Category

Hygiène de vie

mite alimentaire

Comment se débarrasser des mites alimentaires?

By Alimentation, chez soi, Hygiène de vie, Maison

Comment se débarrasser des mites alimentaires?

mite alimentaire

Moins connues que leurs cousines grignoteuses de vêtements, les mites alimentaires n’en restent pas moins des invités plus qu’indésirables. Comment faire pour s’en débarrasser, et surtout pour s’assurer qu’elles ne reviennent pas ? Découvrez toutes nos méthodes (testées et approuvées) dans cet article ! 




Mites alimentaires : de quoi s’agit-il exactement ? 

Les mites alimentaires sont de petits insectes qui adorent se cacher dans les placards de nos cuisine. Elles sont particulièrement friandes des produits secs : farine, riz, pâtes, blé, semoule, et parfois même légumes et fruits secs. En fait, les femelles s’installent dans les paquets, pondent leurs œufs tranquillement, et une fois qu’ils ont éclos, les larves n’ont plus qu’à se nourrir de vos produits pour se reproduire à l’infini et coloniser tous vos placards.

Vous soupçonnez qu’une colonie de mites alimentaires s’est installée chez vous ? Il est absolument essentiel d’agir tout de suite : une mite femelle peut produire jusqu’à 400 œufs en une seule ponte ! Il ne faut ensuite que 4 jours pour que les œufs laissent place à des larves, et un mois seulement pour que les larves atteignent leur taille adulte. En moyenne, une mite alimentaire vit 15 jours ; c’est un laps de temps qui permet largement aux femelles de se reproduire…

Comment repérer les mites alimentaires ?

Lorsqu’elles sont adultes, les mites alimentaires sont faciles à repérer : elles ressemblent à des petits papillons gris ou marron, d’environ 2 à 3 cm d’envergure. Lorsque vous ouvrez vos placards ou vos paquets alimentaires, elles s’envolent. 

En revanche, lorsqu’elles sont encore à l’état de larves, elles sont nettement plus difficiles à repérer. Elles se dissimulent alors dans les aliments dont elles se nourrissent. Vous venez de trouver des grumeaux dans votre farine ? Des vers dans vos grains de riz ou dans vos pâtes ? Des petits trous dans les emballages en plastique fin ? Méfiance : tous ces éléments peuvent être des signes indicateurs de la présence de larves de mites ! 

Vous pouvez également vous douter de la présence de mites alimentaires dans votre cuisine si vous observez des cocons dans vos placards, dans vos boîtes d’aliments ou même au plafond. Enfin, des filaments cotonneux (comme des fils de toile d’araignée) dans vos boîtes alimentaires peuvent également être un  indice de la présence de mites alimentaires dans votre maison.

Comment les mites alimentaires débarquent-elles dans nos placards ?

Les aliments peuvent être contaminés à n’importe quel moment : lors de la production, du transport, de la conservation dans un supermarché… En règle générale, les mites alimentaires sont déjà présentes dans les aliments que vous pouvez acheter en magasin. Une seule larve dans un paquet de farine, un seul cocon collé à un emballage suffisent pour que votre cuisine finisse infestée. 

Si vous faites vos courses en supermarché, sachez que les produits vendus en vrac sont un véritable vivier pour le développement de mites, car ils sont moins protégés. De même, les produits achetés en magasin bio ne subissent pas de traitement chimique destiné à tuer les indésirables : ils peuvent donc eux aussi être propice à la présence de mites alimentaires.

Enfin, les mites alimentaires peuvent aussi choisir de s’installer chez vous si vous conservez mal vos aliments. Pour éviter cette situation, veillez à bien stocker vos aliments dans des bocaux fermés et hermétiques, et à les entreposer dans des pièces fraîches et sèches.




Est-ce que les mites alimentaires sont dangereuses pour la santé ?

Pas du tout ! Les mites ne représentent absolument aucun danger. Pas de panique si vous en avez ingéré par inadvertance, donc ! 

D’ailleurs, si cette solution ne vous dégoûte pas trop, plutôt que de jeter tous les aliments secs susceptibles d’être infestés, vous pouvez choisir de les passer au tamis soigneusement, de les conserver au congélateur par mesure de précaution, puis de les consommer normalement ensuite. 

Comment se débarrasser des mites alimentaires ?

Même si elles ne sont pas dangereuses pour la santé, il est tout de même nécessaire de se débarrasser des mites alimentaires pour des raisons d’hygiène. Voici comment procéder :

Première étape : le grand tri

La toute première chose à faire est de vider vos placards pour jeter tous les emballages contaminés. Inspectez tout scrupuleusement pour être sûr(e) de ne rien oublier. Attention : si vous trouvez seulement une mite morte, jetez tout de même l’emballage : il est probable qu’elle y aura déjà pondu !

Pour les aliments, vous pouvez soit les jeter également, soit les passer au tamis comme expliqué plus haut. Veillez à jeter les emballages dans un sac poubelle refermable, que vous irez jeter dans une benne extérieure tout de suite après pour éviter une réinfection.

Deuxième étape : le ménage 

Nettoyez et désinfectez à fond vos placards en utilisant du vinaigre blanc ou du véritable savon de Marseille. Ces deux substances permettent non seulement de nettoyer les placards, mais aussi de les désinfecter et d’éliminer toute tentative de nouvelle invasion. Pensez à bien nettoyer les dessus et dessous de placards, car des cocons peuvent s’y dissimuler. 

Soyez vigilant(e) : même si vous ne voyez pas de trace à l’œil nu, les mites peuvent tout de même être présentes ! Il vous faudra donc récurer vos placards de fond en comble malgré tout.

Troisième étape : la conservation

Pour conserver vos aliments secs (pâtes, riz, semoule, etc.), utilisez des bocaux hermétiques, que vous pouvez fermer. Cela empêchera les mites d’atteindre vos aliments.

Comment faire fuir les mites à tout jamais et prévenir toute nouvelle infection ?

Il existe un certain nombre de remèdes naturels qui permettent non seulement de se débarrasser des mites alimentaires, mais aussi de les empêcher de revenir. En voici une liste non exhaustive : 

  1. Le froid

Les mites alimentaires détestent le froid et n’y résistent pas. Une bonne façon de s’en débarrasser consiste donc à mettre tous vos emballages et paquets d’aliments contaminés dans le réfrigérateur ou dans le congélateur pendant 24 heures. 

  1. Le nettoyage vapeur

Vous avez un nettoyeur vapeur sous la main ? C’est le moment de vous en servir ! Cette technique vous permet de désinfecter vos placards en douceur (attention si vos meubles sont en bois) et de tuer les mites en même temps. Inodore, il n’a aucun impact sur vos aliments.

  1. Le sel

Les mites sont rebutées par le sel. Vous pouvez donc essayer de déposer du sel autour des emballages et boîtes qui contiennent les aliments dont les mites raffolent pour les tenir éloignées. Pensez à nettoyer le sel de temps en temps pour le remplacer.

  1. Les huiles essentielles

Les mites ne supportent pas les fortes odeurs. Vous pouvez donc choisir de déposer quelques gouttes d’huile sur des bouts de tissu, que vous placerez ensuite sur des coupelles dans vos placards. Parmi les huiles essentielles les plus efficaces, on note : la lavande, le laurier, le géranium, le thym, la citronnelle, l’eucalyptus, la menthe poivrée… Pensez à renouveler souvent les tissus imbibés !

Vous pouvez également décider de diluer ces huiles essentielles dans un peu d’eau et de vaporiser ensuite le mélange dans vos placards. Attention toutefois à ce qu’il n’entre pas directement en contact avec vos aliments.

Si vous ne possédez pas d’huile essentielle, vous pouvez aussi bien remplir un sachet de fleurs de lavande, de feuilles de laurier ou encore de thym avant de les ranger dans vos placards. Cette technique est tout aussi efficace que l’huile essentielle !

  1. Les clous de girofle

De même que les huiles essentielles, l’odeur des clous de girofle repousse les mites alimentaires. Pou bien les utiliser, vous pouvez en déposer quelques-uns dans des bols ou des coupelles que vous placerez ensuite dans vos placards. Non seulement ils feront fuir les nuisibles s’ils sont déjà présents dans vos placards, mais il les empêcheront en plus de revenir… À condition, là aussi, de les renouveler régulièrement !

  1. L’ail et les noix de muscade

Parmi les aliments qui dégagent de fortes odeurs et qui servent de repousse mites, on trouve l’ail et les noix de muscade. Si vous-même appréciez ces odeurs, vous pouvez choisir de découper une gousse d’ail pour la mettre dans vos placards, ou bien de déposer des noix de muscade (râpées ou non) dans un récipient avant de le placer, lui aussi, dans vos placards. 

  1. Les phéromones

Il s’agit de pièges, qui prennent l’aspect de bandes collantes, à disposer dans les placards. Ces bandes dégagent de puissantes phéromones pour attirer les mâles. Les mâles ainsi bernés vont se retrouvés piégés, englués et collés aux bandes jusqu’à en mourir, ce qui empêche toute reproduction. Une solution quelque peu cruelle mais néanmoins très efficace !

  1. Le trichogramme

Voilà une solution qui peut rebuter, mais qui s’avère pourtant redoutable. Les trichogrammes sont de petits insectes microscopiques, sans danger pour l’homme, et qui sont les prédateurs naturels des mites. 

En fait, la femelle trichogramme va pondre ses œufs dans les œufs des mites. Les œufs trichogrammes vont éclore et les parasites vont manger les œufs des mites alimentaires. Une fois les mites éradiquées, les trichogrammes vont disparaître naturellement, faute de nourriture.  

Attention : il faut attendre quelques jours (environ deux semaines) pour voir les premiers effets des trichogrammes. Néanmoins, comme elle permet d’éradiquer totalement les mites, cette solution est particulièrement efficace pour les invasions importantes de mites alimentaires, ainsi que pour éviter tout risque de renouvellement futur. 

On trouve facilement des diffuseurs de trichogrammes sur le marché, en magasin bio ou grande surface.

Sources 

https://www.maison-travaux.fr/maison-travaux/conseils-pratiques/9-astuces-eliminer-mites-alimentaires-fp-167998.html#item=18
https://deco.journaldesfemmes.fr/guide-amenagement-et-travaux/2587818-mites-alimentaires-comment-s-en-debarrasser-definitivement/
https://jardinage.lemonde.fr/dossier-3396-mites-alimentaires.html
https://archzine.fr/lifestyle/comment-se-debarrasser-des-mites-alimentaires-solutions-pour-eradiquer-ces-insectes-de-vos-placards/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

dentiste

10 questions-réponses sur les prothèses dentaires

By dans le corps, Hygiène de vie, Soins

10 questions-réponses sur les prothèses dentaires

dentiste

Vous vous posez des questions sur les prothèses dentaires ? Vous êtes au bon endroit : nous avons mené l’enquête pour vous sur ce sujet trop peu souvent évoqué. Voici donc les réponses aux 10 questions les plus fréquentes sur les prothèses dentaires !




  1. Une prothèse dentaire, c’est quoi ? À quoi ça sert ?

Les prothèses dentaires sont de fausses dents, destinées à remplacer les dents naturelles manquantes ou abîmées. Il existe des prothèses qui sont destinées à remplacer seulement quelques dents absentes, quand d’autres remplacent toutes les dents, voire carrément les gencives.

Les prothèses dentaires répondent à des besoins d’esthétisme, mais aussi de santé : en effet, l’absence des dents peut provoquer un déséquilibre de la mâchoire et un affaissement des muscles du visage avec le temps, entraînant des douleurs articulaires et musculaires. 

Enfin, les prothèses dentaires permettent de mieux manger, mastiquer et parler au quotidien. 

  1. Quels sont les différents types de prothèses dentaires ?

Il existe deux types de prothèses dentaires : les prothèses amovibles et les prothèses fixes : 

  • Les prothèses amovibles, plus connues sous le nom de « dentiers », peuvent être facilement mises et retirées. Elles peuvent être partielles (pour remplacer plusieurs dents manquantes) ou complètes (pour remplacer toutes les dents de la mâchoire)
  • Les prothèses fixes, que l’on ne peut pas retirer une fois fixées dans la bouche. La couronne , le bridge, l’onlay et la facette sont des prothèses fixes.
  1. Comment fabrique-t-on une prothèse dentaire ?

Le processus de fabrication se déroule en plusieurs étapes : 

  1. Votre dentiste prend vos empreintes dentaires ainsi que la mesure de votre mâchoire et de vos dents
  2. Un professionnel crée un moule en plâtre de votre bouche, et y fixe les fausses dents avec de la cire. Il va ensuite créer une fausse gencive plus vraie que nature
  3. La cire et le plâtre sont enlevés (la cire est remplacée par de l’acrylique), ce qui permet au prothésiste de polir et de finaliser la prothèse
  4. L’appareil est envoyé à votre dentiste pour qu’il puisse vous l’installer et procéder aux éventuels ajustements nécessaires.

dentition

  1. Qui peut se faire poser une prothèse dentaire ?

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas d’âge pour se faire poser une prothèse dentaire. Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, il faut avoir subi une perte assez conséquente de dents, disposer d’une structure osseuse propice et posséder des gencives saines. 

En France, l’âge moyen des personnes qui ont recours à ce procédé pour la première fois est 65 ans.

  1. Combien coûte une prothèse dentaire ?

Ce sont les chirurgiens-dentistes qui fixent les prix des prothèses. La Sécurité sociale rembourse une partie de ce prix, à hauteur de : 

  • 195,65€ pour un bridge
  • 75,25€ pour une couronne
  • 127,75€ pour un appareil dentaire entier

Malheureusement, les tarifs demandés par les dentistes sont souvent bien plus élevés que cela. Vous devrez donc vous rapprocher de votre mutuelle pour savoir si vous avez droit à un remboursement supplémentaire, et le cas échéant, en connaître le montant.




  1. Pose d’une prothèse dentaire : est-ce qu’il existe des contre-indications ?

Oui, certaines situations rendent difficile, voire impossible, la pose d’une prothèse dentaire :

  • Les traitements qui portent atteinte aux défenses immunitaires (chimiothérapie par exemple)
  • Les traitements qui fragilisent la mâchoire
  • La grossesse
  • Des os de la mâchoire de trop mauvaise qualité ou trop peu nombreux
  • Etc. 

En cas de doute, le mieux est de demander conseil à votre dentiste.

  1. Comment se passe la pose d’une prothèse dentaire ?

En général, une prothèse dentaire fixe est posée sous anesthésie locale, dans un cabinet dentaire ou un bloc opératoire. Même si la cicatrisation est un peu longue, vous pourrez très vite vivre et manger normalement après l’opération.

Une prothèse dentaire amovible peut nécessiter la pose de crochets si elle prend appui sur les dents restantes de la bouche. Il n’y a pas besoin d’intervention chirurgicale ni d’anesthésie. 

Éventuellement, quelques ajustements pourront être nécessaires, afin que la prothèse puisse parfaitement s’adapter à votre bouche. 

  1. Est-ce qu’il faut prendre des précautions avec sa prothèse dentaire ?

Oui, il faut prendre un certain nombre de précautions, qui diffèrent en fonction du type de prothèse (amovible ou fixe) dont vous disposez.

Une prothèse fixe nécessite d’aller régulièrement chez le dentiste (au moins une fois par an), afin d’effectuer un contrôle efficace de l’appareil.

Pour une prothèse amovible en revanche, les précautions sont plus nombreuses. Vous devrez : 

  • Veiller à vous laver les dents soigneusement et très régulièrement
  • Éviter les chocs
  • Ne pas mordre dans des aliments trop durs
  • Ne pas garder constamment votre prothèse
  1. Combien de temps dure une prothèse dentaire ?

Plus vous prendrez soin de votre hygiène bucco-dentaire, plus votre prothèse durera longtemps. En moyenne, une prothèse fixe dure 20 ans et une prothèse amovible dure entre 5 et 10 ans.

  1. Comment entretenir sa prothèse dentaire ?

Pour les prothèses fixes, il vous suffit de vous laver régulièrement les dents, de veiller à avoir une bonne hygiène bucco-dentaire et d’aller chez le dentiste au moins une fois par an. 

Pour les prothèses amovibles, vous pouvez : 

  • Brosser la prothèse délicatement le soir, avec une brosse à poils souples. Attention à ne pas faire tomber la prothèse pour ne pas casser les dents (qui sont fragiles) !
  • Laisser l’appareil tremper la nuit dans un liquide nettoyant spécial (trouvable dans les commerces)
  • Brosser encore une fois délicatement les prothèses le matin
  • En cas de tartre, vous pouvez diluer du vinaigre blanc dans de l’eau et laisser tremper votre prothèse dans ce mélange pendant une nuit 

Sources : 

https://www.lelynx.fr/
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=10-choses-a-savoir-sur-les-protheses-dentaires
https://www.lecourrierdudentiste.com/lepatient/blog/types-de-protheses-dentaires.html#Qui_est_le_candidat_pour_les_protheses_dentaires

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

vitamine D

Top 4 des ingrédients naturels pour booster votre système immunitaire

By dans le corps, Hygiène de vie, Non classé, Plantes et Jardin, Soins

Top 4 des ingrédients naturels pour booster votre système immunitaire

vitamine D

Ce que l’on appelle communément le système immunitaire correspond en fait à l’ensemble des mécanismes de défense mis en place par notre organisme. Il s’agit donc d’un élément absolument essentiel pour le maintien de notre bonne santé. Pourtant, il arrive parfois que la fatigue, le stress, la saison ou une maladie diminuent la performance et l’efficacité du système immunitaire. Voilà pourquoi nous vous présentons aujourd’hui tous nos conseils pour renforcer vos défenses naturelles !




Un remède naturel multimillénaire : les plantes

Il existe un certain nombre de plantes qui peuvent vous aider à booster votre système immunitaire. En voici une liste non exhaustive : 

Le ginseng

Le ginseng est bien connu pour son action plus qu’efficace sur le système immunitaire. Il est même plébiscité par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ! Plus précisément, il possède des propriétés immunostimulantes, ce qui lui permet de préparer l’organisme à lutter contre toute forme de stress et d’infection. Vous vous sentez fatigué(e) ? Rien de tel que le ginseng pour y remédier !

L’échinacée

Peu connue, l’échinacée est une racine qui possède de puissantes propriétés anti-infectieuses, anti-inflammatoires et immunomodulatrices. En d’autres termes, elle permet d’empêcher et de soigner les infections respiratoires, de stimuler votre système immunitaire et de soulager l’inflammation des muqueuses.

Le sureau

Connu pour être un antigrippal très efficace, le sureau permet de lutter contre tout un tas de maladies infectieuses, mais aussi de les prévenir en stimulant le système immunitaire. On peut aussi bien consommer sa sève que ses fleurs.

Le cyprès

Vous avez peur de tomber malade ? N’ayez crainte : le cyprès veille sur vous ! Cette plante agit en effet comme un véritable bouclier, qui empêche les virus de s’attaquer à vos cellules immunitaires puis les élimine. À utiliser aussi bien en traitement préventif que curatif !

Les orties

Les feuilles d’orties regorgent de fer, de silice, de magnésium et de nombreux autres oligoéléments. Une petite soupe ou une tisane d’ortie peut donc se révéler d’une grande aide pour booster votre système immunitaire à l’approche de l’hiver ! 

L’éleuthérocoque

C’est vrai, son nom ressemble à celui d’un virus. Pourtant, vous auriez tort de les confondre : l‘éleuthérocoque possède des molécules, les éleuthérosides, qui stimulent l’organisme et le rendent d’autant plus performant. 

Pour la petite histoire, sachez que les athlètes en URSS utilisaient souvent cette plante pour renforcer leurs capacités sportives…

L’andrographis

Plante originaire d’Asie, elle s’est illustrée au début du siècle dernier pendant l’épidémie de grippe “espagnole” où il semblerait qu’elle ait joué un rôle protecteur pour les populations locales. En 2004, des essais cliniques ont conclu que l’andrographis avait un effet bénéfique contre les infections respiratoires sans complications.

Les vitamines, boosters par excellence

vitamines

Ce n’est plus un secret : les vitamines sont les meilleures alliées du système immunitaire. Parmi la multitude de vitamines qui existent, 4 d’entre elles sont particulièrement importantes : 

  • La vitamine A, qui stimule la production d’anticorps par les lymphocytes et renforce la barrière naturelle de la muqueuse des intestins. Au naturel, on en trouve dans les épinards, les potirons, les carottes, l’huile de foie de poisson…
  • La vitamine C, antioxydant très efficace qui renforce l’activité des globules blancs. On en trouve dans les fruits et légumes, en particulier les agrumes (orange, pamplemousse, clémentine…).
  • La vitamine D, allié naturel de votre immunité puisqu’elle participe à accélérer la production d’anticorps et à détruire les microbes. Pour en fabriquer, optez pour les poissons gras (morue, harengs, maquereaux) et les bains de soleil !
  • La vitamine E, elle, est particulièrement efficace pour aider les personnes âgées (dont le système immunitaire vieillissant est un peu moins performant) à lutter contre les infections en stimulant la production de globules blancs. On peut en trouver dans les huiles végétales et les graines. 

Les oligoéléments, une aide précieuse trop souvent oubliée

Il existe deux oligoéléments extrêmement efficaces pour booster votre système immunitaire : 

  • Le zinc, qui protège les cellules de l’infection des microbes. On en trouve notamment dans les fruits de mer, le fromage, la volaille…
  • Le sélénium, qui stimule les globules blancs, ces soldats qui combattent les microbes dans votre organisme. On peut en trouver dans le jambon cuit et dans les champignons.

Des coups de pouce naturels pour aider dame nature à faire son œuvre

Certes, les plantes et les micronutriments sont très efficaces pour renforcer les défenses naturelles de l’organisme. Le gros avantage, c’est que l’on peut en consommer d’une multitude de façons différentes : en décoction, en inhalation, dans les repas de tous les jours, en pilules… 

Mais si vous avez vraiment besoin d’un coup de pouce plus important, vous pouvez aussi opter pour les compléments alimentaires naturels. Certaines entreprises se sont spécialisées dans la production de tels compléments. Si vous désirez tester cette option, vous pouvez miser sur les solutions LPEV pour une bonne circulation.

À noter que la prise de compléments pour booster votre système immunitaire s’inscrit dans une démarche globale et régulière, qui consiste à adopter une bonne hygiène de vie pour améliorer et préserver votre santé. 

Sources

https://www.santemagazine.fr/medecines-alternatives/approches-naturelles/phytotherapie/les-plantes-qui-renforcent-notre-immunite-173986
https://lejardindemagrandmere.com/le-systeme-immunitaire/
https://www.santemagazine.fr/alimentation/nutriments/vitamines/comment-booster-naturellement-ses-defenses-immunitaires-428308

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

culotte de regles

7 questions pour tout savoir sur la culotte menstruelle

By dans le corps, Hygiène de vie, Produits

7 questions pour tout savoir sur la culotte menstruelle

culotte de regles

Aussi appelée « culotte de règles », la culotte menstruelle est un nouveau type de protection hygiénique. Mais même si ces culottes novatrices existent depuis plusieurs années déjà et qu’elles font beaucoup parler d’elles, elles restent pourtant encore assez méconnues. Pourquoi opter pour ces protections hygiéniques ? Quelles sont leurs avantages ? Existe-t-il des risques ? Voici de quoi faire le tri en 7 questions !




Qu’est-ce qu’une culotte menstruelle ?

Les culottes menstruelles ressemblent à n’importe quelle culotte normale : elles sont lavables et réutilisables, à la différence près que le fond est composé de plusieurs couches de tissus absorbants, anti-fuites, anti-odeurs et imperméables. 

Le but est de vous aider à gérer les différents flux menstruels au cours du cycle (règles, pertes blanches, etc.). Bien sûr, il existe différents types de culotte, qui s’adaptent en fonction des flux, et de la période à laquelle vous désirez les porter. 

Focus sur les composants :

Bien évidemment, les compositions peuvent varier en fonction des marques. Mais le plus souvent, on observe le modèle suivant : 

  • Une couche de tissu destinée à être en contact avec les muqueuses, qui a pour fonction d’étancher les divers liquides
  • Une couche absorbante, pensée pour ne laisser passer aucune odeur, aucune fuite. Elle est composée d’un tissu aéré et antibactérien
  • Une couche imperméable

Comment utiliser une culotte menstruelle ?

C’est simple : exactement comme une culotte normale ! Exit les serviettes jetables et les tampons, il vous suffit simplement de porter votre culotte de regle lorsque vous en avez besoin. Si vous en avez besoin ou que cela vous rassure, vous pouvez même utiliser une protection supplémentaire en plus de la culotte. 

Fréquence d’utilisation et de changement :

En moyenne, les culottes de règles peuvent être portées entre 4 et 12 heures par jour. Cette durée est bien sûr variable en fonction de l’abondance de votre flux. Autrement dit, il vous suffit tout simplement de mettre votre culotte le matin et de la changer le soir ! Vous pouvez bien sûr prévoir plusieurs culottes menstruelles sur vous pour pouvoir en changer au cours de la journée si vous en ressentez le besoin.

À noter que vous pouvez également en porter la nuit et pour faire du sport, sous réserve que le modèle de votre culotte soit assez couvrant et que la zone d’absorption du fond de la culotte remonte suffisamment haut vers les fesses. 

Culottes menstruelles et odeurs :

Les tissus utilisés pour fabriquer les culottes menstruelles sont ultra absorbants, antibactériens, aérés et anti odeurs ; ils sont donc pensés pour ne laisser filtrer aucune odeur. 

Si néanmoins des mauvaises odeurs persistent, pensez à consulter un médecin car elles peuvent être révélatrices de certains problèmes (infections, mycoses, etc.).

Comment laver une culotte menstruelle ?

Après chaque utilisation, rincez votre culotte menstruelle à l’eau froide, sans la laisser tremper trop longtemps. Le but est de faire partir un maximum les divers flux absorbés par la culotte. Ensuite, lavez en machine à 30°C ou à la main. Vous n’êtes pas obligé(e) de laver chaque culotte le soir même : vous pouvez attendre la fin de votre cycle et les laver avec vos autres habits. Pour les laver, veillez à utiliser une lessive assez neutre (pas de savon d’Alep ou de savon de Marseille), ni trop agressive ni trop grasse, sans adoucissant ni assouplissant. Pour finir, laissez sécher vos culottes à l’air libre, sans utiliser de forte chaleur pour ne pas abîmer les tissus imperméables. 

Quels sont les avantages et les inconvénients des culottes menstruelles ?

Les raisons d’opter pour les culottes menstruelles sont très nombreuses : 

  • Parce qu’elles sont efficaces et confortables : à condition de bien choisir le modèle qui vous correspond, les culottes sont très efficaces et absorbent la totalité des divers flux menstruels, sans aucune sensation d’humidité, ni fuite, ni odeur !
  • Parce qu’elles sont esthétiques : elles ressemblent à la lingerie du quotidien et peuvent donc être colorées, élégantes, sexy… Il y en a pour tous les goûts !
  • Parce qu’elles sont écologiques : comme elles sont lavables et réutilisables, ces culottes durent plusieurs années, et sont donc très écologiques ! En plus, vous pouvez choisir des modèles qui répondent à des normes de fabrication strictes, respectueuses de l’environnement.
  • Parce qu’elles vous font faire des économies : certes, acheter une culotte menstruelle coûte davantage d’argent qu’acheter un paquet de protections hygiéniques jetables. Mais alors que ces dernières ne s’utilisent qu’une fois, les culottes menstruelles durent plusieurs années. À terme, il est donc beaucoup plus rentable d’opter pour les culottes ! 

En revanche, il existe aussi quelques inconvénients :

  • Le coût de départ peut être important, car il faut acheter plusieurs culottes pour assurer une rotation suffisante au cours du cycle menstruel
  • Si vous devez la changer pendant la journée, vous devrez la garder avec vous, sale, dans un sac, le temps de pouvoir la laver une fois rentrée
  • Il faut entretenir soigneusement vos culottes pour qu’elles restent efficaces, notamment en les lavant à la main

Comment bien choisir sa culotte menstruelle ?

3 critères importants sont à prendre en compte avant d’acheter :

  • La qualité pour la santé : privilégiez les culottes certifiées Oeko-Tex standard 100. Ce label signifie que les culottes ne contiennent aucune substance nocive ou dangereuse pour votre santé
  • Les matières utilisées : préférez les culottes en coton bio, bonnes à la fois pour votre hygiène intime et pour l’environnement
  • La capacité d’absorption : renseignez-vous pour déterminer si votre flux menstruel est léger, moyen ou abondant pour choisir la culotte de règlges qui vous conviendra le mieux.

À noter que pour une rotation sans accroc, il est conseillé d’acheter au moins 4 à 5 culottes menstruelles. Cela vous permettra d’en avoir suffisamment tout au long de votre cycle tout en vous laissant le temps de les laver.

Combien de temps dure une culotte menstruelle ?

En moyenne, les culottes sont réutilisables au minimum 3 ans, et certaines vont même jusqu’à 7 ans ! Le tout, sans que l’usure n’altère leur efficacité.

Où acheter des culottes menstruelles ?

Le plus facile reste d’acheter sur Internet : les marques, françaises comme étrangères, y pullulent ! Attention toutefois à bien choisir un site fiable qui vend des produits de qualité. 

Certaines marques sont également distribuées dans des magasins physiques (grandes enseignes, magasins bio, enseignes spécialisées…). On peut même en retrouver en parapharmacie !

À noter qu’une culotte menstruelle coûte en moyenne entre 25 et 35€, prix qui est largement amorti sur le long terme. 

Sources

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sexo-gyneco/2600704-culotte-menstruelle-regles-utiliser-prix-efficacite-lavage-avantage/
https://mes-menstruelles.com/definition-culotte-menstruelle/
https://www.aufeminin.com/sexualite-et-sante/les-meilleures-culottes-menstruelles-comparatif-2020-s4008772.html

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

tawashi

Le tawashi, l’éponge 100 % écolo à faire soi-même !

By chez soi, Hygiène de vie, Produits

Le tawashi, l’éponge 100 % écolo à faire soi-même !

tawashi

Aujourd’hui sur toutes les lèvres, le tawashi est en train de s’imposer comme LA nouvelle alternative aux traditionnelles éponges jaunes et vertes. Écologique, lavable et esthétique, découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur cet outil venu du Japon, bien capable de révolutionner nos habitudes de nettoyage ! 




Qu’est-ce que le tawashi exactement ?

Vous l’aurez probablement deviné à son nom : le tawashi vient du Japon. Ce terme signifie « laver » ou « lavette », et désigne un outil de nettoyage, que l’on crée à partir de matières textiles ou de tissus inutilisés.

À l’origine, ces éponges étaient fabriquées en fibres de palme ; on les appelait alors « Kamenoko Tawashi ». Seul problème : au début du XXème siècle, cette épongé était certes très résistante et capable de durer plusieurs années, mais elle était également extrêmement dure, ce qui ne permettait pas de réaliser des opérations plus délicates.

Petit à petit, la fabrication de  ces éponges japonaises a pris une orientation plus écologique, avec une volonté de s’inscrire dans la démarche du zéro déchet. C’est à partir de là que l’on a commencé à utiliser des matières naturellles (bambou, laine, coton, etc.) et de vieux vêtements pour fabriquer les tawashi. 

Aujourd’hui, le souci de plus en plus prononcé de protection de l’environnement a remis cette éponge durable et écologique au goût du jour. Dès lors, une multitude de techniques et de conseils pour fabriquer son propre tawashi ont commencé à émerger sur le web. 

Pourquoi opter pour cette solution ?

Facile à fabriquer soi-même, bonne pour l’environnement, économique, esthétique, solide… On ne compte plus les qualités du tawashi ! Focus sur une partie d’entre elles : 

  1. Parce que c’est écologique

C’est probablement la caractéristique qui a séduit le plus d’adeptes. Avec le tawashi, plus besoin de jeter vos éponges usagées au bout de quelques semaines ! Il vous suffit de récupérer de vieux bouts de tissus pour en fabriquer par vous-mêmes. 

Exit les éponges synthétiques traitées avec des produits chimques et des dérivés du pétrole, nocifs non seulement pour l’environnement mais aussi pour la santé ! 

Et pour une démarche 100 % écolo, il vous suffit d’utiliser des produits ménagers biologiques et respectueux de l’environnement avec votre tawashi.

  1. Parce que c’est durable

Lorsqu’il est bien fait, le tawashi peut être utilisé longtemps : en moyenne, cette éponge a une durée de vie 6 fois supérieure à celle d’une éponge normale. Elle dure également plus longtemps que les éponges végétales.

Autre avantage : si vous souhaitez changer d’éponge, nul besoin d’aller dans un magasin, vous pouvez simplement prendre quelques minutes pour en fabriquer une nouvelle.

En plus, il vous suffit de laver votre tawashi à la machine lorsqu’il devient trop sale (à 60°C pour éliminer tous les germes). Cela permet d’éviter que les bactéries et autres micro organismes n’y pullulent. Pratique ! 

  1. Parce que c’est esthétique

La plupart du temps, le tawashi a l’aspect d’un petit carré, fait de tissus entremêlés et croisés. Mais il peut aussi être rond : couleurs, matières, tailles, formes… Tout est personnalisable ! En fonction des utilisations que vous en faites, vous pouvez donc varier les plaisirs.

  1. Parce que c‘est multi usages

En général, le tawashi est utilisé en guise d’éponge. Il sert donc à nettoyer la vaisselle, la table, les plans de travail… 

Mais vous pouvez aussi l’utiliser pour faire le ménage ou pour vos rituels beauté : en privilégiant des tissus doux, pourquoi ne pas vous en servir pour vous laver ou vous démaquiller ? Avec un peu d’imagination, tout est possible…

A chaque situation son tawashi, donc !

  1. Parce que c’est économique

 Si vous faites votre tawashi vous-mêmes, vous n’avez rien besoin d’acheter. Il vous suffit de récupérer  vos vieux t-shirts, bas, chaussettes, rideaux … Ou tout autre pièce de tissu abîmée. C’est l’occasion de donner une seconde vie à vos vêtements devenus trop petits ou que vous ne portez plus !

Et si vous avez choisi de fabriquer votre éponge zéro déchet avec des aiguilles à tricoter, cela vous permettra d’utiliser vos restes de bobines et de fils.

 Quels sont les inconvénients du tawashi ?

tawashi eponge

Du fait des matières utilisées (coton, tissus synthétiques, laine, etc.), le tawashi a besoin d’un peu plus de temps que les éponges sytnétiques pour sécher. 

Toujours en raison des tissus utilisés pour fabriquer le tawashi, on reproche souvent au tawashi son manque d’efficacité pour nettoyer la saleté incrustée, ce qui nécessite l’utilisation d’une brosse à poils durs. Néanmoins, il existe bien évidemment des solutions pour y remédier. 

Une technique souvent utilisée est celle des coquilles d’œufs : il vous suffit de broyer les coquilles des œufs que vous avez consommés et d’utiliser les morceaux en les répandant sur votre vaisselle avant de frotter avec votre tawashi. Non seulement cela ne raye pas vos ustensiles, mais en plus c’est bénéfique pour vos canalisations.

Une autre option peut être d’utiliser du sisal (une fibre végétale écologique) pour composer votre éponge. Cela la rendra davantage décapante. Et en bonus, cette matière fait aussi du tawashi un excellent outil à utiliser sous la douche pour un lavage tonifiant ! 

Quels sont les différents modèles de tawashi ?

Le tawashi a des usages multiples, et peut donc revêtir de nombreuses formes différentes et avoir des caractéristiques variées. La seule limite à son utilisation est votre imagination. 

Comme il est toujours possible d’être confronté(e) à une panne d’inspiration, voici pour vous quelques exemples de tawashi, en fonction de leur utilité et de leur composition : 

Le tawashi « classique »

C’est le type de tawashi le plus couramment fabriqué et utilisé. Il a une forme globalement carrée et est fabriqué à partir de tissus initialement destinés à être jetés.

Pour la vaisselle, l’acrylique est particulièrement apprécié, car il permet de bien nettoyer les divers ustensiles, et il sèche rapidement.

Le tawashi rond

Tout comme vous pouvez varier les couleurs de votre tawashi en fonction des matières textiles utilisées, vous pouvez également choisir de créer un tawashi rond. Moins fréquents, il existe pourtant de nombreux tutoriels et conseils pour en fabriquer sur Internet.

Le tawashi grattant

Afin de venir à bout des tâches récalcitrantes et nettoyer les surfaces où les tâches se sont incrustées, vous pouvez utiliser des pièces de chanvre pour fabriquer votre éponge écologique. Attention : cette matière est à éviter si vous souhaitez nettoyer des surfaces qui ne doivent pas être rayées.

Dans le cas des surfaces fragiles, il existe aussi la technqiue du sisal ou celle des coquilles d‘œufs, évoquées plus haut.

Le tawashi pour se pomponner 

Vous pouvez choisir de confectionner un tawashi spécialement pour nettoyer votre salle de bains, tout en utilisant des produits écologiques respectueux de l’environnement et de votre santé, bien évidemment. 

Certes, le sisal peut être utilisé pour réaliser des massages toniques sous la douche ; en revanche, pour nettoyer en douceur votre visage ou votre corps, ou bien pour vous démaquiller, mieux vaut privilégier d’autres matières, moins agressives. Vous pouvez donc opter pour du coton ou de la laine de bambou, par exemple.

Le tawashi en jean

À priori, le jean n’est pas la première matière à laquelle on pense pour fabriquer une éponge. Pourtant, il s’avère tout aussi efficace que les autres tissus, particulièrement parce que cette matière permet de bien nettoyer les plans de travail dans la cuisine grâce à son côté un peu rugueux. N’hésitez donc pas à en (ab)user !

5 techniques pour fabriquer vous-même votre tawashi

Vous désirez adopter l’éponge 100 % zéro déchet mais hésitez à vous lancer car vous ne savez pas trop comment vous y prendre pour en fabriquer une ? Rassurez-vous : créer un tawashi est simple, rapide et amusant. 

Nous avons sélectionné pour vous 5 techniques différentes de fabrication, allant de la plus simple à la plus élaborée. Pet parce que nous savons que suivre des instructions uniquement écrites peut ne pas être simple, nous vous avons ajouté une vidéo de démonstartion pour chacune d’entre elles. Il ne vous reste plus qu’à vous lancer !

Fabriquer un tawashi à l’aide d’un métier à tisser

Pour créer votre premier tawashi, il vous faudra d’abord fabriquer une petite planche à tisser, ce qui ne prend que quelques minutes. Pour cela, vous aurez besoin :

  • D’un marteau et de 20 clous à têtes plates
  • D’une petite planche en bois
  • D’une règle et/ou d’une équerre
  • D’un marqueur

Tracez sur la planche un carré de 13 centimètres de côté. Tous les 3 centimètres, faites une marque sur laquelle vous allez planter un clou jusqu’à avoir fait le tour du carré de manière régulière (5 clous sur chaque face). Attention : ne plantez pas de clou sur les quatre coins du carré. 

Découpez ensuite les pièces de tissu que vous avez sélectionnées de manière à obtenir 10 bandelettes fines (16 centimètre de long environ). Enfilez ces bandelettes de manière horizontale, sur les rangées de clous de gauche et de droite. Faites la même chose de manière verticale, mais cette fois-ci en enchevêtrant les bandelettes, comme un tressage : au-dessus, en-dessous, au-dessus, en-dessous et ainsi de suite.

Une fois le tissage accompli, détachez du clou sans la lâcher la boucle de l’extrémité d’une des bandelettes. Faites passer l’extrémité de la deuxième bandelette dans la boucle de la première. Faites ainsi pour pour toutes les bandelettes jusqu’à faire le tour de votre tawashi. 

Vous pourrez utiliser la boucle finale pour accrocher votre éponge où vous le désirez.

Comme des images valent mieux que des mots, voici une vidéo explicative de cette technique : 

Grâce à votre métier à tisser, vous pourrez fabriquer en quelques minutes autant d’éponges zéro déchets, lavables et réutilisable, que vous le désirez !

Fabriquer un tawashi sans clou ni planche en bois, avec des pinces à linge

Si jamais vous manquez de matériel, pas de panique ! Il existe toujours des solutions.

Vous pouvez par exemple utiliser une boîte carrée. Les dimensions de cette boîte sont à sélectionner en fonction de la taille que vous voulez donner à votre tawashi. Puis vous pouvez y installer des pinces à linge, de façon à faire tout le tour de la boîte. 

Il ne vous reste plus qu’à effectuer le tissage évoqué juste au-dessus, en enfilant les bandelettes sur les etrêmités des pinces.

Le tawashi fabriqué à l’aide d’un tricotin 

Une autre technique consiste à utiliser un tricotin en guise de support pour tresser votre tawashi. Le tricotin est un appareil qui sert à tricoter en rond, composée d’un cylindre creux, surmonté de crochets.

À noter que si vous désirez donner une forme originale à votre tawashi, vous pouvez tout à fait jouer avec la forme de votre planche à tisser ou de votre tricotin.

Fabriquer un tawashi au crochet 

Pour celles et ceux qui se sentent l’âme d’une couturière (ou d’un couturier), vous pouvez aussi opter pour la méthode de fabrication au crochet. Dans ce cas, les fils en acrylique sont à privilégier.

Fabriquer un tawashi au tricot

Enfin, les plus expérimenté(e)s d’entre vous aimeront probablement la méthode de fabrication au tricot. 

Là encore, l’acrylique est à privilégier, mais vous pouvez aussi utiliser du coton. À noter que pour cette technique, il n’est pas forcément nécessaire d’être un expert du tricot : seule la motivation est importante ! 

Désormais, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas adopter le tawashi !




Sources

https://www.stokabio.com/cuisine/eponge-lavable/eponge-lavable-tawashi-tout-savoir-histoire-origines_3293/
https://www.fiftyandmemagazine.be/fr/bien-etre/home/quels-sont-les-avantages-de-leponge-tawashi
https://www.toutvert.fr/tawashi/
http://rock-and-paper.com/diy/tawashi-faire-des-eponges-zero-dechet

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

acide hyaluronique

L’acide hyaluronique et son pouvoir anti-ride en 3 minutes !

By Hygiène de vie, Produits, Soins

L’acide hyaluronique et son pouvoir anti-ride en 3 minutes !

acide hyaluronique

Vous faites de votre mieux, mais le temps laisse inexorablement des marques sur votre peau ? Vous essayez de les camoufler, mais vous ne voyez qu’elles ? Peu à peu, les rides ont envahi votre quotidien ? Il existe heureusement une substance particulièrement efficace pour redonner de l’éclat à votre peau et lutter contre les signes de l’âge : l’acide hyaluronique. Focus sur ce produit miracle :




Qu’est-ce que l’acide hyaluronique exactement ? Quels sont ses bienfaits ?

L’acide hyaluronique est présente naturellement dans les divers tissus et liquides du corps, comme les cartilages ou l’humeur vitrée de l’œil par exemple. Mais c’est la peau qui en contient la plus grande quantité : formant un genre de gel élastique, elle permet d’attirer et de retenir l’eau. C’est donc à elle que l’on doit l’aspect rebondi et élastique de notre peau. 

En outre, c’est aussi elle qui favorise la régénération de l’épiderme, et donc le processus de cicatrisation de la peau. Cela lui permet, entre autres, de lutter contre les effets néfastes du soleil et de la pollution par son effet anti-oxydant. 

En bref, non seulement l’acide hyaluronique favorise l’hydratation naturelle de la peau, mais en plus elle empêche la déshydratation en limitant l’évaporation de l’eau par les pores.

Le problème, c’est qu’avec le temps le corps produit de moins en moins d’acide hyaluronique, et petit à petit, la peau perd son aspect pulpeux, se dessèche, se fragilise, et les premières rides apparaissent.

Par conséquent, puisque la peau ne fabrique plus ce composant (ou de moins en moins), il suffit de lui en apporter à nouveau pour continuer à avoir une peau bien hydratée, jeune, rebondie, et limiter l’apparition des rides.

Où trouver de l’acide hyaluronique ?

Depuis quelque temps, on retrouve de l’acide hyaluronique dans toutes sortes de produits de beauté : crèmes anti-rides, gels hydratants, soins liquides, lotions…

On peut donc s’en procurer aussi bien dans des pharmacies que dans des instituts de beauté, des grandes surfaces ou des parfumeries. Il est également possible de trouver de l’acide hyaluronique pur, en tant qu’actif cosmétique, ce qui permet de fabriquer soi-même ses produits de beauté.

Quels soins pour quels problèmes ?

Voici quelques explications sur les différents types de soin que l’on peut trouver : 

  • Les produits à usage externes (crèmes, lotions, gels, etc.) : ces solutions aident à lisser la peau, à l’hydrater et à dissimuler les marques du temps sur le visage. Il est recommandé de les utiliser quotidiennement pour des résultats visibles et efficaces. 
  • Les injections : obligatoirement réalisées par un professionnel, elles ont un effet plus immédiat que les crèmes et autres lotions externes. Elles permettent de combler les rides et de relancer la synthèse d’acide hyaluronique dans la peau, ce qui lui donne un aspect plus lisse et rebondi. Il s’agit néanmoins d’une opération bien plus coûteuse que la précédente, d’autant plus qu’il faut compter plusieurs séances…
  • Les gélules : depuis quelque temps, il existe des compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique. Leur but est d’hydrater la peau, mais aucune étude n’existe à ce jour pour prouver leur efficacité. 

Comment choisir ses produits cosmétiques à base d’acide hyaluronique ?

Tout dépend des effets que vous souhaitez. En fait, il vous suffit de lire l’emballage des produits que vous achetez. Si l’action est simplement « hydratante », alors vous profiterez d’une puissante hydratation de surface, ce qui est particulièrement recommandé pour les peaux peu marquées, car cela permet non seulement d’entretenir sa peau pour qu’elle reste soyeuse et lisse, mais aussi de lutter contre le vieillissement cutané.

Les termes « antirides » et « stimulant » décrivent une action plus profonde, pour stimuler l’activité cellulaire et repulper la peau. Cela aura un effet tenseur sur la peau, ce qui permet réduire la visibilité des rides. 

Qui peut utiliser l’acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique n’efface pas les rides, elle les comble en hydratant la peau en profondeur. Par conséquent, même si on l’utilise principalement pour redensifier la peau et lutter contre les rides, elle peut aussi être bénéfique pour les peaux plus jeunes, qui ont tout simplement besoin d’être hydratées.

Comme il s’agit d’un produit naturel et non gras, il est parfaitement accepté par l’organisme. C’est donc un bon remède pour les peaux à problèmes et déshydratées, qui désirent s’hydrater sans récolter de boutons en échange.

Sources

https://www.topsante.com/beaute-soins/medecine-esthetique/anti-age-acide-hyaluronique-la-molecule-miracle-11409
https://www.medecine-anti-age.com/cremes-anti-age/acide-hyaluronique

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

bain de bouche maison

Bains de bouche maison, allier l’utile à l’agréable

By dans le corps, Hygiène de vie, Soins

Bains de bouche maison, allier l’utile à l’agréable.

bain de bouche maison

L’hygiène bucco-dentaire est fondamentale, aussi bien pour votre confort que pour votre santé. En effet, non seulement elle permet d’éviter la mauvaise haleine, mais elle contribue aussi à vous préserver de nombreux désagréments : caries, inflammations, prolifération bactérienne, maladies parodontales, plaque dentaire… Voilà pourquoi il est important de bien compléter votre routine d’hygiène dentaire, en associant des bains de bouche réguliers aux lavages de dents quotidiens. Et quoi de mieux que de créer soi-même sa propre solution ? En plus, vous possédez déjà tous les ingrédients nécessaires à la maison !




Qu’est-ce qu’un bain de bouche exactement ?

Aujourd’hui, on trouve très facilement de nombreuses solutions à utiliser comme bain de bouche dans les commerces. Quelle que soit la marque, elles ont généralement le même but : neutraliser les bactéries présentes sur la langue et dans les cavités buccales, et empêcher ou limiter leur réapparition. 

Effectivement, ces bactéries, auxquelles nous sommes généralement exposés en mangeant, peuvent provoquer l’apparition de caries ou d’infections et être à l’origine de la mauvaise haleine. Les bains de bouche agissent comme un antiseptique et luttent directement contre ces bactéries. 

Pour cela, il suffit de se laver les dents et de bien les rincer. L’étape suivant consiste à mettre dans sa bouche la dose de produit prescrite. Attention : certaines solutions s’utilisent pures, tandis que d’autres doivent être diluées dans l’eau. Ensuite, il faut se gargariser ou bien garder les liquide en bouche quelques secondes et le recracher. 

Pour autant, tous les bains de bouche ne se valent pas, et il faut choisir le sien avec précaution en fonction de ses besoins. Gencives, palais, langue, gorge, dents… Les bains de bouche peuvent agir sur diverses parties de notre corps pour les soulager, mais ils peuvent aussi avoir une action préventive, en fonction de leur composition.

Par ailleurs, il existe un certain nombre de précautions à prendre avant, pendant et après l’utilisation des bains de bouche.

Y-a-t-il des risques lors de leur utilisation ?

Comme pour tous les dispositifs médicaux, il est essentiel de respecter plusieurs consignes lorsque l’on effectue des bains de bouche, qu’ils soient ponctuels ou bien réguliers.

Avant le bain de bouche : 

  • Lorsque vous achetez un dispositif médical, vous devez impérativement signaler à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez d’autres médicaments, car il peut y avoir des interactions
  • Si vous avez subi une chirurgie ou un traumatisme de la bouche, suivez strictement les recommandations de votre médecin ou chirurgien, pour ne pas vous faire de mal ou bien aggraver une blessure déjà présente
  • Veillez à laisser votre bain de bouche hors de portée des enfants. Ces produits sont en effet déconseillés aux enfants de moins de 6 ans, car ces derniers pourraient les avaler ou les inhaler. Entre 6 et 12 ans, ils doivent être utilisés sous surveillance d’un adulte

Pendant :

  • Le bain de bouche ne s’utilise que pour la bouche. Évitez tout contact avec les yeux
  • N’avalez en aucun cas le produit que vous utilisez
  • Respectez scrupuleusement les doses prescrite ou recommandées

Après le bain de bouche :

  • Il est possible que vos dents et/ou vos lèvres se colorent momentanément, ou bien que votre sens du goût soit amoindri, comme cela peut arriver avec un dentifrice fort ; ne vous en faites pas, ces désagréments sont normalement passagers
  • Utilisés trop longtemps, les antiseptiques peuvent déséquilibrer la flore bactérienne nécessaire au bon fonctionnement de notre bouche. Sauf indication contraire de votre médecin, ne les utilisez pas sur une trop longue période

En ce qui concerne la fréquence des bains de bouche :

  • Respectez la durée et la fréquence prescrites par votre médecin et/ou les consignes du produit que vous utilisez. Les bains de bouche ne sont pas les mêmes, et s’utilisent donc différemment. En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pharmacien, ou bien reportez-vous à la notice d’utilisation du produit

Ainsi, les bains de bouche sont très faciles d’utilisation, pourvu que l’on respecte leurs précautions d’emploi. En effet, comme ils comportent des produits différents, leurs effets et donc leur emploi varient de l’un à l’autre, en fonction de vos besoins. Et justement, quoi de mieux pour avoir un produit véritablement adapté à vos besoins que de le créer vous-mêmes ? 

Pourquoi faire son bain de bouche à la maison ?

Faire son bain de bouche soi-même, à la maison, offre de multiples avantages : 

  • La maîtrise des composants : en général, les bains de bouche contiennent un antiseptique, du fluor et parfois de l’alcool. En le produisant à la maison, il est possible d’enlever les éléments superflus ou bien de rajouter les produits que vous voulez, en fonction de ce que vous désirez ou bien de ce qui vous est utile
  • Le contrôle des ingrédients : certes, c’est vous qui décidez quels ingrédients utiliser, mais vous pouvez aussi en contrôler la qualité, l’origine, etc.
  • La facilité : non seulement créer son propre bain de bouche est simple et rapide, mais vous pouvez aussi le faire avec des composants basiques, que vous pouvez trouver en ouvrant simplement les tiroirs de votre cuisine
  • La disponibilité : qui dit ingrédients faciles d’accès dit aussi liberté totale. Vous aurez la possibilité de préparer vos solutions quand vous le désirez, chez vous, sans avoir à sortir exprès pour en acheter les composants

Voici donc quelques exemples de remèdes à faire chez vous, avec des ingrédients déjà présents – pour la plupart – dans vos placards, en fonction de leurs propriétés.

Les bains de bouche anti-mauvaise haleine

La recette au bicarbonate de soude :

Voilà un ingrédient miracle, que l’on peut utiliser partout dans la maison ! Mais saviez-vous qu’il est aussi très efficace pour nettoyer votre bouche en profondeur, lutter contre la mauvaise haleine et détartrer vos dents ? 

Pour cela, il suffit simplement de :

  • Diluer une cuillère à café environ dans un verre d’eau tiède
  • Après vous être brossé les dents, rincez-vous la bouche pendant quelques minutes (3 à 4 environ) en vous gargarisant
  • Rincez-vous la bouche à l’eau claire

La recette aux huiles essentielles : 

Il est possible que vous trouviez que le goût de la préparation manque d’attrait. Dans ce cas, rien ne vous empêche (si vous n’êtes pas allergique) de rajouter quelques gouttes d’huile essentielle dans votre préparation. Pour un effet d’haleine vraiment très frais, vous pouvez par exemple opter pour : 

  • L’eucalyptus
  • L’arbre à thé 
  • La menthe poivrée
  • Le citron



Le bain de bouche anti-bactérien et antiseptique

La recette  au vinaigre de cidre :

Dans une certaine mesure, éliminer les bactéries dans la bouche entraîne de nombreux avantages : finie la mauvaise haleine, les gencives douloureuses, place à des dents d’un blanc éclatant ! C’est justement ce que permet le vinaigre de cidre. Pour l’utiliser, il faut : 

  • Diluer une cuillère à café environ de vinaigre de cidre à un grand verre d’eau tiède
  • Se laver la bouche quelques minutes avec cette préparation et la recracher
  • Se rincer la bouche abondamment

Attention néanmoins : utilisé trop fréquemment, le vinaigre de cidre peut se révéler agressif et attaquer l’émail de vos dents. Il est donc recommandé de ne pas y avoir recours trop souvent (2 fois par semaine maximum)

Le bain de bouche contre les maux dentaires

La recette  aux clous de girofle :

Reconnus pour leurs propriétés antibactériennes , antiseptiques et anesthésiantes, les clous de girofle sont souvent utilisés en médecine traditionnelle. Le bain de bouche aux clous de girofle est très recommandé pour lutter contre les maux de dents, puisqu’il soulage les gencives et les dents sensibles. Il peut également permettre de soulager l’hypersensibilité dentaire. Pour cela, il suffit de :

  • Faire infuser 3 clous de girofle environ dans 25 cL d’eau tiède
  • Filtrer le mélange
  • Se gargariser avec plusieurs fois
  • Rincer sa bouche abondamment à l’eau claire

Les bains de bouche contre les aphtes, les inflammations et les saignements de gencives

La recette  aux orties :

Cela peut surprendre, mais les orties sont un excellent remède aux infections et inflammations bucco-dentaires. Elles sont particulièrement efficaces contre les aphtes. La recette est la suivante : 

  • Faire bouillir une bonne poignée d’orties dans une casserole d’eau
  • Filtrer et laisser refroidir le mélange
  • Plusieurs fois par jour (environ 3 fois), se gargariser avec cette solution
  • Bien se rincer la bouche à l’eau claire une fois fini

La recette  au sel :

Comme cette préparation est très efficace pour diminuer les inflammations, elle est particulièrement recommandée après un passage chez le dentiste. En dehors de cela, elle constitue un nettoyant très efficace, et aide à lutter contre les saignements de gencives. Pour l’utiliser, il suffit de :

  • Verser une cuillère à café de sel dans un grand verre d’eau tiède
  • Mélanger jusqu’à ce que les cristaux se soient dissous 
  • Se gargariser avec quelques minutes
  • Éventuellement, vous pouvez vous masser les gencives, avec vos doigts (lavés) ou bien avec une brosse à dents disposant d’un dispositif massant intégré
  • Rincer sa bouche

La recette aux huiles essentielles :

Pour lutter contre les saignements de gencives (ou gingivites) et les inflammations, vous pouvez combiner de l’huile essentielle de ciste et d’arbre a thé. Ces deux éléments ont la faculté de renforcer des tissus des gencives et de lutter contre les inflammations. Pour en profiter, il faut : 

  • Mélanger 5 mL d’huile essentielle de ciste et 5 mL d’huile d’arbre à thé
  • Les diluer dans un verre d’eau tiède
  • Se gargariser
  • Bien rincer sa bouche à l’eau claire

Certaines personnes, au lieu d’utiliser ce mélange en bain de bouche, apprécient de déposer 1 à 2 gouttes de ce mélange sur leurs gencives pour les masser. Il faut tout de même rincer abondamment sa bouche après pour ne pas ingérer ou absorber l’huile.

Focus sur les huiles essentielles

Nous venons de voir plusieurs possibilités concernant l’usage des huiles essentielles pour orendre soin de sa santé bucco-dentaire. Sachez qu’il existe de nombreux autres usages. Par exemple, plutôt que de les utiliser en bain de bouche, plusieurs personnes préfèrent déposer une goutte d’huile sur leur dentifrice au moment de se laver les dents. 

La plupart du temps, il s’agit des huiles utilisées pour lutter contre la mauvaise haleine (eucalyptus, citron, menthe poivrée, etc.).

Toutefois, il vous faut rester prudent(e) : il existe des allergies à certaines huiles essentielles, dont les conséquences peuvent être assez graves. Avant de vous lancer dans les bains de bouche aux huiles, il est impératif de tester ou de confirmer que vous n’y êtes pas allergique. 

En outre, certaines huiles peuvent être déconseillées à quelques personnes, comme le sfemmes enceintes par exemple. Avant de vous ancer bille en tête et de concocter vos mélanges, renseignez-vous et demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Sources

https://www.ameli.fr/assure/sante/bons-gestes/petits-soins/effectuer-bain-bouche
https://quebellissimo.fr/maison/bain-bouche-maison/
https://www.labelleadresse.com/beaute/dents-blanches/4-bains-de-bouche-maison-naturels.html
https://deavita.fr/bien-etre/bain-bouche-maison-alternative-naturelle/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

liquide vaisselle maison

Tout savoir sur le liquide vaisselle maison !

By chez soi, Hygiène de vie, Maison, Produits

Tout savoir sur le liquide vaisselle maison !

liquide vaisselle maison

Aujourd’hui indispensable, le liquide vaisselle fait partie de notre quotidien. Pourtant, il peut être polluant et nocif pour la santé. Heureusement, il existe de nombreuses recettes pour fabriquer aisément son propre liquide vaisselle, chez soi, avec des ingrédients naturels. On vous dit tout dans cet article !




Pourquoi faire un liquide vaisselle maison ?

La première raison à laquelle on peut penser est le coût écologique. Néanmoins, il existe de multiples avantages à réaliser son liquide vaisselle soi-même.

Parce que c’est écolo et sain

Souvent composés de détergents, les liquides vaisselle industriels polluent les sols, les eaux et font partie des premières causes d’empoisonnements ménagers. 

En choisissant des produits respectueux de la nature et de votre santé, vous contribuerez à moins – voire plus du tout – rejeter de substances nocives dans vos eaux usées. En outre, vous pouvez aussi les conserver dans des contenants réutilisables, pour limiter les déchets plastiques.

Parce que c’est moins cher

Certes, l’investissement de départ, lorsque vous réunissez les composants nécessaires à la création de votre liquide vaisselle, peut vous paraître plus élevé que le simple achat d’une bouteille de produit industriel.

Toutefois, sur le long terme, vous y gagnerez : là où vous n’aurez acheté qu’une seule bouteille de liquide vaisselle en supermarché, vous pourrez en fabriquer des litres et des litres avec tous les ingrédients que vous aurez réunis.

De plus, les composants nécessaires à une fabrication artisanale (savon de Marseille, cristaux de soude, huile essentielle, etc.) sont multi-emplois et réutilisables pour bien d’autres choses dans votre maison.

Parce que c’est vous qui décidez de tout

Fabriquer vous-même votre produit, c’est superviser le processus du début à la fin. Vous choisissez les composants lavants, les parfums, les colorants, et même le contenant ! À vous de faire preuve d’imagination et de créativité pour composer le liquide vaisselle qui allie l’utile à l’agréable et vous convient parfaitement.

Parce que c’est amusant et simple 

Fabriquer son liquide vaisselle à la maison est une activité facile à réaliser et peu dangereuse pourvu qu’on prenne les précautions nécessaires. Vous pouvez donc tout à fait inviter vos enfants à le faire avec vous, en n’oubliant pas de vous protéger correctement (gants, lunettes, vêtements couvrants, etc.). Vous pourrez ainsi leur montrer quelques éléments de chimie et leur donner le goût du Do it yourself 

Focus sur 3 recettes imparables de liquide vaisselle à faire vous-même

Avant de commencer, sachez que certains des produits utilisés peuvent être irritants. Il vous faudra donc les manipuler avec précaution. L’idéal est de porter des gants et un tissu qui vous couvre le nez et la bouche, pour ne pas respirer les vapeurs.

En outre, prenez garde en utilisant les huiles essentielles : certaines sont contre-indiquées pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Veillez également à les tenir hors de portée des jeunes enfants. Enfin, assurez-vous avant utilisation que vous n’y êtes pas allergique.

liquide vaisselle home-made

Recette numéro 1 : 

Pour 1 litre de liquide, vous aurez besoin de : 

  • 200g de savon noir liquide
  • 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude 
  • 1 récipient
  • 800 mL d’eau
  • De l’huile essentielle au choix (en fonction de leur propriété et de vos préférences)
  • Un récipient de 1L au moins
  • Un entonnoir

Fabrication : 

  • Faites bouillir l’eau à la casserole (ou à la bouilloire)
  • Pendant ce temps, mélangez le savon noir liquide et le bicarbonate de soude dans votre récipient
  • Ajoutez une dizaine de gouttes d’huile essentielle
  • Utilisez l’entonnoir pour y rajouter l’eau chaude sans vous brûler
  • Fermez le récipient, et mélangez la solution en la secouant 
  • Laissez refroidir le mélange quelques heures



Recette numéro 2 : 

Toujours pour 1 litre de solution, vous aurez besoin de :

  • 50g de savon de Marseille râpé
  • 1 cuillère à soupe de savon noir liquide
  • 1 c. à s. de cristaux de soude
  • 1 c. à s. de bicarbonate de soude
  • 1 c. à s. de vinaigre d’alcool
  • Quelques gouttes d’huile essentielle
  • 800 mL d’eau
  • Un contenant d’un litre minimum
  • Un entonnoir
  • Un récipient pour mélanger (une bassine par exemple)

Fabrication : 

  • Faire bouillir l’eau à la casserole (ou à la bouilloire)
  • Pendant ce temps, mélangez l’eau et le savon de Marseille dans votre bassine
  • Ajoutez-y le vinaigre, les cristaux de soude et le bicarbonate
  • Pendant quelques heures, laissez la solution reposer à l’air libre jusqu’à ce qu’elle prenne l’aspect d’une sorte de pâte. Si jamais vous trouvez que la pâte est trop épaisse, vous pouvez y rajouter de l’eau
  • Mélangez énergiquement et ajoutez-y quelques gouttes d’huile essentielle
  • Certaines personnes préfèrent passer ensuite la mixture au mixeur, mais c’est sans obligation
  • Versez votre liquide vaisselle dans votre contenant à l’aide de l’entonnoir

Recette numéro 3 : 

Pour 1 litre de mixture, vous aurez besoin de : 

  • 100g de savon de Marseille, de savon noir liquide ou de savon d’Alep
  • Environ 800 mL d’eau
  • 2 cuillères à soupe de cristaux de soude
  • 2 c. à s. de vinaigre blanc
  • Une vingtaine de gouttes d’huile essentielle
  •  cuillère à café de lécithine de soja ou de tournesol
  • Un contenant d’un litre minimum

Préparation :

  • En fonction du savon que vous aurez choisi, rapez-le (savon de Marseille et d’Alep) ou non (le savon noir est déjà liquide)
  • Versez-le dans une casserole d’eau que vous mettrez à chauffer
  • Remuez jusqu’à obtenir une solution homogène
  • Retirez du feu, continuez de mélanger et ajoutez-y le vinaigre, les cristaux de soude, la lécithine et l’huile essentielle
  • Mélangez à nouveau ou mixez

faire liquide vaisselle maisonComment utiliser ces liquides vaisselle naturels ?

Ne soyez pas surpris(e) : votre lave-vaisselle naturel va nettement moins mousser que les liquides vaisselle industriels. Cependant, cela n’a aucun impact sur son efficacité. Pour l’utiliser, secouez bien le flacon fermé avant utilisation et utilisez-le comme vous en avez l’habitude. 

Si les saletés se sont vraiment incrustées sur votre vaisselle, laissez-la tremper dans l’eau quelque temps ou bien utilisez une brosse à récurer pour nettoyer les ustensiles qui le supportent.

Pourquoi ces ingrédients ?

Tous les ingrédients recommandés ici sont écologiques et naturels, et font de votre liquide maison un parfait produit dégraissant et anti-bactérien. Voici quelques explications sur leur utilisation :

  • Le savon de Marseille, d’Alep et le savon noir sont utilisés comme dégraissants et détachants. En outre, lorsqu’ils sont bio ils sont parfaitement biodégradables
  • Le bicarbonate de soude est particulièrement efficace, souvent utilisé lorsque l’eau est dure (c’est à dire qui contient une grande quantité de minéraux, par opposition à l’eau douce) 
  • Le vinaigre d’alcool est un nettoyant puissant
  • Les cristaux de soude sont de puissants dégraissants, nettoyants et désodorisants. Vous pouvez d’ailleurs aussi les utiliser pour nettoyer votre lave-vaisselle
  • Le vinaigre blanc est très prisé pour son action détartrante et son effet brillant
  • La lécithine de soja ou de tournesol est employée comme tensioactif, c’est-à-dire qu’elle empêche les différents ingrédients de se séparer pour créer un mélange homogène. Elles ne sont pas obligatoires dans le processus de fabrication : si  vous voulez vous en dispenser, vous pouvez simplement secouer énergiquement la bouteille de liquide avant chaque utilisation
  • L’huile essentielle, quant à elle, sert à rajouter une odeur agréable. De plus, certaines d’entre elles possèdent des vertus bienfaisantes

Alors, convaincu(e) ? N’hésitez pas à nous dire quelle est votre recette préférée !

Sources

https://deco.journaldesfemmes.fr/guide-amenagement-et-travaux/2415126-comment-faire-son-liquide-vaisselle-maison/
https://mescoursesenvrac.com/liquide-vaisselle-maison-3-recettes-naturelles-et-efficaces/
https://planetehealthy.com/recette-liquide-vaisselle-maison/#pourquoi_faire_soi-meme_son_produit_vaisselle

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

spiruline

La spiruline, une micro algue qui porte à controverse

By Alimentation, Hygiène de vie, Soins

La spiruline, une micro algue qui porte à controverse

spiruline

La spiruline est une micro algue, ou plutôt une cyanobactérie filamenteuse en forme de spirale, de couleur verte ou bleue. Très riche en minéraux et vitamines, elle est commercialisée sous de nombreuses formes (poudres, gélules, comprimés, filaments déshydratés…). A la fois encensée et récriée, les avis sur cet aliment (appelé à tort « algue ») sont très partagés. Voici donc un petit point sur ce qu’il est important de savoir.




Qu’est-ce que la spiruline ?

Le terme « spiruline » désigne en fait la forme de cette cyanobactérie, toute en spirales.

Traditionnellement, la spiruline était consommée par les Kanem, au Tchad, et ce n’est qu’à la fin des années 60 qu’elle a été ramenée en Europe, où elle est devenue très populaire à partir des années 70.

La spiruline est une micro algue qui pousse naturellement dans les eaux chaudes des lacs de certaines régions du monde, comme le Mexique, l’Inde et le Tchad par exemple. Néanmoins, comme sa demande et sa consommation sont toujours plus croissantes, quelques pays d’Europe (dont la France et la Grèce) et d’Amérique Centrale ainsi que les Etats-Unis et l’Afrique de l’Ouest ont eux aussi commencé à en cultiver artificiellement dans des fermes ou sous des serres depuis une vingtaine d’années environ. 

Il existe environ 2000 espèces de spiruline, parmi lesquelles 36 seulement sont comestibles. Il faut savoir qu’on ne la consomme pas telle quelle, mais obligatoirement séchée. Aliment très à la mode, elle est présente partout et vous en consommez peut-être même sans le savoir : dans les cocktails des bars branchés, dans les compléments alimentaires pour les personnes qui suivent un régime végétarien… Elle est aussi utilisée par certaines associations qui en distribuent dans les pays en développement, afin de combattre la malnutrition des enfants.

En effet, sa composition en fait un aliment extrêmement intéressant d’un point de vue nutritionnel. En sachant que sa composition peut varier en fonction de l’endroit ou elle est cultivée, et aussi de la façon dont elle a été cultivée, séchée puis broyée, voici une liste non-exhaustive de ses nutriments : 

  • Vitamines (B12, E)
  • Fer
  • Acide gamma-linolénique (de la famille des omégas 6)
  • Minéraux et oligo-éléments (calcium, phosphore, magnésium, zinc, cuivre, sodium, sélénium, manganèse)
  • Protéines (55 à 70% environ de sa composition)
  • Bêta-carotène
  • Phycocyanine (un antioxydant)
  • Chlorophylle

Les bienfaits de la spiruline

culture spiruline

Grâce à tous ces composants, les bienfaits de la spiruline sont nombreux. Elle contribue notamment : 

  • A réduire la fatigue et à rester en forme
  • A améliorer les performances du système immunitaire
  • A ralentir le vieillissement de la peau
  • A perdre du poids et à maîtriser son appétit
  • A récupérer plus rapidement après un entraînement physique intense ou une compétition, car elle permet d’évacuer plus rapidement l’acide lactique et les divers polluants contenus dans l’organisme
  • A améliorer l’endurance, parce qu’elle aide à oxygéner davantage les muscles
  • A prévenir les problèmes cardiaques, en favorisant la production du bon cholestérol et en diminuant la sécrétion du mauvais
  • Chez les personnes atteintes de diabète non insulino-dépendant, la spiruline aurait un effet hypoglycémiant
  • Pour les personnes véganes ou végétariennes, sa teneur en protéines et en fer en fait un excellent complément alimentaire

La spiruline a même été utilisée pour traiter les patients irradiés après les accidents nucléaires de Nagasaki et de Tchernobyl : on a administré pendant plusieurs semaines un régime strict contenant, entre autres aliments, de la spiruline aux patients, qui ont alors vu leur taux de radiation chuter. D’ailleurs, en Russie la spiruline est reconnue comme « aliment thérapeutique », et le Japon en est le premier consommateur mondial.

Les dangers de la spiruline

Si la spiruline semble tout avoir pour plaire, plusieurs effets indésirables ont été signalés à la suite de sa consommation, et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a averti les consommateurs de ces effets nocifs et des allergies possibles.

En outre, face à la popularité toujours croissante de ce « superaliment », plusieurs médecins mettent en garde contre le peu d’études scientifiques menées sur les bienfaits de la spiruline (sauf en ce qui concerne le cholestérol, pour lequel les bénéfices sont bien réels et prouvés). En outre, la vitamine B12 contenue dans la spiruline, argument fort des végétariens et véganes, ne serait en fait pas assimilable par l’Homme. Les personnes qui présentant un déficit de cette vitamine doivent donc se tourner vers d’autres compléments, sous peine de voir leur manque s’aggraver.

Mais ce qui pose le plus de problème, ce sont les circuits par lesquels la spiruline est produite et acheminée. En effet, consommée avec modération et hormis allergie, elle ne comporte normalement pas de grand risque pour la santé. En revanche, l’Anses a étudié plusieurs échantillons et a relevé des traces de contamination par des bactéries, des toxines, voire des métaux (mercure, plomb, arsenic…). 

Par conséquent, il est absolument essentiel de vérifier la traçabilité des compléments à base de spiruline, et de privilégier les circuits qui suivent la réglementation mise en place par les pouvoirs publics.

Enfin, en raison de sa forte teneur en certains éléments, il existe des cas particulier pour lesquels la consommation de spiruline est déconseillée. C’est le cas des personnes souffrant de : 

  • Hémochromatose
  • Insuffisance rénale
  • Phénylcétonurie 

Evidemment, si vous souffrez de n’importe quel trouble, demandez l’avis d’un professionnel de santé avant toute consommation de spiruline, même modérée.




Origine  

On sait désormais que la spiruline existe depuis au moins 3 milliards d’années, et qu’elle était utilisée par les Hommes dès le IXème siècle, sous l’Empire du Kanem ; les européens, eux, connurent son existence au XIIIème siècle, lors de la conquête du Nouveau Monde (en particulier de l’Amérique Centrale), car les Aztèques et les Incas avaient l’habitude d’en consommer quotidiennement. 

Au Tchad, elle est souvent collectée puis séchée et mangée avec le mil (nom qui désigne plusieurs espèces et variétés de céréales). 

Très populaire depuis les années 1970 dans les pays industrialisés, elle a été décrite en 1974 comme « meilleur aliment pour l’humanité au XXIème siècle » par l’Organisation Mondiale de la Santé, et comme « l’aliment idéal et le plus complet » par l’UNESCO, en raison de sa richesse nutritionnelle exceptionnelle.

Sources  

https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=spiruline_ps
https://www.naturaforce.com/bienfaits-complements/spiruline-naturelle/?cn-reloaded=1
https://www.consoglobe.com/spiruline-algue-100-bienfaits-3079-cg
https://sante.lefigaro.fr/article/spiruline-attention-aux-effets-indesirables/
https://www.lefigaro.fr/gastronomie/2017/09/16/30005-20170916ARTFIG00017-la-spiruline-une-algue-aux-mille-vertus.php
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2541346-spiruline-super-aliment-bienfait-danger/
https://www.spirulinefrance.fr/
https://naturalathleteclub.com/blog/spiruline-danger-effets-secondaires/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

araignées

Comment avoir une maison sans araignées?

By chez soi, Hygiène de vie, Maison

Comment avoir une maison sans araignées?

araignées

Peu de peurs réunissent autant de personnes que la peur des araignées, et nous sommes nombreux à rêver d’une maison qui en serait entièrement dénuée. On a beau savoir qu’elles peuvent nous aider à nous débarrasser des moustiques, mouches et autres insectes désagréables, on a tout de même pas envie de vivre sous le même toit qu’elles!

Si vous n’avez toutefois pas envie de les tuer ou si l’idée de les écraser vous répugne tout autant que leur présence, cet article est fait pour vous. Nous vous expliquons comment les faire fuir et s’assurer de ne pas les voir revenir.




Comment chasser les araignées de votre maison

Il existe de nombreuses façons d’éloigner les araignées sans faire appel aux produits chimiques et toxiques que l’on peut trouver dans les supermarchés et magasins spécialisés. Voici un grand nombre d’aliments et produits du quotidien que vous pouvez utiliser pour vous débarrasser des araignées de manière écologique.

1) Les marrons et les châtaignes

C’est peut-être l’une des astuces les plus anciennes pour lutter contre les araignées, et c’est aussi une astuce de saison. En effet, c’est en automne, quand les températures baissent, que les araignées ont tendance à rentrer chez nous. Et c’est également en automne que vous trouverez des marrons et des châtaignes par centaines!

Si vous avez un marronnier ou un châtaignier près de chez vous, n’hésitez donc pas à y faire appel pour éloigner les araignées. Plusieurs options s’offrent à vous.

Vous pouvez vous munir d’une poignée de marrons encore entourés de leur coquille verte. Coupez-les simplement en deux et déposez-les sur les rebords de vos fenêtres ainsi que dans les coins de vos pièces. Pensez à les changer chaque semaine pour qu’ils ne pourrissent pas et qu’ils ne perdent pas en efficacité.

Si vous n’avez pas de marrons, vous pouvez utiliser des châtaignes à la place. Cependant, dans ce cas, emparez-vous aussi des feuilles et des branches du châtaigner, qui vous aideront à augmenter l’efficacité de votre répulsif naturel. Déposez alors des branches de châtaignier au même endroit que les châtaignes et remplacez-les dès qu’elles sont sèches.

Quant aux feuilles de châtaignier, vous pouvez les allier aux branches et aux châtaignes pour préparer votre propre produit anti-araignées. Pour cela, ajoutez le tout dans une casserole d’eau, portez à ébullition et laissez infuser un moment. Une fois refroidi, versez le liquide obtenu dans un vaporisateur et vaporisez-le dans tous les coins fréquentés par les araignées.

Si les marrons et les châtaignes fonctionnent si bien pour éloigner les araignées, c’est grâce à leur odeur, que les araignées ne peuvent pas supporter. Si vous n’avez pas de marrons ou de châtaignes à portée de main, vous pouvez d’ailleurs faire appel à l’extrait de marron d’Inde. Mettez-en quelques gouttes sur le rebord de vos fenêtres et tous les points d’entrée de votre maison, ainsi que dans les coins des pièces et à tous les endroits qui sont très appréciés des araignées. Renouvelez l’opération toutes les 4 à 6 semaines.

2) Le vinaigre blanc

L’odeur du vinaigre blanc est aussi très peu appréciée des araignées, qui ont du mal à supporter les odeurs fortes de manière générale. Mélangez donc du vinaigre dans de l’eau, à hauteur d’un tiers de vinaigre pour deux tiers d’eau. Vaporisez le tout sur les contours de vos portes et fenêtres ainsi que dans les potentielles fissures et crevasses de votre maison, et répétez régulièrement.

La bonne nouvelle, c’est qu’en plus d’enlever toute envie aux araignées d’entrer chez vous, de cette manière vous éloignerez également les fourmis et les moustiques!

3) La menthe

L’huile essentielle de menthe poivrée fonctionne de la même façon que le vinaigre blanc. Remplissez votre vaporisateur d’un fond d’eau et ajoutez-y 8 à 10 gouttes d’huile essentielle. Vaporisez ensuite comme vous le feriez avec du vinaigre.

Si vous avez des animaux de compagnie, vous pouvez également utiliser de la menthe fraîche. Celle-ci fonctionne aussi bien que l’huile essentielle de menthe poivrée, mais est moins néfaste auprès des animaux. Dans ce cas, il vous suffit de déposer des feuilles de menthe fraîche à tous les endroits où vous vaporiseriez de l’huile essentielle. Remplacez-les dès qu’elles sont sèches.




4) Les agrumes

agrumes

Vous consommez beaucoup d’oranges ou de citrons? Au lieu de jeter les pelures à la poubelle, utilisez-les dans votre lutte contre les araignées! Frottez-les sur les endroits préférés des araignées, elles ne supporteront pas l’odeur que cela y laissera.

Vous pouvez aussi utiliser le jus de citron en le mélangeant à de l’eau, à quantités égales, et en pulvérisant le liquide dans tous les endroits fréquentés par les araignées. Autre solution encore : si vous avez de l’huile essentielle de citron sous la main, versez-en quelques gouttes sur vos plinthes, dans vos placards et dans tous les endroits dans lesquels vous avez l’habitude de trouver des araignées.

5) La pierre d’Alun

Si vous avez de la pierre d’alun en poudre, mélangez-en à de l’eau à hauteur de 80 à 100g de pierre d’Alun pour un litre d’eau. Vaporisez ensuite le mélange à tous les endroits stratégiques, qu’il s’agisse des endroits par lesquels les araignées peuvent rentrer ou des endroits qu’elles aiment déjà fréquenter.

6) Le cèdre

Qu’il soit sous forme de bloc, de copeaux ou d’un simple morceau ramassé près de chez vous, les araignées détestent le cèdre. Posez-en donc dans les coins de votre maison, dans vos armoires ou dans tout autre endroit qui vous semble approprié. Vous pouvez également entourer votre maison avec du paillis de cèdre pour dissuader les araignées de s’y approcher.

7) Les tomates

Les araignées ne s’approchent généralement pas des plants de tomates car elles n’aiment pas leurs feuilles. Collectez donc les feuilles des tomates que vous achetez ou de celles de votre jardin et disposez-les à tous les endroits d’entrée de votre maison. Changez-les dès qu’elles sont sèches, de manière à empêcher les araignées de rentrer chez vous.

8) La lavande

Vous préférez l’odeur de lavande à celles de marron, de vinaigre ou de tout autre produit que nous venons de citer? Ca tombe bien, la lavande dégage aussi une odeur que les araignées ont du mal à supporter!

Vous pouvez donc verser quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou déposer des branches de lavande à tous les endroits d’entrée de votre maison ainsi que dans les coins fréquentés par les araignées. Cela vous aidera à vous en débarrasser tout en parfumant votre maison.

… Et faire en sorte qu’elles ne reviennent pas

Chasser les araignées? C’est fait! Mais encore faut-il s’assurer qu’elles ne reviennent pas, même lorsque l’on oublie de renouveler le produit qui est censé les éloigner! Pour vous aider, voici plusieurs astuces qui vous permettront de limiter significativement l’invasion.

Tout d’abord, commencez par reboucher tous les trous et les fissures que vous trouverez dans vos murs, autour des portes et des fenêtres ainsi que partout ailleurs. Les araignées profitent en effet de toutes les fentes, même les plus petites, pour rentrer dans votre maison. Sans trous, elles perdront l’une de leurs principales voies d’entrées.

De plus, veillez à nettoyer régulièrement votre maison, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. À l’intérieur, partez à la chasse contre les restes de nourriture, qui ont tendance à attirer les araignées. Passez également l’aspirateur régulièrement et aspirez toutes les toiles que vous trouvez. N’oubliez pas non plus le gros nettoyage de printemps au moins une fois par an, pendant lequel il vous faudra notamment nettoyer l’intérieur de vos meubles et les déplacer pour accéder aux coins où vous n’allez jamais. À ce propos, notez que les araignées aiment s’installer dans les coins peu accessibles, car elles savent qu’elles y seront moins souvent dérangées. N’hésitez donc pas à passer régulièrement un coup de serpillère dans tous les endroits cachés de votre maison.

Quant à l’extérieur de votre maison, veillez à ne pas y laisser des amas de feuilles, de gazon tondu ou d’objets en tous genres. De manière générale, évitez le désordre à l’extérieur et veillez à avoir un jardin net et propre. En effet, c’est dans les tas en tous genres et les objets entassés auxquels on ne touche jamais que les araignées aiment s’installer car elles peuvent y avoir la paix.

Enfin, évitez au maximum les lampes extérieures. Celles-ci attirent les moustiques et autres insectes volants, qui attirent à leur tour les araignées! Si vous avez envie ou besoin de garder un éclairage à l’extérieur, essayez de le placer le plus loin possible de la maison ou de diriger la lumière vers le côté opposé à votre maison.

Grâce à tout cela, vous devriez vite pouvoir dire au revoir à ces désagréables visiteuses!

Et vous, vous avez aussi peur des araignées? Ou vous n’avez aucun problème à en laisser une ou deux chez vous?




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Send this to a friend