Skip to main content
Category

Relaxation

location vacances

Bien-être : et si vous misiez sur une cure de nature ?

By ailleurs, Dans la tête, Relaxation

Bien-être : et si vous misiez sur une cure de nature ?

location vacances

La nature a un impact direct sur notre bien-être : mythe ou réalité ? Ces dernières années, on a pu remarquer un mouvement de retour aux sources qui séduit de plus en plus de personnes. Et ce ne sont pas les adeptes de sylvothérapie et d’herboristerie qui vous diront le contraire ! Relaxation, bien-être des sens, du corps, mais aussi de l’esprit… Mais pourquoi la nature suscite-t-elle un tel engouement ? Juste Bien a mené l’enquête pour vous ; voici 5 bonnes raisons de miser sur la nature pour booster votre bien-être ! 




  1. La nature stimule l’efficacité du système immunitaire

Le saviez-vous ? Habiter dans une zone avec de grands espaces verts réduirait certaines maladies et affections comme l’hypertension, les infections respiratoires, ou les douleurs au niveau du dos par exemple. Il paraîtrait même que plus l’on passe de temps à proximité d’espaces verts, et plus les risques de développer du diabète ou du cholestérol baissent.

Certaines études japonaises expliquent que ce renforcement du système immunitaire serait dû à des substances produites par les arbres et la végétation : les phytoncides. Autrement dit, le simple fait de se promener en forêt et de respirer son air nous ferait profiter des bienfaits de la nature. Une bonne excuse pour choisir une location de vacances en pleine nature !

Et cette tendance paraît d’autant plus vraie lorsque l’on sait que le soleil joue lui aussi un grand rôle dans notre bien-être. Non seulement il nous aide à booster nos défenses naturelles pour lutter contre les virus et les bactéries, mais il nous permet aussi de produire de la vitamine D, cette substance indispensable pour renforcer nos os et assimiler le calcium.

Pas étonnant que le shinrin yoku, ou le bain de forêt, soit si bénéfique ! 

L’astuce Juste Bien : pour optimiser la production de vitamine D, il est conseillé de s’exposer une quinzaine de minutes au soleil, sans crème solaire. Attention : la peau ne doit pas rougir, pour ne pas attraper de coup de soleil ! Ce laps de temps est évidemment à adapter en fonction de votre tolérance au soleil. Dans tous les cas, il est fortement déconseillé de dépasser les 30 minutes d’exposition.

  1. Prenez soin de votre esprit : inspirez un grand coup d’air pur !

maison estonie

Ce n’est plus un secret : la nature a un effet positif sur notre moral. À tel point qu’il suffit simplement d’apercevoir un carré de verdure depuis la fenêtre du bureau pour nous sentir plus détendus

Baisse du rythme cardiaque, réduction de la production de cortisol (l’hormone du stress), tension artérielle plus basse… Pas de doute : la nature lutte contre l’anxiété et favorise le sentiment de détente, de relaxation… Et de bonheur !

D’ailleurs, de plus en plus de psychothérapeutes emmènent leurs patients faire un tour en forêt au lieu des traditionnels rendez-vous en cabinet. Il s’agit là d’une démarche située entre la balade thérapeutique et la psycho-randonnée. 

Aux États-Unis, il existe carrément un traitement que l’on appelle l’éco-thérapie. Le but : reconnecter les personnes en souffrance à la nature et à la terre. Ce courant de pensée part en effet du principe que notre santé (à la fois psychologique et physique) a besoin de contact avec la nature pour se développer correctement. Les patients qui souffrent de dépression, de stress chronique, d’anxiété ainsi que les personnes confrontées au deuil sont alors plongées en immersion dans la nature. 

De quoi apaiser à la fois le corps et l’esprit !

L’astuce Juste Bien : pour profiter pleinement des bienfaits de mère nature sur votre esprit et vous sentir parfaitement détendu(e), misez sur des excursions de 1h30 minimum. Vous pouvez vous promener, lire un livre sous un arbre, prendre votre tapis pour une séance de méditation… L’avantage ? Nul besoin de vous acharner : les effets sont perceptibles dès la première séance !

Et si vous habitez dans une grande ville loin de toute nature, pourquoi ne pas opter pour une maison en pleine forêt pour vos prochaines vacances ?

  1. Préservez votre intégrité physique : sortez vous promener !

La saviez-vous ? Marcher une heure en forêt, à un rythme normal, brûle en moyenne 500 calories. Les scientifiques le clament depuis des années : la marche est excellente pour la santé ! Non seulement elle permet de solliciter (et donc d’en prendre soin) les muscles de nos jambes, mais en plus elle protège et renforce notre système cardio-vasculaire.

Or, rien de tel qu’une balade en forêt pour joindre l’utile à l’agréable ! En plus, il s’agit d’un exercice que l’on peut pratiquer à n’importe quel âge…

L’astuce Juste Bien : optez pour des balades de 30 minutes minimum dans une forêt ou un parc pour préserver votre santé. Dans l’idéal, il recommandé de pratiquer cette activité 150 minutes par semaine. Vous ne parvenez pas à y consacrer autant de temps ? Pas de problème : chaque minute compte et contribue à vous faire profiter des bienfait de la nature !




  1. La nature démultiplie notre créativité

C’est là un fait assez peu connu : les promenades dans la nature, loin du stress des villes et des technologies, permettent de stimuler notre cerveau, et en particulier la partie créative. Certaines études parlent même d’une amélioration de la créativité de près de 50 % ! La condition de ce développement : profiter des paysages qui s’offrent à nous…

L’astuce Juste Bien : quel que soit le coin de nature où vous vous trouvez, quel que soit le temps que vous y passez, déconnectez ! Éteignez votre portable, votre ordinateur, votre montre connectée et tous les appareils susceptibles de vous distraire. Fermez les yeux, inspirez, reconnectez-vous à la nature. En un mot, profitez à fond de votre escapade ! 

Alors on n’hésite plus et pour nos prochaines vacances, on loue une maison en pleine nature pour profiter de la beauté des paysages français !

  1. Des problèmes de sommeil ? La mer est votre alliée !

Il n’y a pas que la forêt qui est bonne pour nous : la mer et l’océan aussi ! Et ce, parce que l’air marin est riche en iode. Or, l’iode participe au bon fonctionnement et à l’équilibre du système thyroïdien, et les ions négatifs (présents dans l’air marin) permettent une très bonne oxygénation de l’organisme. 

Or, certaines études tendent à montrer que ces éléments permettent de mieux dormir : l’endormissement se fait plus rapidement et le sommeil est beaucoup plus réparateur. Pas étonnant que les thalassothérapies soient si prisées !

L’astuce Juste Bien : pour passer une bonne nuit, rien de tel qu’une journée à la mer, à respirer l’air chargé d’embruns à pleins poumons !

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

thym séché infusion

Thym: 5 bienfaits étonnants des infusions et tisanes

By chez soi, Plantes et Jardin, Relaxation, Soins

Bienfaits des infusions et tisanes de thym

thym séché infusion

Connu depuis la nuit des temps, le thym est une plante utilisée couramment dans la cuisine méditerranéenne. Mais connaissez-vous l’ensemble de ses propriétés? Véritable concentré de bienfaits pour la santé, le thym combat les infections respiratoires et la fatigue hivernale. Il aide également au confort digestif et possède des vertus extraordinaires pour la santé et la beauté. Découvrons ensemble les utilisations qu’il propose, et comment réaliser vos infusions à la maison.




Histoire du thym

Le thym est une plante médicinale aromatique bien connue, que l’on retrouve dans la plupart des jardins d’Europe occidentale et du Sud. Très courant à l’état sauvage et reconnaissable à son arôme puissant, il comporte de très petites fleurs de couleur blanche ou rose, regroupées en grappes denses pouvant atteindre 40 cm de hauteur. Particulièrement  renommé pour ses puissantes vertus protectrices de l’organisme, il est utilisé depuis l’Antiquité pour combattre les infections, revitaliser et renforcer l’immunité.

Il n’est pas vraiment possible de dater avec précision les premières utilisations du thym. En revanche, on sait déjà que les Égyptiens et les Étrusques utilisaient du thym dans leurs onguents (parmi d’autres ingrédients) pour embaumer leurs morts. D’ailleurs, le terme « thymus » signifiait à l’époque « parfumer » !

Les Grecs et les Romains, eux aussi, l’utilisaient beaucoup. Les Grecs faisaient brûler du thym sur les places publiques, devant les autels dédiés aux dieux et dans les maisons car ils pensaient que cette plante décuplait le courage. Il était donc très courant de faire brûler des bottes de thym pour purifier l’air intérieur, d’en manger et d’en mettre dans les bains avant de partir au combat. Galien, le célèbre médecin grec à l’origine de la médecine européenne, affirmait que “le thym est propre à nettoyer les parties nobles du corps et à jeter hors toutes les fluidités de la poitrine”.

Les Romains, de leur côté, ont contribué à la large diffusion du thym en Europe. Ils s’en servaient surtout pour créer des produits cosmétiques (baume de jeunesse, eau de toilette…), comme purificateur (en brûlant du thym dans les maisons), et comme exhausteur de goût. Il n’était en effet pas rare de rajouter du thym dans les fromages et les liqueurs pour en développer les arômes.  

Au Moyen-Age, le thym a conservé son aura d’amplificateur de courage. Ainsi, lors des Croisades, les femmes et les jeunes filles avaient coutume de broder des abeilles voletant près de branches de thym sur les pièces d’étoffes qu’elles offraient ensuite à leurs chevaliers. Les sorcières, elles, utilisaient le thym pour fabriquer des philtres d’amour. Par ailleurs, on pensait que pour  favoriser le sommeil et lutter contre les cauchemars et les mauvaises humeurs, il suffisait de placer du thym sous les oreillers. Enfin, il n’était pas rare de placer des branches de thym sur les cercueils, car cette plante était censée faciliter le passage de l’âme vers l’au-delà.

Encore aujourd’hui, le thym est réputé pour ses nombreuses vertus médicinales. Dans le langage des fleurs, cette plante est synonyme de courage, de créativité, d’énergie physique et d’amour durable.

Principes actifs du thym 

Le thym a la particularité d’être riche en huile essentielle, ce qui en fait une herbe aromatique très prisée. Les composants du thym sont assez nombreux, en particulier dans ses huiles essentielles :  il contient du thymol, un anti-infectieux puissant, du carvacrol, un tranquillisant naturel, ainsi que d’autres phénols (géraniol, linalol, carvacrol), mais également des flavonoïdes, conférant aux plantes leurs propriétés antioxydantes.

Il existe plus de 300 variétés de thym différentes, parmi lesquelles le thym commun, le thym alpestre ou encore le thym citron. Si leurs propriétés médicinales diffèrent légèrement d’une variété à l’autre, leur point commun reste leurs bienfaits pour la santé et la beauté, grâce à cinq grandes propriétés que nous allons voir ensemble.

Les 5 grandes propriétés médicinales de l’infusion de thym

1. Un stimulant puissant du système immunitaire

Le thym est la plante protectrice de l’immunité par excellence. Naturellement riche en phénols, il possède des vertus antiseptiques, antibiotiques et antibactériennes majeures. Il est particulièrement efficace contre les affections des voies respiratoires fréquentes en hiver, liées au refroidissement et aux infections, et son action contre la bronchite a été démontrée lors d’études cliniques.

Il est fréquemment utilisé en tisanes pour aider à combattre le rhume, et en gargarismes pour calmer les maux de gorge et les infections orales. Ses propriétés expectorantes en font également un allié de choix pour traiter la toux : il fluidifie et aide à évacuer le mucus des voies respiratoires, facilitant ainsi la respiration. Bénéficiez de ses atouts en cas de bronchite, d’asthme, de grippe, de laryngite, sinusite ou encore de maladies plus sévères telle que coqueluche.

Comme nous allons le voir par la suite, ses propriétés anti-infectieuses ne se cantonnent pas au système respiratoire : il stimule et renforce le système immunitaire de tout l’organisme.

2. Des propriétés antioxydantes

Le thym est une source intéressante de flavonoïdes, composés présents dans certaines plantes et reconnus pour leur pouvoir antioxydant. Il lutte ainsi contre les dommages causés par les radicaux libres, des molécules très réactives qui seraient impliquées dans l’apparition de certains cancers et de maladies liées au vieillissement. Il se situerait parmi les fines herbes les plus riches en antioxydants, d’où l’intérêt de le consommer régulièrement : pensez à lui dans la cuisine !

3. Un défenseur du système uro-digestif

Pour la digestion, le thym est une plante qui stimule l’appétit et soulage de nombreux maux. Ses propriétés carminatives aident à réduire les gaz, tandis que les phénols qu’il contient lui confèrent une action antispasmodique permettant de soulager les crampes intestinales. On recommande ainsi la tisane de thym en cas de digestion difficile, de ballonnements ou d’aérophagie. Ses actifs antiseptiques et antiparasitaires permettent par ailleurs de lutter contre les troubles digestifs tels que la diarrhée ou les vers intestinaux.

En ce qui concerne les infections urinaires, la tisane de thym aide à combattre les cystites, urétrites ou encore prostatites. Elle permettrait également de réguler le cycle menstruel.

4. Une source de minéraux essentiels

Le thym est habituellement consommé comme assaisonnement et donc en faibles quantités, alors que ses bienfaits pour la santé sont vastes et bien souvent sous-estimés. Le thym déshydraté est en effet une excellente source de fer, essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs. La quantité utilisée dans une tasse d’infusion de thym fournit environ 20% de la valeur recommandée.

La tisane de thym est également une excellente source de vitamine K, nécessaire pour la fabrication de protéines qui jouent un rôle dans la coagulation du sang et participant aussi à la formation des os. Deux cuillerées à café de thym séché fournissent ainsi 60% de la valeur quotidienne recommandée.

Il  constitue une bonne source de manganèse, agissant comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques, et de calcium, qui contribue à la bonne formation des os, des dents et au maintien de leur santé. Le calcium a aussi un rôle essentiel dans la contraction des muscles, dont le coeur.

Enfin, le thym frais est également une source de vitamine C, qui protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.




5. Un allié beauté de choix

Grâce à ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes, l’infusion de thym peut être utilisée par voie externe pour lutter contre les infections de la peau, soigner les plaies et calmer boutons et rougeurs. Appliquez une compresse imbibée d’infusion pour soulager les coups de soleil, les petites blessures, écorchures et ecchymoses. Son efficacité est par ailleurs reconnue pour le traitement des mycoses, de l’herpès, et plus largement pour tout un panel d’affections cutanées, allant jusqu’au zona.

Pour l’ensemble des soins buccaux et dentaires, l’infusion de thym peut être utilisée en bain de bouche ou en gargarisme : elle soigne et conserve la bonne santé des dents et des gencives, lutte contre la mauvaise haleine et les caries.

Après le démaquillage, remplacez votre tonique habituel par une infusion refroidie pour un effet purifiant et vivifiant.

Pour tonifier l’ensemble du corps, versez un litre d’infusion de thym dans votre bain. Cela permet de soulager les rhumatismes, l’arthrite ainsi que les douleurs musculaires. Enfin, pour soulager le pied d’athlète et les ongles incarnés, trempez les pieds dans une bassine remplie d’infusion.

Concrètement, quels sont les bienfaits du thym pour la santé ?

Certes, nous venons d’évoquer les grandes propriétés médicinales du thym. Mais voici de manière plus précise ses effets sur la santé : 

En tant qu’immunostimulant :

  • Il stimule les systèmes immunitaires qui ont tendance à se laisser souvent déborder par des bactéries et des virus
  • Il permet de lutter contre les infections respiratoires chroniques (pharyngite et laryngite, toux, bronchites…) ainsi que contre d’autres maladies plus sévères (coqueluche et mononucléose notamment)
  • Il aide à soigner et éviter les infections qui touchent la sphère ORL
  • Il permet de soulager les symptômes liés aux allergies respiratoires : rhume des foins, asthme, allergie au pollen ou au graminées…
  • Il aide l’organisme à se défendre contre les rhinites, les grippes, les sinusites…
  • Il contribue au renforcement du système immunitaire pour les personnes immuno-déprimées suite à des traitements lourds (cancers, tumeurs, etc.)
  • Il lutte contre les infections urinaires, les vaginites, les mycoses, les irritations vaginales
  • Il constitue un excellent désinfectant (à la fois pour les plaies et pour l’air des pièces de la maison par exemple)

En tant que combattant des indésirables :

Le thym aide à se débarrasser d’un certain nombre de nuisibles, comme les poux et la pédiculose ainsi que les moustiques. 

En tant qu’antidouleur :

  • Le thym aide à soulager les douleurs ostéopathiques ou bien celles liées à l’arthrose et aux rhumatismes
  • Il permet également de soulager les névralgies (les douleurs liées aux nerfs), en particuliers lorsqu’elles sont liées à des problèmes articulaires, musculaires ou dentaires

En tant que cosmétique :

  • Le thym est excellent pour lutter contre les peaux grasses
  • Il aide aussi à combattre diverses affections liées à la peau comme l’acné, l’eczéma, l’herpès, la varicelle, les zonas…

En tant que stimulant et énergisant : 

  • De manière générale, le thym est un bon remède à la fatigue chronique et au manque d‘énergie
  • Il aide aussi à soulager les effets de l’hypotension artérielle
  • C’est là une vertu moins connue, mais le thym est un excellent aphrodisiaque !

Focus sur la santé bucco-dentaire :

S’il est un domaine pour lequel le thym est particulièrement utilisé et apprécié, c’est bien l’hygiène de la bouche. Et pour cause : il s’agit d’une plante très efficace pour : 

  • Soigner les infections et les douleurs de la gorge (angines, etc.)
  • Soulager les extinctions de voix et enrouements
  • Désinfecter la bouche
  • Soulager les aphtes, soigner l’herpès labial
  • Lutter contre les gingivites, les saignements et les faiblesses des gencives

Quel thym choisir?

Le thym se déploie en un grand nombre de variétés : il existe plus de 300 espèces différentes ! Chacune présentant un goût légèrement différent que les autres. À moins que vous soyez un expert dans le domaine, il se peut donc que vous ayez du mal à faire votre choix. Pour vous aider, voici trois variétés de thym qui sont délicieuses en tisanes.

1) Le thym commun

Le thymus vulgaris, ou thym commun, est sûrement la plus connue et la plus utilisée des variétés de thym. Très utilisé dans la cuisine provençale, on le retrouve notamment dans le bouquet garni. On l’utilise généralement dans les plats salés mais il est aussi très bon en tisane.

2) Le thym citron

Comme son nom l’indique, c’est un thym à la saveur citronnée. Sans surprise, il est donc délicieux en tisane!

3) Le thym orange

Même principe, mais on change d’agrume ! Si vous préférez la douceur de l’orange à l’acidité du citron, tournez-vous vers ce type de thym. Il donnera à vos tisanes un délicieux parfum d’orange.

Comment préparer votre infusion au thym?

Le thym peut être consommé frais, séché ou encore directement sous la forme d’huiles essentielles, réservée aux affections plus sévères.

Pour réaliser votre tisane, mettez environ 10 g de thym frais à infuser dans 1 litre d’eau bouillante. Laissez reposer pendant 10 minutes, filtrez et ajoutez éventuellement le jus d’un citron biologique et deux cuillères à soupe de miel. Si vous préparez votre infusion à base de feuilles de thym séchées, cela correspond à peu près à une dose de 8 cuillères à café. Buvez votre infusion de thym bien chaude, car la vapeur est efficace contre les maux de l’hiver. Il est conseillé de boire 3 à 4 tasses d’infusion de thym par jour, mais pas davantage.

S’il est frais, le thym peut tout à fait remplacer le thé ou le café du matin. Si vous ne disposez que d’huile essentielle de thym, vous pouvez en diluer 3 gouttes dans une tasse remplie d’eau bien chaude.

Dans le cas où vous disposeriez d’une source de thym frais à proximité, n’hésitez pas à le récolter et à le faire sécher. L’idéal est de faire sécher les branches au soleil puis de les disposer à plat sur un papier ou un treillage fin, dans un endroit sec et aéré. Quand le thym sera sec, conservez-le au frais et au sec dans une boite en fer ou un bocal en verre se fermant bien. Pour les moins chanceux, nous vous conseillons d’utiliser du thym séché certifié bio pour éviter de faire infuser toutes sortes de pesticides et produits chimiques que l’on aurait vaporisé sur le thym avant de l’emmener en magasin. Si vous optez pour une huile essentielle, le thym linalol est tout particulièrement recommandé, car il est à la fois puissant et polyvalent, et moins agressif pour la peau que le thym à thymol.

À noter que si vous désirez utiliser le thym pour soigner une affection, quelle qu’elle soit, mieux vaut attendre que les premiers symptômes soient déjà apparus. En outre, pour démultiplier les effets du thym, vous pouvez l’associer à d’autres épices ou plantes : 

  • Les clous de girofle, l’origan et la cannelle pour leurs propriétés désinfectantes et antibactériennes, ce qui permet de lutter d’autant plus efficacement contre les maladies virales et bactériennes
  • Le curcuma et le gingembre, afin de renforcer l’efficacité de votre système immunitaire et votre vitalité

Comment utiliser le thym en cuisine ?

Il faut savoir que le thym frais a un goût plus fort que le thym séché. N’hésitez donc pas à partir en cueillette ! Une fois cueilli, le thym peut se conserver pendant plusieurs jours au réfrigérateur. De manière générale, pour conserver le thym tout au long de l’année, 3 solutions s’offrent à vous : 

  • Le faire sécher : il vous suffit de l’attacher avec une ficelle pour lier les branches, puis de le suspendre dans une pièce aussi peu humide que possible. Une fois qu’il est sec, vous pouvez conserver votre thym dans des récipients en verre
  • Le congeler : vous pouvez aussi placer les feuilles de thym dans un sac de congélation avant de les mettre au congélateur
  • Le conserver dans de l’huile : mettez les feuilles de thym dans un bocal en verre et remplissez-le d’huile

Une fois ceci en tête, sachez que plusieurs options sont possibles pour cuisiner avec du thym.

1) Le thym en assaisonnement

Pour parfumer vos plats, rien de tel que de découper en petits morceaux votre thym pour en saupoudrer ensuite vos viandes, poissons et légumes. Si vous êtes adepte des barbecues, vous pouvez également jeter sur les braises quelques branches de thym. Elles parfumeront agréablement vos aliments lors de leur cuisson !

2) Le thym sous forme de bouquet garni

C’est là la technique la plus couramment utilisée. Le plus souvent, il suffit de lier quelques branches de thym à d‘autres herbes aromatiques : du laurier, du persil, de l’origan, du basilic, du romarin… Vous pouvez varier les plaisirs à l’infini ! 

Il vous suffit ensuite d’utiliser ce bouquet comme un sachet de thé : laisser-le tremper et infuser dans vos marinades, courts-bouillons, soupes, ragoûts, fumets… Plaisir gustatif garanti !

3) Le thym dans les sauces

Le thym est l’ingrédient roi pour accompagner les sauces à base de tomate ! Le résultat obtenu est idéal pour accompagner vos pâtes, pizzas, potages… Vous pouvez également le mélanger à des sauces à base de champignons : le thym agit alors comme un subtil exhausteur de goût !

4) Le thym en dessert

C’est moins courant, mais le thym peut aussi être utilisé pour parfumer les desserts comme les glaces, les bonbons, les sorbets… Vous pouvez soit décider de le laisser infuser (pour les crèmes ou les sorbets par exemple) ou bien choisir d’en émietter quelques branches sur vos tartes ou confitures, entre autres.

Faut-il consommer le thym avec précaution?

Si vous ne souffrez d’aucune maladie et ne suivez aucun traitement médicamenteux, le thym n’a pas de contre-indications particulières pour vous. Il vous faudra seulement veiller à ne pas boire plus de 3 ou 4 tasses d’infusion de thym par jour pour éviter des effets indésirables dus à une surconsommation. Lorsqu’il est consommé en trop grandes quantités, le thym peut en effet devenir toxique et irriter les muqueuses.

En revanche, les infusions de thym sont déconseillées si vous prenez des médicaments anticoagulants, si vous souffrez de diabète ou d’hypoglycémie ou si vous suivez un traitement contre l’hypertension. Dans ce cas, demandez l’avis de votre médecin avant d’en consommer en quantités importantes

De plus, la consommation du thym est déconseillée aux personnes souffrant d’allergies aux plantes de la famille des labiées (menthe, sauge, romarin, etc.) ainsi qu’aux enfant de moins de 6 ans. Pendant la grossesse et l’allaitement, les femmes devraient également éviter la consommation de tisane de thym car ce dernier pourrait mettre leur grossesse en danger.

Enfin, ne consommez jamais d’huile essentielle de thym pure par voie orale, et ne l’utilisez que diluée sur la peau.

En conclusion

Ainsi, le thym est l’une des plantes les plus puissantes en phytothérapie pour soutenir le système immunitaire, et gagne à être utilisé au quotidien. Pensez aux infusions en cas de coup de froid, mais également à l’intégrer en tant qu’aromate dans la cuisine, votre corps vous dira merci ! Avez-vous trouvé ces conseils utiles? N’hésitez pas à partager cet article et à nous faire part de vos astuces.

Sources

http://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/thym.htm
http://mr-ginseng.com/thym/
http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=thym_nu
http://www.mr-plantes.com/2014/12/infusion-de-thym/
http://www.aujardin.info/fiches/thym-bienfaits.php
http://www.phytomania.com/thym.htm
https://lapetiteherboristerie.fr/blog/article/thym-commun
https://www.marciatack.fr/utiliser-thym-de-cuisine/

A propos de l’auteur

Emeline Fresnel – PhD en Ingénierie Biomédicale (Université de Rouen), R&D scientifique à KerNel Biomedical

Linkedin

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

matelas nettoyer

Comment nettoyer un matelas en fonction de son matériau de fabrication ?

By chez soi, Produits, Relaxation, Sommeil

Comment nettoyer un matelas en fonction de son matériau de fabrication ?

matelas nettoyer

Pour préserver la qualité de votre literie, il est important d’en prendre soin – notamment en la nettoyant régulièrement. Et cette préservation inclut aussi le matelas ! Seulement voilà : les précautions à prendre ne sont pas forcément les mêmes en fonction du type de matelas que vous avez choisi. En effet, il existe des produits qui peuvent être très efficaces pour nettoyer certaines matières et en abîmer d’autres ! Voici donc quelques recommandations pour vous aider à faire le tri et à nettoyer votre matelas sans lui causer de dommage. 




Pourquoi est-il important de nettoyer son matelas ?

En moyenne, un bon matelas dure environ une vingtaine d’années. Autrement dit, votre matelas vit en même temps que vous ! Ce qui signifie que malgré la plus grande vigilance, il est normal qu’un matelas finisse par être tâché par diverses substances (sueur, eau, sang, salive, urine, café…). Avec le temps et l’usure, il se peut même qu’il perde sa blancheur d’origine et commence à jaunir – ce qui n’est pas toujours très esthétique ni agréable.

Par ailleurs, au quotidien, les poussières et les indésirables s’accumulent dans les matelas ; et ce, même si vous avez l’habitude de passer l’aspirateur régulièrement dans la pièce. Le problème, c’est que les poussières sont particulièrement propices au développement des acariens et autres parasites. Ce qui peut poser des problème pour la santé des dormeurs… Les acariens sont en effet la cause de nombreuses allergies, qui se manifestent avec des symptômes plus ou moins graves (rhumes, asthme), mais aussi parfois la cause de problèmes de peau (eczéma, démangeaisons, rougeurs, éruptions cutanées…).

Et ce n’est pas tout : les matelas peuvent aussi voir se développer toutes sortes de bactéries et de moisissures, ce qui peut devenir un réel problème pour l’hygiène et la santé, surtout chez les personnes âgées et les jeunes enfants.

Nettoyer son matelas régulièrement est donc une nécessité, non seulement pour le confort des dormeurs mais aussi pour leur santé !

À quelle fréquence nettoyer un matelas ?

Dans l’idéal, il est conseillé de dépoussiérer (à l’aide d’un aspirateur) votre matelas environ une fois par mois. Pour les nettoyages qui visent à une désinfection plus en profondeur (destruction des bactéries et des acariens), misez sur une moyenne de deux fois par an à peu près. 

Voici ci-dessous quelques astuces pour les nettoyages en profondeur.

Comment nettoyer un matelas en latex ?

nettoyer matelas

Pour ne pas abîmer le latex, ce type de matelas ne doit surtout pas être lavé à grande eau. À la place, préférez des mélange à base d’eau tiède et de l’un des produits suivants au choix : 

  • Du liquide vaisselle
  • Du vinaigre blanc
  • De l’eau oxygénée

Imbibez une éponge de l’une des solutions, puis essorez-la. Attention à ne pas tremper le cœur du matelas ! Vous pourriez l’abîmer de manière irréversible. Utilisez l’éponge pour frotter délicatement le matelas. Rincez à l’eau claire, puis séchez le matelas (soit en utilisant un sèche-cheveux sur froid, soit en aérant la pièce pendant plusieurs heures, soit en sortant votre matelas à l’air libre). 

Comment nettoyer un matelas en mousse ?

Pour nettoyer un matelas en mousse, on utilise principalement deux types de mousses : la mousse en polyester et la mousse en polyuréthane. Pour les nettoyer et les désinfecter correctement, deux options s’imposent : l’ammoniaque et les cristaux de soude.

Il vous suffit de choisir l’un de ces deux produits (privilégier l’ammoniaque pour les matelas vraiment sales et fortement tâchés, les cristaux de soude pour les matelas moins marqués) pour préparer une solution adaptée, que vous utiliserez ensuite pour nettoyer le matelas : 

  • Si vous choisissez l’ammoniaque, diluez-en environ trois cuillères à café dans un litre d’eau tiède et ajoutez-y quelques gouttes de lessive. Attention à bien utiliser des gants et à couvrir votre bouche et votre nez avec un masque pour ne pas respirer les vapeurs du mélange ! Cela peut être dangereux.
  • Si vous choisissez les cristaux de soude, mélangez environ une tasse de cristaux dans un litre d’eau tiède. Là aussi, utilisez des gants de protection. 

Lorsque votre solution est prête, il vous suffit de tremper (toujours en vous protégeant de vos gants) une éponge dedans. Essorez consciencieusement l’éponge (la mousse du matelas ne doit surtout pas être trempée sous peine d’être très abîmée) puis utilisez-la pour frotter l’ensemble du matelas et faire disparaître les tâches. Rincez ensuite le matelas avec une éponge trempée dans de l’eau claire (et essorée). Laissez le tout sécher entièrement (dans l’idéal dehors au soleil), et votre matelas sera parfaitement nettoyé.

Comment nettoyer un matelas en mousse mémoire de forme ?

Pour les mousses à mémoire de forme, vous ne devez jamais utiliser de produits dits « durs » comme la javel, le borax ou le peroxyde d’hydrogène. Ce sont des substances qui abîment beaucoup trop cette mousse spécifique. Ne trempez pas non plus le matelas et pour le sécher, n’utilisez pas de chaleur intense (si vous utilisez un sèche-cheveux, mettez-le sur une température froide).

Pour nettoyez ce genre de matelas, vous pouvez utiliser du bicarbonate de soude, que vous pouvez saupoudrer sur le matelas. Après l’avoir laissé poser quelques temps, ôtez-le avec un aspirateur. Si vous désirez insister sur des tâches, vous pouvez mélanger le bicarbonate à de l’eau tiède et du vinaigre blanc. Utilisez ensuite une éponge pour frotter et rincez à l’eau claire, puis laissez sécher. 




Comment nettoyer un matelas avec un garnissage en fibres naturelles (coton, bambou, coco) ?

Pour ces trois éléments naturels, vous pouvez utiliser un seul et unique remède : le bicarbonate de soude ! Mais attention : il ne s’utilise pas de la même façon pour les trois… 

  • Le bambou peut être nettoyé avec un mélange d’eau et de bicarbonate de soude, ou bien d’eau et de lessive au soude. Vous pouvez aussi ajouter du vinaigre blanc au mélange pour un maximum d’efficacité. Il vous suffit ensuite de frotter le matelas avec une éponge imbibée de solution (sans le tremper !), puis de rincer à l’eau claire et de sécher. Si vous désirez cibler spécifiquement les acariens, vous pouvez aussi ajouter à votre préparation quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou de menthe.
  • Le coton, lui, peut être nettoyé avec un mélange de bicarbonate de soude et d’huile essentielle d’arbre à thé (pour lutter contre les mauvaises odeurs). Il vous suffit pour cela de mélanger environ 300g de bicarbonate à 5 gouttes d’huile essentielle à peu près, puis de saupoudrer le tout sur le matelas. Arès avoir laissé agir pendant 60 minutes au minimum, aspirez le tout. Vous avez besoin de lutter contre des tâches particulièrement difficiles à ôter ? Diluez 3 verres de cristaux de soude dans de l’eau très chaude et frottez le matelas avec une éponge imbibée de produit. Rincez à l’eau claire et laissez sécher !
  • Les fibres de coco, enfin, sont très sensibles à l’eau, qu’elles supportent très mal. Pour les nettoyer, mieux vaut donc privilégier le bicarbonate au saupoudrer puis à aspirer. En cas de tâches particulièrement tenaces, vous pouvez aussi utiliser du vinaigre : il vous suffira alors de les frotter délicatement puis de rincer tout aussi précautionneusement. 

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

noel sport

Comment rebooster l’énergie après le rush de Noël ?

By Activités, dans le corps, Produits, Relaxation

Comment rebooster l’énergie après le rush de Noël ?

noel sport

Fatigue, douleurs, manque de tonus… Les maux et problèmes de santé qui apparaissent au lendemain des fêtes sont souvent très nombreux. Ils sont néanmoins très faciles à combattre, et ce, avec plusieurs méthodes de soin et des techniques de relaxation. Retrouvez dans cet article les astuces à employer pour rebooster efficacement son énergie après la fête de Noël.




Avoir une bonne hygiène de vie

Pour rebooster son énergie après la fête de Noël, il est souvent conseillé d’adopter une bonne hygiène de vie. Pour cela, il suffit de consommer des repas sains et équilibrés et d’avoir un sommeil de qualité.

Pour ce qui est des repas sains et équilibrés, vous devez limiter la consommation des aliments trop riches et consommer plus de fruits et de légumes. Ainsi, vous allez aider votre organisme à récupérer beaucoup plus facilement et à mieux combattre certains maux ou à garder la forme.

D’autre part, pour bénéficier d’un sommeil de qualité, essayez d’avoir des moments de relaxation et de détente avant de vous endormir. De plus, vous devez rester loin de vos écrans de télévision et de vos smartphones, car la lumière de ces appareils ne permet pas souvent de vite s’endormir.

Par ailleurs, n’oubliez pas de vous faire plaisir ! Avec des soldes et des promos d’après-Noël, vous pouvez acquérir de nombreux produits à des prix très avantageux et vous chouchouter un peu. Découvrez par exemple des codes de réduction Notino.

Consommez beaucoup de vitamines

Afin de combattre la fatigue et de retrouver rapidement la forme, vous pourrez aussi consommer beaucoup de vitamines juste après les fêtes. Cette prise de vitamines peut s’étendre sur une vingtaine de jours, voire un peu plus.

En outre, pour booster suffisamment votre énergie, il suffit de consommer des vitamines C et des produits contenant du ginseng, du magnésium et du fer. De même, les aliments riches en vitamines B et en minéraux doivent aussi être suffisamment consommés pour avoir du tonus et de la vitalité.

Cependant, notez qu’il est essentiel d’éviter la surconsommation de vitamines pour ne pas engendrer d’autres problèmes de santé. De plus, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé avant de consommer des vitamines, car ces experts peuvent vous éviter de consommer des produits non adaptés à vos besoins.

Faire des exercices physiques et de la méditation

En plus de permettre au corps de retrouver son énergie, ces activités améliorent aussi la santé mentale et apportent beaucoup plus de sérénité. En effet, elles permettent de calmer le système nerveux, ce qui diminue l’anxiété, le stress et d’autres pathologies.

D’un autre côté, il est aussi important de s’accorder du temps de repos après les fêtes pour souffler, mais également pour être moins fatigué et se recentrer sur d’autres choses. De plus, n’hésitez pas à prendre des rendez-vous pour vous faire masser par des professionnels afin de vous ressourcer beaucoup plus rapidement. Qui plus est, les balades en forêt et au bord de la mer permettent aussi de mieux se sentir au lendemain des fêtes et sont beaucoup plus conviviales lorsqu’elles s’effectuent en groupe ou entre amis.




Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

therapie

L’analyse transactionnelle : Définition, principes, bienfaits

By Dans la tête, Relaxation

L’analyse transactionnelle : Définition, principes, bienfaits

therapie

On en parle de plus en plus, mais elle reste pourtant une notion un peu obscure. Qu’est-ce que l’analyse transactionnelle ? À quoi ça sert ? Comment ça marche ? Voici de quoi répondre à vos questions !




Qu’est-ce que l’analyse transactionnelle exactement ?

L’analyse transactionnelle (parfois appelée aussi AT) est une théorie psychologique ainsi qu’une méthode de psychothérapie mise au point dans les années 1950 par Éric Berne, un psychiatre américain. Elle a pour but d’aider chacun à adapter et améliorer sa capacité à échanger et à communiquer avec les autres. 

L’analyse transactionnelle est apparue en France dans les années 1970. D’abord uniquement utilisée dans le domaine de la psychothérapie, elle a progressivement été adaptée au monde de l’entreprise : services commerciaux, départements marketing, gestion d’équipe… Les plus grandes entreprises du monde y ont régulièrement recours !

Il existe sur internet des formations en ligne pour ceux qui s’intéressent à ce sujet notamment sur le site maformation-privee.com

Sur quels principes repose l’analyse transactionnelle ?

L’AT part du principe que chaque personne possède trois facettes de personnalité : l’enfant, le parent et l’adulte. C’est ce que l’on appelle les trois états du « moi ». Ces trois états du moi, ou ces trois facettes de personnalité, coexistent chez chacun d’entre nous, et s’expriment différemment en fonction des circonstances auxquelles nous sommes confrontés.

L’analyse transactionnelle conduit à s’interroger sur ces trois facettes intérieures afin de mieux se connaître, de mieux comprendre les autres et de mieux échanger.

À quoi correspondent les 3 états du « moi » ?

Selon l’AT, les trois états du moi se forment au cours de l’enfance et constituent la structure de notre personnalité. Tous les états sont aussi importants les uns que les autres, et ce sont eux qui déterminent la qualité de nos rapports interpersonnels et de notre comportement dans la vie. Ces trois états peuvent être décrits ainsi : 

  • L’état enfant, d’où nous vienne nos facultés de créativité, de jeu, d’intuition, ainsi que nos pulsions et nos sentiments. L’état enfant peut aussi bien être spontané, intuitif et créateur que rebelle, soumis ou capricieux. 
  • L’état parent, lui, est le siège de nos réflexes de responsabilité, de protection et de réconfort. C’est lui qui véhicule nos valeurs, nos normes, notre sens de l’éthique, notre respect d‘autrui. L’état parent peut aussi bien être salvateur, nourricier et civilisé que critique, dévalorisant et contraignant.
  • L’état adulte, enfin, est à l’origine d’un comportement rationnel et opératoire. Ni négatif ni positif, l’état adulte est très neutre : il analyse, réfléchit, prend du recul et raisonne sans préjugé. Il étudie les situations pour trouver les meilleures solutions possibles.

Pour s’approcher d’un psychisme « idéal », il faudrait tendre à ce que chaque état du moi intervienne au bon moment. Malheureusement, il arrive souvent que l’un des états du moi soit trop mis de côté – ou au contraire trop accentué – ou encore utilisé uniquement de manière négative. Ce blocage a pour conséquence de nous figer dans un état particulier, ou bien de nous faire agir toujours de la même façon, quand bien même la réaction n’est pas adaptée à la situation. 

Quels sont les bienfaits de l’analyse transactionnelle ?

Le principal bienfait de l’analyse transactionnelle est de nous aider à mieux nous comprendre. À la base, l’analyse transactionnelle a été conçue comme un outil thérapeutique facile à comprendre et à appliquer pour aider les personnes en difficulté à changer en profondeur. Mais les utilisations de l’analyse transactionnelle se sont depuis élargies. Voici quelques-unes de ses fonctions aujourd’hui : 

  • Comprendre comment une personnalité s’est construite dès l’enfance, et comment elle s’est développée au cours du temps en fonction des décisions et des scénarios de vie appliqués
  • Mieux se connaître et se comprendre soi-même
  • Mieux vivre en communauté
  • Comprendre les dysfonctionnements en termes de communication ainsi que les comportements inadéquats
  • Comprendre les maladies psychosomatiques 
  • Comprendre certaines névroses et psychoses
  • Analyser son propre mode de communication et réfléchir à des manières de l’améliorer
  • Améliorer les relations interpersonnelles
  • Mieux comprendre la structure et le fonctionnement des groupes et organisations humaines



Comment se passe une séance d’analyse transactionnelle concrètement ?

Dans la majorité des cas, les séances d’analyse transactionnelle sont individuelles et durent entre 45 minutes et 1 heure. 

Le premier temps est composé d’un échange entre le patient et le thérapeute. C’est là l’occasion pour le patient de parler de sa vie, de ses difficultés… Le praticien, lui, va pouvoir comprendre les attentes et les objectifs de son patient. 

Ils vont ensuite définir ensemble les modalités de la thérapie et de la prise en charge (notamment la durée et la fréquence des séances). Le rythme du suivi sera totalement personnalisé en fonction des besoins et des demandes du patient. À titre d’indication, sachez qu’un rythme d’une séance par semaine est un rythme très élevé. 

Le suivi peut durer plusieurs mois, plusieurs semaines ou plusieurs années, en fonction des patients. Le thérapeute accompagne son patient au fil des séances pour l’aider à mettre en place les changements qu’il désire et atteindre les objectifs qu’il s’est fixés.

Attention : il est très important que le patient et le thérapeute parviennent à instaurer un véritable climat de confiance. Cette confiance est absolument fondamentale, elle va permettre d’instaurer des bases de travail propices et efficaces. Ne vous forcez donc pas si vous sentez que le « feeling » ne passe pas avec un praticien ; écoutez-vous ! Vous trouverez certainement la personne qui vous convient. 

Qui peut avoir recours à l’analyse transactionnelle ?

L’AT est particulièrement recommandées pour les personnes qui souffrent de difficulté en termes de communication et de relations interpersonnelles : timidité, susceptibilité, renfermement et repli sur soi, difficultés à s’affirmer, agressivité, susceptibilité, irascibilité… 

Mais ce n’est pas tout : les couples peuvent également y avoir recours ! Les séances permettent de mettre en lumière les luttes intestines et les rapports de force en vigueur dans la relation. 

Enfin, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à utiliser l’analyse transactionnelle. Certains dirigeants suivent même une formation spéciale en analyse transactionnelle (même si elle ne dit pas toujours son nom) pour tout ce qui concerne la communication : être capable de vendre, savoir négocier, gérer une équipe, conduire des travaux de groupe, animer des réunions… 

Sources

https://lentreprise.lexpress.fr/marketing-vente/prospection-commerciale/l-analyse-transactionnelle-qu-est-ce-que-c-est_1520945.html

https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=analyse_transactionnelle_th

https://www.psychologies.com/Therapies/Toutes-les-therapies/Psychotherapies/Articles-et-Dossiers/Methode-l-analyse-transactionnelle

https://www.penser-et-agir.fr/analyse-transactionnelle/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Ashwagandha

Ashwagandha : Bienfaits, utilisation et contre-indications

By Dans la tête, dans le corps, Plantes et Jardin, Produits, Relaxation, Sommeil, Sport

Ashwagandha : Bienfaits, Utilisation et Contre-Indications

Ashwagandha

L’ashwagandha est une plante médicinale ancienne. Classée comme adaptogène, elle aide principalement le corps à gérer le stress. Mais pas seulement

La liste de ses avantages pour le corps et la tête sont nombreux : Stimulation des fonctions cérébrales, réduction de la glycémie et du taux de cortisol, réduction des symptômes de l’anxiété et de la dépression, aide au sommeil etc ..

Y-a-t-il cependant des effets secondaires et des contre-indications ? Petit tour d’horizon de cette plante millénaire.




Ashwagandha : Une plante médicinale ancienne

L’ashwagandha est l’une des plantes les plus importantes de l’Ayurveda, une forme de médecine alternative basée sur les principes indiens de guérison naturelle.

Elle est utilisée depuis plus de 3 000 ans pour soulager le stress, augmenter les niveaux d’énergie et améliorer la concentration.

Ashwagandha signifie “odeur du cheval” en sanskrit, ce qui fait référence à la fois à son odeur unique et à sa capacité à augmenter la force.

Son nom botanique “Withania somnifera” est également connu sous plusieurs autres noms, notamment ginseng indien et cerise d’hiver.

L’ashwagandha est un petit arbuste aux fleurs jaunes, originaire d’Inde et d’Afrique du Nord. Son utilisation se fait à travers des extraits, de la poudre de racine ou de la poudre de feuille.

Ses nombreux bienfaits pour la santé sont attribués à sa forte concentration en withanolides, dont il a été démontré qu’ils combattent l’inflammation et la croissance des tumeurs.

Bienfaits de l’Ashwagandha

Elle réduit le taux de sucre dans le sang

Plusieurs études ont montré que l’ashwagandha pouvait réduire le taux de sucre dans le sang.

Une étude en éprouvette a révélé qu’elle augmentait la sécrétion d’insuline et améliorait la sensibilité à l’insuline dans les cellules musculaires.

En outre, plusieurs études sur l’homme ont suggéré qu’elle peut réduire les niveaux de sucre dans le sang chez les personnes en bonne santé et celles atteintes de diabète.

Lors d’une étude de 4 semaines sur des personnes atteintes de schizophrénie, les personnes traitées à l’ashwagandha ont vu leur taux de glycémie à jeun diminuer en moyenne de 13,5 mg/dL, contre 4,5 mg/dL pour les personnes ayant reçu un placebo .

Elle pourrait avoir des propriétés anticancéreuses

Des études menées sur des animaux et en éprouvette ont révélé que la withaferine – un composé de l’ashwagandha – contribue à induire l’apoptose, c’est-à-dire la mort programmée des cellules cancéreuses.

Des études sur les animaux suggèrent qu’elle peut aider à traiter plusieurs types de cancer, notamment le cancer du sein, du poumon, du côlon, du cerveau et de l’ovaire.

Dans une étude, des souris atteintes de tumeurs ovariennes et traitées avec de la withaferin seule ou en combinaison avec un médicament anticancéreux ont montré une réduction de 70 à 80 % de la croissance tumorale. Le traitement a également empêché la propagation du cancer à d’autres organes.

Bien qu’aucune preuve ne permette d’affirmer que l’ashwagandha exerce des effets similaires chez l’homme, les recherches actuelles sont encourageantes.

Elle réduit le taux de cortisol

Le cortisol est connu comme une hormone du stress. Les glandes surrénales le libèrent en réponse au stress, ainsi que lorsque le taux de sucre dans le sang devient trop faible.

Malheureusement, dans certains cas, le taux de cortisol peut devenir chroniquement élevé, ce qui peut conduire à une glycémie élevée et à un stockage accru des graisses dans l’abdomen.

Des études ont montré que l’ashwagandha peut aider à réduire les niveaux de cortisol.

Dans une étude menée sur des adultes souffrant de stress chronique, ceux qui ont pris un supplément d’ashwagandha ont vu leur taux de cortisol diminuer de manière significative par rapport au groupe témoin. Ceux qui ont pris la dose la plus élevée ont connu une réduction de 30 %, en moyenne..

L’ashwagandha combat le stress et l’anxiété

L’ashwagandha est peut-être surtout connue pour sa capacité à réduire le stress. Plusieurs études sur l’homme ont montré qu’elle en réduisait les symptômes et agissait également sur les troubles anxieux. 

Lors d’une étude de 60 jours menée auprès de 64 personnes souffrant de stress chronique, les personnes du groupe ayant pris un supplément d’ashwagandha ont signalé une réduction de 69 % en moyenne de l’anxiété et de l’insomnie, contre 11 % dans le groupe placebo 

Dans une autre étude de 6 semaines, 88 % des personnes ayant pris de l’ashwagandha ont signalé une réduction de l’anxiété, contre 50 % de celles ayant pris un placebo.




Elle peut stimuler la testostérone et augmenter la fertilité chez les hommes

Les suppléments d’ashwagandha peuvent avoir des effets puissants sur les niveaux de testostérone et la santé reproductive

Dans une étude menée sur 75 hommes infertiles, le groupe traité à l’ashwagandha a montré une augmentation du nombre et de la mobilité des spermatozoïdes.

De plus, le traitement a entraîné une augmentation significative du taux de testostérone.

Les chercheurs ont également rapporté que le groupe ayant pris cette plante présentait une augmentation des niveaux d’antioxydants dans le sang.

Dans une autre étude, les hommes qui ont reçu de l’ashwagandha contre le stress ont connu des niveaux d’antioxydants plus élevés et une meilleure qualité de sperme. Après 3 mois de traitement, 14 % des partenaires de ces hommes étaient tombées enceintes.

Augmentation de la masse musculaire et de la force

Des recherches ont montré que l’ashwagandha peut améliorer la masse musculaire et augmenter la force.

Dans une étude visant à déterminer un dosage sûr et efficace de l’ashwagandha, les hommes en bonne santé qui ont pris 750-1 250 mg de racine d’ashwagandha pulvérisée par jour ont gagné en force musculaire après 30 jours.

Dans une autre étude, les personnes ayant pris de l’ashwagandha ont enregistré des gains significativement plus importants en termes de force et de masse musculaire. Ils ont également doublé leur réduction du pourcentage de graisse corporelle, par rapport au groupe placebo.

Réduction du cholestérol et des triglycérides

En plus de ses effets anti-inflammatoires, l’ashwagandha peut contribuer à améliorer la santé cardiaque en réduisant les taux de cholestérol et de triglycérides.

Des études sur les animaux ont montré qu’elle diminue de manière significative les niveaux de ces graisses dans le sang.

Une étude sur des rats a montré qu’elle réduisait les niveaux de cholestérol total et de triglycérides de 53 % et de près de 45 %, respectivement.

Bien que des études contrôlées sur des humains aient rapporté des résultats moins spectaculaires, elles ont observé des améliorations impressionnantes de ces marqueurs.

Au cours d’une étude de 60 jours menée sur des adultes souffrant de stress chronique, le groupe ayant pris la dose la plus élevée d’extrait standardisé d’ashwagandha a connu une diminution de 17 % du LDL (mauvais cholestérol) et de 11 % des triglycérides, en moyenne.

Mémoire et fonction cérébrale

Des études en éprouvette et sur des animaux suggèrent que l’ashwagandha peut atténuer les problèmes de mémoire et de fonction cérébrale causés par une blessure ou une maladie.

Des recherches ont montré qu’il favorise l’activité antioxydante qui protège les cellules nerveuses des radicaux libres nocifs.

Dans une étude, des rats épileptiques traités à l’ashwagandha ont vu leurs troubles de la mémoire spatiale s’inverser presque complètement. Cela était probablement dû à une réduction du stress oxydatif.

Bien que l’ashwagandha soit traditionnellement utilisé pour stimuler la mémoire en médecine ayurvédique, quelques recherches sur l’homme ont été menées dans ce domaine.

Dans une étude contrôlée, des hommes en bonne santé qui ont pris 500 mg d’extrait standardisé par jour ont signalé des améliorations significatives de leur temps de réaction et de leur performance dans les tâches, par rapport aux hommes qui ont reçu un placebo.

Une autre étude de 8 semaines menée auprès de 50 adultes a montré que la prise de 300 mg d’extrait de racine d’ashwagandha deux fois par jour améliorait de manière significative la mémoire générale, l’exécution des tâches et l’attention.

Effets secondaires et contre indications de l’ashwagandha

Il n’est pas recommandé à certaines personnes de prendre de l’Ashwagandha notamment les personnes enceintes et celles qui allaitent.

Les personnes souffrant de maladies auto-immunes doivent également éviter l’ashwagandha, sauf autorisation d’un professionnel de santé. Il s’agit notamment des personnes souffrant d’affections telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la thyroïdite de Hashimoto et le diabète de type 1.

De plus, ceux et celles qui prennent des médicaments contre les maladies thyroïdiennes doivent être prudentes lorsqu’elles prennent de l’ashwagandha, car il peut augmenter les niveaux d’hormones thyroïdiennes chez certaines personnes.

L’ashwagandha peut également réduire les taux de glycémie et de pression artérielle, de sorte qu’il peut être nécessaire d’ajuster les doses de médicaments si vous en prenez.

Mode d’utilisation de l’ashwagandha :

La dose recommandée d’ashwagandha dépend du type de supplément. Les extraits sont plus efficaces que la poudre brute de racine ou de feuille d’ashwagandha. N’oubliez pas de suivre les instructions figurant sur les étiquettes.

L’extrait de racine standardisé est généralement pris en gélules de 450 à 500 mg une ou deux fois par jour.

Il est proposé par plusieurs fabricants de suppléments et disponible auprès de divers détaillants, notamment les magasins d’aliments naturels et les magasins de vitamines.

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

chambre saine

6 astuces pour conserver une chambre saine !

By chez soi, Maison, Relaxation, Sommeil

6 astuces pour conserver une chambre saine !

chambre saine

Vous avez tendance à mal dormir ? Vous ne vous sentez pas à l’aise dans votre chambre ? C’est peut-être parce qu’elle n’est pas suffisamment saine. Pourtant, avec plus de 8 heures passées dedans par jour, votre chambre est l’un des endroits de la maison auxquels il faut le plus prêter attention. Découvrez toutes nos astuces pour disposer d’une chambre parfaitement saine !




  1. Veillez à la qualité de l’air

Première règle pour disposer d’un air sain dans la chambre : aérez fréquemment. S’il peut s’agir là d’une évidence pour certains, sachez que peu de personnes prennent le temps de bien aérer – et surtout d’aérer de manière efficace – leur chambre. 

Pour un bon renouvellement de l’air, ouvrez en grand les fenêtres pendant 15 minutes par jour minimum. Cette mesure permet de prévenir les bactéries tout en éliminant les acariens et en chassant certaines substances polluantes.

Attention : même s’il est nettement plus facile d’ouvrir les fenêtres d’une pièce par beau temps, il est nécessaire d’aérer tous les jours, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige ! 

Pour purifier l’air, vous pouvez également opter pour un purificateur d’air. Il s’agit d’un appareil particulièrement indiqué si vous souffrez d’asthme ou d’allergie, puisqu’il élimine les substances d’une pièce pouvant être allergisantes. 

Vous êtes adepte des solutions naturelles ? Vous pouvez sans problème vous tourner vers des plantes dépolluantes, qui contribuent à assainir l’air des petites pièces (jusqu’à 10 m² environ). En plus, certaines d’entre elles ont des propriétés qui permettent de lutter contre des troubles spécifiques. C’est le cas par exemple de l’anthurium, qui agit contre l’ammoniac, ou du chlorophytum, qui absorbe le monoxyde de carbone.

Remarque : le fait de dormir avec des plantes est souvent décrié, notamment parce qu’elles rejettent du CO2. Mais n’ayez crainte : tant que vous ne transformez pas votre chambre en jardin d’hiver, et que vous évitez les plantes auxquelles vous pouvez être allergique, vous ne courez aucun danger ! 

  1. Faites la chasse à la poussière

Certains endroits de la chambre sont de véritables nids à poussière et à acariens, sans que l’on ne s’en rende forcément compte. C’est le cas par exemple :

  • Des rideaux
  • Des peluches d’enfants
  • Des ampoules
  • Des cadres photos 
  • Des tapis
  • Etc.

Pensez à les laver régulièrement !

  1. Prenez grand soin de votre lit

On ne s’en rend pas toujours compte, mais la nuit, on transpire beaucoup ! Ce qui transforme nos draps et nos taies d’oreillers en véritable refuge pour microbes. Pour une chambre saine, il vous faudra donc laver et changer régulièrement (tous les 15 jours) vos draps, housses de couettes et taies d’oreillers. 

Pour un lavage efficace, optez pour une machine à 60°C. Dans l’idéal, il est aussi conseillé de secouer couettes et oreillers tous les jours, afin de réduire les allergènes, mais aussi d’aérer le lit quotidiennement en roulant par exemple la couette au pied du lit pendant quelques minutes.

Mais ce n’est pas tout : avec le temps, les poussières et les acariens affluent dans le matelas, ce qui peut provoquer des gênes respiratoires, voire des allergies. Il est donc conseillé de changer de matelas tous les 10 ans environ. Veillez à choisir des matelas parfaitement adaptés à votre sommeil pour vous permettre de passer une bonne nuit, comme les matelas Emma par exemple. 

Par ailleurs, il est très fortement déconseillé de dormir sur un matelas posé à même le sol : comme il n’y a absolument aucune aération entre le sol et le matelas, les moisissures en profitent pour se développer. 

  1. Privilégiez des produits d’entretien naturels

Les produits d’entretien artificiels ont tendance à dégager des substances irritantes. Pour nettoyer votre chambre, vous pouvez revenir aux produits naturels : vinaigre blanc, savon noir, bicarbonate de soude… Ils sont aussi efficaces que les produits du supermarché et nettement meilleurs pour la santé ! 

Et pour parfumer, oubliez l’encens, les désodorisants et les bougies parfumées qui dégagent de nombreuses substances nocives, et préférez les huiles essentielles. En plus, la plupart d’entre elles possèdent de nombreuses vertus thérapeutiques ! En voici quelques-unes : 

  • La lavande est réputée pour ses propriétés calmantes, sédatives et antidépressives
  • L’ylang ylang possède des vertus aphrodisiaques et calmantes
  • La mandarine verte permet une relaxation neuromusculaire durable
  • Le basilic, la marjolaine, la sauge sclarée et la camomille favorisent un bon sommeil réparateur

Attention : avant d’utiliser de l’huile essentielle, renseignez-vous bien sur les contre-indications et les précautions à prendre. Par ailleurs, essayez de ne pas diffuser de l’huile essentielle plus de 15 minutes par jour : il s’agit de produits avec de véritables vertus thérapeutiques, et non d’un parfum d’ambiance. À utiliser avec modération, donc !

  1. Trouvez la bonne température

Personne n’aime se lever ou se coucher dans une pièce froide. Pour autant, il ne faut pas surchauffer votre chambre ! 

La température idéale pour dormir se situe aux alentours de 18°C. Ça peut paraître frais, mais c’est scientifiquement prouvé : au-delà, nous transpirons davantage et la qualité de notre sommeil baisse. Il s’agit donc simplement d’une habitude à prendre !

  1. Limitez les appareils électriques

Les appareils tels que les ordinateurs, téléphones, tablettes, télévisions, etc. sont à éviter dans la chambre, car ils génèrent des ondes électromagnétiques qui ont un impact sur notre système nerveux. 

Il est donc conseillé, dans l’idéal, d’éviter d’en mettre dans la chambre et de privilégier d’autres pièces dans la maison. Mais si vraiment ils sont indispensables, vous pouvez trouver quelques astuces : 

  • Placer la télévision le plus loin possible de votre tête
  • Opter pour un réveil à piles
  • Ne pas recharger votre téléphone pendant la nuit
  • Éviter toute prise électrique branchée près de votre tête

Vous souffrez d’insomnies ? Lorsque vous vous levez le matin, vous êtes très fatigué(e) ? Ces troubles sont peut-être dus à une trop grande quantité d’appareils dans votre chambre. Méfiance ! 




Sources 

https://www.terrafemina.com/article/7-astuces-pour-faire-de-votre-chambre-un-endroit-plus-sain_a302641/1
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=astuces-chambre-saine
https://www.deco.fr/actualite-deco/257476-gestes-ecologie-chambre-saine.html
https://www.consoglobe.com/15-astuces-chambre-enfant-saine-cg/4
https://unsujet.com/5-astuces-pour-rendre-une-chambre-saine/4/
https://www.pharmamarket.fr/blog/une-chambre-saine-pour-mieux-dormir
https://amelioretasante.com/astuces-chambre-saine/
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=huiles-essentielles-pour-bien-dormir

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

oreille

Que faut-il savoir sur les acouphènes ?

By Dans la tête, dans le corps, Relaxation, Sommeil

Que faut-il savoir sur les acouphènes ?

oreille

En France, plus de 8 millions de personnes souffrent d’acouphènes. Ces petits bruits peuvent revêtir des formes multiples et devenir de véritables handicaps dans la vie quotidienne. D’où viennent-ils exactement ? À quoi sont-ils dus ? Comment s’en débarrasser ? Nous répondons à toutes vos questions dans notre article !




Que sont les acouphènes exactement ?

Les acouphènes sont des bruits gênants que l’on peut entendre alors même ils n’existent pas dans la réalité. Les acouphènes peuvent ressembler à des bourdonnements, des sifflements, des cliquetis, des palpitations, de tintements… Ils peuvent concerner aussi bien une seule oreille que les deux, et l’on peut avoir l’impression que le son vient de nos oreilles, ou bien qu’il est à l’intérieur même de notre tête. 

Les acouphènes peuvent apparaître de manière occasionnelle, régulière, répétitive ou bien continue. Dans tous les cas, ils sont un symptôme d’un dysfonctionnement plus ou moins préoccupant. Comme il est parfois difficile de faire le point, n’hésitez pas à consulter le site d’un audioprothésiste pour plus de précisions. Un audioprothésiste commercialise des appareils auditifs pour les personnes ayant des soucis d’audition. Vivason propose un guide sur les acouphènes.

Il existe deux grands types d’acouphènes : 

  • Les acouphènes subjectifs, qui sont les acouphènes les plus courants : ils concernent 95 % des cas d’acouphènes. Ils ne peuvent être entendus que par la personne qui en souffre. Dans une majorité des cas, ces acouphènes sont associés à des troubles auditifs provoqués par un traumatisme acoustique, par une perte d’audition, par le vieillissement de l’oreille, par une gêne…
  • Les acouphènes objectifs, qui concernent environ 5 % des personnes touchées par des acouphènes en France. Il s’agit d’un son qui est émis par une partie du corps, et qui peut être entendu par l’oreille. Au contraire de l’acouphène subjectif, l’acouphène objectif a donc comme source un véritable bruit, produit par le corps. Cette particularité fait que les acouphènes objectifs peuvent être entendus par un médecin. Il faudra alors qu’un professionnel de santé comprenne d’où vient ce bruit pour proposer un traitement adéquat. Les acouphènes objectifs peuvent s’avérer très gênants au quotidien pour les personnes qui en souffrent. 

Qu’est-ce qui cause les acouphènes ?

En fonction du type d’acouphène, les causes peuvent être multiples. Par exemple, les acouphènes subjectifs peuvent avoir pour origine : 

  • Une exposition excessive au bruit (on parle de traumatisme acoustique)
  • Le vieillissement de l’oreille, qui entraîne une perte d’audition
  • Une diminution de l’audition à cause de la présence d’un bouchon de cérumen (la fameuse cire d’oreille)
  • Diverses maladies et infections de l’oreille (notamment les otites)
  • La prise de certains médicaments
  • Un traumatisme (accident, chute, dépressurisation en avion, plongée sous-marine…)
  • Une blessure au cou ou à la tête
  • Des troubles psychosomatiques (choc psychologique, anxiété ou stress intense, dépression…)
  • Une consommation excessive d’alcool
  • Etc.

À noter que la cause des acouphènes subjectifs peut être vraiment difficile à détecter. 

Les acouphènes objectifs, eux, peuvent être dus à : 

  • Un trouble vasculaire (hypertension artérielle ou obstruction du flux sanguin par exemple)
  • Une contraction musculaire
  • Etc.

En plus de ces causes, un certain nombre de maladies peuvent entraîner l’apparition d’acouphènes  : 

  • Le diabète
  • La sclérose en plaque
  • Des troubles de la thyroïde
  • La maladie de Ménière (une affection de l’oreille interne)
  • L’otospongiose (maladie qui affecte un petit os de l’oreille et entraîne une surdité progressive)
  • Une tumeur à la tête, dans le cou ou sur le nerf auditif
  • Etc.

Quels sont les symptômes des acouphènes ?

appareil auditif

Les symptômes des acouphènes sont des bruits ressentis dans les oreilles ou bien dans la tête. Ils peuvent être très variés. Parmi eux, on retrouve :

  • Les sifflements, qui sont les manifestations les plus courantes des acouphènes
  • Les bourdonnements
  • Les pulsations
  • Les cliquetis
  • Les chuintements
  • Les bruissements
  • Les tintements
  • Les vrombissements
  • Etc.

En fonction de leur cause et de leur intensité, les acouphènes peuvent être accompagnés d’autres manifestations : nausées, douleurs, vertiges, perte d’audition, sensation de gêne dans les oreilles, vomissements, hyperacousie (intolérance à certains sons)…

Attention : si vous entendez une musique ou des voix alors qu’il ne semble y avoir aucune source de tels bruits autour de vous, il ne s’agit pas d’acouphènes, mais d’hallucinations auditives. Il ne faut pas confondre les deux !

Quelles sont les conséquences des acouphènes ?

En fonction des affections, les acouphènes entraînent une gêne qui peut être occasionnelle, temporaire ou bien continue. Le bruit entendu peut être plus ou moins dérangeant. Dans certains cas, il peut être vraiment handicapant et avoir des conséquences sur le bien-être et la vie au quotidien. 

Les conséquences se font sentir à la fois sur la santé physique et mentale, et varient grandement en fonction des personnes : difficultés à s’endormir, insomnies, dépression, stress, tensions nerveuses, troubles de la concentration…

À noter que les acouphènes ont tendance à diminuer avec le temps, notamment parce que les personnes qui en souffrent finissent par s’y habituer petit à petit. C’est ce que l’on appelle l’habituation. 

Qui sont les personnes les plus touchées par les acouphènes ?

Il existe différents types de populations exposées aux risques de développer des acouphènes : 

  • Les personnes âgées, car le processus de vieillissement du système auditif peut entraîner une détérioration de l’audition, d’où l’apparition d’acouphènes
  • Les personnes souffrant des maladies citées précédemment
  • Les personnes exerçant un métier qui les expose au bruit (les camionneurs, les travailleurs industriels, les mécaniciens automobiles, les chanteurs et musiciens, les ouvriers du bâtiment et de la construction, etc.)
  • Les personnes habitants dans des milieux très bruyants
  • Les personnes se rendant dans des discothèques, des concerts, des festivals où le son est fort
  • Les personnes ayant l’habitude d’écouter des sons fort à l’aide d’un casque audio
  • Les hommes, qui sont plus touchés par les acouphènes que les femmes

Comment peut-on traiter les acouphènes ? 

Aujourd’hui, il n’existe pas réellement de traitement pour soigner les acouphènes. Pour pouvoir les soulager, il faut consulter un ORL qui sera le professionnel le plus à même de poser un diagnostic. En trouvant les causes des acouphènes, il pourra vous proposer une prise en charge adaptée. 

Si les acouphènes s’accompagnent d’une perte de l’audition, il peut être nécessaire d’envisager de porter des appareils auditifs. Vous pouvez trouver des appareils auditifs chez un audioprothésiste comme Vivason, que ce soit en boutique ou en ligne. 

Si les acouphènes s’accompagnent de troubles de l’anxiété, des médicaments peuvent être prescrits de manière ponctuelle. 

Enfin, aujourd’hui de nombreuses approches alternatives ont émergé pour aider les victimes d’acouphènes à mieux vivre au quotidien. Ces approches combinent traitements médicaux, relaxation et médecine douce. Hypnose, sophrologie, méditation, yoga, thérapies comportementales et cognitives sont autant de solutions qui peuvent être envisagées pour mieux supporter les acouphènes au quotidien.




 

Sources 

https://www.ameli.fr/seine-saint-denis/assure/sante/themes/acouphenes/definition-causes-consequences-acouphenes
http://www.blog-des-acoupheniens.fr/article-acouphene-subjectif-quelles-sont-les-causes-124880725.html
https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=acouphenes-pm-symptomes-des-acouphenes
https://www.fondationpourlaudition.org/fr/les-acouphenes-516

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

nettoyer matelas tache

4 conseils pour bien renouveler votre literie !

By dans le corps, Relaxation, Sommeil

4 conseils pour bien renouveler votre literie!

nettoyer matelas tache

Rendez-vous compte : en moyenne, nous passons un tiers de notre vie à dormir ! Et pour cause : un bon sommeil est une condition sine qua non pour être en bonne santé. Or, la literie a un impact direct sur la qualité de notre sommeil. Il est donc absolument essentiel d’y prêter une attention et un soin particuliers en optant par un exemple pour un ensemble matelas et sommier TEMPUR.

Renouveler votre literie, pourquoi c’est important ?

Pour avoir un bon sommeil, tout simplement ! Et par ricochet, pour être en bonne santé. En effet, avoir un sommeil réparateur permet non seulement de récupérer et de reposer votre corps et votre cerveau, mais cela permet aussi d’améliorer vos capacités cognitives et votre concentration, de booster votre système immunitaire, de prévenir certains maladies potentiellement graves (maladies cardiovasculaires et neurodégénératives), de combattre le stress, les troubles de l’humeur et la dépression, de mieux assimiler les informations engrangées au cours de la journée… Bref, à partir du moment où il est bien dosé (ni trop, ni trop peu), le sommeil n’a que des avantages !




À quelle fréquence renouveler votre literie ?

En moyenne, il est conseillé de changer de literie tous les 8 à 10 ans. Bien évidemment, il s’agit d’une moyenne : si vous ne vous sentez plus bien dans votre lit, n’attendez pas pour en changer. Plusieurs signes peuvent vous indiquer qu’il est temps de changer de literie : 

  • Vos nuits ne sont plus réparatrices
  • Vous vous réveillez souvent 
  • Au réveil, vous avez mal au dos et/ou aux cervicales
  • Vous sentez les ressorts du matelas et/ou les lattes de votre sommier
  • Vous sentez des creux et/ou des bosses dans votre matelas
  • Lorsque vous vous levez, le matelas garde l’empreinte de votre corps (il y a des creux)
  • Des réactions allergiques apparaissent 
  • Votre sommier grince lorsque vous bougez
  • Votre matelas et/ou votre sommier est affaissé
  • Vous avez du mal à trouver une position confortable

Vous vous reconnaissez dans cette description ? C’est signe qu’il est temps de changer de literie. Voici nos conseils pour choisir du bon matériel !

Conseil n°1 : la fermeté du matelas

La fermeté d’un matelas dépend de nombreux facteurs : taille, poids, morphologie, matériaux de conception, les préférences personnelles… Et même la position adoptée pour dormir !

La plupart du temps, les spécialistes utilisent une échelle allant de 1 à 10 pour évaluer la fermeté d’un matelas : 

  • De 1 à 4, le matelas est dit « souple » (on peut s’enfoncer dedans)
  • De 5 à 7, le matelas est dit « de fermeté équilibrée » (il s’adapte au corps, on s’enfonce très légèrement)
  • De 8 à 10, le matelas est dit « ferme » (on ne s’enfonce pas dedans)

Pour être honnête, pour trouver la fermeté idéale, il existe à peu près autant de recommandations qu’il y a de spécialistes. Cependant, la plupart s’accorde sur le fait que votre morphologie et votre position pour dormir font partie des critères les plus importants. 

Plus votre IMC est élevé, plus vous êtes susceptible d’apprécier un matelas ferme, car il permet un meilleur soutien. Ce qu’il faut, c’est que votre colonne vertébrale soit bien maintenue, mais que le matelas soit suffisamment confortable pour vous permettre de bien dormir. De là quelques pistes en fonction de votre position : 

  • Si vous dormez sur le dos, privilégiez un matelas plutôt ferme
  • Si vous dormez sur le côté, préférez un matelas légèrement souple
  • Si vous dormez sur le ventre, vous pouvez adopter un matelas équilibré

Conseil n°2 : l’importance du sommier

Grand oublié de la literie, le sommier n’en demeure pourtant pas moins un élément absolument essentiel pour de bonnes nuits de sommeil. Non seulement il sert de support au matelas et aide à prolonger sa durée de vie, mais en plus il joue un rôle dans la bonne aération – et donc dans la propreté et l’hygiène – de la literie. 

À noter : il arrive que l’on ait envie de ne changer que le matelas pour conserver le sommier plus longtemps. Attention, car cela peut vite se révéler être une fausse bonne idée : si votre sommier est en trop mauvais état, il va masquer tous les bienfaits de votre nouveau matelas. Vous y perdrez donc au change. 

Sachez aussi que tous les sommiers ne conviennent pas à tous les matelas, et inversement. En fonction de ce que vous désirez ressentir pour dormir, le choix sera différent :

  • Les matelas et les sommiers à ressorts garantissent un soutien plus souple. Ils sont idéaux pour les couples (surtout si les dormeurs ont tendance à beaucoup bouger pendant leur sommeil)
  • Les matelas à ressorts combinés à des sommiers à lattes garantissent un soutien plus ferme
  • Les matelas fermes avec des sommiers à lattes conviennent aux personnes qui souffrent du dos

Conseil n°3 : la taille de la literie 

Dans l’idéal, la longueur de votre literie doit être supérieure à votre taille de 20 cm environ. Pour la largeur, c’est à votre appréciation personnelle. Sachez juste que l’on bouge en moyenne 40 à 50 fois par nuit… Ce qui fait beaucoup ! 

Conseil n°4 : rien de tel qu’essayer pour savoir 

Faut il vraiment tester la literie avant de l’essayer ? Réponse : oui, oui, oui et encore oui ! En magasin, essayez de tester le matelas en vous allongeant dessus quelques minutes, si possible dans des conditions qui se rapprochent de celles dans lesquelles vous dormez (sans veste ni chaussure, dans la même position, avec votre partenaire si vous avez l’habitude de dormir avec quelqu’un). 

Il existe un test très simple pour savoir si le matelas vous convient : allongez-vous sur le dos et essayez de passer votre main entre le matelas et vos reins. Si vous le pouvez, cela signifie que le matelas est trop ferme. Tournez-vous sur le côté en vous appuyant sur votre coude. Si votre coude s’enfonce, cela indique que le matelas est trop mou.

Sources

http://sommeilsante-jprs.fr/blog/les-10-bienfaits-du-sommeil
https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/maladies-neurologiques/sommeil/bien-choisir-sa-literie-pour-mieux-dormir-171962

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

cbd sommeil

Mélatonine : Définition, Contre-Indications, Risques, Effets Indésirables

By Dans la tête, dans le corps, Produits, Relaxation, Sommeil

Mélatonine : Définition, Contre-Indications, Risques, Effets Indésirables

cbd sommeil

Depuis quelques années, on entend beaucoup parler de la mélatonine et de ses effets bénéfiques sur le sommeil et la santé. Indispensable pour réguler nos rythmes biologiques (sommeil et éveil), elle peut être produite natuellement par l’organisme ou bien artificiellement en laboratoire. Seul problème : ces derniers temps, de nombreux cas d’effets indésirables ont été signalés et l’Anses met en garde les consommateurs contre ces substances artificielles. Quelles conclusions tirer de ces différentes informations ? Tous les types de mélatonine sont-ils vraiment bons pour la santé ?

La mélatonine, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi en consommer?

Il s’agit d’une hormone qui sert à réguler les rythmes chronobiologiques du corps, en fonction du jour et de la nuit. C’est elle qui provoque le besoin de dormir et qui aide à supporter les décalages horaires. Ses bienfaits sont nombreux :

  • Régulation du cycle veille/sommeil et de la température corporelle
  • Aide à l’endormissement (la production de mélatonine le soir signale au cerveau qu’il faut dormir)
  • Résistance aux effets néfastes du jet lag, aide à s’adapter au décalage horaire
  • Propriétés antioxydantes, pour lutter contre le vieillissement de la peau 
  • Éventuellement, soulagement et diminution des migraines
  • Aide à la perte de poids

Les études sont encore en cours, mais les scientifiques pensent que la mélatonine préviendrait  aussi le développement des cancers.




Où en trouve-t-on ? 

La mélatonine naturelle est synthétisée dans le cerveau, pendant la nuit, grâce à la sérotonine.  

La mélatonine synthétique, en revanche, est produite en laboratoire, et peut être prescrite sous forme de comprimés, comme médicament ou complément alimentaire. Vous pouvez aussi vous procurer de la mélatonine sans ordonnance, dès lors que les doses sont inférieures à 2 mg. L’avantage de ces médicaments à base de mélatonine est qu’ils ne provoquent pas d’accoutumance. 

Et puisqu’il s’agit d’une hormone produite naturellement par le cerveau humain, certaines personnes la consomment sans aucune précaution, et sans faire appel à aucun professionnel de la santé. 

C’est là une erreur qui peut être grave, car des effets indésirables peuvent apparaître, à tel point qu’en 2018, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a mis les consommateurs en garde contre cette substance.

Quels sont les contre-indications à connaître ?

En raison d’un nombre plus ou moins important de signalements, l’Anses a mené une étude des risques potentiels de la mélatonine sur la santé. Il en est ressorti que certaines personnes sont plus vulnérables face à d’éventuels effets secondaires et indésirables. 

Par conséquent, il leur faut éviter la consommation de mélatonine artificielle, ou bien demander impérativement conseil à un médecin. 

Ces personnes sont :

  • Les femmes enceintes et qui allaitent
  • Les enfants et les adolescents encore en pleine puberté
  • Les personnes qui souffrent de maladie auto-immune ou inflammatoire
  • Les personnes sujettes à des crises d’épilepsie, d’asthme, à des troubles du comportement, de la personnalité ou de l’humeur
  • Les personnes suivant déjà un autre traitement médicamenteux
  • Les personnes qui souffrent d’allergie au principe actif, ou à certains excipients (comme le lactose pour certaines marques de comprimés par exemple)

La prise de mélatonine est également déconseillée pour les personnes effectuant une activité qui nécessite d’être particulièrement vigilant, et donc pour laquelle la somnolance serait un problème. 

Par ailleurs, il semble que la consommation sur de longues périodes présente plus de risques de développer des effets secondaires que la prise de mélatonine à court terme.

Quels sont les risques et effets indésirables de la mélatonine ? 

 Les symptomes indésirables provoqués par la prise de mélatonine sont : 

  • Maux de têtes, migraines
  • Cauchemars fréquents et violents
  • Vertiges, vision troublée
  • Somnolence constante
  • Nausées, vomissements
  • Douleurs abdominales
  • Tremblements
  • Irritabilité, nervosité, agitation
  • Prise de poids
  • Augmentation de la pression artérielle
  • Démangeaisons, rougeur sur la peau
  • Asséchement de la peau et des muqueuses
  • Crampes
  • Troubles de la mémoire ou de l’attention
  • Fourmillements au niveau des extrémités

Comme pour tout aliment, la qualité de la mélatonine a un impact sur sa bonne assimilation par votre organisme. Il faut donc éviter d’en acheter sur Internet via des sites non certifiés.

Également, veillez à toujours respecter la posologie prescrite par votre médecin ou pharmacien (quantité, fréquence, etc.).

En effet, des études ont montré que la qualité des comprimés était très variable d’un fournisseur à un autre. Certaines boîtes ne contenaient même que des placebos, ou, beaucoup plus grave, contenaient des impuretés potentiellement toxiques. 

Conclusion : mélatonine ou pas ?

Il faut savoir que la mélatonine est en général bien tolérée par l’organisme, même en cas de surdosage. 

Pour l’instant, les études de l’Anses ne sont pas terminées ; à priori, les effets secondaires, même si on en parle de plus en plus actuellement, restent rares. Il faut donc rester prudent et, en cas de doute suite à la prise de mélatonine, en parler immédiatement à votre médecin. 

N’hésitez pas à demander des renseignements à un professionnel ! Cela vous aidera à avoir des conseils de bonne qualité, vous permettra de vous assurer que la mélatonine n’entrera pas en conflit avec un traitement médicamenteux antérieur, et qu’elle est bel et bien adaptée à votre situation. 

Sources : 

https://nutriandco.com/fr/produits/melatonine

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Send this to a friend