi et à ta famille en ce moment difficile. Sache que tu as tout mon soutien. Sincères condoléances.
  • Mes plus sincères condoléances pour votre perte.
  • Malheureusement, je ne peux pas être à tes côtés pour te soutenir aujourd’hui, mais mes pensées t’accompagnent en cette terrible épreuve.
  • Toute l’équipe se joint à moi pour vous présenter nos condoléances les plus sincères.
  • Nous sommes de tout cœur avec vous dans cette épreuve. 
  • C’est avec tristesse que je viens d’apprendre l’épreuve qui vous frappe. Recevez tout mon soutien.

Quels textes de condoléances utiliser pour une connaissance ?

fleurs enterrement

Pour présenter vos condoléances à une connaissance, il est conseillé de rester formel, mais pas trop distant. Le but reste, malgré tout, de faire part de vos sentiments. Vous pouvez opter par exemple pour les phrases suivantes : 

  • Je souhaite vous présenter mes sincères condoléances et vous exprimer ma plus profonde douleur face à votre perte.
  • Je partage votre peine en ce moment terrible. Mes plus sincères condoléances à vous et à votre famille.
  • C’est avec beaucoup de peine que j’ai appris le décès de X. Je tiens à vous exprimer mes plus sincères condoléances et ma plus profonde sympathie.
  • Sachez que nous prenons tous part à votre douleur. Nos sincères condoléances.
  • Nos pensées sont tournées vers vous et vos proches en cette terrible épreuve. Condoléances.
  • Nous sommes particulièrement peinés par l’épreuve qui vous frappe. Recevez toutes nos condoléances et tout notre soutien.
  • Nous pensons bien à vous et souhaitons vous faire part de tout notre soutien. Sincères condoléances.

Quelles formules de condoléances utiliser pour un ami proche ?

Plus vous êtes proche de la personne à laquelle vous adressez vos condoléances, plus vous pouvez vous permettre de vous éloigner des formules traditionnelles pour créer un message véritablement personnalisé. C’est aussi l’occasion pour vous d’affirmer votre soutien et de proposer votre aide de manière très concrète. Voici quelques exemples de formules à utiliser : 

  • J’ai appris la nouvelle. Toutes mes condoléances. Si je peux t’aider à traverser cette terrible épreuve, n’importe comment, n’hésite pas à me le faire savoir. Je suis à ta disposition.
  • Perdre quelqu’un est toujours une épreuve terriblement difficile ; sache pourtant que tu n’es pas seul(e), nous sommes tous là pour te soutenir. Condoléances.
  • Je pense à toi en ces jours difficiles. Tu peux compter sur moi pour te soutenir au maximum. N’hésite pas à m’appeler en cas de besoin.
  • Les mots me manquent pour t’exprimer mes sentiments. C’est perte immense. Sache que je te soutiens dans cette dure épreuve. Mes condoléances.
  • Accepte ces quelques mots de soutien pour t’aider à faire face à cette terrible perte et n’hésite pas à me solliciter si tu as besoin de quoi que ce soit. Courage.
  • Je t’envoie ce message pour te rappeler que nous sommes là pour toi en ce moment difficile. Nous t’envoyons tout notre soutien.
  • J’ai appris le décès de X avec une grande tristesse. Sache que je te soutiens et que je reste à tes côtés malgré tout. N’hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit. Avec toute mon affection.

Quels textes de condoléances utiliser pour une personne de votre famille ?

Encore une fois, pour exprimer vos condoléances à une personne aussi proche qu’un membre de votre famille, il est conseillé de mettre en avant le soutien et l’aide que vous pouvez lui apporter : 

  • Malgré sa disparition, je n’oublierai jamais X et t’assure de ma plus profonde affection.
  • Je m’associe à ton chagrin et te présente mes plus sincères condoléances. Sache que je suis et serai toujours là pour toi.
  • Je suis vraiment affligé(e) par la terrible nouvelle. N’hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit. Sincères condoléances.
  • Sache que nous sommes tous près de toi pour faire face ensemble à ce terrible malheur. Avec toute notre affection et notre soutien.
  • Sache que s’il existait des mots pour te consoler, je les dirais du fond du cœur pour t’aider. En attendant, sois sûr(e) que je serai là pour toi si besoin. 
  • Je ne peux même pas imaginer à quel point cette épreuve doit être douloureuse. Sache juste que je suis là pour te soutenir à 200 %. Courage.
  • Je suis vraiment désolé(e) pour ta perte. Puissent mon soutien et mon amour t’apporter un peu de réconfort.

Quelles citations célèbres utiliser pour présenter vos condoléances ?

Parfois, il est plus facile de citer des personnes célèbres pour exprimer vos condoléances. Nous avons sélectionné quelques phrases célèbres pour vous aider : 

  • « La mort est le commencement de l’immortalité. » – Robespierre
  • « Le vrai tombeau des morts c’est le cœur des vivants. » – Jean Cocteau
  • « Mourir n’est pas mourir ; mes amis ! C’est changer ! » – Alphonse de Lamartine
  • « Si tu aimes une fleur qui se trouve dans une étoile, c’est doux la nuit, de regarder le ciel. » – Antoine de Saint Exupéry
  • « Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis » – Victor Hugo
  • « Il faut pleurer les hommes à leur naissance, et non pas à leur mort. » – Montesquieu
  • « Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts ; les morts, au contraire, instruisent les vivants. » – François René de Chateaubriand
  • « La mort est belle. Elle seule donne à l’amour son vrai climat. » – Jean Anouilh
  • « La mort est douce : elle nous délivre de la pensée de la mort. » – Jules Renard



Sources

https://www.interflora.fr/guide-deuil-condoleances
https://meilleures-pompes-funebres.com/conseils/quand-presenter-condoleances
https://meilleures-pompes-funebres.com/conseils/ce-quon-peut-dire-et-ne-pas-dire-pour-presenter-des-condoleances
https://www.happyend.life/condoleances-touchantes/
https://www.monfairepart.com/deces/condoleances/exemple-texte-condoleances.html
https://advitam.fr/guides-obseques/religion-deuil/exemples-condoleances
https://meilleures-pompes-funebres.com/conseils/condoleances
https://des-obseques.fr/article/80-messages-de-condol%C3%A9ances/
https://www.le-choix-funeraire.com/content/18-expressions-et-citations-de-condoleances
https://www.happyend.life/citations-deuil/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Send this to a friend