Category

chez soi

micronutrition

Micronutrition, de l’aliment au nutriment

By Alimentation, chez soi, index

Micronutrition, de l’aliment au nutriment

micronutrition

La micronutrition est une nouvelle approche de la santé qui s’intéresse à la présence dans l’alimentation des micronutriments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme : vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels, acides aminés essentiels, antioxydants, fibres alimentaires et probiotiques.

La micronutrition est une science complète qui prend en compte à la fois les particularités de la personne (âge, métabolisme, niveau d’activité, mode de vie et état de santé) et les particularités de chaque aliment (qualités nutritives, biodisponibilité des micronutriments, mode d’absorption optimal, associations alimentaires bénéfiques ou néfastes, métabolisme et élimination).

La micronutrition s’enrichit ainsi des savoirs de la nutrition (que manger?) et de la diététique (comment le manger?) voire de la phytothérapie (comment équilibrer l’alimentation grâce aux plantes ?) tout en s’appuyant sur une approche holistique et personnalisée propre aux méthodes de santé naturelles (qui est le mangeur ? Comment adapter au mieux son alimentation à son état?)




La micronutrition est une science en perpétuelle évolution, qui s’appuie sur les avancées de la recherche et sur l’approfondissement des liens connus entre l’alimentation et la santé.

Son approche fondamentalement qualitative lui confère un rôle majeur à jouer de nos jours, en des temps où l’alimentation est déséquilibrée par une augmentation du contenu calorique des aliments, au détriment de leur richesse en micronutriments : nous parlons des fameuses “calories vides”.

Les bases de la micronutrition

nutrition

Un aliment, qu’il soit d’origine végétale ou animale, contient :

  • des macro-nutriments :  éléments énergétiques et constitutifs de l’organisme ; ce sont les lipides, les glucides et les protéines.
  • des micro-nutriments : éléments constitutifs et régulateurs du métabolisme ; ce sont les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments, les acides gras essentiels, les antioxydants, les acides aminés essentiels, les fibres alimentaires et les probiotiques.

Chacun de ces éléments a un effet sur l’organisme. Cet effet va dépendre de l’aliment qui apporte cet élément, du mode d’absorption et des associations alimentaires réalisées, du métabolisme du mangeur et de la présence ou de l’absence des autres éléments dans l’organisme.

Par exemple, le Calcium n’est pas métabolisé de la même manière par un nourrisson, un homme adulte ou une femme âgée ; il n’est pas absorbé pareillement selon qu’il est d’origine végétale (légumes à feuilles vertes) ou animale (lait de vache, par exemple). Le taux de calcium circulant dans le sang ou fixé dans les os dépend de la présence et de la quantité d’une multiplicité d’autres facteurs : hormones, enzymes et protéines spécifiques, micro-organismes, autres minéraux essentiels…

  • La connaissance des micronutriments et de leurs spécificités permet d’estimer la valeur nutritionnelle d’une ration alimentaire.
  • La connaissance de l’état de santé et du mode de vie du mangeur permet d’estimer les apports en micronutriments nécessaires à l’entretien ou à l’amélioration de sa santé.

Dans l’idéal, les micronutriments sont apportés par une alimentation diversifiée et adaptée, cependant dans certains cas il est nécessaire de recourir à une supplémentation destinée à apporter un complexe d’éléments particuliers en plus grande quantité. Il peut s’agir d’une cure alimentaire ou phytothérapeutique, d’un régime particulier ou de la prise de compléments alimentaires.

Dans le cadre d’une supplémentation, il est important de bien s’informer sur la qualité de l’aliment ou du complément consommé, sur sa teneur en micronutriments, sur les conditions de biodisponibilité optimale de ces micronutriments, et sur les capacités de métabolisme et surtout d’élimination de l’organisme.

Tout déséquilibre – carence comme excès ou accumulation – est préjudiciable et peut être la source de troubles secondaires.

Les rôles des micronutriments

Les micronutriments sont généralement regroupés en 4 grandes classes :

  1. Les vitamines

Les vitamines sont des éléments indispensables au métabolisme, mais à des quantités faibles et précises. Certaines sont synthétisées par notre organisme, d’autres par des bactéries naturellement présentes dans notre intestin, mais la plupart doivent être apportées par l’alimentation. On distingue des vitamines hydrosolubles (vitamines C et du groupe B, solubles dans l’eau) et des vitamines liposolubles (vitamines A, D, E, K, solubles dans l’huile et dans les graisses), ce qui est important pour comprendre dans quels aliments on va les trouver et dans quels compartiments de l’organisme elles peuvent être utilisées ou stockées.

Les vitamines sont impliquées entre autres dans le fonctionnement du système immunitaire et nerveux, l’élimination des toxines, mais également dans le métabolisme du fer, des acides aminés et des acides gras.

  1. Les minéraux et les oligoéléments

Les minéraux sont utiles à la constitution, à l’entretien et au fonctionnement de tous les éléments du corps humain. Les minéraux nécessaires en quantités sont : le Calcium, le Magnésium, le Potassium, le Phosphore, le Soufre, le Sodium et le Chlore.

Les oligoéléments, ou éléments-traces, sont eux aussi nécessaires pour la santé mais en quantités infimes : citons le Fer, le Zinc, le Cuivre, le Fluor, l’Iode, le Chrome, le Cobalt, le Sélénium, le Bore, le Manganèse, le Silicium…

Les minéraux et oligoéléments ne sont pas synthétisés par l’humain. Dans l’alimentation, ils peuvent se présenter sous forme anorganique (carbonate, oxydes, phosphates, sulfates) ou organique, i.e. liés à des molécules naturelles qui favorisent leur assimilation (pidolates, glycinates, malates, citrates).




  1. Les acides gras essentiels

Les acides gras sont les constituants principaux des membranes de nos cellules. Ils sont utiles également au développement et à la santé du système immunitaire, circulatoire et nerveux.
On distingue les acides gras essentiels, dont le rôle est majeur dans le métabolisme, et qui peuvent être synthétisés, et les acides gras indispensables, que l’organisme ne peut synthétiser et qui doivent donc être apportés par l’alimentation.

Ils sont à l’origine des fameux acides gras des familles oméga-3 et oméga-6. Leur ratio dans le corps humain ainsi que leur métabolisme sont fondamentaux pour l’équilibre de la santé.

  1. Les acides aminés essentiels

Composés de base des peptides et des protéines, les acides aminés constituent l’essentiel de la masse du corps humain après l’eau. Un certain nombre d’acides aminés sont dit essentiels car leur synthèse est impossible ou très lente chez l’être humain, et ils doivent par conséquent être apportés par l’alimentation. On les trouve sous forme directement utilisable ou sous forme de précurseurs dans les produits végétaux aussi bien qu’animaux.

(5.) Les autres micronutriments

Les fibres alimentaires ont un rôle bien connu dans le transit intestinal et sont à ce titre nécessaires à la santé – qui passe par une bonne élimination des déchets et surplus ! Elles sont aussi impliquées dans la régulation de la sensation de faim, de la glycémie et du taux de cholestérol, et favorisent l’activité bactérienne dans le côlon. Elles proviennent exclusivement de  l’alimentation végétale.

Les probiotiques sont des micro-organismes (bactéries et levures) semblables à ceux constituant le microbiote intestinal, que l’on peut absorber sous forme vivante par le biais des aliments fermentés. Pour favoriser leur présence dans le système digestif, il est nécessaire d’absorber également des prébiotiques (nutriments nécessaires aux probiotiques).

Les antioxydants sont des molécules qui protègent certains composants de nos cellules de l’oxydation (qui en ferait des composés toxiques). Parmi eux, des tanins, des pigments, des vitamines et des composés phénoliques, tous naturellement apportés par la consommation de végétaux.

La micronutrition en pratique

Un micronutritionniste prêtera une attention particulière à l’état des systèmes digestif, immunitaire, endocrinien et nerveux. Un déséquilibre du fonctionnement d’un de ces systèmes retentit sur tous les autres, et chaque système dépend de la présence bio-disponible de micronutriments particuliers.

A chaque âge de la vie, et selon l’histoire et le mode de vie de la personne, l’alimentation doit être adaptée afin de fournir les nutriments nécessaires. Les maladies et les particularités du métabolisme de chacun justifient une alimentation personnalisée, et parfois des apports supplémentaires.

Un temps d’adaptation est nécessaire pour tout changement de régime ou d’habitudes alimentaires, et il faut plusieurs années pour “se connaître”, et estimer ses besoins personnels, qui ne dépendent pas de règles ni de standards.

Toute supplémentation, si elle est nécessaire, doit être entreprise avec prudence. Elle devrait dans l’idéal être précédée d’un examen attentif de l’état du métabolisme et des émonctoires (peau, foie, système rénal et urinaire) afin de vérifier si l’organisme est capable d’assimiler les nutriments apportés, et de les éliminer si la dose nécessaire est dépassée, ou si leur utilisation n’est pas possible.

Les cures, très limitées dans le temps, devraient être accompagnées d’un temps de repos ou d’activité aménagée.

Enfin, l’utilisation des végétaux pour une supplémentation (phyto-micronutrition) requiert les mêmes précautions que pour tout soin, et une bonne connaissance des plantes et de leurs modes de préparation (voir l’article Phytothérapie).

Note : l’aspect juridique du conseil et de la vente de compléments alimentaires industriels n’est pas ici développé, merci de vous référer à la législation européenne et nationale en vigueur sur le sujet.

Sources:

Comprendre la nutrition

https://www.nutriting.com/comprendre-la-nutrition/la-nutrition-en-7-lecons/vitamines-et-mineraux

Assimiler les minéraux en compléments

https://www.alternativesante.fr/mineraux/difficile-d-assimiler-les-mineraux-en-complement

A propos de l’auteur: Emma DUBOS

En savoir plus

Emma Dubos

Contenu correspondant

therapie de couple

Thérapie de couple: pourquoi, quand et comment

By chez soi, index

Thérapie de couple: pourquoi, quand et comment

therapie de couple

La thérapie de couple est une pratique tellement connue qu’on pourrait se demander si elle a encore besoin d’une introduction. Suivie en couple, cette thérapie a pour but de débloquer une situation qui, dans la majorité des cas, nous fait souffrir.

Cependant, devant une définition aussi large, il est facile de se tromper sur ce qu’elle renferme exactement. Afin de clarifier les choses, il est important de commencer par s’intéresser à ce qu’elle n’est pas. Ainsi, la thérapie de couple doit être distinguée de deux autres pratiques qui, bien que similaires, sont différentes: la thérapie individuelle et le conseil conjugal.

La thérapie individuelle se centre sur un individu, et non sur son couple. On doit donc y faire appel lorsque la raison de notre mal-être est indépendante de la relation que l’on entretient avec notre partenaire. De plus, pour fonctionner, la thérapie de couple doit obligatoirement impliquer les deux personnes du couple. Si l’une d’elles reste en retrait lors des séances, celles-ci auront peu d’effet.

De son côté, le conseil conjugal s’intéresse au couple, tout comme la thérapie de couple, mais pas de la même façon. En effet, il agit plutôt comme une séance de coaching en donnant aux patients des outils qui leur permettront de mieux gérer leur vie à deux. La thérapie de couple, quant à elle, s’intéresse aux problèmes qui se cachent dans la relation. Son approche va donc plus en profondeur afin de prendre le problème à sa source.




Les bienfaits de la thérapie de couple: pourquoi y faire appel?

L’objectif principal de la thérapie de couple est souvent de rétablir une communication qui a été cassée au fil des années ou suite à un événement spécifique. Ce manque de communication peut être mortel pour le couple. En effet, c’est souvent lui qui est à la base de nombreux conflits et problèmes, tels que des incompréhensions, des désaccords sur certains aspects de la vie à deux ou sur l’éducation des enfants, ou encore une distance qui finit par se creuser dans le couple.

Le thérapeute aidera donc à réengager le dialogue entre les deux partenaires et à retrouver la voie vers une communication saine. L’objectif n’est pas de savoir qui a tort et qui a raison, de changer l’autre entièrement ou de régler ses comptes. Au contraire, il est question de réapprendre à écouter l’autre et à le comprendre. Ce cheminement permettra également de comprendre les problèmes internes du couple.

Cependant, cela ne veut pas dire qu’une thérapie de couple réussie aidera dans tous les cas à éviter la séparation. En effet, son objectif n’est pas de sauver la relation à tout prix. Dans certains cas, la thérapie de couple permet aux partenaires de se rendre compte qu’ils ne sont plus faits l’un pour l’autre. La thérapie aide alors éviter déchirements et rancœur et, ainsi, à rendre la séparation plus sereine. Certains couples décident d’ailleurs de faire appel à la thérapie de couple non pas pour sauver leur couple, mais pour sauver leur séparation.

Alors, quand faut-il consulter? Tous les couples passent par des disputes et des crises passagères. Mais lorsque le problème est plus profond, que l’on se sent mal et que l’on rejette la cause de notre souffrance sur notre partenaire, il est conseillé de se tourner vers la thérapie de couple.

Cependant, il est préférable d’y faire appel dès les premiers signes de crise dans la communication au sein du couple, et non pas d’attendre que le couple commence à se déchirer. En effet, si l’objectif recherché par les partenaires est la survie de leur couple, attendre que le conflit s’envenime avant de commencer à suivre une thérapie rendra le processus très difficile, et l’issue sera parfois opposée à celle qui était désirée.

Il est aussi possible de consulter lorsque les problèmes ne sont encore qu’à l’état de risques et ne se sont donc pas encore matérialisés. C’est le cas, par exemple, dans des couples multiculturels qui se sont récemment mis ensemble et qui voient déjà de potentiels conflits, ou avant l’arrivée d’un enfant qui pourrait entraîner de sérieux désaccords au niveau de son éducation.

En pratique

La thérapie de couple prend la forme de séances d’une durée d’1h à 1h30 lors desquelles un thérapeute accueille les deux partenaires. La première séance s’attache à déterminer la raison pour laquelle le couple fait appel à la thérapie. Tout au long de celle-ci, et de toutes les autres, le thérapeute ne prend pas parti, ne juge pas et ne prend pas le rôle d’arbitre dans les discussions. Il agit simplement comme un accompagnateur: il montre le chemin pour rétablir la communication et régler les problèmes du couple.

Ce sont à peu près les seuls points communs qui existent entre toutes les thérapies de couple. En effet, celles-ci varient beaucoup selon le couple et le thérapeute lui-même.

Ainsi, plusieurs approches peuvent être utilisées lors des séances. Celles-ci sont choisies sur base de l’expérience et des préférences du thérapeute, mais également par rapport aux besoins du couple. Le thérapeute peut par exemple se concentrer sur les souffrances passées, qui ont une influence souvent inconsciente sur les conflits actuels, ou porter son attention sur le comportement de chacun des partenaires.

Dans de nombreux cas, le thérapeute demande au couple de réaliser certains exercices lors des séances, comme des jeux de rôle. En outre, il leur donne généralement des tâches à faire entre deux séances, telles que sortir en tête à tête, écrire une lettre à l’autre ou répéter les paroles prononcées par le partenaire lors d’une dispute. Les séances sont souvent espacées de plusieurs semaines pour donner au couple le temps de travailler sur ces différentes tâches et mettre en pratique ce qui a été discuté avec le thérapeute.

Quant au nombre de séances, il varie fort d’un cas à l’autre. Si certains couples n’en auront besoin que de 2 ou 3, d’autres pourront continuer la thérapie pendant bien plus longtemps. Toutefois, la thérapie de couple n’est pas faite pour durer sur de nombreuses années. On compte généralement une vingtaine de séances maximum.

A propos de l’auteur

Leonor RogisterDiplômée de l’Ecole de Journalisme de Louvain, Léonor Rogister s’est détournée du monde de l’actualité quotidienne pour s’intéresser aux news lifestyle. Amoureuse de la nourriture et des bonheurs simples, elle aime s’informer et informer sur tout ce qui touche au bien-être, peu importe la forme qu’il prend.

Léonor est expatriée depuis 2015 et a fait de plusieurs pays sa maison. Quand elle n’est pas en train de voyager, elle aime profiter du confort de son chez soi. Elle tient également un blog depuis des années sur lequel elle partage sa passion pour les voyages.

FacebookLinkedin

Contenu correspondant

generations

Constellations familiales et systémiques

By chez soi, index

Constellations familiales et systémiques

generations

Définition:

Les constellations familiales sont une approche thérapeutique systémique qui s’intéresse à l’ensemble de la famille avec ses diverses interactions ainsi qu’à ses dimensions et dynamiques transgénérationnelles et ce sur plusieurs générations.

Chacun de nous appartient à un système familial composé des lignées paternelles et maternelles. Dans cette grande histoire familiale, il y a eu des drames, des non-dits, des secrets, des personnes qui n’ont pas eu leur place ou ont été exclues.

Nous pouvons inconsciemment répétés, par loyauté invisible et intrication, les destins difficiles et douloureux d’autres avant nous, même si nous ne les avons pas connus. Ces répétitions ont pour fonction de rappeler tous ceux qui n’ont plus leur place dans le système familial afin de pouvoir les réintégrer à nouveau.
Il se peut que dans notre vie nous vivions des impasses, des maladies, des accidents, des échecs récurrents, ou la sensation de ne pas vivre notre vie, de ne pas être à notre place.

Grands principes:

constellation familiales

Cette thérapie systémique se pratique en groupe ou en individuel et s’appuie sur trois principes fondamentaux :

– l’appartenance : à partir du moment où un être a été conçu, il prend sa place au sein de sa famille d’origine, rien ne peut lui ôter cette appartenance, pas même la mort.

Le système familial n’admet aucune exclusion, même apparemment légitime.

La loyauté envers un des membres est d’autant plus grande qu’il ne reçoit pas la place qui lui revient, qui lui est due.
Un descendant peut alors être « intriqué » avec ce destin et le reproduire. Ainsi tout traumatisme, blessure, dette se répercute sur l’ensemble du système à travers les générations.

– l’ordre : l’ordre du système, de la famille respecte l’ordre chronologique, ainsi les parents viennent avant les enfants. Cet ordre détermine aussi la place. Les parents sont avant les enfants, les aînés avant les cadets etc

Par exemple, lorsque je juge mes parents, les protège ou les soutiens, je ne suis pas à ma place d’enfant. Il se peut même que je me mette dans un rôle de sauveur et sois prêt à mourir pour sauver mes parents. Il me faudra grandir et prendre ma « juste place » et laisser aux autres la leur.




– l’équilibre entre donner et recevoir : les relations humains s’équilibrent sur la base de donner et recevoir. Si je n’ai pas appris à recevoir, déjà la vie qui m’a été donnée, alors je continuerai à créer des conditions pour ne jamais trouver le bon partenaire, le bon travail etc
Si je ne suis pas en paix avec la place qui est la mienne, alors je risque de rencontrer l’insatisfaction et l’échec sans comprendre pourquoi ces scénarios se répètent.

Ces grands principes sont à l’œuvre dans tout système et la pratique des constellations initialement circonscrite au système familial s’est maintenant développée pour le traitement des blessures systémiques dans de nombreuses situations (constellations d’entreprises, constellations de valeurs, constellations symboliques, etc.)

En pratique:

famille

Lors d’un atelier, après que la personne ait évoqué le problème qu’elle souhaite résoudre, il lui est demandé de choisir parmi les participants présents, des membres de son système qu’ils représenteront et de les placer, de les poser dans l’espace. Ensuite, chacun peut voir, entendre, ressentir, ce que vont manifester les représentants lorsqu’ils seront interrogés sur ce qui se passe pour eux.

Les représentants, par leur position, leur ressenti, vont révéler les secrets, manquements, intrications possibles au sein du système familial en désordre. Le langage des constellations est phénoménologique, c’est-à-dire que la priorité n’est pas donné au langage verbal mais à celui des phénomènes qui ont lieu là à l’instant présent sous nos yeux. Il ne s’agit pas d’un jeu de rôle où on répète ce que l’on connaît déjà et incrimine les uns ou les autres ou d’un psychodrame où rejouer encore et encore les mêmes souffrances émotionnelles.

Même si ces approches ont leur sens, les constellations sont tout autre chose et cherchent à ramener du mouvement au sein des blocages. Il s’agit donc d’être attentif à ce qui se passe, plutôt que d’interpréter ou analyser et influer à travers des grilles de lecture pré-établies. C’est toute la subtilité des constellations que d’être à l’écoute de mouvements subtils qui amèneront si on les laisse se dérouler, une meilleure harmonie à un moment. La personne pourra alors prendre sa place dans cette nouvelle représentation qu’elle intégrera.

Bienfaits:

Toute personne désireuse de changer peut participer à une constellation. Celle-ci peut être complémentaire à d’autres approches. Vous pouvez avoir des connaissances approfondies sur votre généalogie, voire en psycho-généalogie mais ce n’est pas obligatoire ni nécessaire pour faire une constellation.

Les effets d’une constellations s‘inscrivent dans le temps. Les bienfaits d’un tel travail sont déjà de ramener du mouvement là où il y a avait blocage, de permettre de nouvelles connexions possibles, de faire des choix plus en lien avec soi.

Cela peut aider à retrouver confiance en soi, redonner du sens à sa vie. Il est possible aussi de mieux comprendre le sens des maladies, ou des situations difficiles qui nous arrivent. Cela peut permettre de se réconcilier avec soi et sa famille, de sortir des problèmes avec l’argent, la réussite, la relation amoureuse.
Les bienfaits des constellations touchent de nombreux domaines car leur application permet de  couvrir et traiter un vaste champ de problématiques.

Histoire:

Les constellations familiales ont été connues, dans les années 90, grâce au travail de Bert Hellinger, philosophe, théologien et psychanalyste allemand, qui a côtoyé les Zoulous en Afrique du Sud pendant seize ans. Lui-même a rencontré  cette approche près d’une femme, Thea Schönfelder, lors de rencontres psychothérapeutiques, à Lindau en Allemagne. Ayant été représentant, ce travail l’a fortement interpellé et lui a donné envie de continuer à approfondir ses intuitions.

Bert Hellinger a lui-même été influencé par par le travail sur les scénarios de vie d’Eric Berne, le fondateur de l’analyse transactionnelle. Depuis, de nombreuses personnes se sont intéressées à ce travail des constellations et ont contribué à enrichir son approche.

Bert Hellinger lui-même dans son travail d’approfondissement,  intègre une vision toujours plus élargie de la conscience, appellé « mouvement de l’âme » ou« souffle de l’esprit ».  dans cette direction tout aussi thérapeutique que spirituelle.




Références:

– Anne Ancelin Schützenberger – Aïe mes aïeux – plusieurs éditions
– Patrice Van Ersel/C.Maillard – J’ai mal à mes ancêtres, la psychogénéalogie aujourd’hui, Ed.Albin Michel
– Elisabeth Horovitz – Se libérer du destin familial – Ed. Dervy
– Alexandro Jodorowsky/Marianne Costa – Métagénéalogie – Ed.Albin Michel
– Emmanuel Ratouis – Cent histoires pour mieux comprendre l’inconscient familial qui nous gouverne – Ed. Les méandres
Bert Hellinger sur wikipedia son site

A propos de l’auteur: Hélène Wangmo

Fondatrice de l’académie des Cinq Racines – animatrice sessions de constellations familiales & systémiques

En savoir plus

Helene Wangmo

Contenu correspondant

punaises de lit

Comment se débarrasser des punaises de lit?

By chez soi, Maison

Comment se débarrasser des punaises de lit?

punaises de lit

Les punaises de lit peuvent vite se transformer en votre pire cauchemar. Non seulement elles sont petites et ont peu de mal à se cacher, mais elles peuvent aussi se reproduire à une rapidité déconcertante. Sans parler de toutes les piqures qu’elles laissent sur notre corps pendant la nuit!

Comment faire pour s’en débarrasser? Commencez le plus rapidement possible, retroussez vos manches et suivez nos conseils.




1) Lavez votre linge

Si vous êtes infestés, la première choses à faire est de laver vos draps en profondeur pour éliminer toutes les punaises qui s’y trouvent. Pour les tissus qui le supportent, choisissez un lavage à 60° ou 90° sur cycle prolongé. Passez-les ensuite au sèche-linge et, pour vous assurer de détruire jusqu’au dernier œuf, repassez avec un fer très chaud. N’hésitez pas à passer votre fer de nombreuses fois sur le tissu et à bien forcer sur les replis.

Si certains de vos tissus ne peuvent être lavés à une telle température, vous pouvez opter pour l’autre extrême: placez-les au réfrigérateur pendant au moins 3 jours.

2) Aspirez

Il est important d’aspirer dans les moindres recoins de votre chambre et des pièces de votre maison qui sont infectées. Commencez par aspirer votre matelas et votre sommier, puis passez sur le sol, les plinthes, les meubles et toutes les surfaces de la pièce. Pour être sûrs de ne rien laisser au hasard, vous devez agir minutieusement et n’oublier aucun endroit.

Si vous avez de l’insecticide en poudre, finissez par en aspirer un peu pour tuer les punaises qui auraient pu finir vivantes dans le sac de votre aspirateur. Fermez ensuite le sac hermétiquement et jetez-le directement dans une poubelle à l’extérieur.

Faites cela avant de vous attaquer aux punaises et répétez l’opération après avoir effectué le traitement.

3) Saupoudrez de la terre de Diatomée sur le sol

100% naturelle, la terre de Diatomée est constituée de petites particules qui n’ont aucun scrupule auprès des punaises: elles se posent sur elles et les tuent par déshydratation, souvent en l’espace de quelques jours.

Mettez-en près des plinthes et autour de votre lit. Notez que la terre de Diatomée peut être utilisée contre de nombreux autres insectes mais elle doit être tenue à l’écart des animaux de compagnie, qui pourraient s’intoxifier à son contact.

4) Faites un nettoyage à la vapeur

Pour cela, il vous faudra un nettoyeur-vapeur, que vous utiliserez de préférence à une température de 180°. Si le lavage à 90° permet déjà de tuer les punaises et leurs larves, imaginez l’efficacité d’un nettoyage à 180°. C’est simple: il les tue instantanément! Il est d’autant plus efficace sur les œufs, qui sont généralement plus résistants que les punaises.

Pour cela, équipez-vous de lunettes de protection et utilisez le nettoyeur-vapeur sur votre matelas et vos draps, en faisant bien attention à ne manquer aucun pli, ourlet et recoin.

5) Faites appel à un spécialiste

Le traitement des punaises de lit est un processus long et minutieux. Si vous n’arrivez pas à en venir à bout vous-mêmes ou si  vous préférez laisser la lourde tâche à quelqu’un d’autre, vous pouvez vous tourner vers des professionnels. Ceux-ci ont généralement recours à des produits chimiques mais c’est parfois la seule option qu’il vous restera.

Dans tous les cas, ne baissez pas les bras. Se débarrasser des punaises de lit peut être un processus long et douloureux mais, même si la lutte pourrait vous paraître interminable, elle n’est pas impossible. Si vous êtes méticuleux vous finirez par arriver à bout des punaises, et à retrouver un sommeil sain et sans stress!

A propos de l’auteur

Leonor RogisterDiplômée de l’Ecole de Journalisme de Louvain, Léonor Rogister s’est détournée du monde de l’actualité quotidienne pour s’intéresser aux news lifestyle. Amoureuse de la nourriture et des bonheurs simples, elle aime s’informer et informer sur tout ce qui touche au bien-être, peu importe la forme qu’il prend.

Léonor est expatriée depuis 2015 et a fait de plusieurs pays sa maison. Quand elle n’est pas en train de voyager, elle aime profiter du confort de son chez soi. Elle tient également un blog depuis des années sur lequel elle partage sa passion pour les voyages.

FacebookLinkedin

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

compas feng shui

Feng Shui: Définition, Principes, En Pratique, Bienfaits

By chez soi, index

Feng Shui: Définition, Principes, En Pratique, Bienfaits

compas feng shui

Définition du Feng Shui

Le terme Feng Shui est souvent traduit par Vent et Eau. Mais ces 2 notions sont tirées d’une citation beaucoup plus complète datant du 3ème ou 4ème siècle après Jésus-Christ (entre 276 et 324) : “Le vent disperse le Qi, l’eau le retient”. L’objet de l’étude d’un lieu n’est donc pas le vent ou l’eau, mais le Qi ! C’est la circulation du Qi, de l’énergie ou des énergies à laquelle va s’intéresser le Feng Shui, sachant que le Qi est véhiculé aussi bien par tout ce qui bouge que par tout ce qui ne bouge pas.

Le Feng Shui yang s’intéresse à l’impact des lieux sur le vivant et pose ainsi la question de l’interaction entre un ou plusieurs individus et le lieu qu’ils habitent.

Plus que millénaire, le Feng Shui est dit “classique” car il s’inscrit dans l’ensemble des 8 disciplines classiques enseignées aux érudits et aux lettrés à la cour des empereurs chinois :

  • la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC)
  • les arts martiaux (Qi gong, Tai Qi)
  • la pharmacopée chinoise (herboristerie)
  • les astrologies solaire et lunaire
  • le Feng Shui (thème astrologique du lieu)
  • l’acupuncture
  • le massage Tuina 
  • la calligraphie



Histoire et Références

Discipline chinoise plurimillénaire, le feng shui classique est issu du taoïsme, mélange de philosophie et de croyances, fondé par Lao Tseu au 6ème siècle savant Jésus-Christ. Les disciplines taoïstes dans la cosmogonie chinoise reposent sur l’harmonie du Yin et du Yang et sur la théorie des 5 éléments.

Elles visent à approcher un niveau d’équilibre le plus important possible – il s’agit de vivre en harmonie avec les lieux comme la clé d’un meilleur bien être

Ayant à l’origine pour objectif d’assurer une longue vie à l’empereur, synonyme de stabilité politique, le Feng Shui s’occupe de la circulation des flux énergétiques de nos espaces de vie. En effet, réguler les énergies dans un lieu permet de vivre longtemps à un moindre coût énergétique. Le feng shui du temps et de l’espace était pratiqué uniquement par les érudits et lettrés au service de l’empereur et les connaissances transmises de maître à disciple durant de longues années d’étude et de pratique.

Interdit par le régime communiste au moment de la révolution chinoise de 1949, les maîtres Feng Shui s’exilent pour pouvoir continuer de pratiquer. Ils se rendent au Japon, au Tibet et en Inde où le Feng Shui prend alors des formes différentes. Certains iront même jusqu’aux Etats Unis, où on retrouve le terme sur la côte ouest des Etats-Unis dans les années 1970. Discipline complexe et difficile à expliquer, sa résonnance “exotique” est récupérée par le mouvement “New Age” qui s’en approprie alors la seule partie visible. L’aspect décoratif permet de proposer une approche nouvelle mais qui, de ce fait, appauvrit la discipline.

Cette vision du Feng Shui a transité jusqu’en Europe et est encore malheureusement largement diffusée aujourd’hui, souvent par facilité commerciale.

Toutefois, le Feng Shui classique chinois permet la transmission des fondements du Feng Shui et l’usage d’une approche authentique de la discipline, c’est à dire la capacité d’évaluer le niveau de synergie entre un lieu et une personne afin de préserver l’énergie de l’individu.

Grands Principes

La pensée chinoise ancestrale pose le postulat qu’aucun lieu n’est neutre, qu’il possède sa propre énergie et qu’il a un impact sur la vie des personnes qui l’occupent. Chaque lieu étant également en interaction permanente avec l’environnement, une analyse Feng Shui inclura toujours l’étude des paysages .

Le Feng Shui va permettre la lecture énergétique d’un lieu afin d’évaluer la quantité et la qualité de Qi et ainsi identifier son potentiel.

Déterminer l’orientation de la construction permet de calculer la carte énergétique du lieu. 24 orientations combinées avec 9 périodes permettent de calculer 216 cartes énergétiques.

Le feng shui classique permet l’aménagement d’un espace selon sa carte énergétique avec pour objet de mettre en adéquation, par le positionnement, la carte énergétique du lieu et les projets de vie des habitants.

En Pratique

Une analyse Feng Shui se fait toujours sur une demande précise du client. En effet, le respect des personnes et des lieux impose de n’intervenir que sur les aspects pointés par les habitants.

Différentes étapes indispensables devront faire partie du déroulement d’une étude complète :

  • Analyse sur site de l’environnement extérieur et intérieur
  • Relevé des directions et orientations
  • Calcul et analyse de la carte énergétique
  • Propositions d’aménagements pour harmoniser et équilibrer les énergies présentes dans le lieu
  • Remise du rapport d’analyse

Bienfaits du Feng Shui

bambou

Particuliers ou professionnels peuvent faire appel à un professionnel du Feng Shui sur des sujets divers :

  • un sentiment d’inconfort chez soi
  • des blocages
  • des difficultés relationnelles dans la famille
  • des changements personnels ou professionnels
  • un projet immobilier (réaménagement, déménagement, vente, …)
  • un enfant qui dort mal ou qui a du mal à étudier
  • des problèmes de santé
  • lors d’une nouvelle installation pour décrocher les premiers clients
  • si le volume de la clientèle est insuffisant
  • si le chiffre d’affaires stagne
  • si les équipes manquent de cohésion
  • lorsque le cadre pour les consultations manque de personnalité



Ce que le Feng Shui pourra apporter :

  • augmenter le bien être au quotidien
  • retrouver de la sérénité en famille
  • accompagner les périodes de changement
  • optimiser leur rénovation, une vente ou un achat immobilier
  • améliorer la santé
  • une meilleure qualité de vie
  • être soutenu dans les démarches commerciales et décrocher les premiers clients
  • développer et fidéliser une clientèle
  • augmenter et asseoir le chiffre d’affaires
  • améliorer la cohésion des équipes
  • offrir aux clients un cadre de consultation harmonieux et à l’image du praticien
  • enrichir une démarche globale de Qualité de Vie au Travail

Mais il ne faut pas négliger les effets induits qui n’apparaissent pas directement et qui pourtant sont les véritables bénéfices du Feng Shui :

  • Remarquer que les lieux sont le reflet de qui ont est
  • Porter un autre regard sur ses comportements
  • Prendre conscience que l’environnement extérieur et intérieur sont agissants
  • Réaliser que les lieux ne sont pas neutres (ils ont leur propre énergie)
  • Prendre conscience qu’il faut être prêt au changement
  • bref, réaliser qu’au fond il s’agit d’une grande remise en question personnelle

A propos de l’auteur: Miryam Berbaum

“J’ai entendu parler pour la première fois du Feng Shui en 2003, lors d’une soirée d’information à laquelle une amie m’avait conviée. A la fois intriguée et intéressée alors que je venais d’acheter ma maison, j’ai beaucoup lu en essayant de démêler la multitude d’informations, parfois contradictoires, que j’ai pu trouver sur le sujet.

N’obtenant pas les réponses à mes questions, j’ai décidé de me former et, après plusieurs stages en Feng Shui et Feng Shui staging, ma rencontre avec Marie-Pierre Dillenseger, expert en analyse des facteurs spatio temporels dans leurs effets inhibiteurs ou accélérateurs, a été l’aboutissement d’un long chemin pour identifier l’essence de cette discipline ancestrale. Son approche du Feng Shui classique chinois, dans la lignée de Joseph Yu, m’a permis d’approfondir l’analyse et la compréhension des énergies qui nous entourent et avec lesquelles nous devons composer harmonieusement.”

En savoir plus

myriam berbaum

Contenu correspondant

dietetique chinoise

Diététique chinoise: origines, bienfaits, usages

By chez soi, index

Diététique chinoise: origines, bienfaits, usages …

dietetique chinoise

Dans la conception traditionnelle chinoise, la diététique est l’art de se nourrir en fonction de sa constitution de naissance, de son état de santé, des propriétés des aliments et des saisons. La diététique participe à la santé de l’individu, de manière préventive et curative. La santé est envisagée sous le triple point de vue énergétique, physique et spirituel comme la capacité à réaliser à tout instant un équilibre dynamique avec l’environnement interne et externe.

La diététique chinoise intervient pour contribuer à réaliser cet équilibre, en harmonie avec les quatre autres pratiques fondamentales de la Médecine Traditionnelle Chinoise, qui sont les exercices énergétiques (Qi Gong), la pharmacopée, le massage (Tui Na) et l’acupuncture.




Principes de la diététique chinoise traditionnelle:

Si en Occident, la notion d’équilibre alimentaire est répandue depuis longtemps, elle repose généralement sur les propriétés physico-chimiques des aliments : protéines, lipides, glucides, vitamines, etc. et sur le principe d’égalisation des dépenses et des apports en calories.

En Orient, la notion d’équilibre alimentaire prend davantage en compte l’effet énergétique spécifique de chaque aliment sur l’ensemble des fonctions vitales : l’alimentation a pour but de nourrir le Jing (l’énergie vitale de naissance), de combler le Qi (l’énergie circulante de transformation) et de faire prospérer le Shen (l’énergie organisatrice, psychique et émotionnelle).

L’équilibre énergétique de l’individu étant perpétuellement remis en balance par les variations ou événements intérieurs et extérieurs, l’alimentation doit être en permanence ajustée pour conserver l’organisme dans un état réactif et adaptatif. C’est pourquoi il s’agit d’un véritable art de vie dont l’esprit mérite d’être transmis dès le plus jeune âge.

De même que la pensée chinoise ancestrale ne sépare pas fondamentalement le macrocosme du microcosme, l’intérieur de l’extérieur, ou l’individu de son environnement, elle ne sépare pas non plus les notions d’aliment et de médicament, de prévention et de thérapeutique, ou plus largement d’énergie et de matière ou encore de corps et d’esprit. Tous ces éléments sont en relation, leur équilibre engendre la vie et la mort.

En pratique:

nourriture chinoise

Les aliments sont choisis selon leurs propriétés et qualités, avant d’être agencés et préparés en fonction de l’état de la personne et du contexte de leur absorption. Voyons ci-dessous ce que cela veut dire :

Propriétés et qualités des aliments en diététique chinoise :

Vitalité : qualité énergétique d’un aliment. L’aliment doit être le plus frais possible, le plus proche possible de sa forme vivante. Il doit provenir lui-même d’un organisme en bonne santé.

Nature : effet plus ou moins yin ou yang d’un aliment. En diététique chinoise, les aliments sont classés selon leur effet “échauffant” ou “rafraîchissant” sur les fonctions physiologiques. Un aliment peut être désigné comme froid, frais, neutre, tiède, ou chaud, indépendamment de sa température au moment de l’absorption.

Saveur : propriété gustative et tonifiante d’un aliment. Chaque saveur nourrit une fonction vitale (représentée par un organe-type en médecine chinoise, bien que la notion asiatique d’organe soit fondamentalement différente de celle utilisée en Occident) et entraîne une activité spécifique. Toute dysharmonie des saveurs, ou disproportion entre elles dans l’alimentation (excès, carence) entraîne un déséquilibre physique et énergétique dans une fonction vitale, qui s’étend progressivement à l’ensemble des fonctions de l’organisme. Un aliment peut être désigné comme piquant, doux, amer, acide, ou salé.

Tableau des relations entre les Saveurs, les Organes et les Éléments selon la diététique chinoise

Forme : couleur, consistance, hydratation d’un aliment. On s’intéresse ici à la couleur (vert, rouge, jaune, blanc, noir), à la consistance (dur, fibreux, charnu, croquant, mou) et au degré d’hydratation (humidifiant ou asséchant) de l’aliment.

– L’harmonie des couleurs stimule l’appétit et favorise donc la digestion, tout en constituant une aide visuelle pour l’élaboration d’un repas équilibré.

– La consistance des aliments influe sur la mastication et l’insalivation, qui conditionnent elles-mêmes l’assimilation et la digestion, elle est donc liée de manière déterminante à la physiologie de l’individu tout au long de sa vie.

– De la proportion entre les aliments humidifiants et desséchants dépend la qualité et la quantité des liquides et fluides organiques. L’excès comme la carence en humidité dans l’alimentation engendrent des troubles de santé.




Autres éléments-clés de la diététique chinoise:

La provenance : les aliments d’origine locale sont les plus adaptés, pour le terrain de culture comme pour le terrain de l’individu.

Le contexte : le climat, la saison, l’heure du repas influent sur l’impact de chaque aliment sur l’organisme.

La préparation : le mode de prélèvement, de coupe, de conservation, de cuisson ou de préparation de l’aliment (fermentation, écrasement, séchage…) modifient son assimilation.

Le cadre : l’ambiance matérielle (lieu) et émotionnelle du repas joue aussi un rôle non négligeable. Les 9 règles de diététique chinoise recommandent de manger par faim, avec régularité, modération, concentration, plaisir, dans un esprit calme, de bien mâcher, et d’améliorer sa digestion par des auto-massages et une marche après le repas.

L’individu : la constitution de naissance du mangeur, ses habitudes alimentaires ainsi que son état de santé physique, psychique, émotionnel et énergétique passé et présent sont systématiquement pris en compte dans le choix et le mode de préparation des aliments. En cela, la diététique chinoise est un art plus qu’une science, car elle est tout à fait personnalisée, extrêmement adaptative et non dogmatique.

D’observations et de rapprochements répétés pendant des millénaires, la médecine traditionnelle chinoise a tiré un ensemble d’éléments servant à nourrir la réflexion et l’intuition de toute personne souhaitant conserver sa santé. La diététique est d’abord un art de l’observation, attentive et précise, de son propre organisme (corps et esprit), un art de l’observation patiente et subtile de l’environnement, et un ensemble de saines habitudes de vie liées à une logique simple et vérifiable.

L’abord de la diététique chinoise nécessite un changement de paradigme, car l’aspect énergétique tel qu’il est considéré en Orient n’est jamais pris en compte par la diététique occidentale, que ce soit pour les aliments ou pour l’organisme.

Pour se soigner ou maintenir sa santé par la diététique chinoise, il faut être en mesure d’identifier les déséquilibres dans l’organisme et de comprendre leurs causes. Il est nécessaire pour cela de se former à la pensée traditionnelle chinoise, et d’apprendre à combiner les différents types de pratiques de santé : exercices de respiration et de méditation, stimulations énergétiques, massage ostéopathique, pharmacopée, etc. pour une meilleure efficacité.

Un peu d’Histoire:

Dès la plus haute Antiquité, les Chinois liaient intimement dans leurs observations et leurs pratiques le microcosme au macrocosme. Le corps humain était considéré comme une image de la société des hommes, et le royaume lui aussi organisé à l’image de l’Univers. Le Cœur, l’Empereur et le Soleil occupaient une place centrale et prépondérante au sein de leurs royaumes respectifs, le corps, le pays et la galaxie. Au rythme des saisons, les flux énergétiques et matériels étaient observés et leurs variations équilibrées, dans le but de maintenir la santé de tout élément.

Le médecin chinois était chargé de maintenir la santé des citoyens. Il devait prévenir les maladies au lieu de les guérir. S’il échouait à empêcher la survenue d’un mal, il n’était plus payé et devait “se racheter” en mettant tout en œuvre pour soigner son patient. Le but d’une existence étant l’atteinte de l’éveil, l’alimentation se devait d’assurer à l’homme la plus grande longévité possible pour optimiser ses chances d’y parvenir.

Dès la Dynastie Zhou (1046-771 avant J.C.), l’Empereur était suivi quotidiennement par des shi yi, c’est-à-dire des médecins des aliments. Ces diététiciens se situaient au sommet de la hiérarchie des médecins impériaux.

Le Huang Di Nei Jing, Le Canon Interne de l’Empereur Jaune, le plus ancien livre de médecine chinoise, fut composé à partir de manuscrits médicaux élaborés sous les Royaumes Combattants (403-222 av. J.-C.) et mis en forme sous la dynastie des Han (221 av. JC- 220 ap. J.-C.). Il sert encore de référence de nos jours.

Vers 652 ap. J.-C., sous la Dynastie Tang, le célèbre médecin et alchimiste Sun Si Miao rédige la première encyclopédie médicale chinoise en 30 volumes, le Qian Jin Fang.

«Celui qui ne sait manger ne sait vivre»

Sun Si Miao (541-682, à 141 ans)

De 960 à 1279, sous la Dynastie Sòng, une immense collection de recettes médicales est publiée, qui expose la manière de soigner plus de 300 maladies uniquement par l’alimentation.

Note : cet article est un aperçu des principes de la diététique chinoise. La difficulté de traduction des concepts chinois en français ainsi que le souci de simplification et de concision qui ont présidé à sa rédaction peuvent faire paraître certaines notions imprécises ou incomplètes aux yeux des connaisseurs. Nous vous incitons à effectuer de plus amples recherches pour découvrir les inépuisables richesses de ce sujet.

A propos de l’auteur: Emma DUBOS

En savoir plus

Emma Dubos

Contenu correspondant

maca

Maca, une plante montagneuse aux nombreux bienfaits

By Alimentation, chez soi, Soins, Sommeil

Maca, une plante montagneuse aux nombreux bienfaits

maca

Nous sommes dans la cordillère des Andes, à plus de 3.500 mètres d’altitude, dans des conditions semi-désertiques. On aurait du mal à imaginer qu’il puisse y avoir de la vie à cet endroit, et pourtant… C’est là que pousse la maca et c’est là que les Péruviens, tout comme les Incas et d’autres peuples avant eux, la récoltent et la consomment.

Mais si cette plante impressionne par sa survie dans des conditions extrêmes, elle est aussi étonnante de par ses nombreux bienfaits. Surnommée « ginseng péruvien », la maca a notamment des vertus énergisantes et anti-inflammatoires, et agit comme régulateur de nos systèmes vitaux.

Vous voulez en savoir plus sur cette plante mystérieuse, qui supporte de très hautes températures le jour et passe la nuit dans un environnement glacial? Découvrez ici son histoire, ses bienfaits et comment vous pouvez la consommer à votre tour.




Le maca, un super aliment ancestral

Avant tout, une précision s’impose : « maca » est un nom que l’on voit tantôt au masculin, tantôt au féminin, mais il serait faux de croire que le choix de son accord se fait au hasard. En effet, on dit « la maca » quand on parle de la plante et « le maca » quand on veut parler de son tubercule, qui n’est autre que la partie de la plante que l’on consomme.

Car le maca est un tubercule qui pousse sous la terre, au même titre que le radis, la pomme de terre et le navet. Il ressemble d’ailleurs à ce dernier, avec un diamètre d’environ 7cm et une couleur généralement jaunâtre.

Selon les archéologues, le maca était déjà consommé plus d’un millénaire et demi avant notre ère, bien qu’on n’en sache pas beaucoup plus sur sa consommation à cette période-là. Ce que l’on sait, c’est que les Incas le considéraient comme une plante sacrée. Ils l’utilisaient alors principalement pour ses bienfaits sur la fertilité, mais aussi pour donner force et énergie à leurs soldats avant les batailles.

Plus tard, lorsque les conquistadors espagnols ont envahi ce territoire de l’Amérique du Sud, ils en donnaient à leurs chevaux pour augmenter leur fertilité et ainsi agrandir leur troupeau rapidement. Sur place, ils en consommaient également eux-mêmes pour mieux survivre aux conditions climatiques si éloignées de leur terre natale.

Aujourd’hui, les Péruviens en consomment encore au quotidien, et certains sont même convaincus qu’elle aide à vivre plus longtemps. Cependant, si le maca a réussi à être gardé relativement loin des yeux du monde pendant des millénaires, il s’exporte maintenant dans d’autres pays, conquis par ses bienfaits.

Il faut dire que le maca est rempli de nutriments essentiels. Il est, d’abord, très riche en vitamines et en minéraux et oligo-éléments. En effet,  en plus d’être connu pour sa teneur très élevée en vitamines E, il est également riche en vitamines B et C. On y retrouve aussi du fer, du calcium, du magnésium, du zinc et du phosphore.

En outre, le maca renferme une belle quantité de protéines et peut se vanter de contenir presque la totalité des acides aminés essentiels. Il est également très riche en glucides, qui fournissent de l’énergie à nos cellules, et contient une quantité relativement importante de fibres.

Grâce à tout cela, le maca a été élevé au rang de « super aliment » aux Etats-Unis et chez nous.

9 bienfaits du maca

Si vous ne savez toujours pas pourquoi consommer du maca, voici 9 raisons pour lesquelles il est de plus en plus apprécié dans le monde.

1) Il améliore les performances sportives

Le maca est très apprécié des sportifs, et pour cause : il les aide aussi bien pendant qu’après l’effort.

Grâce à sa richesse en protéines et vitamines ainsi qu’aux acides gras et minéraux qu’il contient, le maca booste notre énergie et aide à renforcer notre force physique. Il aide notamment à favoriser la production de testostérone chez les hommes, ce qui permet d’augmenter la masse musculaire.

De plus, la majorité des glucides contenus dans le maca sont des glucides complexes, qui sont absorbés lentement par l’organisme. Cela participe à la régulation et la stabilisation des niveaux de sucre dans le sang sur la durée, ce qui permet d’augmenter notre endurance.

Mais le maca agit également sur le mental, nous permettant de mieux résister à l’effort et à l’envie d’abandonner. Enfin, une fois l’effort passé, le maca améliore également le temps de récupération et favorise un sommeil de meilleure qualité, important pour bien récupérer.

Condensé de force et de vitalité, le maca nous aide donc à améliorer nos performances sportives de manière générale. Mais cela ne fait-il pas de lui un produit dopant? Rassurez-vous, la réponse est non. 100% naturel, le maca ne contient aucun produit chimique dangereux ou addictifs. Vous pouvez donc le prendre sans risque, que cela soit pour votre santé ou pour votre fairplay!  

2) Il aide à lutter contre la fatigue

Outre la fatigue due à un effort sportif, le maca aide également à combattre la fatigue physique et mentale au quotidien. Il vous redonnera de l’énergie dans le cas d’une fatigue passagère et, utilisé en cure, il pourra aussi venir à bout d’un état d’affaiblissement général et d’une fatigue plus profonde, telle que l’anémie. Ceci est dû notamment à ses minéraux, ses oligo-éléments et ses vitamines, qui constituent un vrai cocktail dynamisant.

3) Il renforce les défenses immunitaires

En stimulant l’organisme et en lui permettant de retrouver son énergie perdue, le maca a aussi un effet très bénéfique sur nos défenses immunitaires. En effet, il apporte à notre corps tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement, ce qui permet d’éviter les carences et de renforcer notre organisme.

Une cure d’un mois de maca vous permettra ainsi de booster votre immunité et d’éloigner les maladies. Idéal lors des changements de saison, quand les rhumes et autres maladies ne sont jamais bien loin!

4) Il éloigne le stress

Le maca a un effet régulateur sur notre système nerveux, ce qui permet de diminuer notre niveau de stress et d’anxiété et d’augmenter notre bien-être.

Ses propriétés apaisantes proviennent principalement des acides gras et acides aminés que l’on retrouve dans sa composition, tels que la lysine et la glycine. Ceux-ci nous aident à nous calmer tout en favorisant la production de sérotonine et d’endorphine, qui favorisent à leur tour le bien-être et le bonheur.

Pour tout cela, le maca est notamment recommandé aux personnes passant par des périodes extrêmement stressantes, mais aussi à celles qui sont déprimées ou qui font face à des troubles du sommeil.

5) Il stimule la mémoire et la concentration

Son activité sur le système nerveux a aussi une influence sur nos fonctions cognitives. Le maca permet de lutter contre les troubles de l’attention et, ainsi, d’optimiser notre concentration. Mais il aide aussi à affûter notre esprit, à augmenter notre motivation et à prévenir les trous de mémoire.

De plus, grâce aux acides gras et aux antioxydants qu’ils contient, le maca aide à protéger les cellules du cerveau contre les radicaux libres. Cela permet de diminuer le risque de perte ou de détérioration de la mémoire.

Des cures de maca peuvent être ainsi conseillées aux étudiants et aux personnes âgées.




6) Il renforce les os

Sa richesse en calcium ainsi qu’en fer, en protéines et en vitamines permet au maca de participer au maintien et au renforcement du système osseux.

C’est notamment très utile chez les femmes pendant la ménopause. En effet, à ce moment-là, l’absorption du calcium est diminuée suite à la baisse des niveaux d’œstrogènes. Cela a un impact négatif sur la santé des os et peut mener à de l’ostéoporose.

7) Il soulage les symptômes de la ménopause

Outre son effet bénéfique sur le système osseux, le maca est rempli d’autres bienfaits qui aident la femme à mieux vivre sa ménopause. En effet, certains de ses composants, tels que ses protéines, ses vitamines et ses minéraux, favorisent la régulation et le rééquilibrage du système hormonal.

De cette manière, le maca permettrait de diminuer les bouffées de chaleur, de lutter contre la fatigue et de combattre l’anxiété provoquées par la ménopause. Ces effets doivent encore être prouvés scientifiquement, mais ils sont déjà observés par de nombreuses femmes qui suivent une cure de maca à cette période de leur vie.

8) Il a des propriétés aphrodisiaques

Outre tous ses bienfaits sur la santé, le maca est aussi très utilisé pour ses vertus aphrodisiaques. Certains le surnomment d’ailleurs « viagra péruvien »!

En effet, consommé régulièrement, il permettrait de réguler la production de testostérone chez l’homme et d’œstrogène chez la femme. Or, ces hormones ont une influence directe sur la libido. De plus, le maca aiderait à lutter contre les troubles de l’érection.

Tout comme ses effets sur la ménopause, son action sur la libido doit cependant encore être prouvée scientifiquement. À ce jour, elle n’a en effet été réellement démontrée que sur des rats en laboratoire. Toutefois, elle est utilisée dans cet objectif depuis des millénaires car les Incas en mettaient déjà dans leurs boissons aphrodisiaques, ce qui peut laisser croire que son effet est bien réel!

9) Il booste la fertilité

S’il est consommé régulièrement, le maca permettrait également d’améliorer la fertilité, aussi bien chez l’homme que chez la femme. De plus, il augmenterait la production de sperme.

Comment consommer le maca?

Si vous cherchez du maca sous sa forme naturelle, autant vous le dire tout de suite : vous n’en trouverez pas, à moins que vous soyez au Pérou. En réalité, le maca est principalement vendu et consommé sous forme de poudre, bien que vous puissiez aussi le trouver dans le rayon des compléments alimentaires, en comprimés ou sous forme liquide.

La poudre de maca peut être ajoutée à de nombreuses préparations aussi bien salées que sucrées, telles que des smoothies, du chocolat chaud, des soupes, des gâteaux, des biscuits, des salades et des plats cuisinés en tous genres. Son goût rappelle la noix et le caramel, ce qui donne sans conteste une note agréable à de nombreuses préparations!

Le maca présente peu d’effets secondaires connus et son dosage n’est donc pas sujet à de grandes limitations. Comme pour tout autre aliment, il est toutefois vivement recommandé de ne pas tomber dans l’excès. En effet, si vous en consommez plus d’une demi-cuillère par jour, vous pourriez provoquer un déséquilibre hormonal ou une augmentation de votre pression artérielle.

De plus, lorsqu’il est consommé sous forme de cure, il est vivement recommandé de ne pas en consommer pendant plus de 3 mois d’affilée pour éviter de potentiels désagréments ou dérèglements. Si vous voulez faire plusieurs cures, veillez à laisser un à deux mois entre chaque cure.

En outre, devant l’absence d’études sur le sujet, sa consommation est actuellement déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, ainsi qu’aux personnes souffrant d’hypertension ou de syndrome métabolique.

Enfin, notez que vous n’en trouverez sûrement pas au supermarché. Il vous faudra aller en pharmacie ou dans un magasin spécialisé pour vous en procurer. Si vous préférez, vous pouvez aussi en acheter sur internet. Toutefois, veillez à acheter du maca bio et originaire des Andes, où il est cultivé selon la tradition et dans les conditions climatiques adaptées. Ce gage de qualité vous garantira de profiter de tous les bienfaits du maca.

Alors, intéressés? Ou peut-être avez-vous déjà goûté du maca?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

araignées

Comment avoir une maison sans araignées?

By chez soi, Hygiène de vie, Maison

Comment avoir une maison sans araignées?

araignées

Peu de peurs réunissent autant de personnes que la peur des araignées, et nous sommes nombreux à rêver d’une maison qui en serait entièrement dénuée. On a beau savoir qu’elles peuvent nous aider à nous débarrasser des moustiques, mouches et autres insectes désagréables, on a tout de même pas envie de vivre sous le même toit qu’elles!

Si vous n’avez toutefois pas envie de les tuer ou si l’idée de les écraser vous répugne tout autant que leur présence, cet article est fait pour vous. Nous vous expliquons comment les faire fuir et s’assurer de ne pas les voir revenir.




Comment chasser les araignées de votre maison

Il existe de nombreuses façons d’éloigner les araignées sans faire appel aux produits chimiques et toxiques que l’on peut trouver dans les supermarchés et magasins spécialisés. Voici un grand nombre d’aliments et produits du quotidien que vous pouvez utiliser pour vous débarrasser des araignées de manière écologique.

1) Les marrons et les châtaignes

C’est peut-être l’une des astuces les plus anciennes pour lutter contre les araignées, et c’est aussi une astuce de saison. En effet, c’est en automne, quand les températures baissent, que les araignées ont tendance à rentrer chez nous. Et c’est également en automne que vous trouverez des marrons et des châtaignes par centaines!

Si vous avez un marronnier ou un châtaignier près de chez vous, n’hésitez donc pas à y faire appel pour éloigner les araignées. Plusieurs options s’offrent à vous.

Vous pouvez vous munir d’une poignée de marrons encore entourés de leur coquille verte. Coupez-les simplement en deux et déposez-les sur les rebords de vos fenêtres ainsi que dans les coins de vos pièces. Pensez à les changer chaque semaine pour qu’ils ne pourrissent pas et qu’ils ne perdent pas en efficacité.

Si vous n’avez pas de marrons, vous pouvez utiliser des châtaignes à la place. Cependant, dans ce cas, emparez-vous aussi des feuilles et des branches du châtaigner, qui vous aideront à augmenter l’efficacité de votre répulsif naturel. Déposez alors des branches de châtaignier au même endroit que les châtaignes et remplacez-les dès qu’elles sont sèches.

Quant aux feuilles de châtaignier, vous pouvez les allier aux branches et aux châtaignes pour préparer votre propre produit anti-araignées. Pour cela, ajoutez le tout dans une casserole d’eau, portez à ébullition et laissez infuser un moment. Une fois refroidi, versez le liquide obtenu dans un vaporisateur et vaporisez-le dans tous les coins fréquentés par les araignées.

Si les marrons et les châtaignes fonctionnent si bien pour éloigner les araignées, c’est grâce à leur odeur, que les araignées ne peuvent pas supporter. Si vous n’avez pas de marrons ou de châtaignes à portée de main, vous pouvez d’ailleurs faire appel à l’extrait de marron d’Inde. Mettez-en quelques gouttes sur le rebord de vos fenêtres et tous les points d’entrée de votre maison, ainsi que dans les coins des pièces et à tous les endroits qui sont très appréciés des araignées. Renouvelez l’opération toutes les 4 à 6 semaines.

2) Le vinaigre blanc

L’odeur du vinaigre blanc est aussi très peu appréciée des araignées, qui ont du mal à supporter les odeurs fortes de manière générale. Mélangez donc du vinaigre dans de l’eau, à hauteur d’un tiers de vinaigre pour deux tiers d’eau. Vaporisez le tout sur les contours de vos portes et fenêtres ainsi que dans les potentielles fissures et crevasses de votre maison, et répétez régulièrement.

La bonne nouvelle, c’est qu’en plus d’enlever toute envie aux araignées d’entrer chez vous, de cette manière vous éloignerez également les fourmis et les moustiques!

3) La menthe

L’huile essentielle de menthe poivrée fonctionne de la même façon que le vinaigre blanc. Remplissez votre vaporisateur d’un fond d’eau et ajoutez-y 8 à 10 gouttes d’huile essentielle. Vaporisez ensuite comme vous le feriez avec du vinaigre.

Si vous avez des animaux de compagnie, vous pouvez également utiliser de la menthe fraîche. Celle-ci fonctionne aussi bien que l’huile essentielle de menthe poivrée, mais est moins néfaste auprès des animaux. Dans ce cas, il vous suffit de déposer des feuilles de menthe fraîche à tous les endroits où vous vaporiseriez de l’huile essentielle. Remplacez-les dès qu’elles sont sèches.




4) Les agrumes

agrumes

Vous consommez beaucoup d’oranges ou de citrons? Au lieu de jeter les pelures à la poubelle, utilisez-les dans votre lutte contre les araignées! Frottez-les sur les endroits préférés des araignées, elles ne supporteront pas l’odeur que cela y laissera.

Vous pouvez aussi utiliser le jus de citron en le mélangeant à de l’eau, à quantités égales, et en pulvérisant le liquide dans tous les endroits fréquentés par les araignées. Autre solution encore : si vous avez de l’huile essentielle de citron sous la main, versez-en quelques gouttes sur vos plinthes, dans vos placards et dans tous les endroits dans lesquels vous avez l’habitude de trouver des araignées.

5) La pierre d’Alun

Si vous avez de la pierre d’alun en poudre, mélangez-en à de l’eau à hauteur de 80 à 100g de pierre d’Alun pour un litre d’eau. Vaporisez ensuite le mélange à tous les endroits stratégiques, qu’il s’agisse des endroits par lesquels les araignées peuvent rentrer ou des endroits qu’elles aiment déjà fréquenter.

6) Le cèdre

Qu’il soit sous forme de bloc, de copeaux ou d’un simple morceau ramassé près de chez vous, les araignées détestent le cèdre. Posez-en donc dans les coins de votre maison, dans vos armoires ou dans tout autre endroit qui vous semble approprié. Vous pouvez également entourer votre maison avec du paillis de cèdre pour dissuader les araignées de s’y approcher.

7) Les tomates

Les araignées ne s’approchent généralement pas des plants de tomates car elles n’aiment pas leurs feuilles. Collectez donc les feuilles des tomates que vous achetez ou de celles de votre jardin et disposez-les à tous les endroits d’entrée de votre maison. Changez-les dès qu’elles sont sèches, de manière à empêcher les araignées de rentrer chez vous.

8) La lavande

Vous préférez l’odeur de lavande à celles de marron, de vinaigre ou de tout autre produit que nous venons de citer? Ca tombe bien, la lavande dégage aussi une odeur que les araignées ont du mal à supporter!

Vous pouvez donc verser quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou déposer des branches de lavande à tous les endroits d’entrée de votre maison ainsi que dans les coins fréquentés par les araignées. Cela vous aidera à vous en débarrasser tout en parfumant votre maison.

… Et faire en sorte qu’elles ne reviennent pas

Chasser les araignées? C’est fait! Mais encore faut-il s’assurer qu’elles ne reviennent pas, même lorsque l’on oublie de renouveler le produit qui est censé les éloigner! Pour vous aider, voici plusieurs astuces qui vous permettront de limiter significativement l’invasion.

Tout d’abord, commencez par reboucher tous les trous et les fissures que vous trouverez dans vos murs, autour des portes et des fenêtres ainsi que partout ailleurs. Les araignées profitent en effet de toutes les fentes, même les plus petites, pour rentrer dans votre maison. Sans trous, elles perdront l’une de leurs principales voies d’entrées.

De plus, veillez à nettoyer régulièrement votre maison, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. À l’intérieur, partez à la chasse contre les restes de nourriture, qui ont tendance à attirer les araignées. Passez également l’aspirateur régulièrement et aspirez toutes les toiles que vous trouvez. N’oubliez pas non plus le gros nettoyage de printemps au moins une fois par an, pendant lequel il vous faudra notamment nettoyer l’intérieur de vos meubles et les déplacer pour accéder aux coins où vous n’allez jamais. À ce propos, notez que les araignées aiment s’installer dans les coins peu accessibles, car elles savent qu’elles y seront moins souvent dérangées. N’hésitez donc pas à passer régulièrement un coup de serpillère dans tous les endroits cachés de votre maison.

Quant à l’extérieur de votre maison, veillez à ne pas y laisser des amas de feuilles, de gazon tondu ou d’objets en tous genres. De manière générale, évitez le désordre à l’extérieur et veillez à avoir un jardin net et propre. En effet, c’est dans les tas en tous genres et les objets entassés auxquels on ne touche jamais que les araignées aiment s’installer car elles peuvent y avoir la paix.

Enfin, évitez au maximum les lampes extérieures. Celles-ci attirent les moustiques et autres insectes volants, qui attirent à leur tour les araignées! Si vous avez envie ou besoin de garder un éclairage à l’extérieur, essayez de le placer le plus loin possible de la maison ou de diriger la lumière vers le côté opposé à votre maison.

Grâce à tout cela, vous devriez vite pouvoir dire au revoir à ces désagréables visiteuses!

Et vous, vous avez aussi peur des araignées? Ou vous n’avez aucun problème à en laisser une ou deux chez vous?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

canneberge

Canneberge : les 9 bienfaits d’une petite baie antioxydante

By Alimentation, chez soi

Canneberge : les 9 bienfaits d’une petite baie antioxydante

canneberge

Originaire d’Amérique du nord, vous connaissez peut-être mieux la canneberge sous son nom anglais : cranberry. Cette petite baie rouge à l’allure semblable à l’airelle et au goût très acidulé est cultivée presque exclusivement aux Etats-Unis et au Canada, où elle est très populaire.

Il y a fort à parier que sa popularité soit principalement liée à ses nombreux bienfaits. En effet, derrière sa petite taille, la canneberge cache une composition très intéressante. Elle présente, d’abord, une teneur exceptionnellement élevée en antioxydants. C’est d’ailleurs l’un des fruits les plus riches en antioxydants! Elle est aussi très riche en vitamine C et en fibres, une portion de 100g en fournissant respectivement 22% et 18% de l’apport recommandé.

Outre cela, la canneberge renferme de la vitamine B, E et K, ainsi qu’un grand nombre de minéraux, tels que de du calcium, du manganèse, du fer, du cuivre et du potassium. Enfin, elle est également très riche en eau et très faible en calories.

Vous vous en doutez, tout cela lui confère un grand nombre de bienfaits. Nous les reprenons dans cet article et nous vous expliquons comment la consommer.




La canneberge, quels bienfaits?

Bien que la canneberge ait fait l’objet de nombreuses études scientifiques pour démontrer ses bienfaits, les populations nord-américaines n’ont pas attendu leurs résultats pour en profiter. En effet, la canneberge est utilisée depuis des siècles pour des raisons médicinales. Voici tout ce qu’elle peut faire pour vous.

1) Elle aide à prévenir les infections urinaires

C’est sûrement le bienfait le plus connu de la canneberge. Les Indiens Iroquois l’utilisaient déjà à cet effet il y a des siècles et si vous avez déjà eu une infection urinaire, nul doute que l’on vous ait vanté ses mérites en la matière!

En effet, la canneberge est très efficace pour aider à prévenir l’apparition d’infections urinaires. Elle est donc généralement conseillée auprès des personnes qui sont le plus à risque de souffrir d’une infection, telle qu’une cystite, ou qui ont des infections à répétition.

Son action préventive, prouvée par plusieurs études scientifiques, est due aux proanthocyanidines, des antioxydants présents dans la canneberge. Ceux-ci ont des propriétés antiadhésives qui empêchent les bactéries, telles que l’E.Coli, de se poser sur les cellules des parois de la vessie. Les bactéries ne peuvent donc pas s’y installer et s’y multiplier, et elles sont alors éliminées sans encombre dès notre passage aux toilettes.

jus de canneberge

Cependant, la canneberge n’a qu’un effet préventif. Bien que de nombreuses personnes affirment qu’elle peut également traiter l’infection une fois que celle-ci s’est installée, aucune étude n’a pu le démontrer. Tout au plus permet-elle de soulager l’infection chez certaines personnes. Dans ce cas, il est donc recommandé d’aller voir un médecin pour suivre un traitement adapté.

Enfin, notez que pour profiter de ses effets préventifs, il est important de consommer régulièrement de la canneberge. Certains médecins conseillent ainsi de boire un à deux verres de jus de canneberge par jour.

2) Elle améliore la santé cardiovasculaire

En consommant régulièrement de la canneberge, vous ferez également du bien à votre cœur.

En effet, ce petit fruit a des effets très bénéfiques sur le cholestérol, d’abord parce qu’il enraye l’oxydation du mauvais cholestérol, mais aussi parce qu’il permet d’augmenter les niveaux de bon cholestérol dans le sang. Ceci est dû aux flavonoïdes contenus dans la canneberge.

Les flavonoïdes aident également à diminuer le risque de souffrir d’athérosclérose, une maladie qui voit les artères rétrécir à cause d’un niveau élevé de cholestérol et de graisse dans le sang. De plus, la canneberge participe au nettoyage et à la purification du sang, en éliminant les composants toxiques qu’il contient, et aide à assouplir les artères.

Tout cela participe à la diminution de la pression artérielle et réduit le risque de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

3) Elle aide à perdre du poids

Grâce aux acides organiques qu’elle renferme, la canneberge aide à éliminer la graisse que votre corps a accumulé. Toutefois, si vous voulez perdre du poids, il est important de l’associer à un régime équilibré afin de ne pas fournir à votre organisme graisses supplémentaires et non nécessaires à son bon fonctionnement.

Notez également que, si vous consommez la canneberge sous forme de jus, vous ne devrez pas choisir n’importe quel jus. En effet, certains jus de canneberge vendus en magasin sont très sucrés et n’apporteront donc pas l’effet désiré. Si vous avez un extracteur de jus, la meilleure solution est de créer votre propre jus. Pour couper l’acidité de la canneberge, vous pouvez mélanger son jus dans de l’eau ou dans un autre jus de fruit.

4) Elle aide à protéger l’estomac

La canneberge aide à lutter contre de nombreuses bactéries, et celles qui peuvent s’attaquer à notre estomac ne font pas exception! Parmi celles-ci se trouve la bactérie Helicobacter pylori. En allant se poser sur les parois de notre estomac, cette dernière peut provoquer une inflammation de l’estomac et donner lieu à des ulcères, des gastrites chroniques ou, dans le pire des cas, un cancer de l’estomac.

Les flavonoïdes que renferme la canneberge permettent de lutter contre cela en empêchant la croissance de ces bactéries. Une consommation régulière de canneberge aide donc à prévenir les infections. De plus, lorsqu’elle est utilisée en complément à un traitement classique, elle joint ses forces au traitement et en améliore l’efficacité, permettant ainsi d’éliminer la bactérie plus rapidement.

Toutefois, ces effets ont été majoritairement observés chez les femmes. Sur ce point, la canneberge est donc moins efficace chez les hommes.

5) Elle participe à l’hygiène buccodentaire

Les proanthocyanidines présentes dans la canneberge empêchent les bactéries de se développer et s’installer dans la bouche, notamment sur les dents et les gencives. Ainsi, la canneberge aide à réduire les caries et la plaque dentaire, mais aussi à lutter contre les maladies parodontales, un type de maladie qui touche les gencives en provoquant une inflammation de ses tissus. De plus, grâce à sa teneur en calcium, elle aide à renforcer les dents.

Toutefois, dans tous les cas, préférez la consommation de jus naturels plutôt que de jus vendus en grande surface. En effet, rappelez-vous que ceux-ci contiennent souvent une grande quantité de sucre, ce qui est loin d’être bon pour vos dents.




6) Elle aide à garder une peau jeune

Les antioxydants que l’on retrouve dans la canneberge sont très bénéfiques pour la peau. D’une part, ils la protègent contre l’action des radicaux libres, qui peuvent provoquer des inflammations cutanées et contribuent au vieillissement. D’autre part, ils stimulent la production de collagène, ce qui aide à maintenir la fermeté de la peau et, ainsi, à lutter contre l’apparition des rides.

7) Elle lutte contre les maladies hivernales

Grâce à ses propriétés antibactériennes, la canneberge est aussi très utile en hiver car sa haute teneur en vitamine C aide à renforcer notre système immunitaire. De plus, de manière générale, la canneberge éloigne les bactéries et nous offre ainsi une barrière supplémentaire contre les infections et virus. Elle est notamment efficace contre le rhume et la grippe, ainsi que les maux de gorge en général.

8) Elle aide à combattre certains cancers

Selon plusieurs études, la canneberge aiderait à combattre le cancer du côlon, de la prostate, du sein et du poumon en enlisant le développement des tumeurs. Ceci est dû aux composés polyphénoliques qu’elles contient, mais aussi à sa teneur en flavonoïdes et en acide salicylique. Ensemble, ils aident notamment à inhiber la croissance de cellules nocives et cancéreuses. De plus, l’acide sacylique lutte contre la formation de caillots dans le sang, qui peuvent causer des tumeurs.

De son côté, la haute teneur en fibres de la canneberge a également un rôle à jouer contre le cancer du côlon. En effet, les fibres stimulent la production de butyrate, une substance qui maintient la santé intestinale, fournit de l’énergie aux cellules du côlon et empêche le développement de tumeurs dans le côlon.

9) Elle lutte contre les pertes de mémoire

La canneberge permettrait de réduire les risques de faire face à des pertes de mémoire ou de souffrir de la maladie d’Alzheimer. En effet, ses antioxydants éliminent les radicaux libres qui pourraient s’attaquer aux neurones. Cependant, ses effets sur la maladie d’Alzheimer doivent encore être démontrés.

Comment consommer la canneberge?

plat canneberge

La canneberge existe sous plusieurs formes. Elle peut, évidemment, être consommée sous sa forme naturelle, bien que l’on préfère souvent y ajouter un peu de sucre pour réduire l’acidité des baies. Vous pouvez aussi trouver des canneberges séchées. Celles-ci présentent l’avantage d’être plus riches en antioxydants que la canneberge fraîche, mais elles sont également plus riches en sucre. Qu’elle soit fraîche ou séchée, la canneberge peut notamment être utilisée dans des salades, des sauces, des compotes et des pâtisseries.

Outre cela, la canneberge est fréquemment consommée sous forme de jus. Toutefois, si vous voulez profiter de ses bienfaits et garder une alimentation saine, il est important de veiller à choisir un jus sans sucre ajouté, ou avec le moins de sucre possible.

Enfin, si vous n’aimez pas spécialement son goût ou voulez suivre un traitement à la canneberge, vous pouvez en trouver en pharmacie sous forme de comprimés et de gélules. Dans ce cas, il est important de suivre l’avis de votre pharmacien, qui pourra vous indiquer le traitement adéquat et les doses à ne pas dépasser.

À ce propos, il est important de noter que, si elle est consommée en trop grande quantité, la canneberge peut provoquer des effets indésirables au niveau de l’intestin, tels que des crampes et la diarrhée. Heureusement, une petite dose quotidienne est souvent largement suffisante pour profiter de ses bienfaits!

Notez enfin que sa consommation est déconseillée si vous prenez des aspirines ou des médicaments anticoagulants, ainsi que si vous souffrez de calculs rénaux ou si vous y êtes prédisposés.

Et vous, avez-vous déjà goûté la canneberge? Aimez-vous son côté acidulé?




Sources

https://web.archive.org/web/20081010153419/http://afssaps.sante.fr/pdf/5/rbp/argu-antibiotherapie-infections-urinaire-adulte.pdf
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/3641-canneberge-cranberry-bienfaits-contre-les-infections-urinaires
https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=canneberge_ps

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

yuzu

7 bienfaits du yuzu

By Alimentation, chez soi

7 bienfaits du yuzu

yuzu

Le yuzu, c’est quoi? Une pose de yoga? Un nouveau mode de vie en vogue? Rien de tout ça! Il s’agit d’un fruit qui, bien que portant un nom aussi exotique qu’inconnu, a une allure très familière : il ressemble au citron.

Originaire de Chine, le yuzu est maintenant principalement produit au Japon et en Corée. Ce fruit au goût acidulé, situé quelque part entre la mandarine, le pamplemousse et le citron vert, n’a fait son apparition dans la cuisine occidentale que récemment. Cependant, si vous pensez à un fruit à croquer, vous vous trompez. Contenant peu de chair et beaucoup de pépins, le yuzu n’est pas consommé comme les autres fruits. Il est plutôt utilisé comme condiment, quand il n’est pas repris dans des produits cosmétiques ou utilisé comme plante médicinale.

Vous voulez en savoir plus sur ce fruit atypique? Voici son histoire, ses bienfaits et les façons dont vous pouvez le consommer.




Le yuzu, un fruit japonais d’adoption

yuzu arbre

Après avoir été découvert en Chine, c’est sûrement au Japon, où il a été importé il y a plus d’un millénaire, que le yuzu a la plus grande importance. Dans le pays du Soleil levant, le yuzu fait non seulement partie d’un grand nombre de recettes traditionnelles, mais il est aussi utilisé comme plante médicinale et se retrouve même dans certains rituels!

Ainsi, selon la tradition japonaise, prendre un bain au yuzu le jour du solstice d’hiver aurait de nombreux bienfaits. En effet, cela permettrait de protéger les articulations, d’améliorer la circulation sanguine et de renforcer le corps contre les maladies. Quant à la date de la tradition, elle n’a pas été choisie au hasard : le solstice d’hiver marque la fin de la récolte des yuzu, mais aussi le renouveau en raison des jours qui, après avoir considérablement raccourci, commencent enfin à rallonger.

Le yuzu pousse sur un arbre du même nom, que vous avez peut-être déjà croisé si vous avez été au Japon. Celui-ci prend généralement la forme d’un arbuste épineux mais peut aller jusqu’à 4 mètres de haut.

La culture du yuzu est loin d’être productive. En effet, il faut attendre 20 ans pour que le yuzu donne ses premiers fruits et un arbre ne produira que 15 à 20 kilos de fruits par récolte. Or, vu que le yuzu contient très peu de jus, un arbre ne peut produire qu’environ 3 litres de jus par récolte. Cela a une influence directe sur son prix, qui est bien plus élevé que les autres fruits.

Mais le yuzu n’a pas vraiment l’apparence d’un fruit de première classe. Sa peau épaisse est bosselée et irrégulière, loin de la forme lisse et parfaite que les fruits affichent généralement. Ce qui fait sa renommée aux yeux des cuisiniers, c’est le parfum qu’il renferme. Très intense et très apprécié, il en suffit d’une petite quantité pour donner de la saveur à un plat entier.

Quels sont ses bienfaits?

Riche en flavonoïdes, en fibres et en vitamines A et C, le yuzu a notamment des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Voici ses 7 bienfaits principaux.

1) Il répare la peau et lutte contre son vieillissement

Le yuzu se retrouve dans la composition d’un grand nombre de cosmétiques, et pour cause : il fait énormément de bien à la peau.

Tout d’abord, grâce à sa teneur en vitamine C, le yuzu participe à la fabrication du collagène, une protéine qui joue un rôle indispensable dans la composition de notre peau. Cela permet de réparer la peau, mais aussi de la renforcer, de l’hydrater et de la rendre douce et belle, tout en prévenant l’apparition des rides. Oui, rien que ça!

Pour lutter contre le vieillissement cutané, la vitamine C peut également profiter de l’aide des flavonoïdes et des limonoïdes, deux antioxydants qui sont aussi présents dans le yuzu. À trois, ils combattent et éliminent les radicaux libres. C’est important car, lorsque ceux-ci sont présent en trop grande quantité dans notre organisme, ils s’attaquent aux cellules et provoquent leur vieillissement, ce qui fait apparaitre des rides sur notre visage et notre corps.

Enfin, le yuzu participe également à la cicatrisation de la peau et aide à l’accélérer.

2) Il fortifie les cheveux

Vos cheveux sont fins et cassants? Grâce aux flavonoïdes qu’il contient, le yuzu peut vous aider à remédier à vos problèmes capillaires. En effet, les flavonoïdes aident à réduire la perméabilité des capillaires, ce qui permet de renforcer la chevelure.

Pour une meilleure efficacité, vous pouvez appliquer le yuzu directement sur vos cheveux. Toutefois, il vous faudra alors le mélanger à votre shampoing car l’utiliser seul pourrait irriter votre cuir chevelu.

3) Il donne de l’énergie

Grâce à sa richesse en vitamine C, le yuzu aide à faire le plein d’énergie et à lutter contre la fatigue. La vitamine C agit également sur les muscles, vous aidant ainsi à ne pas vous sentir faibles physiquement.




De plus, le yuzu favorise significativement l’absorption du fer et du calcium par l’organisme. Or, ces deux protéines jouent un rôle primordial contre la fatigue. Si elles ne se trouvent pas en quantité suffisante dans l’organisme, votre énergie en prendra un coup.

4) Il renforce le système immunitaire

En plus d’augmenter notre niveau d’énergie, la vitamine C prend également soin de notre système immunitaire. En effet, la vitamine C participe à la défense des cellules immunitaires et agit sur leur mobilité. Cela les rend plus fortes et plus à même de lutter contre les agressions extérieures.

Le yuzu contient également d’autres antioxydants, tels que les polyphénols, qui aident à protéger notre corps contre les maladies.

5) Il prévient les maladies cardiovasculaires

Les polyphénols permettent d’empêcher le développement de maladies cardiovasculaires. En effet, le yuzu est notamment efficace contre l’agrégation plaquettaire, qui peut favoriser la création d’un caillot. Or, le caillot peut finir par obstruer un vaisseau sanguin menant au cerveau, ce qui provoquerait alors un AIT (accident ischémique transitoire).

Cependant, pour être efficace, le yuzu doit être consommé régulièrement et en complément à une alimentation saine.

6) Il réduit les risques de souffrir d’un cancer

Dans la longue liste de maladies que le yuzu peut aider à éviter, on retrouve le cancer. Selon une étude, le yuzu pourrait en effet prévenir le cancer en combattant les radicaux libres qui s’attaquent aux cellules. Ceci est dû aux antioxydants qu’ils contient, parmi lesquels on retrouve la vitamine C, les flavonoïdes et les fibres.

7) Il facilite le transit intestinal

Les fibres et les vitamines que l’on retrouve dans le yuzu permettent d’accélérer le transit intestinal et, ainsi, d’améliorer la digestion. Cela permet de combattre des troubles digestifs tels que la constipation.

Comment consommer le yuzu?

Nous l’avons dit, le yuzu et son jus sont loin d’être les produits les moins chers du marché. Heureusement, ce n’est pas un fruit qu’il est d’usage de croquer ou de boire.

En règle générale, on utilise son jus comme assaisonnement et on récupère son zeste pour un faire un condiment. Vous aurez d’ailleurs du mal à trouver du yuzu frais et sous sa forme naturelle. Il est plutôt vendu sous forme de jus, de zestes déshydratés et de poudre.

Grâce à son goût particulier, le yuzu se marie aussi bien avec le sucré que le salé. Les grands pâtissiers aiment l’utiliser dans leurs créations, mais vous pouvez aussi l’utiliser avec vos viandes et poissons, en confiture ou en sauce, ou encore dans un grand nombre de recettes japonaises et de recettes sucré-salé. Les possibilités sont nombreuses!

Quoiqu’il en soit, n’ayez pas la main trop lourde : une petite dose de yuzu suffit généralement à aromatiser tout un plat.

Et vous, le yuzu, ça vous tente? En avez-vous déjà dans vos armoires?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

 Notre boutique éco-responsable
Découvrir
close-image
Send this to a friend