Category

chez soi

maca

Maca, une plante montagneuse aux nombreux bienfaits

By Alimentation, chez soi, Soins, Sommeil

Maca, une plante montagneuse aux nombreux bienfaits

maca

Nous sommes dans la cordillère des Andes, à plus de 3.500 mètres d’altitude, dans des conditions semi-désertiques. On aurait du mal à imaginer qu’il puisse y avoir de la vie à cet endroit, et pourtant… C’est là que pousse la maca et c’est là que les Péruviens, tout comme les Incas et d’autres peuples avant eux, la récoltent et la consomment.

Mais si cette plante impressionne par sa survie dans des conditions extrêmes, elle est aussi étonnante de par ses nombreux bienfaits. Surnommée « ginseng péruvien », la maca a notamment des vertus énergisantes et anti-inflammatoires, et agit comme régulateur de nos systèmes vitaux.

Vous voulez en savoir plus sur cette plante mystérieuse, qui supporte de très hautes températures le jour et passe la nuit dans un environnement glacial? Découvrez ici son histoire, ses bienfaits et comment vous pouvez la consommer à votre tour.




Le maca, un super aliment ancestral

Avant tout, une précision s’impose : « maca » est un nom que l’on voit tantôt au masculin, tantôt au féminin, mais il serait faux de croire que le choix de son accord se fait au hasard. En effet, on dit « la maca » quand on parle de la plante et « le maca » quand on veut parler de son tubercule, qui n’est autre que la partie de la plante que l’on consomme.

Car le maca est un tubercule qui pousse sous la terre, au même titre que le radis, la pomme de terre et le navet. Il ressemble d’ailleurs à ce dernier, avec un diamètre d’environ 7cm et une couleur généralement jaunâtre.

Selon les archéologues, le maca était déjà consommé plus d’un millénaire et demi avant notre ère, bien qu’on n’en sache pas beaucoup plus sur sa consommation à cette période-là. Ce que l’on sait, c’est que les Incas le considéraient comme une plante sacrée. Ils l’utilisaient alors principalement pour ses bienfaits sur la fertilité, mais aussi pour donner force et énergie à leurs soldats avant les batailles.

Plus tard, lorsque les conquistadors espagnols ont envahi ce territoire de l’Amérique du Sud, ils en donnaient à leurs chevaux pour augmenter leur fertilité et ainsi agrandir leur troupeau rapidement. Sur place, ils en consommaient également eux-mêmes pour mieux survivre aux conditions climatiques si éloignées de leur terre natale.

Aujourd’hui, les Péruviens en consomment encore au quotidien, et certains sont même convaincus qu’elle aide à vivre plus longtemps. Cependant, si le maca a réussi à être gardé relativement loin des yeux du monde pendant des millénaires, il s’exporte maintenant dans d’autres pays, conquis par ses bienfaits.

Il faut dire que le maca est rempli de nutriments essentiels. Il est, d’abord, très riche en vitamines et en minéraux et oligo-éléments. En effet,  en plus d’être connu pour sa teneur très élevée en vitamines E, il est également riche en vitamines B et C. On y retrouve aussi du fer, du calcium, du magnésium, du zinc et du phosphore.

En outre, le maca renferme une belle quantité de protéines et peut se vanter de contenir presque la totalité des acides aminés essentiels. Il est également très riche en glucides, qui fournissent de l’énergie à nos cellules, et contient une quantité relativement importante de fibres.

Grâce à tout cela, le maca a été élevé au rang de « super aliment » aux Etats-Unis et chez nous.

9 bienfaits du maca

Si vous ne savez toujours pas pourquoi consommer du maca, voici 9 raisons pour lesquelles il est de plus en plus apprécié dans le monde.

1) Il améliore les performances sportives

Le maca est très apprécié des sportifs, et pour cause : il les aide aussi bien pendant qu’après l’effort.

Grâce à sa richesse en protéines et vitamines ainsi qu’aux acides gras et minéraux qu’il contient, le maca booste notre énergie et aide à renforcer notre force physique. Il aide notamment à favoriser la production de testostérone chez les hommes, ce qui permet d’augmenter la masse musculaire.

De plus, la majorité des glucides contenus dans le maca sont des glucides complexes, qui sont absorbés lentement par l’organisme. Cela participe à la régulation et la stabilisation des niveaux de sucre dans le sang sur la durée, ce qui permet d’augmenter notre endurance.

Mais le maca agit également sur le mental, nous permettant de mieux résister à l’effort et à l’envie d’abandonner. Enfin, une fois l’effort passé, le maca améliore également le temps de récupération et favorise un sommeil de meilleure qualité, important pour bien récupérer.

Condensé de force et de vitalité, le maca nous aide donc à améliorer nos performances sportives de manière générale. Mais cela ne fait-il pas de lui un produit dopant? Rassurez-vous, la réponse est non. 100% naturel, le maca ne contient aucun produit chimique dangereux ou addictifs. Vous pouvez donc le prendre sans risque, que cela soit pour votre santé ou pour votre fairplay!  

2) Il aide à lutter contre la fatigue

Outre la fatigue due à un effort sportif, le maca aide également à combattre la fatigue physique et mentale au quotidien. Il vous redonnera de l’énergie dans le cas d’une fatigue passagère et, utilisé en cure, il pourra aussi venir à bout d’un état d’affaiblissement général et d’une fatigue plus profonde, telle que l’anémie. Ceci est dû notamment à ses minéraux, ses oligo-éléments et ses vitamines, qui constituent un vrai cocktail dynamisant.

3) Il renforce les défenses immunitaires

En stimulant l’organisme et en lui permettant de retrouver son énergie perdue, le maca a aussi un effet très bénéfique sur nos défenses immunitaires. En effet, il apporte à notre corps tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement, ce qui permet d’éviter les carences et de renforcer notre organisme.

Une cure d’un mois de maca vous permettra ainsi de booster votre immunité et d’éloigner les maladies. Idéal lors des changements de saison, quand les rhumes et autres maladies ne sont jamais bien loin!

4) Il éloigne le stress

Le maca a un effet régulateur sur notre système nerveux, ce qui permet de diminuer notre niveau de stress et d’anxiété et d’augmenter notre bien-être.

Ses propriétés apaisantes proviennent principalement des acides gras et acides aminés que l’on retrouve dans sa composition, tels que la lysine et la glycine. Ceux-ci nous aident à nous calmer tout en favorisant la production de sérotonine et d’endorphine, qui favorisent à leur tour le bien-être et le bonheur.

Pour tout cela, le maca est notamment recommandé aux personnes passant par des périodes extrêmement stressantes, mais aussi à celles qui sont déprimées ou qui font face à des troubles du sommeil.

5) Il stimule la mémoire et la concentration

Son activité sur le système nerveux a aussi une influence sur nos fonctions cognitives. Le maca permet de lutter contre les troubles de l’attention et, ainsi, d’optimiser notre concentration. Mais il aide aussi à affûter notre esprit, à augmenter notre motivation et à prévenir les trous de mémoire.

De plus, grâce aux acides gras et aux antioxydants qu’ils contient, le maca aide à protéger les cellules du cerveau contre les radicaux libres. Cela permet de diminuer le risque de perte ou de détérioration de la mémoire.

Des cures de maca peuvent être ainsi conseillées aux étudiants et aux personnes âgées.




6) Il renforce les os

Sa richesse en calcium ainsi qu’en fer, en protéines et en vitamines permet au maca de participer au maintien et au renforcement du système osseux.

C’est notamment très utile chez les femmes pendant la ménopause. En effet, à ce moment-là, l’absorption du calcium est diminuée suite à la baisse des niveaux d’œstrogènes. Cela a un impact négatif sur la santé des os et peut mener à de l’ostéoporose.

7) Il soulage les symptômes de la ménopause

Outre son effet bénéfique sur le système osseux, le maca est rempli d’autres bienfaits qui aident la femme à mieux vivre sa ménopause. En effet, certains de ses composants, tels que ses protéines, ses vitamines et ses minéraux, favorisent la régulation et le rééquilibrage du système hormonal.

De cette manière, le maca permettrait de diminuer les bouffées de chaleur, de lutter contre la fatigue et de combattre l’anxiété provoquées par la ménopause. Ces effets doivent encore être prouvés scientifiquement, mais ils sont déjà observés par de nombreuses femmes qui suivent une cure de maca à cette période de leur vie.

8) Il a des propriétés aphrodisiaques

Outre tous ses bienfaits sur la santé, le maca est aussi très utilisé pour ses vertus aphrodisiaques. Certains le surnomment d’ailleurs « viagra péruvien »!

En effet, consommé régulièrement, il permettrait de réguler la production de testostérone chez l’homme et d’œstrogène chez la femme. Or, ces hormones ont une influence directe sur la libido. De plus, le maca aiderait à lutter contre les troubles de l’érection.

Tout comme ses effets sur la ménopause, son action sur la libido doit cependant encore être prouvée scientifiquement. À ce jour, elle n’a en effet été réellement démontrée que sur des rats en laboratoire. Toutefois, elle est utilisée dans cet objectif depuis des millénaires car les Incas en mettaient déjà dans leurs boissons aphrodisiaques, ce qui peut laisser croire que son effet est bien réel!

9) Il booste la fertilité

S’il est consommé régulièrement, le maca permettrait également d’améliorer la fertilité, aussi bien chez l’homme que chez la femme. De plus, il augmenterait la production de sperme.

Comment consommer le maca?

Si vous cherchez du maca sous sa forme naturelle, autant vous le dire tout de suite : vous n’en trouverez pas, à moins que vous soyez au Pérou. En réalité, le maca est principalement vendu et consommé sous forme de poudre, bien que vous puissiez aussi le trouver dans le rayon des compléments alimentaires, en comprimés ou sous forme liquide.

La poudre de maca peut être ajoutée à de nombreuses préparations aussi bien salées que sucrées, telles que des smoothies, du chocolat chaud, des soupes, des gâteaux, des biscuits, des salades et des plats cuisinés en tous genres. Son goût rappelle la noix et le caramel, ce qui donne sans conteste une note agréable à de nombreuses préparations!

Le maca présente peu d’effets secondaires connus et son dosage n’est donc pas sujet à de grandes limitations. Comme pour tout autre aliment, il est toutefois vivement recommandé de ne pas tomber dans l’excès. En effet, si vous en consommez plus d’une demi-cuillère par jour, vous pourriez provoquer un déséquilibre hormonal ou une augmentation de votre pression artérielle.

De plus, lorsqu’il est consommé sous forme de cure, il est vivement recommandé de ne pas en consommer pendant plus de 3 mois d’affilée pour éviter de potentiels désagréments ou dérèglements. Si vous voulez faire plusieurs cures, veillez à laisser un à deux mois entre chaque cure.

En outre, devant l’absence d’études sur le sujet, sa consommation est actuellement déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, ainsi qu’aux personnes souffrant d’hypertension ou de syndrome métabolique.

Enfin, notez que vous n’en trouverez sûrement pas au supermarché. Il vous faudra aller en pharmacie ou dans un magasin spécialisé pour vous en procurer. Si vous préférez, vous pouvez aussi en acheter sur internet. Toutefois, veillez à acheter du maca bio et originaire des Andes, où il est cultivé selon la tradition et dans les conditions climatiques adaptées. Ce gage de qualité vous garantira de profiter de tous les bienfaits du maca.

Alors, intéressés? Ou peut-être avez-vous déjà goûté du maca?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

araignées

Comment avoir une maison sans araignées?

By chez soi, Hygiène de vie, Maison

Comment avoir une maison sans araignées?

araignées

Peu de peurs réunissent autant de personnes que la peur des araignées, et nous sommes nombreux à rêver d’une maison qui en serait entièrement dénuée. On a beau savoir qu’elles peuvent nous aider à nous débarrasser des moustiques, mouches et autres insectes désagréables, on a tout de même pas envie de vivre sous le même toit qu’elles!

Si vous n’avez toutefois pas envie de les tuer ou si l’idée de les écraser vous répugne tout autant que leur présence, cet article est fait pour vous. Nous vous expliquons comment les faire fuir et s’assurer de ne pas les voir revenir.




Comment chasser les araignées de votre maison

Il existe de nombreuses façons d’éloigner les araignées sans faire appel aux produits chimiques et toxiques que l’on peut trouver dans les supermarchés et magasins spécialisés. Voici un grand nombre d’aliments et produits du quotidien que vous pouvez utiliser pour vous débarrasser des araignées de manière écologique.

1) Les marrons et les châtaignes

C’est peut-être l’une des astuces les plus anciennes pour lutter contre les araignées, et c’est aussi une astuce de saison. En effet, c’est en automne, quand les températures baissent, que les araignées ont tendance à rentrer chez nous. Et c’est également en automne que vous trouverez des marrons et des châtaignes par centaines!

Si vous avez un marronnier ou un châtaignier près de chez vous, n’hésitez donc pas à y faire appel pour éloigner les araignées. Plusieurs options s’offrent à vous.

Vous pouvez vous munir d’une poignée de marrons encore entourés de leur coquille verte. Coupez-les simplement en deux et déposez-les sur les rebords de vos fenêtres ainsi que dans les coins de vos pièces. Pensez à les changer chaque semaine pour qu’ils ne pourrissent pas et qu’ils ne perdent pas en efficacité.

Si vous n’avez pas de marrons, vous pouvez utiliser des châtaignes à la place. Cependant, dans ce cas, emparez-vous aussi des feuilles et des branches du châtaigner, qui vous aideront à augmenter l’efficacité de votre répulsif naturel. Déposez alors des branches de châtaignier au même endroit que les châtaignes et remplacez-les dès qu’elles sont sèches.

Quant aux feuilles de châtaignier, vous pouvez les allier aux branches et aux châtaignes pour préparer votre propre produit anti-araignées. Pour cela, ajoutez le tout dans une casserole d’eau, portez à ébullition et laissez infuser un moment. Une fois refroidi, versez le liquide obtenu dans un vaporisateur et vaporisez-le dans tous les coins fréquentés par les araignées.

Si les marrons et les châtaignes fonctionnent si bien pour éloigner les araignées, c’est grâce à leur odeur, que les araignées ne peuvent pas supporter. Si vous n’avez pas de marrons ou de châtaignes à portée de main, vous pouvez d’ailleurs faire appel à l’extrait de marron d’Inde. Mettez-en quelques gouttes sur le rebord de vos fenêtres et tous les points d’entrée de votre maison, ainsi que dans les coins des pièces et à tous les endroits qui sont très appréciés des araignées. Renouvelez l’opération toutes les 4 à 6 semaines.

2) Le vinaigre blanc

L’odeur du vinaigre blanc est aussi très peu appréciée des araignées, qui ont du mal à supporter les odeurs fortes de manière générale. Mélangez donc du vinaigre dans de l’eau, à hauteur d’un tiers de vinaigre pour deux tiers d’eau. Vaporisez le tout sur les contours de vos portes et fenêtres ainsi que dans les potentielles fissures et crevasses de votre maison, et répétez régulièrement.

La bonne nouvelle, c’est qu’en plus d’enlever toute envie aux araignées d’entrer chez vous, de cette manière vous éloignerez également les fourmis et les moustiques!

3) La menthe

L’huile essentielle de menthe poivrée fonctionne de la même façon que le vinaigre blanc. Remplissez votre vaporisateur d’un fond d’eau et ajoutez-y 8 à 10 gouttes d’huile essentielle. Vaporisez ensuite comme vous le feriez avec du vinaigre.

Si vous avez des animaux de compagnie, vous pouvez également utiliser de la menthe fraîche. Celle-ci fonctionne aussi bien que l’huile essentielle de menthe poivrée, mais est moins néfaste auprès des animaux. Dans ce cas, il vous suffit de déposer des feuilles de menthe fraîche à tous les endroits où vous vaporiseriez de l’huile essentielle. Remplacez-les dès qu’elles sont sèches.




4) Les agrumes

agrumes

Vous consommez beaucoup d’oranges ou de citrons? Au lieu de jeter les pelures à la poubelle, utilisez-les dans votre lutte contre les araignées! Frottez-les sur les endroits préférés des araignées, elles ne supporteront pas l’odeur que cela y laissera.

Vous pouvez aussi utiliser le jus de citron en le mélangeant à de l’eau, à quantités égales, et en pulvérisant le liquide dans tous les endroits fréquentés par les araignées. Autre solution encore : si vous avez de l’huile essentielle de citron sous la main, versez-en quelques gouttes sur vos plinthes, dans vos placards et dans tous les endroits dans lesquels vous avez l’habitude de trouver des araignées.

5) La pierre d’Alun

Si vous avez de la pierre d’alun en poudre, mélangez-en à de l’eau à hauteur de 80 à 100g de pierre d’Alun pour un litre d’eau. Vaporisez ensuite le mélange à tous les endroits stratégiques, qu’il s’agisse des endroits par lesquels les araignées peuvent rentrer ou des endroits qu’elles aiment déjà fréquenter.

6) Le cèdre

Qu’il soit sous forme de bloc, de copeaux ou d’un simple morceau ramassé près de chez vous, les araignées détestent le cèdre. Posez-en donc dans les coins de votre maison, dans vos armoires ou dans tout autre endroit qui vous semble approprié. Vous pouvez également entourer votre maison avec du paillis de cèdre pour dissuader les araignées de s’y approcher.

7) Les tomates

Les araignées ne s’approchent généralement pas des plants de tomates car elles n’aiment pas leurs feuilles. Collectez donc les feuilles des tomates que vous achetez ou de celles de votre jardin et disposez-les à tous les endroits d’entrée de votre maison. Changez-les dès qu’elles sont sèches, de manière à empêcher les araignées de rentrer chez vous.

8) La lavande

Vous préférez l’odeur de lavande à celles de marron, de vinaigre ou de tout autre produit que nous venons de citer? Ca tombe bien, la lavande dégage aussi une odeur que les araignées ont du mal à supporter!

Vous pouvez donc verser quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou déposer des branches de lavande à tous les endroits d’entrée de votre maison ainsi que dans les coins fréquentés par les araignées. Cela vous aidera à vous en débarrasser tout en parfumant votre maison.

… Et faire en sorte qu’elles ne reviennent pas

Chasser les araignées? C’est fait! Mais encore faut-il s’assurer qu’elles ne reviennent pas, même lorsque l’on oublie de renouveler le produit qui est censé les éloigner! Pour vous aider, voici plusieurs astuces qui vous permettront de limiter significativement l’invasion.

Tout d’abord, commencez par reboucher tous les trous et les fissures que vous trouverez dans vos murs, autour des portes et des fenêtres ainsi que partout ailleurs. Les araignées profitent en effet de toutes les fentes, même les plus petites, pour rentrer dans votre maison. Sans trous, elles perdront l’une de leurs principales voies d’entrées.

De plus, veillez à nettoyer régulièrement votre maison, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. À l’intérieur, partez à la chasse contre les restes de nourriture, qui ont tendance à attirer les araignées. Passez également l’aspirateur régulièrement et aspirez toutes les toiles que vous trouvez. N’oubliez pas non plus le gros nettoyage de printemps au moins une fois par an, pendant lequel il vous faudra notamment nettoyer l’intérieur de vos meubles et les déplacer pour accéder aux coins où vous n’allez jamais. À ce propos, notez que les araignées aiment s’installer dans les coins peu accessibles, car elles savent qu’elles y seront moins souvent dérangées. N’hésitez donc pas à passer régulièrement un coup de serpillère dans tous les endroits cachés de votre maison.

Quant à l’extérieur de votre maison, veillez à ne pas y laisser des amas de feuilles, de gazon tondu ou d’objets en tous genres. De manière générale, évitez le désordre à l’extérieur et veillez à avoir un jardin net et propre. En effet, c’est dans les tas en tous genres et les objets entassés auxquels on ne touche jamais que les araignées aiment s’installer car elles peuvent y avoir la paix.

Enfin, évitez au maximum les lampes extérieures. Celles-ci attirent les moustiques et autres insectes volants, qui attirent à leur tour les araignées! Si vous avez envie ou besoin de garder un éclairage à l’extérieur, essayez de le placer le plus loin possible de la maison ou de diriger la lumière vers le côté opposé à votre maison.

Grâce à tout cela, vous devriez vite pouvoir dire au revoir à ces désagréables visiteuses!

Et vous, vous avez aussi peur des araignées? Ou vous n’avez aucun problème à en laisser une ou deux chez vous?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

canneberge

Canneberge : les 9 bienfaits d’une petite baie antioxydante

By Alimentation, chez soi

Canneberge : les 9 bienfaits d’une petite baie antioxydante

canneberge

Originaire d’Amérique du nord, vous connaissez peut-être mieux la canneberge sous son nom anglais : cranberry. Cette petite baie rouge à l’allure semblable à l’airelle et au goût très acidulé est cultivée presque exclusivement aux Etats-Unis et au Canada, où elle est très populaire.

Il y a fort à parier que sa popularité soit principalement liée à ses nombreux bienfaits. En effet, derrière sa petite taille, la canneberge cache une composition très intéressante. Elle présente, d’abord, une teneur exceptionnellement élevée en antioxydants. C’est d’ailleurs l’un des fruits les plus riches en antioxydants! Elle est aussi très riche en vitamine C et en fibres, une portion de 100g en fournissant respectivement 22% et 18% de l’apport recommandé.

Outre cela, la canneberge renferme de la vitamine B, E et K, ainsi qu’un grand nombre de minéraux, tels que de du calcium, du manganèse, du fer, du cuivre et du potassium. Enfin, elle est également très riche en eau et très faible en calories.

Vous vous en doutez, tout cela lui confère un grand nombre de bienfaits. Nous les reprenons dans cet article et nous vous expliquons comment la consommer.




La canneberge, quels bienfaits?

Bien que la canneberge ait fait l’objet de nombreuses études scientifiques pour démontrer ses bienfaits, les populations nord-américaines n’ont pas attendu leurs résultats pour en profiter. En effet, la canneberge est utilisée depuis des siècles pour des raisons médicinales. Voici tout ce qu’elle peut faire pour vous.

1) Elle aide à prévenir les infections urinaires

C’est sûrement le bienfait le plus connu de la canneberge. Les Indiens Iroquois l’utilisaient déjà à cet effet il y a des siècles et si vous avez déjà eu une infection urinaire, nul doute que l’on vous ait vanté ses mérites en la matière!

En effet, la canneberge est très efficace pour aider à prévenir l’apparition d’infections urinaires. Elle est donc généralement conseillée auprès des personnes qui sont le plus à risque de souffrir d’une infection, telle qu’une cystite, ou qui ont des infections à répétition.

Son action préventive, prouvée par plusieurs études scientifiques, est due aux proanthocyanidines, des antioxydants présents dans la canneberge. Ceux-ci ont des propriétés antiadhésives qui empêchent les bactéries, telles que l’E.Coli, de se poser sur les cellules des parois de la vessie. Les bactéries ne peuvent donc pas s’y installer et s’y multiplier, et elles sont alors éliminées sans encombre dès notre passage aux toilettes.

jus de canneberge

Cependant, la canneberge n’a qu’un effet préventif. Bien que de nombreuses personnes affirment qu’elle peut également traiter l’infection une fois que celle-ci s’est installée, aucune étude n’a pu le démontrer. Tout au plus permet-elle de soulager l’infection chez certaines personnes. Dans ce cas, il est donc recommandé d’aller voir un médecin pour suivre un traitement adapté.

Enfin, notez que pour profiter de ses effets préventifs, il est important de consommer régulièrement de la canneberge. Certains médecins conseillent ainsi de boire un à deux verres de jus de canneberge par jour.

2) Elle améliore la santé cardiovasculaire

En consommant régulièrement de la canneberge, vous ferez également du bien à votre cœur.

En effet, ce petit fruit a des effets très bénéfiques sur le cholestérol, d’abord parce qu’il enraye l’oxydation du mauvais cholestérol, mais aussi parce qu’il permet d’augmenter les niveaux de bon cholestérol dans le sang. Ceci est dû aux flavonoïdes contenus dans la canneberge.

Les flavonoïdes aident également à diminuer le risque de souffrir d’athérosclérose, une maladie qui voit les artères rétrécir à cause d’un niveau élevé de cholestérol et de graisse dans le sang. De plus, la canneberge participe au nettoyage et à la purification du sang, en éliminant les composants toxiques qu’il contient, et aide à assouplir les artères.

Tout cela participe à la diminution de la pression artérielle et réduit le risque de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

3) Elle aide à perdre du poids

Grâce aux acides organiques qu’elle renferme, la canneberge aide à éliminer la graisse que votre corps a accumulé. Toutefois, si vous voulez perdre du poids, il est important de l’associer à un régime équilibré afin de ne pas fournir à votre organisme graisses supplémentaires et non nécessaires à son bon fonctionnement.

Notez également que, si vous consommez la canneberge sous forme de jus, vous ne devrez pas choisir n’importe quel jus. En effet, certains jus de canneberge vendus en magasin sont très sucrés et n’apporteront donc pas l’effet désiré. Si vous avez un extracteur de jus, la meilleure solution est de créer votre propre jus. Pour couper l’acidité de la canneberge, vous pouvez mélanger son jus dans de l’eau ou dans un autre jus de fruit.

4) Elle aide à protéger l’estomac

La canneberge aide à lutter contre de nombreuses bactéries, et celles qui peuvent s’attaquer à notre estomac ne font pas exception! Parmi celles-ci se trouve la bactérie Helicobacter pylori. En allant se poser sur les parois de notre estomac, cette dernière peut provoquer une inflammation de l’estomac et donner lieu à des ulcères, des gastrites chroniques ou, dans le pire des cas, un cancer de l’estomac.

Les flavonoïdes que renferme la canneberge permettent de lutter contre cela en empêchant la croissance de ces bactéries. Une consommation régulière de canneberge aide donc à prévenir les infections. De plus, lorsqu’elle est utilisée en complément à un traitement classique, elle joint ses forces au traitement et en améliore l’efficacité, permettant ainsi d’éliminer la bactérie plus rapidement.

Toutefois, ces effets ont été majoritairement observés chez les femmes. Sur ce point, la canneberge est donc moins efficace chez les hommes.

5) Elle participe à l’hygiène buccodentaire

Les proanthocyanidines présentes dans la canneberge empêchent les bactéries de se développer et s’installer dans la bouche, notamment sur les dents et les gencives. Ainsi, la canneberge aide à réduire les caries et la plaque dentaire, mais aussi à lutter contre les maladies parodontales, un type de maladie qui touche les gencives en provoquant une inflammation de ses tissus. De plus, grâce à sa teneur en calcium, elle aide à renforcer les dents.

Toutefois, dans tous les cas, préférez la consommation de jus naturels plutôt que de jus vendus en grande surface. En effet, rappelez-vous que ceux-ci contiennent souvent une grande quantité de sucre, ce qui est loin d’être bon pour vos dents.




6) Elle aide à garder une peau jeune

Les antioxydants que l’on retrouve dans la canneberge sont très bénéfiques pour la peau. D’une part, ils la protègent contre l’action des radicaux libres, qui peuvent provoquer des inflammations cutanées et contribuent au vieillissement. D’autre part, ils stimulent la production de collagène, ce qui aide à maintenir la fermeté de la peau et, ainsi, à lutter contre l’apparition des rides.

7) Elle lutte contre les maladies hivernales

Grâce à ses propriétés antibactériennes, la canneberge est aussi très utile en hiver car sa haute teneur en vitamine C aide à renforcer notre système immunitaire. De plus, de manière générale, la canneberge éloigne les bactéries et nous offre ainsi une barrière supplémentaire contre les infections et virus. Elle est notamment efficace contre le rhume et la grippe, ainsi que les maux de gorge en général.

8) Elle aide à combattre certains cancers

Selon plusieurs études, la canneberge aiderait à combattre le cancer du côlon, de la prostate, du sein et du poumon en enlisant le développement des tumeurs. Ceci est dû aux composés polyphénoliques qu’elles contient, mais aussi à sa teneur en flavonoïdes et en acide salicylique. Ensemble, ils aident notamment à inhiber la croissance de cellules nocives et cancéreuses. De plus, l’acide sacylique lutte contre la formation de caillots dans le sang, qui peuvent causer des tumeurs.

De son côté, la haute teneur en fibres de la canneberge a également un rôle à jouer contre le cancer du côlon. En effet, les fibres stimulent la production de butyrate, une substance qui maintient la santé intestinale, fournit de l’énergie aux cellules du côlon et empêche le développement de tumeurs dans le côlon.

9) Elle lutte contre les pertes de mémoire

La canneberge permettrait de réduire les risques de faire face à des pertes de mémoire ou de souffrir de la maladie d’Alzheimer. En effet, ses antioxydants éliminent les radicaux libres qui pourraient s’attaquer aux neurones. Cependant, ses effets sur la maladie d’Alzheimer doivent encore être démontrés.

Comment consommer la canneberge?

plat canneberge

La canneberge existe sous plusieurs formes. Elle peut, évidemment, être consommée sous sa forme naturelle, bien que l’on préfère souvent y ajouter un peu de sucre pour réduire l’acidité des baies. Vous pouvez aussi trouver des canneberges séchées. Celles-ci présentent l’avantage d’être plus riches en antioxydants que la canneberge fraîche, mais elles sont également plus riches en sucre. Qu’elle soit fraîche ou séchée, la canneberge peut notamment être utilisée dans des salades, des sauces, des compotes et des pâtisseries.

Outre cela, la canneberge est fréquemment consommée sous forme de jus. Toutefois, si vous voulez profiter de ses bienfaits et garder une alimentation saine, il est important de veiller à choisir un jus sans sucre ajouté, ou avec le moins de sucre possible.

Enfin, si vous n’aimez pas spécialement son goût ou voulez suivre un traitement à la canneberge, vous pouvez en trouver en pharmacie sous forme de comprimés et de gélules. Dans ce cas, il est important de suivre l’avis de votre pharmacien, qui pourra vous indiquer le traitement adéquat et les doses à ne pas dépasser.

À ce propos, il est important de noter que, si elle est consommée en trop grande quantité, la canneberge peut provoquer des effets indésirables au niveau de l’intestin, tels que des crampes et la diarrhée. Heureusement, une petite dose quotidienne est souvent largement suffisante pour profiter de ses bienfaits!

Notez enfin que sa consommation est déconseillée si vous prenez des aspirines ou des médicaments anticoagulants, ainsi que si vous souffrez de calculs rénaux ou si vous y êtes prédisposés.

Et vous, avez-vous déjà goûté la canneberge? Aimez-vous son côté acidulé?




Sources

https://web.archive.org/web/20081010153419/http://afssaps.sante.fr/pdf/5/rbp/argu-antibiotherapie-infections-urinaire-adulte.pdf
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/3641-canneberge-cranberry-bienfaits-contre-les-infections-urinaires
https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=canneberge_ps

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

yuzu

7 bienfaits du yuzu

By Alimentation, chez soi

7 bienfaits du yuzu

yuzu

Le yuzu, c’est quoi? Une pose de yoga? Un nouveau mode de vie en vogue? Rien de tout ça! Il s’agit d’un fruit qui, bien que portant un nom aussi exotique qu’inconnu, a une allure très familière : il ressemble au citron.

Originaire de Chine, le yuzu est maintenant principalement produit au Japon et en Corée. Ce fruit au goût acidulé, situé quelque part entre la mandarine, le pamplemousse et le citron vert, n’a fait son apparition dans la cuisine occidentale que récemment. Cependant, si vous pensez à un fruit à croquer, vous vous trompez. Contenant peu de chair et beaucoup de pépins, le yuzu n’est pas consommé comme les autres fruits. Il est plutôt utilisé comme condiment, quand il n’est pas repris dans des produits cosmétiques ou utilisé comme plante médicinale.

Vous voulez en savoir plus sur ce fruit atypique? Voici son histoire, ses bienfaits et les façons dont vous pouvez le consommer.




Le yuzu, un fruit japonais d’adoption

yuzu arbre

Après avoir été découvert en Chine, c’est sûrement au Japon, où il a été importé il y a plus d’un millénaire, que le yuzu a la plus grande importance. Dans le pays du Soleil levant, le yuzu fait non seulement partie d’un grand nombre de recettes traditionnelles, mais il est aussi utilisé comme plante médicinale et se retrouve même dans certains rituels!

Ainsi, selon la tradition japonaise, prendre un bain au yuzu le jour du solstice d’hiver aurait de nombreux bienfaits. En effet, cela permettrait de protéger les articulations, d’améliorer la circulation sanguine et de renforcer le corps contre les maladies. Quant à la date de la tradition, elle n’a pas été choisie au hasard : le solstice d’hiver marque la fin de la récolte des yuzu, mais aussi le renouveau en raison des jours qui, après avoir considérablement raccourci, commencent enfin à rallonger.

Le yuzu pousse sur un arbre du même nom, que vous avez peut-être déjà croisé si vous avez été au Japon. Celui-ci prend généralement la forme d’un arbuste épineux mais peut aller jusqu’à 4 mètres de haut.

La culture du yuzu est loin d’être productive. En effet, il faut attendre 20 ans pour que le yuzu donne ses premiers fruits et un arbre ne produira que 15 à 20 kilos de fruits par récolte. Or, vu que le yuzu contient très peu de jus, un arbre ne peut produire qu’environ 3 litres de jus par récolte. Cela a une influence directe sur son prix, qui est bien plus élevé que les autres fruits.

Mais le yuzu n’a pas vraiment l’apparence d’un fruit de première classe. Sa peau épaisse est bosselée et irrégulière, loin de la forme lisse et parfaite que les fruits affichent généralement. Ce qui fait sa renommée aux yeux des cuisiniers, c’est le parfum qu’il renferme. Très intense et très apprécié, il en suffit d’une petite quantité pour donner de la saveur à un plat entier.

Quels sont ses bienfaits?

Riche en flavonoïdes, en fibres et en vitamines A et C, le yuzu a notamment des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Voici ses 7 bienfaits principaux.

1) Il répare la peau et lutte contre son vieillissement

Le yuzu se retrouve dans la composition d’un grand nombre de cosmétiques, et pour cause : il fait énormément de bien à la peau.

Tout d’abord, grâce à sa teneur en vitamine C, le yuzu participe à la fabrication du collagène, une protéine qui joue un rôle indispensable dans la composition de notre peau. Cela permet de réparer la peau, mais aussi de la renforcer, de l’hydrater et de la rendre douce et belle, tout en prévenant l’apparition des rides. Oui, rien que ça!

Pour lutter contre le vieillissement cutané, la vitamine C peut également profiter de l’aide des flavonoïdes et des limonoïdes, deux antioxydants qui sont aussi présents dans le yuzu. À trois, ils combattent et éliminent les radicaux libres. C’est important car, lorsque ceux-ci sont présent en trop grande quantité dans notre organisme, ils s’attaquent aux cellules et provoquent leur vieillissement, ce qui fait apparaitre des rides sur notre visage et notre corps.

Enfin, le yuzu participe également à la cicatrisation de la peau et aide à l’accélérer.

2) Il fortifie les cheveux

Vos cheveux sont fins et cassants? Grâce aux flavonoïdes qu’il contient, le yuzu peut vous aider à remédier à vos problèmes capillaires. En effet, les flavonoïdes aident à réduire la perméabilité des capillaires, ce qui permet de renforcer la chevelure.

Pour une meilleure efficacité, vous pouvez appliquer le yuzu directement sur vos cheveux. Toutefois, il vous faudra alors le mélanger à votre shampoing car l’utiliser seul pourrait irriter votre cuir chevelu.

3) Il donne de l’énergie

Grâce à sa richesse en vitamine C, le yuzu aide à faire le plein d’énergie et à lutter contre la fatigue. La vitamine C agit également sur les muscles, vous aidant ainsi à ne pas vous sentir faibles physiquement.




De plus, le yuzu favorise significativement l’absorption du fer et du calcium par l’organisme. Or, ces deux protéines jouent un rôle primordial contre la fatigue. Si elles ne se trouvent pas en quantité suffisante dans l’organisme, votre énergie en prendra un coup.

4) Il renforce le système immunitaire

En plus d’augmenter notre niveau d’énergie, la vitamine C prend également soin de notre système immunitaire. En effet, la vitamine C participe à la défense des cellules immunitaires et agit sur leur mobilité. Cela les rend plus fortes et plus à même de lutter contre les agressions extérieures.

Le yuzu contient également d’autres antioxydants, tels que les polyphénols, qui aident à protéger notre corps contre les maladies.

5) Il prévient les maladies cardiovasculaires

Les polyphénols permettent d’empêcher le développement de maladies cardiovasculaires. En effet, le yuzu est notamment efficace contre l’agrégation plaquettaire, qui peut favoriser la création d’un caillot. Or, le caillot peut finir par obstruer un vaisseau sanguin menant au cerveau, ce qui provoquerait alors un AIT (accident ischémique transitoire).

Cependant, pour être efficace, le yuzu doit être consommé régulièrement et en complément à une alimentation saine.

6) Il réduit les risques de souffrir d’un cancer

Dans la longue liste de maladies que le yuzu peut aider à éviter, on retrouve le cancer. Selon une étude, le yuzu pourrait en effet prévenir le cancer en combattant les radicaux libres qui s’attaquent aux cellules. Ceci est dû aux antioxydants qu’ils contient, parmi lesquels on retrouve la vitamine C, les flavonoïdes et les fibres.

7) Il facilite le transit intestinal

Les fibres et les vitamines que l’on retrouve dans le yuzu permettent d’accélérer le transit intestinal et, ainsi, d’améliorer la digestion. Cela permet de combattre des troubles digestifs tels que la constipation.

Comment consommer le yuzu?

Nous l’avons dit, le yuzu et son jus sont loin d’être les produits les moins chers du marché. Heureusement, ce n’est pas un fruit qu’il est d’usage de croquer ou de boire.

En règle générale, on utilise son jus comme assaisonnement et on récupère son zeste pour un faire un condiment. Vous aurez d’ailleurs du mal à trouver du yuzu frais et sous sa forme naturelle. Il est plutôt vendu sous forme de jus, de zestes déshydratés et de poudre.

Grâce à son goût particulier, le yuzu se marie aussi bien avec le sucré que le salé. Les grands pâtissiers aiment l’utiliser dans leurs créations, mais vous pouvez aussi l’utiliser avec vos viandes et poissons, en confiture ou en sauce, ou encore dans un grand nombre de recettes japonaises et de recettes sucré-salé. Les possibilités sont nombreuses!

Quoiqu’il en soit, n’ayez pas la main trop lourde : une petite dose de yuzu suffit généralement à aromatiser tout un plat.

Et vous, le yuzu, ça vous tente? En avez-vous déjà dans vos armoires?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

miel de manuka

Le miel de manuka serait-il le meilleur au monde?

By Alimentation, chez soi, Soins

Le miel de manuka serait-il le meilleur au monde?

miel de manuka

Nous sommes nombreux à savoir à quel point le miel est bon, aussi bien pour nos papilles gustatives que pour notre santé. En effet, il nous aide à combattre les maladies hivernales et d’autres petits problèmes du quotidien. Mais parmi toutes les sortes de miel qui existent, la plus précieuse est peut-être le miel de manuka.

Originaire de Nouvelle-Zélande, le miel de manuka était déjà consommé par les Maoris, qui voyaient en lui un produit miraculeux. Provenant du manuka, un arbre qui appartient à la famille de l’arbre à thé (ou tea tree), que l’on connait bien pour son huile essentielle, le miel de manuka présente des propriétés plus puissantes que celles des autres miels. Tant et si bien qu’en Nouvelle-Zélande, mais aussi ailleurs dans le monde, il est même utilisé en milieu hospitalier pour ses vertus médicinales!

Poussant à l’état sauvage, le manuka ne permet de produire qu’une petite quantité de miel chaque année, ce qui augmente son prix et l’élève d’autant plus au statut de miel d’exception.

Vous voulez savoir d’où le miel de manuka tire ses pouvoirs et quels bienfaits vous pouvez en retirer? Les réponses se trouvent dans cet article!




Qu’est-ce qui rend le miel de manuka si différent des autres?

À première vue, le miel de manuka se distingue par sa couleur orangée, plus foncée que les autres miels. Si vous le goûtez, vous vous rendrez aussi vite compte que son goût est bien plus prononcé que ses cousins.

Mais cela ne suffit évidemment pas à expliquer ses propriétés et ses bienfaits. En réalité, le miel de manuka renferme une molécule aux puissantes propriétés antibactériennes : le méthylglyoxal. Or, si celle-ci se retrouve dans la composition des autres miels également, le miel de manuka en contient une quantité bien plus élevée.

Dans le cas du miel de manuka, cette molécule est plutôt connue sous le nom d’UMF (pour « Unique Manuka Factor »). C’est de cette manière que le chercheur néo-zélandais Peter Molan, qui a étudié le miel de manuka, avait appelé cette précieuse substance avant que l’on se rende compte qu’elle provenait tout simplement d’une quantité élevée de méthylglyoxal.

Aujourd’hui repris sur tous les pots de miel de manuka, l’UMF prend la forme d’un chiffre qui peut changer d’un pot à l’autre. Plus l’indice lié à l’UMF sera élevé, plus les pouvoirs antibactériens du miel seront puissants.

Quels sont les bienfaits du miel de manuka?

miel

Le miel de manuka est un puissant antibactérien, mais il a aussi d’excellentes propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes et antioxydantes. Voici ses bienfaits.

1) Il combat les maladies hivernales

Si vous êtes adeptes du miel, vous savez qu’il peut être utilisé pour lutter contre des maladies hivernales, tels que le rhume et la toux. Le miel de manuka n’échappe évidemment pas à la règle. Mais, mieux encore, il se démarque des autres types de miel par sa puissance, qui est bien plus élevée. Il agit plus rapidement, et avec une dose plus petite!

Ainsi, vous pouvez utiliser le miel de manuka pour prévenir ou combattre le rhume, la bronchite, l’angine et la sinusite, car il lutte contre les bactéries qui sont à la base de ces maladies. En outre, vous pouvez aussi l’utiliser contre la toux.

Pour rester à l’abri des malades hivernales, il vous suffit d’en consommer une à deux cuillères à café par jour pendant l’hiver.

2)  Il lutte contre le staphylocoque doré

Les vertus antibactériennes du miel de manuka sont si puissantes qu’il peut être utilisé contre des bactéries qui ont tendance à résister à plusieurs traitements antibiotiques classiques. C’est le cas du staphylocoque doré, une bactérie très présente dans les hôpitaux et qui peut faire beaucoup de mal au corps et à l’organisme. Il peut notamment provoquer des infections des voies respiratoires, de la peau, du sang et du squelette.

Très résistant, le staphylocoque doré peut s’avérer très difficile à combattre. C’est ici que le miel de manuka entre en jeu : il peut entraver et arrêter son développement, et ainsi lutter contre les infections qu’il provoque.

3) …et contre d’autres bactéries

Parmi les autres bactéries importantes contre lesquelles le miel de manuka peut agir efficacement, on note l’Helicobacter pylori, qui donne lieu à des ulcères d’estomac, mais aussi les streptocoques, qui provoquent diverses infections. Autant de bactéries qu’il est parfois très difficile de combattre avec un traitement antibactérien classique.




4) Il favorise la cicatrisation

Tout comme ses vertus antibactériennes, les propriétés cicatrisantes du miel de manuka sont plus puissantes que celles des autres miels. Celles-ci proviennent notamment du méthylglyoxal (ou MGO), cette substance active que l’on retrouve en grande quantité dans le miel de manuka. En outre, le MGO a aussi des propriétés anti-inflammatoires qui sont très utiles pour lutter contre les infections cutanées.

Grâce à cela, le miel de manuka peut être utilisé pour soigner des brûlures légères ainsi que des plaies et blessures en tous genres. Pour cela, il suffit d’en appliquer une couche épaisse d’environ 5 millimètres à même la peau et de poser un pansement par-dessus, à changer tous les jours. Le miel nettoiera la plaie en attirant les liquides, tels que la lymphe, et en éliminant les bactéries et les déchets qui pourraient mettre à mal la cicatrisation. De plus, il luttera contre le développement des bactéries dans la plaie. En plus d’améliorer la cicatrisation, cela réduira l’inflammation et atténuera la douleur.

Le miel de manuka est d’ailleurs tellement efficace qu’il est même utilisé dans plusieurs hôpitaux à cet effet! Cependant, notez que si vous blessure est trop sérieuse, il est important de consulter un médecin avant d’avoir recours au miel.

5) Il permet d’avoir une belle peau

Si vous n’avez pas de plaie à soigner, vous pouvez toujours en appliquer une fine couche sur votre visage et votre corps. Grâce à ses vertus antibactériennes, anti-oxydantes, anti-inflammatoires et antiseptiques, il aide à rendre la peau nette et à atténuer les signes de fatigue. Il est également très efficace contre l’acné, que ça soit pour éviter son apparition ou pour soigner les cicatrices qu’elle provoque. De plus, il permettrait de retarder l’apparition des rides. Enfin, sur le corps, il peut aussi être utilisé pour combattre l’eczéma.

6) Mais encore…

On attribue également d’autres bienfaits au miel de manuka. Ainsi, il serait très efficace contre les maladies intestinales ainsi que les maux de ventre et d’estomac. Il est aussi intéressant pour la santé bucco-dentaire car, en s’attaquant aux bactéries, il empêche la formation de plaque dentaire, lutte contre l’apparition des caries et des aphtes et prévient le développement de maladies telles que la gingivite et la parodontite.

En outre, il peut être utilisé pour traiter des troubles respiratoires tels que l’asthme et la bronchite chronique, ainsi que pour retrouver le sommeil et en améliorer la qualité. Enfin, certains disent aussi que, grâce à ses vertus antioxydantes, le miel de manuka pourrait empêcher le développement de certains cancers en s’attaquant aux cellules tumorales.

Comment consommer le miel de manuka?

Le miel de manuka a une texture crémeuse et son goût renferme une touche d’eucalyptus. Il est délicieux sur des toasts, dans un yaourt, en salade ou tout simplement à la cuillère. Il peut aussi être ajouté dans un thé mais, si vous voulez profiter de ses bienfaits, il est préférable de le mélanger à du thé tiède. En effet, le miel de manuka perd ses bienfaits lorsqu’il est chauffé à plus de 40°C.

Pour éloigner les maladies et les bactéries toute l’année, il est recommandé d’en consommer entre une et deux cuillères par jour. De plus, comme nous l’avons dit, le miel de manuka peut également être utilisé en application externe lorsqu’il s’agit de combattre des blessures ou des infections cutanées.

Toutefois, si vous voulez le consommer pour ses vertus médicinales, sachez que tous les miels de manuka ne se valent pas. Au moment de l’achat, il est donc important de bien faire attention à son indice UMF. Les miels présentant un indice inférieur à 10 ne seront bons que pour vos papilles et s’avéreront très peu efficaces à l’heure de guérir vos maux.

Pour un usage interne et pour rester en bonne santé, on recommande généralement de choisir un miel d’un niveau allant de 10 à 16. Mais si vous voulez l’utiliser sur votre peau, il faut utiliser un miel présentant un UMF plus élevé, de 17 à 25, pour qu’il soit réellement efficace.

Enfin, notez que la consommation de miel de manuka, qu’elle soit interne ou externe, est interdite aux enfants de moins de 12 mois. En effet, ils pourraient contracter le botulisme infantile, une maladie rare qui peut s’avérer mortelle.

Dites-nous, aviez-vous déjà entendu parler du miel de manuka? En avez-vous déjà goûté?

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

chaussons

5 choses que vous ne saviez probablement pas sur les pantoufles

By chez soi, Maison, Relaxation

5 choses que vous ne saviez probablement pas sur les pantoufles

chaussons

Vous êtes d’humeur pantouflarde aujourd’hui ? Ca tombe bien : et si on parlait des pantoufles ?

Le Larousse définit la pantoufle comme une “chaussure légère, souple, confortable, souvent chaude, faite pour l’intérieur”. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas : la pantoufle n’a pas toujours été une chaussure en tant que telle, ni une chaussure d’intérieur. De plus, encore aujourd’hui, les coutumes entourant la pantoufle varient d’un pays à l’autre.

Voici 5 histoires autour de la pantoufle qui vous permettront de vous coucher un peu moins bête ce soir.




1) La pantoufle est une invention orientale

Les plus vieilles pantoufles que l’on a pu retrouver à ce jour ont été découvertes dans des tombes égyptiennes remontant au 2ème siècle. Originaires d’Orient, les pantoufles seraient un dérivé des babouches et ont longtemps été utilisées dans le monde oriental avant de faire leur entrée en Occident.

En effet, c’est à la fin du Moyen-âge qu’elles atteignent l’Europe. Ce sont alors les paysans qui en auraient profité les premiers, en les utilisant comme des chaussettes à enfiler dans leurs sabots en bois pour plus de confort. C’est comme ça que, petit à petit, les pantoufles se sont invitées dans nos maisons, d’abord utilisées par les femmes avant de gagner en popularité auprès des hommes.

La pantoufle n’a donc pas toujours été seulement une chaussure d’intérieur. À une époque, le mot désignait d’ailleurs également une chaussure prévue pour l’extérieur. Ainsi, par exemple, au temps des rois de France, il était coutume de s’orner de ses plus belles pantoufles pour participer aux réceptions de la cour!

Quant à la France, c’est en 1795 qu’elle voit apparaitre la première fabrique de pantoufles sur ses terres, les Etablissements Amos. Situés en Alsace, ceux-ci ont employé près de 2000 employés lors de leurs meilleures années. Cependant, ils ont définitivement fermé leurs portes en 1987, près de deux siècles après leur création, suite à une concurrence devenue trop forte.

2) La charentaise, la pantoufle à la française, a été créée pour être glissée dans des sabots

Inventée au 17ème siècle, la charentaise est un type de pantoufle française originaire de la région de Charente. Cependant, si son nom est connu de tous, peu savent qu’elle n’a pas toujours eu la même forme que celle qu’on lui connait aujourd’hui.

En effet, à l’origine, elle a été créée pour être utilisée avec des sabots, continuant alors les pratiques du Moyen-âge. Fabriquée à partir de rebuts de feutre utilisé dans les papeteries, elle ressemblait plutôt à une grosse chaussette confortable qui permettait de garder les pieds au chaud lorsque l’on portait des sabots.

Ce n’est qu’au début du 20ème siècle qu’un cordonnier de la région a décidé d’y ajouter une semelle rigide, donnant ainsi naissance au modèle actuel.

On raconte aussi que les charentaises étaient surnommées “les silencieuses” car elles permettaient de se déplacer en silence. Ainsi, par exemple, les valets les utilisaient pour marcher dans la chambre de leurs maîtres sans que ceux-ci ne se réveillent.

3) La pantoufle de Cendrillon n’était peut-être pas en verre, après tout

La pantoufle que porte Cendrillon pour aller au bal a fait beaucoup parler d’elle. Avant d’être mise à l’écrit, l’histoire de Cendrillon était un conte que l’on transmettait oralement de génération en génération. Or, certains affirment que, à l’heure de le mettre sur papier, Charles Perrault aurait été victime d’une homophonie de la langue française : en réalité les chaussures ne seraient pas en verre mais en vair, qui n’est autre que de la fourrure d’écureuil gris.

Plusieurs études ont été réalisées sur la question. L’une d’entre elles s’est penchée sur toutes les versions internationales du conte, ce qui revient à plus de 300 variantes. Conclusion : seule une poignée de versions décrivent la pantoufle comme étant de verre. Un grand nombre de versions affirment qu’elle est faite d’or, bien que d’autres la décrivent comme étant en soie ou ornée de diamants, notamment. Enfin, certaines versions laissent le débat de côté en ne donnant aucun détail sur la matière de la pantoufle.

Plus récemment, des étudiants anglais ont démontré que, scientifiquement, la pantoufle de verre de Cendrillon telle qu’elle est représentée dans le film de Walt Disney ne pourrait pas exister. En effet, le verre les rendrait trop fragiles et peu enclines à supporter les pas de Cendrillon. Pour qu’elles puissent résister au poids de l’héroïne, les chaussures devraient avoir un talon d’un peu plus de 1cm seulement, et il serait encore difficile de marcher et danser avec!

La pantoufle de Cendrillon n’est donc qu’un symbole, bien qu’il ait été choisi avec précaution. En effet, non seulement le fait qu’elle soit en verre rend la tâche impossible à toute personne ayant une pointure plus élevée de rentrer dedans, mais elle donne aussi une image délicate à Cendrillon, qui serait la seule à pouvoir les utiliser sans les casser.

Dans tous les cas, une chose est sûre : la pantoufle de Cendrillon est loin de ressembler à celles que l’on connait aujourd’hui et que l’on porte uniquement à la maison!

4) Au Japon, il existe des pantoufles spéciales pour les toilettes

Dans de nombreux pays, tels que la Russie et la République tchèque, il est coutume d’enlever ses chaussures à l’heure d’entrer dans une maison, que ce soit la nôtre ou celle de quelqu’un d’autre.

Cependant, les Japonais vont encore plus loin. En effet, ils ont tous leurs propres pantoufles à enfiler à l’entrée de leur maison, et disposent généralement de pantoufles pour les invités. Leur hall d’entrée, qui est l’endroit où l’on se déchausse, porte le nom de “genkan”, un terme originellement utilisé pour désigner l’entrée d’un temple. Il est souvent séparé du reste de la maison par une marche. Les chaussures sont seulement acceptées avant la marche, et il est donc impératif de les enlever pour passer la marche.

Lorsqu’ils sont ordonnés, les Japonais ont d’ailleurs l’habitude de poser leurs chaussures dos à la marche, en direction de la porte d’entrée. Cela permet de facilement les enfiler à l’heure de sortir. De la même manière, les pantoufles se trouvent sur la marche, dos aux chaussures, pour pouvoir être rapidement enfilées sans que jamais elles ne touchent l’endroit réservé aux chaussures.

Mais ce n’est pas tout : quand il est question d’utiliser les toilettes, il est important de changer de pantoufles. En effet, les Japonais ont des pantoufles prévues spécialement pour cet endroit de la maison!

De plus, la maison est loin d’être le seul lieu où il est obligatoire d’enlever ses chaussures. C’est aussi le cas chez le médecin, mais aussi parfois à l’école, au restaurant ou dans les cabines d’essayage des magasins. Dans ce cas, vous trouverez toujours des casiers à l’entrée dans lesquels poser vos chaussures le temps de votre visite.

Mieux encore : de nombreux bureaux interdisent les chaussures, forçant ainsi les employés à travailler en pantoufles. Ce qui nous amène au point suivant…

5) Travailler en pantoufles nous rendrait plus productifs

Travailler en pantoufles augmenterait notre bien-être au bureau. En effet, non seulement cela augmenterait notre confort, mais cela améliorerait aussi nos relations avec nos collègues, en nous rapprochant et en nous permettant de mieux les connaître. Nous serions alors plus heureux, et qui dit meilleure humeur dit meilleure efficacité en général!

C’est en tout cas ce qu’affirment l’entreprise Shoegarden et l’agence de communication digitale Camarey, mais une étude sérieuse sur le sujet doit encore être faite. Peut-être pourriez-vous demander à ce que celle-ci soit réalisée dans votre entreprise ?

Et vous, êtes-vous plutôt chaussures ou pantoufles à la maison ?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Harpagophytum

Harpagophytum : Découverte d’une plante antidouleur

By chez soi, Plantes et Jardin, Soins

Harpagophytum : Découverte d’une plante antidouleur

Harpagophytum

Harpagophytum. Derrière ce nom très scientifique et peu facile à retenir se trouve une plante vivace aux fleurs pourpres et aux tiges rampantes qui pousse généralement sur des sols sablonneux et argileux. Originaire d’Afrique centrale et du Sud, elle est principalement cultivée par la Namibie, le Botswana et l’Afrique du Sud.

Si son nom vous impressionne, sachez qu’on la surnomme généralement « racine de Windhoeck » ou « griffe du diable ». Cette deuxième appellation, peu rassurante s’il en est, provient de la forme de sa fleur. En effet, elle est faite de petits crochets rappelant des doigts recourbés qui ont tendance à s’accrocher dans les pattes et le pelage des animaux, finissant par les blesser. Pour s’en débarrasser et ainsi soulager leur douleur, ils se débattent alors violemment, entrant dans une danse que certains qualifient d’endiablée.

Mais pourquoi s’intéresse-t-on à une plante qui parait aussi méchante? En réalité, il s’agit là de son seul inconvénient. Derrière son allure diabolique, la griffe du diable est en fait remplie de bienfaits. Paradoxalement, on l’utilise d’ailleurs principalement pour… éloigner la douleur!

Intrigués? Dans cet article, nous vous présentons son histoire et ses bienfaits, et nous vous expliquons comment l’utiliser pour en retirer le meilleur.




L’harpagophytum, de la sorcellerie à la science

On ne peut dire avec certitude à quand remontent les premières utilisations de l’harpagophytum. Tout ce que l’on sait, c’est que plusieurs peuples d’Afrique l’utilisaient déjà il y a plusieurs siècles pour les vertus qu’on lui connait aujourd’hui.

Ce n’est qu’au début du 20ème siècle que les Européens l’ont découverte à leur tour, grâce à la curiosité d’un fermier allemand vivant en Namibie. L’un de ses proches souffrait de rhumatismes et avait été guéri par le sorcier d’une tribu africaine. C’est en s’intéressant au remède utilisé que le fermier aurait fait la connaissance de l’harpagophytum.

Les scientifiques et les médecins européens ont commencé à s’y intéresser peu de temps après, donnant lieu à un certain nombre de recherches et d’essais cliniques. Ce n’est que des décennies plus tard, en 1989, que l’harpagophytum a été inscrite à la pharmacopée française. Aujourd’hui, elle est même reconnue comme ayant les mêmes effets que plusieurs médicaments traditionnels contre l’arthrite et les rhumatismes.

D’énormes quantités d’harpagophytum quittent l’Afrique chaque année pour exportation. Cependant, face à ce succès, les trois principaux producteurs de l’harpagophytum ont dû mettre en place des mesures pour réguler la récolte. Espèce sauvage difficile à cultiver, sa survie pourrait en effet être menacée par son succès grandissant.

Les 6 bienfaits de l’harpagophytum

devil claw

L’harpagophytum contient plusieurs principes actifs desquels elle tire ses bienfaits. Parmi eux, le plus important est sûrement l’harpagoside, qui lui donne des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques. Outre cela, la plante renferme de nombreuses vitamines du groupe B, mais aussi de la vitamine C, du bêta-carotène et un grand nombre de minéraux, tels que le calcium, le magnésium et le fer. Voici ses 6 bienfaits principaux.

1) Elle soulage les douleurs articulaires

L’harpagophytum aide à apaiser de nombreuses douleurs, mais les douleurs articulaires sont sûrement celles pour lesquelles elle est le plus connue. Elle est notamment très utilisée contre l’arthrite, l’arthrose et les rhumatismes.

Grâce aux glucosides, aux flavonoïdes et au phytostérols qu’elle contient, l’harpagophytum a des vertus anti-inflammatoires et analgésiques très efficaces contre les douleurs articulaires. Elle diminue l’inflammation et aide à réduire la raideur en améliorant la mobilité et la souplesse des articulations. Cela aide non seulement à soulager les crises, mais aussi à diminuer leur fréquence.

Les effets de l’harpagophytum ont été démontrés par plusieurs études, tant et si bien que vous pouvez la trouver en pharmacie aux côtés des traitements antiarthritique et antirhumatismal. Mieux encore : elle est aussi efficace que certains médicaments traditionnels et offre de nombreux avantages supplémentaires. En effet, contrairement aux médicaments chimiques, elle ne provoque pas d’effets indésirables sur l’estomac et diminue significativement les effets secondaires de manière générale. Sans oublier que c’est un traitement entièrement naturel!




2) Elle prévient et apaise les douleurs liées au sport

L’harpagophytum est également très appréciée des sportifs, ce qui n’est pas surprenant quand on voit tout ce qu’elle peut faire pour eux. Elle aide à combattre les tendinites et les entorses, mais aussi les ruptures de ligaments et les douleurs musculaires. Et l’on peut profiter de son action aussi bien avant qu’après l’effort!

En effet, l’harpagophytum protège le cartilage, assouplit et fortifie les articulations et améliore l’élasticité des tissus musculaires et tendineux. Elle peut donc être prise avant une séance de sport intense pour prévenir les douleurs musculaires et articulaires. De plus, si vous la consommez régulièrement, l’harpagophytum vous aidera à prévenir les crampes musculaires.

Mais ce n’est pas tout. L’harpagophytum aide également à diminuer le temps de rétablissement suite à une blessure sportive, telle qu’une entorse ou une rupture des ligaments, et aidera à soulager la douleur. Enfin, elle favorise aussi le repos musculaire après l’effort, ce qui permet de mieux récupérer.

3) Elle diminue les douleurs lombaires

Si vous souffrez de douleurs dans le bas du dos, l’harpagophytum vous aidera à les calmer. Elle peut donc être utilisée par les personnes souffrant de lumbago ou de sciatique, par exemple.

4) Elle soulage la goutte

Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, l’harpagophytum favorise l’évacuation de l’acide urique. Cela permet de diminuer rapidement la douleur, car c’est l’excès d’acide urique dans le sang qui provoque la crise de la goutte.

Toutefois, notez que pour pouvoir profiter pleinement de l’action de l’harpagophytum contre la goutte, il est recommandé de l’utiliser en traitement de fond pendant deux mois minimum.

5) Elle ouvre l’appétit et facilite la digestion

Bien que très efficace contre les douleurs en tous genres, l’harpagophytum a d’autres tours dans son sac. Ainsi, utilisée sous forme de décoction, elle s’avère également utile quand vient l’heure de manger.

Grâce à son amertume, elle stimule l’appétit et peut donc aider les personnes qui souffrent de perte d’appétit. Cela a également un impact très positif sur la digestion car, en stimulant les papilles gustatives, l’harpagophytum envoie un signal à l’estomac. Celui-ci sait alors qu’il est temps pour lui de produire les sucs gastriques, qui jouent un rôle primordial dans la digestion.

Ainsi, l’harpagophytum permet de lutter contre de nombreux troubles digestifs, tels que la constipation, la diarrhée et la flatulence, et de soulager les malaises gastriques et intestinaux.

Enfin, son action sur la digestion a également une influence sur les douleurs arthritiques. En effet, celles-ci sont souvent liées à une mauvaise digestion, à cause des toxines que cela produit dans le corps!




6) Elle lutte contre les maladies et irritations cutanées

L’harpagophytum fait aussi des miracles sur la peau, en calmant et soignant de nombreux troubles cutanés. Elle peut ainsi être utilisée pour combattre le psoriasis, l’eczéma, l’acné et d’autres irritations ou allergies de la peau. De plus, associée à de l’aloé vera, elle peut soigner les brûlures superficielles.

Comment utiliser l’harpagophytum?

L’harpagophytum est vendue sous plusieurs formes. Vous pouvez trouver de la poudre obtenue à partir de sa tubercule séchée, mais vous la trouverez principalement sous forme de comprimés, de gélules ou de pommade. Votre choix dépendra de votre situation personnelle, mais aussi de vos préférences.

L’harpagophytum en poudre est utilisée dans des infusions ou des décoctions. Dans le cas de la première, il vous suffira de faire infuser 1 cuillère à café de poudre dans une tasse d’eau bouillante. Pour la décoction, généralement utilisée pour lutter contre les rhumatismes, le procédé est à peu près le même à ceci près qu’il vous faudra faire bouillir la poudre dans l’eau pendant une dizaine de minutes. Dans les deux cas, il est généralement recommandé d’en boire 2 à 3 tasses par jour. Toutefois, la dose recommandée peut dépendre d’un cas à l’autre, et il est donc toujours préférable de demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien pour vous assurer de suivre le traitement adéquat.

De leur côté, les comprimés et les gélules sont bien plus concentrés que la poudre. Ils sont notamment utilisés en cas d’inflammation chronique, de poussées d’arthrose ou de fortes douleurs de manière générale. On conseille souvent de les prendre pendant le repas ou juste avant. Quant à la dose, elle varie d’un cas à l’autre.

La pommade d’harpagophytum, elle, est surtout utilisée pour apaiser les irritations de la peau et les brûlures légères.

Notez enfin que, dans la majorité des cas, il est recommandé de prendre l’harpagophytum en traitement de fond pendant une durée allant généralement de quelques semaines à trois mois. En effet, bien que l’harpagophytum aide souvent à soulager la douleur de manière presque immédiate, vous ne profiterez entièrement de ses bienfaits que si vous suivez un traitement plus long.

Quelles précautions prendre lors de l’utilisation de l’harpagophytum?

Pour autant que l’on se limite au dosage qui nous a été prescrit, l’harpagophytum présente peu d’effets indésirables. Cependant, dans certains cas, elle peut provoquer des allergies, de légers troubles intestinaux ou une augmentation de la pression artérielle. Il est donc conseillé de commencer avec une petite dose et de l’augmenter petit à petit, mais aussi de mettre le traitement en pause si l’on constate une réaction indésirable.

Son utilisation est toutefois déconseillée à certaines personnes. C’est le cas si vous souffrez de troubles cardiovasculaires ou d’hypertension, mais aussi si vous êtes diabétiques. Les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants ne devraient pas non plus consommer d’harpagophytum.

En outre, si vous souffrez d’ulcère gastrique ou à l’estomac ou de calculs biliaires, il est recommandé de consulter votre médecin avant de débuter un traitement à l’harpagophytum.

Et vous, seriez-vous prêts à faire confiance à l’harpagophytum pour soigner vos maux?

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

panais

Panais, un légume d’antan rempli de bienfaits

By Alimentation, chez soi

Panais, un légume d’antan rempli de bienfaits

panais

Saviez-vous que la carotte a un cousin? Il s’agit du panais, un légume oublié qui est pourtant originaire de nos contrées, car il a vu le jour dans le bassin méditerranéen. Déjà connu au temps des Romains, le panais faisait partie de l’alimentation de base de la population au Moyen-âge. Il a ensuite fini par tomber dans l’oubli aux alentours du 17ème siècle suite à l’apparition de la pomme de terre en Europe, qui l’a remplacée dans nos assiettes.

Le lien du panais à la carotte et à la pomme de terre ne s’arrête pas là. En effet, on pourrait considérer le panais comme un mélange entre ces deux aliments. Comme la carotte, il arbore un léger goût sucré qui plaît à tous les âges et peut être mangé cru ou cuit. Lorsqu’il est cuit, il est généralement utilisé en substitut ou en complément de la pomme de terre.

Après des siècles passés dans l’ombre, ce légume d’hiver, récolté entre octobre et mars, fait son grand retour. Redécouvert par les gastronomes à la recherche de légumes anciens et oubliés, il acquiert de plus en plus d’adeptes, séduits par son goût particulier.

Vous aussi, vous voulez vous y mettre? Découvrez ses bienfaits ainsi que la façon de le cuisiner dans cet article.




Les 6 bienfaits du panais

Bien que cousin de la carotte, le panais est loin d’avoir les mêmes valeurs nutritionnelles. Ainsi, sa teneur en vitamines et en minéraux est plus élevée que celle de sa cousine orangée. Il renferme des vitamines B, C et E ainsi que du potassium, du manganèse, du magnésium, du calcium, du zinc, du cuivre et du fer. Il contient également deux fois plus de glucides que la carotte. En outre, le panais est riche en fibres, en protéines et en antioxydants.

Voici ce que la consommation du panais peut nous apporter.

1) Il améliore la digestion

Grâce à sa richesse en fibres, le panais est très bénéfique pour la digestion. En effet, les fibres favorisent le transit intestinal et le régulent, évitant ainsi de faire face à des troubles digestifs.

À ce sujet, le panais est particulièrement efficace quand il s’agit de lutter contre la constipation. En effet, la plupart des fibres qu’il contient sont insolubles. Or, celles-ci ont des propriétés laxatives : elles absorbent l’eau des aliments ingérés, hydratent les selles et augmentent leur volume, ce qui favorise leur élimination.

2) Il aide à perdre du poids

En plus de participer au bon fonctionnement de l’appareil digestif, les fibres que l’on retrouve dans le panais favorisent également la sensation de satiété. Cela fait du panais un très bon aliment coupe-faim et un allié idéal pour éviter les grignotages entre les repas.

Mais ce n’est pas tout : le panais est aussi peu calorique. Il renferme en effet environ 70 calories pour 100g et ne contient pas de graisses.

panais soupe

3) Il donne de l’énergie et nous défend contre les maladies

Le panais est un vrai condensé d’énergie à lui tout seul. Tout d’abord, il regorge de vitamines B, C et E, et en contient d’ailleurs plus que sa cousine la carotte. Ensuite, il renferme un grand nombre de minéraux essentiels, parmi lesquels se trouvent le magnésium, le manganèse, le potassium, le phosphore et le zinc. Enfin, il est riche en glucides : il en contient environ 17g par 100g. À titre de comparaison, notez qu’il en faut généralement 100g à 150g minimum au quotidien pour assurer le bon fonctionnement de notre cerveau.

Grâce à tout cela, le panais fortifie l’organisme et favorise son bon fonctionnement. Energisé, l’organisme arrive aussi à lutter nettement mieux contre les maladies.

4) Il prévient l’apparition du cancer

Son action préventive contre le cancer est notamment due à la présence d’apigénine dans sa composition. Ce composé aux propriétés anti-inflammatoires aide à combattre le développement des cellules cancéreuses.

Mais ce n’est pas tout. Le panais contient également du falcarinol, qui participe à la lutte contre le cancer en s’attaquant aux cellules tumorales, pouvant même aller jusqu’à les détruire. En outre, on retrouve de nombreux antioxydants dans la composition du panais, tels que la vitamine C et E. Or, les antioxydants ont également un grand rôle à jouer dans la prévention contre le cancer.

Enfin, les fibres présentes dans le panais aident à réduire le risque de développer un cancer du côlon.




5) Il favorise la santé cardiovasculaire

Grâce à sa très haute teneur en potassium, le panais aide à prévenir les maladies cardiovasculaires. Le potassium aide en effet à réduire la pression artérielle et à réguler le rythme cardiaque, ce qui diminue le risque de souffrir d’un trouble cardiovasculaire.

6) Il assure le bon développement du fœtus

Le panais est également vivement recommandé à la femme enceinte en raison de sa richesse en vitamine B9, ou acide folique. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans le développement du futur bébé. Participant à la production des cellules du corps et des globules rouges, la vitamine B9 tient en effet une place importante dans le processus de fabrication du matériel génétique. Elle est aussi utile pour assurer le fonctionnement du système nerveux, des activités cérébrales et du système immunitaire.

Outre cela, la vitamine B9 a également un impact très positif sur la femme enceinte elle-même. En effet, elle participe au renforcement de son système immunitaire et l’aide à combattre la fatigue, qui peut parfois atteindre des niveaux inhabituellement élevés pendant la grossesse.

Comment cuisiner le panais?

panais cuisine

Le panais est peut-être l’un des légumes les plus faciles à cuisiner. C’est simple : vous pouvez presque tout faire avec.

Il se cuisine comme la carotte et la pomme de terre. Vous pouvez le manger cru mais aussi le cuire à l’eau ou à la vapeur, le frire à la poêle ou le faire griller au four.

Cru, vous pouvez le râper et le manger seul ou l’ajouter dans une salade. Si vous le préférez cuit, vous n’aurez que l’embarras du choix. Vous pouvez en faire de la purée, en l’utilisant seul ou en le combinant à la pomme de terre ou à d’autres aliments, tels que la carotte. Comme la pomme de terre, il est aussi délicieux en gratins, en frites ou simplement sauté à la poêle. Vous pouvez également l’incorporer dans vos soupes ou l’utiliser comme accompagnement de vos viandes et de vos poissons. De plus, grâce à son goût mêlant sucré et salé, il se combine parfaitement avec un grand nombre de légumes mais aussi avec certains fruits. Il est notamment délicieux avec d’autres légumes racine ainsi que la betterave, le poivron, la pomme, la poire et l’orange.

Peu importe les plats dans lesquels vous l’incorporez, il y apportera une note légèrement sucrée avec une petite touche de noisette. Et comme si ce n’était pas suffisant, sachez que dans le panais, tout se mange. Vous pouvez en effet utiliser ses feuilles et ses tiges pour aromatiser vos plats.

À l’heure d’acheter votre panais, choisissez-le ferme, d’un blanc crème et de taille moyenne. Trop petit, il pourrait se dessécher rapidement et, donc, se conserver moins longtemps. Trop grand, il risquerait d’être très fibreux.

Enfin, notez que, en raison de sa richesse en glucides, il est conseillé aux personnes diabétiques ou hypoglycémiques de limiter leur consommation de panais.

Cela vous a-t-il donné envie d’intégrer le panais à votre cuisine? Si c’est déjà le cas, n’hésitez pas à partager vos recettes préférées avec nous!




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

girafe dans un appartement

Avoir un animal dans un appartement : est-ce vraiment une bonne idée?

By Activités, chez soi, Maison

Avoir un animal dans un appartement : est-ce vraiment une bonne idée?

girafe dans un appartement

Vous rêvez d’adopter un animal de compagnie, mais vous vivez en appartement et vous n’êtes pas sûrs que ça soit l’environnement idéal pour un animal?

Si vous voulez un hamster ou des poissons, vous pouvez évidemment y aller les yeux fermés. Si vous voulez un chat ou un chien, par contre, cela se complique. Mais est-ce vraiment impossible? Votre chat ou votre chien sera-t-il nécessairement malheureux dans votre appartement?

Nous vous aidons à répondre à vos questions.




1) J’ai un petit appartement. Cela pose-t-il problème?

Certains disent que les appartements sont trop petits pour les chiens. D’autres, moins catégoriques, affirment que les deux ne sont pas incompatibles mais que quand on a un petit appartement, on ne peut avoir qu’un petit chien. Tout cela est faux.

En réalité, plus que la taille, c’est le comportement du chien que vous devez prendre en considération. En effet, certains petits chiens sont extrêmement énergiques et ne supporteront pas de passer du temps dans un espace dans lequel ils ne pourront pas courir autant qu’ils le veulent. Ils pourraient même se sentir de plus en plus frustrés, jusqu’à devenir agressifs. D’un autre côté, certains grands chiens peuvent passer des heures couchés à ne rien faire et peuvent alors très bien s’adapter à la vie en appartement, même si vous vivez dans un petit espace qui limite significativement leurs possibilités de mouvement.

De manière générale, quelle que soit sa taille, moins un chien a besoin de se dépenser, plus il est adapté à la vie en appartement. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas choisir un chien qui a un besoin d’activité plus élevé, mais vous devrez alors vous assurer d’être d’autant plus présents pour lui.

Parmi les races qui peuvent facilement s’adapter à la vie en appartement, on trouve par exemple le bouledogue anglais, qui peut être très paresseux et se fatigue vite, et le Shih Tzu, qui aime le calme et la tranquillité. Il y a également le Cavalier King Charles, qui peut s’adapter aussi bien à un mode de vie paisible qu’à un rythme plus soutenu, ou encore l’Akita et le Saint-Bernard, qui sont de grands chiens mais qui supportent parfaitement la vie en appartement.

Du côté des races à éviter si vous vivez en appartement, il y a notamment le Husky, qui a besoin de grands espaces, et le Jack Russel, qui déborde d’énergie.

chien appartement

Notez enfin que si vous avez un grand chien dans un appartement exigu, il est préférable de garder une décoration minimaliste pour éviter qu’il ne cogne tout et fasse tomber des objets à chaque fois qu’il se déplace!

Quant aux chats, ils s’adaptent généralement sans problème à la vie en appartement, même si celui-ci est petit. Cependant, il est vivement recommandé d’adopter un chat qui n’a jamais vécu à l’extérieur. En effet, les chats ayant vécu une partie de leur vie dehors, sans maître, auront souvent du mal à s’adapter à la vie à l’intérieur.




2) Est-il nécessaire d’avoir un jardin?

Vivre en appartement, cela signifie généralement vivre sans jardin. Mais c’est bien moins contraignant que ce que l’on pourrait penser.

Il est vrai qu’avoir un jardin est toujours un plus, car cela offre un espace supplémentaire à votre chien pour se dégourdir les jambes. Cependant, il ne faut pas croire que seule la présence d’un jardin sera suffisante à son bien-être. En effet, le chien a besoin de toujours sentir de nouvelles odeurs et de socialiser avec d’autres chiens. Or, cela n’est pas possible avec un jardin : il en aura rapidement fait le tour, ses odeurs lui deviendront vite très familières et, s’il y est seul, il s’ennuiera rapidement. Si vous avez un jardin, vous devrez donc quand même y passer du temps avec lui et le sortir tous les jours pour lui faire voir d’autres environnements.

Les chats, de leur côté, profitent peut-être plus de la présence d’un jardin. Ils peuvent passer plus de temps seuls et le jardin leur offrira l’opportunité de gambader, de chasser et de vivre leurs propres aventures.

3) Faut-il prévoir des activités et des sorties supplémentaires?

animal appartement

Oui. C’est vrai lorsque vous vivez dans une maison, et ça l’est d’autant plus quand vous êtes en appartement.

Les chiens font généralement peu de choses tous seuls car ils ont besoin de leur maître pour être stimulés. Ainsi, il faut les sortir plusieurs fois par jour, non seulement parce qu’ils doivent faire leurs besoins mais aussi pour leur propre bien-être. Une balade de 5 minutes ne suffira pas et il est vivement conseillé de ne pas toujours suivre le même parcours.

De plus, il est important que vous passiez du temps avec eux à la maison quand vous revenez du travail.

Quant aux chats, ils sont généralement bien plus indépendants. Cependant, il est important de prévoir plusieurs choses qui peuvent les stimuler et éviter qu’ils ne s’ennuient. Notez d’abord que les chats sont de grands observateurs et qu’ils adorent passer du temps devant une fenêtre pour voir la vie se dérouler devant eux. Essayez donc de leur prévoir un endroit où ils peuvent s’asseoir et se coucher près d’une fenêtre qui donne sur la rue ou sur un environnement intéressant à observer.

En outre, vous pouvez par exemple investir dans un arbre à chat, leur ramener des boîtes en carton et des objets en tous genre ou vous procurer plusieurs jouets qui stimuleront leur instinct de chasseur. Les chats aiment particulièrement tout ce qu’ils doivent essayer d’attraper, même si cela leur file toujours entre les pattes! Enfin, même si les chats peuvent passer beaucoup de temps seuls, il est conseillé de leur consacrer au moins 5 à 10 minutes par jour.




4) Qu’en est-il de la sécurité de mon animal?

Les appartements présentent parfois plus de dangers que les maisons. C’est particulièrement le cas pour les chats, qui se sentent souvent plus aventuriers que les chiens et qui ont donc tendance à plus souvent grimper sur tout ce qu’ils peuvent.

Si vous ne vivez pas au rez-de-chaussée, vous devrez donc faire attention à laisser vos fenêtres fermées lorsque votre chat est dans la pièce afin d’éviter les chutes.

Les terrasses et balcons peuvent être une autre source de chutes. En fonction de votre situation, il vous faudra donc prendre les mesures nécessaires pour empêcher tout accident.

chat appartement

5) Comment gérer les voisins?

Si vous êtes locataires, vérifiez que votre contrat de location n’interdise pas la présence d’un animal dans votre appartement.

De plus, que vous soyez locataires ou propriétaires, vous devrez également veiller à respecter le règlement d’ordre intérieur du bâtiment dans lequel se trouve votre appartement. Or, dans certains cas, celui-ci interdit la présence d’animaux.

Si ce n’est pas le cas pour votre appartement, vous avez le champ libre. N’oubliez toutefois pas le concept de nuisance sonore, qui est très important dans la vie en appartement. Si votre chien a tendance à aboyer à longueur de journée, vos voisins pourraient se plaindre et vous forcer à vous séparer de votre animal ou à déménager.

6) La vie en ville demande-t-elle une adaptation?

On l’oublie souvent mais les animaux, en particulier les chiens, ne sont pas toujours faits pour la vie en ville. Il faudra donc les confronter à ce nouvel environnement et leur en apprendre les codes.

Ainsi, lorsque vous venez d’adopter votre chien, essayez d’y aller doucement au départ. En effet, il pourrait être effrayé par le bruit des voitures qui passent à côté de lui ou par la foule qui l’entoure. Il aura alors besoin de temps pour s’y habituer.

De plus, il faudra lui apprendre à marcher en laisse et à ne pas faire ses besoins n’importe où.

En conclusion, adopter un animal lorsque l’on vit en appartement est loin d’être une mauvaise idée. Il vous faudra juste veiller à choisir une race qui puisse s’adapter à la vie en appartement et à prévoir de passer du temps avec eux.

Dites-nous, si vous vivez en appartement, avez-vous un chat ou un chien? Ou, au contraire, vous avez décidé d’attendre de vivre dans une maison pour en adopter un?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

amaranthe

Amarante: Bienfaits d’une graine millénaire

By Alimentation, chez soi

Amarante: Bienfaits d’une graine millénaire

amaranthe

Vous n’en avez sûrement jamais entendu parler, et pourtant l’amarante était autrefois l’un des aliments principaux des Aztèques, des Mayas et des Incas avant de tomber dans l’oubli. Après de longs siècles dans l’obscurité, cette petite graine très semblable au quinoa fait son retour en force dans sa région d’origine et commence à se faire connaître chez nous aussi. Rien de très surprenant quand on jette un œil à ses valeurs nutritionnelles et aux bienfaits qui en découlent!

Dans cet article, nous vous disons tout sur l’amarante et ses bienfaits, et nous vous expliquons comment la cuisiner.




D’où vient l’amarante et que contient-elle?

Un peu d’histoire avant de la mettre dans votre assiette : originaire d’Amérique centrale, l’amarante, déjà cultivée plusieurs millénaires avant J.-C., serait l’une des premières plantes cultivées par l’Homme. Son nom, qui signifie “l’immortelle” en grec ancien, n’a pas été choisi au hasard. En effet, la plante présente une singularité plutôt exceptionnelle : elle ne fane pas, même après avoir été cueillie. C’est sans doute pour cette raison que les populations aztèques, incas et mayas la considéraient comme une plante sacrée aux pouvoirs surnaturels. Estimant notamment qu’elle avait le pouvoir de rallonger la vie, ils l’utilisaient dans certains de leurs rites sacrés.

On la connait généralement sous forme de graines, mais l’amarante est en fait une plante herbacée ornée de fleurs rouges qui peut s’élever jusqu’à 3 mètres de haut. Ses fleurs prennent la forme de longs épis qui, selon les cas, se dressent vers le haut ou retombent comme une grappe de raisins. Ce sont sur ces fleurs que se trouvent les graines d’amarante. Cependant, ce n’est pas la seule partie de la plante que l’on consomme car ses feuilles sont également comestibles.

L’amarante possède d’excellentes valeurs nutritionnelles, si bien qu’il est difficile de savoir par quoi commencer à l’heure de parler de sa composition. Elle est, d’abord, très riche en protéines végétales. Non seulement elle en contient plus que la plupart des céréales auxquelles on la compare, mais celles-ci sont aussi de meilleure qualité. Parmi ces protéines, on retrouve notamment la lysine, un acide aminé essentiel que l’on ne retrouve dans presque aucunes autres céréales.

Mais ce n’est pas le seul aspect qui la distingue des céréales. En effet, l’amarante est aussi une excellente source de fer et de calcium, mais elle contient également du magnésium, du phosphore et du cuivre en grande quantité, ainsi que du zinc et du potassium. De plus, c’est une grande source de fibres et de vitamines A, B et C. Enfin, l’amarante contient peu de lipides et ne présente aucune trace de gluten.

Quels sont les bienfaits de l’amarante?

amarante graines

Face à de telles valeurs nutritionnelles, il va de soi que l’amarante renferme de nombreux bienfaits. Les voici.

1) Elle donne de l’énergie

L’amarante, principalement ses feuilles, est riche en fer, ce qui lui permet de lutter contre la fatigue et l’anémie. Les vitamines et minéraux qu’elle contient nous donnent également de l’énergie pour toute la journée, tout en aidant à combattre le vieillissement. Consommée régulièrement, elle peut même nous aider à améliorer notre condition physique.

2) Elle aide à lutter contre la dépression

La santé du cerveau peut avoir une influence directe sur la dépression. En effet, quand il ne dispose pas de tous les nutriments dont il a besoin, la santé de ses cellules en prend un coup. Cela peut engendrer une baisse de moral intense, voire une dépression.

Pour combattre cela, l’amarante contient de la lysine, un acide aminé essentiel qui a un rôle de stimulant sur le cerveau. Grâce à elle, le cerveau retrouve sa santé et la dépression a alors bien du mal à garder sa place.

3) Elle soulage les affections cutanées et embellit la peau

Les feuilles d’amarante sont efficaces contre plusieurs irritations et allergies cutanées, telles que l’eczéma et l’acné. En effet, elles contiennent du squalène, un lipide que l’on retrouve également dans le sébum de la peau. Grâce à ses vertus antioxydantes et anti-inflammatoires, celui-ci nourrit la peau et aide à prévenir les problèmes cutanés, mais aussi à les soulager et les atténuer.

La consommation d’amarante aide à lutter contre les affections cutanées à elle seule, mais vous pouvez aussi utiliser ses feuilles en mucilages ou appliquer de l’huile d’amarante sur votre peau.

De plus, toujours grâce au squalène qu’elle contient, l’amarante hydrate la peau, favorise son élasticité et la rend saine et éclatante.

4) Elle traite les varices

L’amarante aide aussi à rendre votre peau plus belle en atténuant les varices. Ceci est dû principalement à sa haute teneur en flavonoïdes, qui agissent contre l’affermissement des veines variqueuses. De plus, la vitamine C que l’on retrouve dans l’amarante aide à consolider les parois des vaisseaux sanguins. En consommant régulièrement de l’amarante, vous pourriez donc voir vos varices diminuer significativement.




5) Elle renforce les cheveux et les rend beaux

Le squalène contenu dans l’amarante n’a pas que des effets sur la peau, il aide aussi à embellir nos cheveux. Non seulement il les renforce, les assainit et lutte contre leur chute et leur vieillissement, mais il agit également sur leur brillance.

Pour cela, la meilleure solution est d’utiliser les feuilles d’amarante directement sur vos cheveux, en les hachant ou en en extrayant le jus. Appliquez-les de la même manière qu’un shampoing, en finissant par un rinçage.

6) Elle améliore la santé cardiovasculaire

Les fibres présentes dans l’amarante aident à éliminer le mauvais cholestérol en nettoyant le sang. Cela diminue la pression artérielle et, ainsi, réduit le risque de faire face à un problème cardiaque. Le potassium a également un effet sur la santé cardiovasculaire, qu’il aide à améliorer de manière générale.

7) Elle renforce les os

Le calcium qu’elle contient s’infiltre dans la structure osseuse pour la renforcer de l’intérieur et éviter la déminéralisation des os. Ceux-ci sont alors plus solides, ce qui réduit le risque de développer de l’ostéoporose.

8) Elle protège les yeux

Grâce à sa teneur en caroténoïdes, en vitamine A et en antioxydants, l’amarante a une influence positive sur la santé des yeux. Ainsi, elle diminue le risque de souffrir de cataractes ou de dégénérescence maculaire.

9) Elle prévient les malformations congénitales

L’amarante est également conseillée durant la grossesse car elle est riche en vitamine B9, ou acide folique, qui joue un rôle essentiel dans la santé et le développement du fœtus. En effet, un manque de vitamine B9 peut provoquer des malformations au niveau du tube neural du bébé. La consommation régulière d’amarante pendant la grossesse permet de réduire ce risque significativement.

10) Elle aide à faire perdre du poids

Riche en fibres, l’amarante favorise le sentiment de satiété et aide donc à moins manger. De plus, elle aiderait à diminuer l’envie de sucré, ce qui permet de lutter contre les craquages en plein milieu de la journée!

11) Elle améliore la digestion

Les fibres que renferme l’amarante agissent sur plusieurs niveaux pour favoriser la digestion. Tout d’abord, les graines d’amarante viennent se poser sur les parois de l’estomac pour former une barrière contre toute agression potentielle. De plus, elles protègent également l’intestin de tout risque d’agression et aident à réguler le transit intestinal. Tout cela améliore la digestion et aide à éviter l’apparition de troubles digestifs tels que la constipation.

12) Elle aiderait à prévenir et lutter contre le cancer

Grâce à ses propriétés antioxydantes, l’amarante participerait à la protection de nos cellules, empêchant ainsi qu’elles ne deviennent cancéreuses. Cette protection serait aussi efficace dans la lutte contre le cancer car elle aiderait les cellules saines à survivre à la chimiothérapie.

L’amarante serait notamment très bénéfique contre le cancer du côlon. Cependant, il existe encore peu d’études scientifiques à ce sujet.

Comment consommer l’amarante?

amarante fleur

Nous l’avons dit, il est possible de consommer aussi bien les graines que les feuilles de l’amarante. Cependant, ce que nous n’avons pas dit, c’est qu’elle existe également sous forme de farine et de flocons. En termes de recettes, vous avez donc l’embarras du choix!

Ses graines se cuisinent à peu près comme le quinoa. Commencez par les rincer à l’aide d’un tamis, puis mettez un volume de graines pour deux volumes d’eau dans une casserole. Faites cuire à feu moyen et à couvert pendant 20 à 30 minutes, jusqu’à ce que toute l’eau soit absorbée par les graines. Si vous êtes friands de quinoa, notez que, contrairement à ce dernier, les graines d’amarante cuites ont un aspect collant, voire légèrement gluant.

Une fois cuites, vous pouvez les associer de la même manière que le riz ou le quinoa. Mais si vous n’aimez pas leur texture, elles sont aussi très bonnes dans des soupes, des salades ou des gratins. Vous pouvez également les cuire comme du pop-corn, en faisant bien attention à mettre un couvercle sur votre casserole pour éviter les projectiles.

Les feuilles d’amarante, quant à elles, se cuisinent généralement comme des épinards. Vous pouvez également les manger crues en salades, ou en faire des infusions.

De son côté, la farine d’amarante peut être utilisée dans des pâtisseries et dans toute autre préparation faisant appel à de la farine. On conseille de l’utiliser en combinaison avec de la farine de blé, voire de riz ou de maïs, à hauteur d’un quart de farine d’amarante pour 3/4 de farine traditionnelle. Cela permettra de rendre vos préparations plus moelleuses.

Enfin, les flocons d’amarante peuvent être consommés dans des porridges, ou être utilisés pour préparer du muesli ou du granola.

Et vous, l’amarante, vous connaissiez? Sous quelle forme préférez-vous la manger?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

 Notre boutique éco-responsable
Découvrir
close-image
Send this to a friend