Category

Soins

CDB legal

La légalité du CBD en France et en Europe

By ailleurs, chez soi, Produits, Relaxation, Soins

La légalité du CBD en France et en Europe

CDB legal

Ah, le cannabis… Voilà une plante bien mal connue, mais qui fait pourtant beaucoup parler d’elle. En fait, on appelle « cannabis » le chanvre cultivé (ou cannabis sativa, de son nom scientifique) et, bien souvent à tort, tous les dérivés de cette plante. Or, certaines substances chimiques du cannabis, les cannabinoïdes, sont utilisées pour des raisons médicales car elles possèdent de nombreuses vertus, mais sans les revers psychoactifs du cannabis. C’est le cas du CBD. Mais même s’il est de plus en plus utilisé, le CBD est encore très mal connu en France, et fait donc l’objet de nombreux préjugés et inquiétudes. Voici de quoi tirer tout ça au clair !




Qu’est-ce que le CBD au juste ? 

On appelle CBD l’un des 104 cannabinoïdes présents dans le chanvre cultivé. Autrement dit, c’est une molécule que l’on extrait du plant de cannabis. Il est important de relever que cette substance n’est pas un psychotrope, c’est-à-dire que sa consommation ne provoque PAS d’effet physique ou psychique néfaste (altération des perceptions, modification de l’humeur ou des pensées, hallucination…).

Le CBD a été fortement popularisé par son utilisation en tant que liquide de vape dans les cigarettes électroniques. Mais il existe sous de nombreuses autres formes ; les plus connues sont l’huile et les cosmétiques, et on en trouve même sous forme de cookies et de saucisses !

Le CBD est légal en France et en Europe, mais sa production et son utilisation sont très strictement encadrées par la loi. 

CBD et THC : comment faire la différence ?

Il est très important de bien faire la différence entre ces deux substances, car l’une est autorisée quand l’autre ne l’est pas.

Le THC est la molécule psychoactive du cannabis : c’est elle qui est très addictive et est responsable des effets engendrés par la consommation de marijuana (euphorie intense, rire, somnolence, tristesse, paranoïa). Le fait de consommer régulièrement du THC provoque de nombreux dégât sur l’organisme, aussi bien au niveau de la santé mentale que de la santé physique. Certains de ces dégâts, notamment la destruction des neurones, sont malheureusement irréversibles.

Le CBD (cannabidiol) est une autre molécule du cannabis, et n’est ni un psychotrope ni un stupéfiant. Sa consommation n’engendre aucun des effets désagréables cités ci-dessus, et n’entraîne aucune addiction.  Seules certaines variétés certifiées de cannabis sont autorisées à être cultivées en Europe. Le CBD est connu pour ses vertus anti-inflammatoires, antalgiques et relaxantes. On en trouve dans des médicaments soumis à l’ordonnance d’un médecin, ou bien en vente libre.

Il faut savoir qu’il existe de très nombreuses variétés de cannabis ; et forcément, leur composition naturelle varie, en particulier leurs taux de THC et de CBD. En France, le cannabis illégal possède un taux élevé de THC (de l’ordre de 14 % environ), alors que le cannabis autorisé, d’où est extrait le CBD,  contient moins de 0,2 % de THC.

La légalité du CBD en France : que faut-il savoir ?

En 2020, la MILDECA (Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives) a publié une mise au point sur la législation du cannabidiol. Voici ce qu’on peut en retenir : 

  • Un nombre restreint de variétés de chanvre sont autorisées à l’exploitation et à la commercialisation, à savoir 9 en tout. Toutes ces variétés ont un taux de THC inférieur à 0,2 %.
  • Les fleurs et les feuilles de chanvre, quelles que soient les variétés de chanvre, sont strictement interdites. Il est seulement autorisé d’exploiter les graines et les fibres de chanvre
  • Lorsqu’un produit contenant du CBD est en vente libre, c’est-à-dire lorsque l’on peut s’en procurer sans ordonnance, il ne doit contenir aucune trace de THC
  • Tous les fabricants et vendeurs de produits à base de CBD ne sont pas autorisés à vanter les bienfaits thérapeutiques de leurs biens ; seuls les fabricants de médicaments bénéficiant d’une autorisation spécifique le peuvent.

Pour résumer, le CBD est légal en France, y compris en vente libre, mais uniquement lorsque les produits contiennent moins de 0,2 % de THC. La promotion, la culture, la vente et la consommation de cannabis avec un taux de THC supérieur est strictement interdite.  




Et la légalité du CBD en Europe alors ?

Si la France possède une législation encore relativement floue et est assez réticente à parler du sujet du cannabis, tel n’est pas le cas des autres pays européens. La plupart d’entre eux reconnaît en effet que le CBD est inoffensif et autorise la commercialisation des produits qui en contiennent. C’est par exemple le cas de l’Italie, de la Grèce, de la Suisse, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de l’Espagne, de la Croatie, de la Tchéquie, ou de l’Estonie. En revanche, le CBD est illégal en Slovaquie et en Lituanie.

Le taux de THC autorisé par l’UE pour commercialiser des produits avec du cannabis est fixé à 0,2 %. Mais il existe des disparités en fonction des pays. Par exemple, l’Autriche et le Luxembourg autorisent les produits au CBD avec un taux de THC allant jusqu’à 0,3 %, l’Italie avec un taux allant jusqu’à 0,6 %, et la Suisse avec un taux inférieur à 1 %.

Par conséquent, il est important de vous renseigner sur ces différentes teneurs lorsque vous commandez des produits contenant du CBD issus d’autres pays que la France pour éviter tout problème. Normalement, en cas de conflit, c’est la loi de l’UE (à savoir un taux inférieur à 0,2 % de THC) qui prime. 

À noter que l’Europe possède le deuxième plus grand marché des produits à base de CBD au monde, et que le marché français est en train de s’ouvrir à une plus grande commercialisation et distribution de CBD.

Où trouver des produits avec du CBD ?

Il faut savoir que le CBD n’est pas un médicament, même s’il est parfois utilisé en tant que principe actif dans certains d’entre eux. Un médecin ne peut donc pas vous prescrire de CBD en tant que tel en France. En revanche, aujourd’hui le CBD est considéré comme un complément alimentaire, et peut donc être parfois remboursé par l’Assurance maladie ou la mutuelle.

La plupart du temps, la livraison de CBD en France s’effectue en passant commande en ligne. C’est en effet la manière la plus facile de se procurer de tels produits. Attention à bien vérifier la pertinence des sites de livraison sur lesquels vous achetez votre CBD pour s’assurer à la fois de la qualité des produits et de leur respect des législations. 

Enfin, rien ne vous empêche de vous rendre dans un pays européen qui vend des produits avec du CBD et d’en acheter une quantité raisonnable là-bas. Une fois encore, pensez à bien vérifier la légalité des produits que vous achetez. 

Sources : 

https://blogs.mediapart.fr/franceinf/blog/010220/le-cbd-point-sur-sa-legalite-en-france
https://www.drogues.gouv.fr/actualites/cannabidiol-cbd-point-legislation
https://cbd-legal.fr/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

acide hyaluronique

L’acide hyaluronique et son pouvoir anti-ride en 3 minutes !

By Hygiène de vie, Produits, Soins

L’acide hyaluronique et son pouvoir anti-ride en 3 minutes !

acide hyaluronique

Vous faites de votre mieux, mais le temps laisse inexorablement des marques sur votre peau ? Vous essayez de les camoufler, mais vous ne voyez qu’elles ? Peu à peu, les rides ont envahi votre quotidien ? Il existe heureusement une substance particulièrement efficace pour redonner de l’éclat à votre peau et lutter contre les signes de l’âge : l’acide hyaluronique. Focus sur ce produit miracle :




Qu’est-ce que l’acide hyaluronique exactement ? Quels sont ses bienfaits ?

L’acide hyaluronique est présente naturellement dans les divers tissus et liquides du corps, comme les cartilages ou l’humeur vitrée de l’œil par exemple. Mais c’est la peau qui en contient la plus grande quantité : formant un genre de gel élastique, elle permet d’attirer et de retenir l’eau. C’est donc à elle que l’on doit l’aspect rebondi et élastique de notre peau. 

En outre, c’est aussi elle qui favorise la régénération de l’épiderme, et donc le processus de cicatrisation de la peau. Cela lui permet, entre autres, de lutter contre les effets néfastes du soleil et de la pollution par son effet anti-oxydant. 

En bref, non seulement l’acide hyaluronique favorise l’hydratation naturelle de la peau, mais en plus elle empêche la déshydratation en limitant l’évaporation de l’eau par les pores.

Le problème, c’est qu’avec le temps le corps produit de moins en moins d’acide hyaluronique, et petit à petit, la peau perd son aspect pulpeux, se dessèche, se fragilise, et les premières rides apparaissent.

Par conséquent, puisque la peau ne fabrique plus ce composant (ou de moins en moins), il suffit de lui en apporter à nouveau pour continuer à avoir une peau bien hydratée, jeune, rebondie, et limiter l’apparition des rides.

Où trouver de l’acide hyaluronique ?

Depuis quelque temps, on retrouve de l’acide hyaluronique dans toutes sortes de produits de beauté : crèmes anti-rides, gels hydratants, soins liquides, lotions…

On peut donc s’en procurer aussi bien dans des pharmacies que dans des instituts de beauté, des grandes surfaces ou des parfumeries. Il est également possible de trouver de l’acide hyaluronique pur, en tant qu’actif cosmétique, ce qui permet de fabriquer soi-même ses produits de beauté.

Quels soins pour quels problèmes ?

Voici quelques explications sur les différents types de soin que l’on peut trouver : 

  • Les produits à usage externes (crèmes, lotions, gels, etc.) : ces solutions aident à lisser la peau, à l’hydrater et à dissimuler les marques du temps sur le visage. Il est recommandé de les utiliser quotidiennement pour des résultats visibles et efficaces. 
  • Les injections : obligatoirement réalisées par un professionnel, elles ont un effet plus immédiat que les crèmes et autres lotions externes. Elles permettent de combler les rides et de relancer la synthèse d’acide hyaluronique dans la peau, ce qui lui donne un aspect plus lisse et rebondi. Il s’agit néanmoins d’une opération bien plus coûteuse que la précédente, d’autant plus qu’il faut compter plusieurs séances…
  • Les gélules : depuis quelque temps, il existe des compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique. Leur but est d’hydrater la peau, mais aucune étude n’existe à ce jour pour prouver leur efficacité. 

Comment choisir ses produits cosmétiques à base d’acide hyaluronique ?

Tout dépend des effets que vous souhaitez. En fait, il vous suffit de lire l’emballage des produits que vous achetez. Si l’action est simplement « hydratante », alors vous profiterez d’une puissante hydratation de surface, ce qui est particulièrement recommandé pour les peaux peu marquées, car cela permet non seulement d’entretenir sa peau pour qu’elle reste soyeuse et lisse, mais aussi de lutter contre le vieillissement cutané.

Les termes « antirides » et « stimulant » décrivent une action plus profonde, pour stimuler l’activité cellulaire et repulper la peau. Cela aura un effet tenseur sur la peau, ce qui permet réduire la visibilité des rides. 

Qui peut utiliser l’acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique n’efface pas les rides, elle les comble en hydratant la peau en profondeur. Par conséquent, même si on l’utilise principalement pour redensifier la peau et lutter contre les rides, elle peut aussi être bénéfique pour les peaux plus jeunes, qui ont tout simplement besoin d’être hydratées.

Comme il s’agit d’un produit naturel et non gras, il est parfaitement accepté par l’organisme. C’est donc un bon remède pour les peaux à problèmes et déshydratées, qui désirent s’hydrater sans récolter de boutons en échange.

Sources

https://www.topsante.com/beaute-soins/medecine-esthetique/anti-age-acide-hyaluronique-la-molecule-miracle-11409
https://www.medecine-anti-age.com/cremes-anti-age/acide-hyaluronique

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

bain de bouche maison

Bains de bouche maison, allier l’utile à l’agréable

By dans le corps, Hygiène de vie, Soins

Bains de bouche maison, allier l’utile à l’agréable.

bain de bouche maison

L’hygiène bucco-dentaire est fondamentale, aussi bien pour votre confort que pour votre santé. En effet, non seulement elle permet d’éviter la mauvaise haleine, mais elle contribue aussi à vous préserver de nombreux désagréments : caries, inflammations, prolifération bactérienne, maladies parodontales, plaque dentaire… Voilà pourquoi il est important de bien compléter votre routine d’hygiène dentaire, en associant des bains de bouche réguliers aux lavages de dents quotidiens. Et quoi de mieux que de créer soi-même sa propre solution ? En plus, vous possédez déjà tous les ingrédients nécessaires à la maison !




Qu’est-ce qu’un bain de bouche exactement ?

Aujourd’hui, on trouve très facilement de nombreuses solutions à utiliser comme bain de bouche dans les commerces. Quelle que soit la marque, elles ont généralement le même but : neutraliser les bactéries présentes sur la langue et dans les cavités buccales, et empêcher ou limiter leur réapparition. 

Effectivement, ces bactéries, auxquelles nous sommes généralement exposés en mangeant, peuvent provoquer l’apparition de caries ou d’infections et être à l’origine de la mauvaise haleine. Les bains de bouche agissent comme un antiseptique et luttent directement contre ces bactéries. 

Pour cela, il suffit de se laver les dents et de bien les rincer. L’étape suivant consiste à mettre dans sa bouche la dose de produit prescrite. Attention : certaines solutions s’utilisent pures, tandis que d’autres doivent être diluées dans l’eau. Ensuite, il faut se gargariser ou bien garder les liquide en bouche quelques secondes et le recracher. 

Pour autant, tous les bains de bouche ne se valent pas, et il faut choisir le sien avec précaution en fonction de ses besoins. Gencives, palais, langue, gorge, dents… Les bains de bouche peuvent agir sur diverses parties de notre corps pour les soulager, mais ils peuvent aussi avoir une action préventive, en fonction de leur composition.

Par ailleurs, il existe un certain nombre de précautions à prendre avant, pendant et après l’utilisation des bains de bouche.

Y-a-t-il des risques lors de leur utilisation ?

Comme pour tous les dispositifs médicaux, il est essentiel de respecter plusieurs consignes lorsque l’on effectue des bains de bouche, qu’ils soient ponctuels ou bien réguliers.

Avant le bain de bouche : 

  • Lorsque vous achetez un dispositif médical, vous devez impérativement signaler à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez d’autres médicaments, car il peut y avoir des interactions
  • Si vous avez subi une chirurgie ou un traumatisme de la bouche, suivez strictement les recommandations de votre médecin ou chirurgien, pour ne pas vous faire de mal ou bien aggraver une blessure déjà présente
  • Veillez à laisser votre bain de bouche hors de portée des enfants. Ces produits sont en effet déconseillés aux enfants de moins de 6 ans, car ces derniers pourraient les avaler ou les inhaler. Entre 6 et 12 ans, ils doivent être utilisés sous surveillance d’un adulte

Pendant :

  • Le bain de bouche ne s’utilise que pour la bouche. Évitez tout contact avec les yeux
  • N’avalez en aucun cas le produit que vous utilisez
  • Respectez scrupuleusement les doses prescrite ou recommandées

Après le bain de bouche :

  • Il est possible que vos dents et/ou vos lèvres se colorent momentanément, ou bien que votre sens du goût soit amoindri, comme cela peut arriver avec un dentifrice fort ; ne vous en faites pas, ces désagréments sont normalement passagers
  • Utilisés trop longtemps, les antiseptiques peuvent déséquilibrer la flore bactérienne nécessaire au bon fonctionnement de notre bouche. Sauf indication contraire de votre médecin, ne les utilisez pas sur une trop longue période

En ce qui concerne la fréquence des bains de bouche :

  • Respectez la durée et la fréquence prescrites par votre médecin et/ou les consignes du produit que vous utilisez. Les bains de bouche ne sont pas les mêmes, et s’utilisent donc différemment. En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pharmacien, ou bien reportez-vous à la notice d’utilisation du produit

Ainsi, les bains de bouche sont très faciles d’utilisation, pourvu que l’on respecte leurs précautions d’emploi. En effet, comme ils comportent des produits différents, leurs effets et donc leur emploi varient de l’un à l’autre, en fonction de vos besoins. Et justement, quoi de mieux pour avoir un produit véritablement adapté à vos besoins que de le créer vous-mêmes ? 

Pourquoi faire son bain de bouche à la maison ?

Faire son bain de bouche soi-même, à la maison, offre de multiples avantages : 

  • La maîtrise des composants : en général, les bains de bouche contiennent un antiseptique, du fluor et parfois de l’alcool. En le produisant à la maison, il est possible d’enlever les éléments superflus ou bien de rajouter les produits que vous voulez, en fonction de ce que vous désirez ou bien de ce qui vous est utile
  • Le contrôle des ingrédients : certes, c’est vous qui décidez quels ingrédients utiliser, mais vous pouvez aussi en contrôler la qualité, l’origine, etc.
  • La facilité : non seulement créer son propre bain de bouche est simple et rapide, mais vous pouvez aussi le faire avec des composants basiques, que vous pouvez trouver en ouvrant simplement les tiroirs de votre cuisine
  • La disponibilité : qui dit ingrédients faciles d’accès dit aussi liberté totale. Vous aurez la possibilité de préparer vos solutions quand vous le désirez, chez vous, sans avoir à sortir exprès pour en acheter les composants

Voici donc quelques exemples de remèdes à faire chez vous, avec des ingrédients déjà présents – pour la plupart – dans vos placards, en fonction de leurs propriétés.

Les bains de bouche anti-mauvaise haleine

La recette au bicarbonate de soude :

Voilà un ingrédient miracle, que l’on peut utiliser partout dans la maison ! Mais saviez-vous qu’il est aussi très efficace pour nettoyer votre bouche en profondeur, lutter contre la mauvaise haleine et détartrer vos dents ? 

Pour cela, il suffit simplement de :

  • Diluer une cuillère à café environ dans un verre d’eau tiède
  • Après vous être brossé les dents, rincez-vous la bouche pendant quelques minutes (3 à 4 environ) en vous gargarisant
  • Rincez-vous la bouche à l’eau claire

La recette aux huiles essentielles : 

Il est possible que vous trouviez que le goût de la préparation manque d’attrait. Dans ce cas, rien ne vous empêche (si vous n’êtes pas allergique) de rajouter quelques gouttes d’huile essentielle dans votre préparation. Pour un effet d’haleine vraiment très frais, vous pouvez par exemple opter pour : 

  • L’eucalyptus
  • L’arbre à thé 
  • La menthe poivrée
  • Le citron



Le bain de bouche anti-bactérien et antiseptique

La recette  au vinaigre de cidre :

Dans une certaine mesure, éliminer les bactéries dans la bouche entraîne de nombreux avantages : finie la mauvaise haleine, les gencives douloureuses, place à des dents d’un blanc éclatant ! C’est justement ce que permet le vinaigre de cidre. Pour l’utiliser, il faut : 

  • Diluer une cuillère à café environ de vinaigre de cidre à un grand verre d’eau tiède
  • Se laver la bouche quelques minutes avec cette préparation et la recracher
  • Se rincer la bouche abondamment

Attention néanmoins : utilisé trop fréquemment, le vinaigre de cidre peut se révéler agressif et attaquer l’émail de vos dents. Il est donc recommandé de ne pas y avoir recours trop souvent (2 fois par semaine maximum)

Le bain de bouche contre les maux dentaires

La recette  aux clous de girofle :

Reconnus pour leurs propriétés antibactériennes , antiseptiques et anesthésiantes, les clous de girofle sont souvent utilisés en médecine traditionnelle. Le bain de bouche aux clous de girofle est très recommandé pour lutter contre les maux de dents, puisqu’il soulage les gencives et les dents sensibles. Il peut également permettre de soulager l’hypersensibilité dentaire. Pour cela, il suffit de :

  • Faire infuser 3 clous de girofle environ dans 25 cL d’eau tiède
  • Filtrer le mélange
  • Se gargariser avec plusieurs fois
  • Rincer sa bouche abondamment à l’eau claire

Les bains de bouche contre les aphtes, les inflammations et les saignements de gencives

La recette  aux orties :

Cela peut surprendre, mais les orties sont un excellent remède aux infections et inflammations bucco-dentaires. Elles sont particulièrement efficaces contre les aphtes. La recette est la suivante : 

  • Faire bouillir une bonne poignée d’orties dans une casserole d’eau
  • Filtrer et laisser refroidir le mélange
  • Plusieurs fois par jour (environ 3 fois), se gargariser avec cette solution
  • Bien se rincer la bouche à l’eau claire une fois fini

La recette  au sel :

Comme cette préparation est très efficace pour diminuer les inflammations, elle est particulièrement recommandée après un passage chez le dentiste. En dehors de cela, elle constitue un nettoyant très efficace, et aide à lutter contre les saignements de gencives. Pour l’utiliser, il suffit de :

  • Verser une cuillère à café de sel dans un grand verre d’eau tiède
  • Mélanger jusqu’à ce que les cristaux se soient dissous 
  • Se gargariser avec quelques minutes
  • Éventuellement, vous pouvez vous masser les gencives, avec vos doigts (lavés) ou bien avec une brosse à dents disposant d’un dispositif massant intégré
  • Rincer sa bouche

La recette aux huiles essentielles :

Pour lutter contre les saignements de gencives (ou gingivites) et les inflammations, vous pouvez combiner de l’huile essentielle de ciste et d’arbre a thé. Ces deux éléments ont la faculté de renforcer des tissus des gencives et de lutter contre les inflammations. Pour en profiter, il faut : 

  • Mélanger 5 mL d’huile essentielle de ciste et 5 mL d’huile d’arbre à thé
  • Les diluer dans un verre d’eau tiède
  • Se gargariser
  • Bien rincer sa bouche à l’eau claire

Certaines personnes, au lieu d’utiliser ce mélange en bain de bouche, apprécient de déposer 1 à 2 gouttes de ce mélange sur leurs gencives pour les masser. Il faut tout de même rincer abondamment sa bouche après pour ne pas ingérer ou absorber l’huile.

Focus sur les huiles essentielles

Nous venons de voir plusieurs possibilités concernant l’usage des huiles essentielles pour orendre soin de sa santé bucco-dentaire. Sachez qu’il existe de nombreux autres usages. Par exemple, plutôt que de les utiliser en bain de bouche, plusieurs personnes préfèrent déposer une goutte d’huile sur leur dentifrice au moment de se laver les dents. 

La plupart du temps, il s’agit des huiles utilisées pour lutter contre la mauvaise haleine (eucalyptus, citron, menthe poivrée, etc.).

Toutefois, il vous faut rester prudent(e) : il existe des allergies à certaines huiles essentielles, dont les conséquences peuvent être assez graves. Avant de vous lancer dans les bains de bouche aux huiles, il est impératif de tester ou de confirmer que vous n’y êtes pas allergique. 

En outre, certaines huiles peuvent être déconseillées à quelques personnes, comme le sfemmes enceintes par exemple. Avant de vous ancer bille en tête et de concocter vos mélanges, renseignez-vous et demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Sources

https://www.ameli.fr/assure/sante/bons-gestes/petits-soins/effectuer-bain-bouche
https://quebellissimo.fr/maison/bain-bouche-maison/
https://www.labelleadresse.com/beaute/dents-blanches/4-bains-de-bouche-maison-naturels.html
https://deavita.fr/bien-etre/bain-bouche-maison-alternative-naturelle/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

osteopathie

Ostéopathe : quel bienfaits sur le corps et l’esprit ?

By dans le corps, Relaxation, Soins

Ostéopathe : quel bienfaits sur le corps et l’esprit ?

osteopathie

L’ostéopathie fait partie des médecines non conventionnelles ou des thérapies dites « alternatives ». Souvent, on connaît l’ostéopathe comme le praticien qui soulage des douleurs au dos, mais ses bienfaits ne se limitent pas qu’à cet aspect-là de la pratique. 

Le terme « ostéopathie » vient du grec « ostéo » (« os ») et « pathos » (« affection »). Il s’agit donc d’une thérapie centrée autour des os, du squelette. Plus précisément, après avoir étudié votre posture et effectué une palpation rapide pour déceler d’éventuels gênes et dysfonctionnements, l’ostéopathe va manipuler votre corps – ou certaines parties de votre corps – pour en rétablir l’équilibre.

L’un des principes fondamentaux de cette discipline est que tout est lié. Autrement dit, les troubles physiques ou psychologiques peuvent avoir des conséquences partout dans le corps. L’organisme tout entier peut être perturbé par une mauvaise posture, un traumatisme, une blessure ou encore le stress, par exemple.  

A la fois préventive et curative, l’ostéopathie perçoit les patients comme un tout. Ainsi, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, les praticiens ne s’intéressent pas uniquement aux os, mais aussi aux organes, aux muscles, aux viscères, etc.

Dès lors, l’ostéopathie permettrait de soigner une multitude de troubles.




Bienfaits de l’ostéopathie

L’ostéopathie s’adresse à tout le monde, femmes enceintes, bébés, personnes âgées, enfants, adolescents ou bien personnes en bonne santé. En effet, en ostéopathie le traitement est adapté au patient, et sera toujours indolore. Tant que le trouble concerné n’engage pas la vie du patient, cette thérapie se targue de pouvoir traiter tous types de pathologie.

La plupart du temps, on consulte un ostéopathe pour soulager des douleurs osseuses ou articulaires, mais son champs de compétences s’étend bien au-delà. On peut y avoir recours par exemple pour agir sur : 

  • Les douleurs en général (articulaires, osseuses, digestives)
  • Les affections de la colonne vertébrale en particulier (torticolis, lumbagos, sciatiques) mais aussi les douleurs aux épaules et aux côtes, l’arthrose, etc.
  • Les troubles neurologiques
  • Les maux de tête, les vertiges
  • L’anxiété, le stress, les baisses de moral
  • L’asthme
  • Les douleurs gynécologiques
  • Les troubles du sommeil
  • L’énurésie
  • Les affections génito-urinaires
  • Les troubles cardiovasculaires et pulmonaires
  • Les désagréments liés à la grossesse
  • Et bien d’autres encore

L’ostéopathie en pratique

Pour effectuer une séance d’ostéopathie, nul besoin de matériel spécifique. Habillez-vous simplement avec des vêtements qui vous permettent de bouger et d’être à l’aise. 

Lors d’une séance, le thérapeute va d’abord chercher à établir son diagnostic. Pour cela, il va : 

  • S’entretenir avec vous, vous poser beaucoup de questions qui peuvent parfois vous sembler éloignées du sujet mais ont en fait un réel intérêt puisque vous êtes considéré(e) comme un tout corps/esprit
  • Vous examiner physiquement ; pour cela, il va observer la façon dont vous vous tenez, puis il va vous palper légèrement
  • Manipuler vos membres pour traiter votre trouble. Souvent, il s’agit de pressions et d’étirements. Un grand nombre d’entre elles sont effectuées sur la colonne vertébrale, parfois sur la tête

Y a-t-il des précautions à prendre ?

Il existe en effet certaines précautions. D’abord, l’ostéopathie est déconseillée en cas de fièvre, d’infection, d’inflammation ou de poussées inflammatoires. Ensuite, comme vous serez amené(e) à effectuer des mouvements, certaines blessures ou affections ponctuelles peuvent contre-indiquer la pratique de cette thérapie (hernies, crises de migraines, etc.).

Enfin, l’ostéopathie n’est pas adaptée aux maladies graves (tumeurs, cancers, maladies neurologiques). Effectivement, il s’agit d’une médecine douce qui ne peut en aucun cas se substituer aux autres soins médicaux (interventions chirurgicales, prescriptions médicamenteuses). 

Prenez garde : comme pour de nombreuses thérapies alternatives, il existe aussi des problèmes d’escroquerie et de charlatanisme. Pour les éviter, veillez à vérifier la formation de votre praticien.

Y a-t-il un cadre légal pour la pratique de l’ostéopathie ?

Depuis 2002, tous les praticiens, qu’ils soient médecins ou non, doivent avoir suivi une formation adéquate afin de pouvoir prétendre pratiquer cette thérapie. Pour les non-médecins, cette formation dure 6 ans et doit être validée.

En outre, pour avoir le droit de pratiquer, les ostéopathes doivent être inscrits sur une liste dans le département où ils pratiquent leur profession. En France, on en recense 12 000 environ, dont la plupart sont des kinésithérapeutes ou des médecins, qui ont donc étudié pendant 10 ans.

Par ailleurs, les ostéopathes aujourd’hui doivent obligatoirement suivre une formation continue, sous contrôle du Ministère de la Santé. De même, il existe plusieurs écoles, très encadrées, qui enseignent l’ostéopathie partout en France et notamment à Paris ; toutes doivent répondre à des critères exigeants et renouveler régulièrement leur agrément. Vous pouvez donc consulter un ostéopathe de Paris mais aussi dans la plupart des villes de France…

Enfin, si l’ostéopathie – quand elle n’est pas pratiquée par un médecin – n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale, certaines mutuelles remboursent les frais de consultation.

Sources

https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=osteopathie_th

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

serviette hygienique

Et si vous essayiez les serviettes hygiéniques lavables ?

By dans le corps, Soins

Et si vous essayiez les serviettes hygiéniques lavables?

serviette hygienique

Mesdames, vous cherchez une alternative aux serviettes hygiéniques jetable, mais vous n’êtes pas convaincue par les coupes menstruelles ? Vous espérez une alternative plus économique, plus écologique et plus pratique ? Essayez les serviettes hygiéniques lavables ! Faciles à utiliser et adaptables, elles sont peut-être LA solution à vos tracas mensuels.




Avant tout, un peu d’histoire…

On retrouve des traces de protections hygiéniques depuis l’Antiquité. En 1550 avant Jésus-Christ déjà, les Égyptiennes avaient l’habitude d’utiliser du papyrus ramolli pour fabriquer ce que l’on appellerait aujourd’hui des tampons, tandis qu’en Grèce antique les femmes faisaient de même, en enroulant des bandes de tissus autour de morceaux de bois. 

Cependant, la montée en puissance des principes moraux véhiculés par les religions monothéistes interdit peu à peu cette pratique, considérée comme impure. 

C’est au XIXème siècle environ que ressurgit l’utilisation de ce que l’on pourrait qualifier aujourd’hui d’ancêtres des serviettes hygiéniques. « Sacs à chiffons », « ceintures hygiéniques »… Ces techniques, bien qu’astucieuses, étaient pourtant loin d’être commodes, car les tissus, souvent de couleur claire, étaient difficiles à laver en plus d’être faits de matériaux rêches, donc très inconfortables.

Tout au long du XIX et du XXème siècle, des astuces font tour à tour leur apparition puis tombent dans l’oubli, pour diverses raisons. Mais en 1963 enfin, les serviettes hygiéniques jetables arrivent dans les magasins français, ce qui conduit à un délaissement progressif des équipements lavables peu pratiques.

Seul problème : le nombre de protections hygiéniques jetables utilisées chaque jour est colossal. À l’échelle mondiale, on estime cette consommation à environ 1450 serviettes hygiéniques par seconde, soit 45 milliards par an. Or, les préoccupations écologiques actuelles ont entraîné l’émergence de nouvelles façons de se protéger chaque mois. Les serviettes hygiéniques lavables en font partie.

Qu’est-ce que c’est ?

Aussi parfois appelées protège-slip lavables, les serviettes hygiéniques lavables sont à distinguer des culottes menstruelles. Il y a quelques années encore, elles étaient surtout utilisées pour absorber les flux qui suivaient un accouchement, une opération, un avortement, ou bien pour pallier les pertes blanches et certaines fuites urinaires. Mais aujourd’hui, on les utilise aussi pendant les règles. 

Elles se présentent exactement comme des serviettes hygiéniques jetables, c’est à dire sous forme de protection externe, qui se fixe sur le sous-vêtement et se change en fonction de la quantité de votre flux. Comme pour les autres types de protections intimes, il en existe de différentes sortes, en fonction des besoins de chaque femme.

En revanche, contrairement aux serviettes hygiéniques jetables, elles ne possèdent pas de bande adhésive. À la place, elles ont des boutons à pression. Il suffit donc simplement de les clipser sous la culotte, une fois que votre serviette est correctement installée sur votre sous-vêtement. En général, les serviettes jetables possèdent une face avec des motifs, et une face unie. La plupart du temps, c’est la face avec des motifs qui devra être en contact avec votre peau, et la face unie collée à votre sous-vêtement.

Par ailleurs, sachez qu’il n’y a pas de nombre prédéfini de serviettes lavables que vous devez posséder. Ce chiffre dépend bien évidemment de votre flux et de la façon dont vous les utilisez. Normalement, les serviettes lavables ont la même capacité d’absorption que les serviettes jetables. Par conséquent, si vous aviez besoin de quatre serviettes jetables par jour, vous aurez besoin de la même quantité de serviettes lavables. 

De même, la durée de votre cycle menstruel ainsi que la fréquence de vos lavages en machine influencent ce nombre. Ainsi, pour ne pas être bloquée, il est conseillé d’en avoir pour trois jours. 

Pourquoi passer aux serviettes hygiéniques lavables ?

Les raisons sont nombreuses, mais voici les principales : 

Parce qu’elles sont écolo

C’est probablement la raison la plus souvent évoquée. Les serviettes jetables ont une durée de vie très éphémère (entre 3 et 8 heures) ; il faut donc en produire beaucoup, ce qui génère énormément de déchets. 

Elle sont lavables, et réutilisables plusieurs années (3 à 10 ans selon les marques, matières utilisées, entretien, etc.). En outre, elles ne nécessitent pas une machine spéciale pour le lavage ; vous pouvez les laver avec n’importe quels autres vêtements.

Par conséquent, vous polluerez moins et ne gaspillerez pas plus d’eau ni d’électricité qu’en temps normal. En plus, lorsqu’elles sont fabriquées avec des fibres naturelles, elles sont recyclables.

Parce qu’elles sont saines

Les serviettes et tampons hygiéniques jetables comportent très souvent des substances polluantes, mais aussi toxiques. Matières synthétiques et plastiques, dioxines, mais aussi pesticides, pétrole et perturbateurs endocriniens sont autant de produits néfastes que l’on retrouve pourtant dans des produits si intimes. 

Si on ajoute à cela tous les additifs tels que le parfum, le chlore (pour le blanchissement) ou encore les produits chimiques utilisés pour décorer la serviette jetable (motifs, couleurs), on s’étonne moins que certaines femmes réagissent mal à leur utilisation (démangeaisons, assèchement, sensation d’inconfort).

Or, lorsque l’on achète des serviettes hygiéniques lavables, on peut nettement plus facilement maîtriser leur composition. Pour cela, il ne faut pas seulement se contenter de les acheter en magasin bio, mais il faut aussi vérifier qu’elles ont bel et bien un ou des label(s), qui certifie(nt) la qualité de leur fabrication et des produits utilisés (coton bio, fibres de bambou…).

Parce qu’elles sont adaptables

Comme pour les lavables, il y en a de tailles, de formes différentes et pour des flux variés. Vous pouvez donc choisir ce qui vous correspond le mieux. Mais en plus, vous pourrez aussi choisir les motifs, la couleur, et surtout le tissu dont elles sont faites.  

Parce qu’elles sont rentables

Il est vrai qu’à priori, les serviettes hygiéniques lavables sont nettement plus chères que les serviettes hygiéniques jetables (en moyenne, comptez entre 5 et 15€ pour une serviette, mais vous pouvez aussi en trouver en lots). Mais justement, il ne s’agit là que d’un à priori. 

En effet, leur durée de vie est nettement plus longue, puisqu’elles s’utilisent plusieurs années en fonction des marques et de leur composition. Et lorsque l’on compare à l’achat de serviettes jetables qu’il convient d’acheter régulièrement et plusieurs fois par an, l’investissement de départ dans les serviettes lavables est donc largement rentabilisé.




Comment les entretenir ?

Effectivement, il s’agit là de l’un des inconvénients des serviettes lavables : elles sont plus contraignantes que leurs homologues jetables. Puisqu’elle ne se jettent pas simplement à la poubelle après utilisation, elles nécessitent évidemment un travail d’entretien plus important.

Après achat

Avant tout, s’il est une chose que vous devez faire impérativement, c’est laver vos serviettes avant la première utilisation. Elles sont en effet en contact avec un endroit de votre corps très sensible ; aussi, mieux vaut ne pas prendre le moindre risque. Ensuite, laissez-les sécher à l’air libre.

Après utilisation

Une fois que vous avez changé de serviette, repliez la serviette usagée sur elle-même, la partie avec le sang vers l’intérieur. Ensuite, clipsez-la avec les petits boutons en veillant bien à ce que la partie imperméable soit vers l’extérieur, puis mettez-là  dans son petit sac de transport (normalement fourni avec les serviettes lors de l’achat). 

Le soir, une fois rentrée chez vous, faites tremper votre serviette dans de l’eau à température ambiante, puis frottez et essorez-les jusqu’à faire partir les tâches de sang. Si vraiment elles ne s’en vont pas, vous pouvez utiliser un savon doux, détachant, bio de préférence.

À ce stade du lavage, il existe différentes écoles : celles qui font tout de suite sécher les serviettes pour les réutiliser, et celles qui lavent en plus leurs serviettes en machine avant de les réutiliser. Précisons que dans les deux cas, il s’agit d’une réutilisation pour le même cycle menstruel. Évidemment, toutes s’accordent sur le fait qu’il faut laver les serviettes en machine d’un cycle à l’autre.

Pour les laver en machine, vous devez regarder les étiquettes de vos protections. En effet, selon les marques et les produits utilisés, les besoins peuvent varier. Mais sachez que la majorité des serviettes lavables peut être lavée avec vos autres vêtements, lors d’un cycle normal en machine.

Attention, certaines serviettes ne réagissent pas bien à la chaleur ; il est donc fortement déconseillé de les sécher en machine et d’utiliser le fer à repasser. Rien de tel que de les laisser à l’air libre, donc.  

À la fin du cycle

À la vin de votre cycle menstruel, une fois que vous les avez correctement lavées en machine, il ne vous reste plus qu’à plier et à stocker vos serviettes lavables dans leur petite poche, jusqu’à vos prochaines menstrues.

Comment en fabriquer soi-même ?

serviette hygienique tissu

Si le prix d’achat des serviettes hygiéniques lavables vous fait peur, vous pouvez les fabriquer vous-mêmes. Pour cela, voici quelques astuces :

Quels tissus choisir ?

Pour fabriquer vos serviettes, vous aurez principalement besoin de trois pièces de tissu différentes, correspondant aux diverses parties de la protection. Vous pouvez soit les acheter, et dans ce cas vous pourrez veiller à ce qu’ils soient certifiés bio et respectueux de votre intimité, soit les récupérer ailleurs, sur des vêtements usés par exemple. Attention dans ce dernier cas, veillez tout de même à ce que les tissus soient adaptés à l’usage que vous allez en faire.

Les différentes parties de la serviette sont :

  • La partie maintien : c’est la partie en-dessous, celle qui est en contact avec votre sous-vêtement. Il faut utiliser un tissu imperméable et respirant, afin de protéger vos sous-vêtements et éviter les mauvaises odeurs. Certaines conseillent d’utiliser le tissu d’un parapluie déchiré.
  • La partie de protection : c’est la face du dessus, qui est en contact avec votre peau. Le coton bio extensible est plus qu’indiqué pour la fabriquer. Vous pouvez choisir du tissu avec de jolis motifs pour personnaliser votre protection. Dans ce cas, les couleurs sombres sont particulièrement indiquées, afin de masquer les tâches.
  • La partie absorbante : située à l’intérieur de la partie de protection, c’est ce qui va absorber vos flux. Il est recommandé d’utiliser des tissus en micro-fibres (bambou, éponge bio par exemple).
  • Et les boutons avec des pressions, pour fixer votre protection.

La fabrication

Commencez par bien laver les tissus, en prenant les précautions propres à chacun. 

Ensuite, choisissez des patrons. Vous pouvez en trouver déjà faits, ou bien les dessiner vous-mêmes. Vous pouvez par exemple utiliser une serviette déjà existante pour tracer les contours de la vôtre, en laissant une bordure d’un centimètre environ (pour la couture). Utilisez ensuite votre patron pour découper les tissus. 

À noter : il vous faut un patron pour la partie protection (en forme de protège-slip, sans rabat), et un autre pour la partie en forme de serviette hygiénique, avec rabat pour la partie maintien. Seconde remarque : si le tissu imperméable est vraiment fin, vous devrez peut-être découper plusieurs couches et les assembler ensuite.

Découpez un carré ou un rectangle dans la matière absorbante, que vous placerez uniquement au centre des autres, sans empiéter sur les rabats. Ensuite, cousez la partie absorbante sur la partie imperméable. Superposez-y la partie de protection. Fixez le tout avec des épingles, puis assemblez les pièces de tissu en les cousant, à la machine ou bien à la main. 

Après cela, posez correctement chaque partie des boutons pression sur les arrondis latéraux, puis fixez les.

Votre serviette est prête ! 

Bien sûr, il y a autant de façon de fabriquer des serviettes lavables qu’il y a de femmes. Voici donc des vidéos d’autres techniques : 

 

 




Quels risques ?

Il n’existe à ce jour pas de risque particulier pour la santé lorsque l’on utilise des serviettes hygiéniques lavables. Il existe peut-être quelques rares possibilité d’allergies en fonction des matériaux qui composent les serviettes, mais cela reste rare car les fabricants (surtout les producteurs certifiés d’un label) font en sorte que ces désagrément ne se produisent que le plus rarement possible.

En revanche, faites attention à ne pas confondre serviettes lavables et protège-slip lors de l’achat. En effet, même si leur but est globalement le même, ils ne sont pas tous deux utilisés lors des mêmes circonstances. Un protège-slip est nettement moins absorbant qu’une serviette, et il est donc déconseillé d’en utiliser lors de vos règles.

Sources :

https://smoon-lingerie.com/blogs/news/lhistoire-des-protections-hygieniques
https://www.planetoscope.com/hygiene-beaute/1598-consommation-mondiale-de-serviettes-hygieniques.html
https://www.ecoconso.be/fr/content/3-bonnes-raisons-deviter-les-protections-hygieniques-jetables
https://ceciline.fr/blog/comment-entretenir-ses-serviettes-hygieniques-lavables–n2
https://dansmaculotte.com/fr/guides/nettoyer-serviette
https://machine-a-coudre.ooreka.fr/fiche/voir/552643/fabriquer-des-protege-slips-lavables
https://maconscienceecolo.com/serviettes-hygieniques-lavables-idees-recues/
https://consommonssainement.com/2016/10/02/serviettes-hygieniques-recup/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

spiruline

La spiruline, une micro algue qui porte à controverse

By Alimentation, Hygiène de vie, Soins

La spiruline, une micro algue qui porte à controverse

spiruline

La spiruline est une micro algue, ou plutôt une cyanobactérie filamenteuse en forme de spirale, de couleur verte ou bleue. Très riche en minéraux et vitamines, elle est commercialisée sous de nombreuses formes (poudres, gélules, comprimés, filaments déshydratés…). A la fois encensée et récriée, les avis sur cet aliment (appelé à tort « algue ») sont très partagés. Voici donc un petit point sur ce qu’il est important de savoir.




Qu’est-ce que la spiruline ?

Le terme « spiruline » désigne en fait la forme de cette cyanobactérie, toute en spirales.

Traditionnellement, la spiruline était consommée par les Kanem, au Tchad, et ce n’est qu’à la fin des années 60 qu’elle a été ramenée en Europe, où elle est devenue très populaire à partir des années 70.

La spiruline est une micro algue qui pousse naturellement dans les eaux chaudes des lacs de certaines régions du monde, comme le Mexique, l’Inde et le Tchad par exemple. Néanmoins, comme sa demande et sa consommation sont toujours plus croissantes, quelques pays d’Europe (dont la France et la Grèce) et d’Amérique Centrale ainsi que les Etats-Unis et l’Afrique de l’Ouest ont eux aussi commencé à en cultiver artificiellement dans des fermes ou sous des serres depuis une vingtaine d’années environ. 

Il existe environ 2000 espèces de spiruline, parmi lesquelles 36 seulement sont comestibles. Il faut savoir qu’on ne la consomme pas telle quelle, mais obligatoirement séchée. Aliment très à la mode, elle est présente partout et vous en consommez peut-être même sans le savoir : dans les cocktails des bars branchés, dans les compléments alimentaires pour les personnes qui suivent un régime végétarien… Elle est aussi utilisée par certaines associations qui en distribuent dans les pays en développement, afin de combattre la malnutrition des enfants.

En effet, sa composition en fait un aliment extrêmement intéressant d’un point de vue nutritionnel. En sachant que sa composition peut varier en fonction de l’endroit ou elle est cultivée, et aussi de la façon dont elle a été cultivée, séchée puis broyée, voici une liste non-exhaustive de ses nutriments : 

  • Vitamines (B12, E)
  • Fer
  • Acide gamma-linolénique (de la famille des omégas 6)
  • Minéraux et oligo-éléments (calcium, phosphore, magnésium, zinc, cuivre, sodium, sélénium, manganèse)
  • Protéines (55 à 70% environ de sa composition)
  • Bêta-carotène
  • Phycocyanine (un antioxydant)
  • Chlorophylle

Les bienfaits de la spiruline

culture spiruline

Grâce à tous ces composants, les bienfaits de la spiruline sont nombreux. Elle contribue notamment : 

  • A réduire la fatigue et à rester en forme
  • A améliorer les performances du système immunitaire
  • A ralentir le vieillissement de la peau
  • A perdre du poids et à maîtriser son appétit
  • A récupérer plus rapidement après un entraînement physique intense ou une compétition, car elle permet d’évacuer plus rapidement l’acide lactique et les divers polluants contenus dans l’organisme
  • A améliorer l’endurance, parce qu’elle aide à oxygéner davantage les muscles
  • A prévenir les problèmes cardiaques, en favorisant la production du bon cholestérol et en diminuant la sécrétion du mauvais
  • Chez les personnes atteintes de diabète non insulino-dépendant, la spiruline aurait un effet hypoglycémiant
  • Pour les personnes véganes ou végétariennes, sa teneur en protéines et en fer en fait un excellent complément alimentaire

La spiruline a même été utilisée pour traiter les patients irradiés après les accidents nucléaires de Nagasaki et de Tchernobyl : on a administré pendant plusieurs semaines un régime strict contenant, entre autres aliments, de la spiruline aux patients, qui ont alors vu leur taux de radiation chuter. D’ailleurs, en Russie la spiruline est reconnue comme « aliment thérapeutique », et le Japon en est le premier consommateur mondial.

Les dangers de la spiruline

Si la spiruline semble tout avoir pour plaire, plusieurs effets indésirables ont été signalés à la suite de sa consommation, et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a averti les consommateurs de ces effets nocifs et des allergies possibles.

En outre, face à la popularité toujours croissante de ce « superaliment », plusieurs médecins mettent en garde contre le peu d’études scientifiques menées sur les bienfaits de la spiruline (sauf en ce qui concerne le cholestérol, pour lequel les bénéfices sont bien réels et prouvés). En outre, la vitamine B12 contenue dans la spiruline, argument fort des végétariens et véganes, ne serait en fait pas assimilable par l’Homme. Les personnes qui présentant un déficit de cette vitamine doivent donc se tourner vers d’autres compléments, sous peine de voir leur manque s’aggraver.

Mais ce qui pose le plus de problème, ce sont les circuits par lesquels la spiruline est produite et acheminée. En effet, consommée avec modération et hormis allergie, elle ne comporte normalement pas de grand risque pour la santé. En revanche, l’Anses a étudié plusieurs échantillons et a relevé des traces de contamination par des bactéries, des toxines, voire des métaux (mercure, plomb, arsenic…). 

Par conséquent, il est absolument essentiel de vérifier la traçabilité des compléments à base de spiruline, et de privilégier les circuits qui suivent la réglementation mise en place par les pouvoirs publics.

Enfin, en raison de sa forte teneur en certains éléments, il existe des cas particulier pour lesquels la consommation de spiruline est déconseillée. C’est le cas des personnes souffrant de : 

  • Hémochromatose
  • Insuffisance rénale
  • Phénylcétonurie 

Evidemment, si vous souffrez de n’importe quel trouble, demandez l’avis d’un professionnel de santé avant toute consommation de spiruline, même modérée.




Origine  

On sait désormais que la spiruline existe depuis au moins 3 milliards d’années, et qu’elle était utilisée par les Hommes dès le IXème siècle, sous l’Empire du Kanem ; les européens, eux, connurent son existence au XIIIème siècle, lors de la conquête du Nouveau Monde (en particulier de l’Amérique Centrale), car les Aztèques et les Incas avaient l’habitude d’en consommer quotidiennement. 

Au Tchad, elle est souvent collectée puis séchée et mangée avec le mil (nom qui désigne plusieurs espèces et variétés de céréales). 

Très populaire depuis les années 1970 dans les pays industrialisés, elle a été décrite en 1974 comme « meilleur aliment pour l’humanité au XXIème siècle » par l’Organisation Mondiale de la Santé, et comme « l’aliment idéal et le plus complet » par l’UNESCO, en raison de sa richesse nutritionnelle exceptionnelle.

Sources  

https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=spiruline_ps
https://www.naturaforce.com/bienfaits-complements/spiruline-naturelle/?cn-reloaded=1
https://www.consoglobe.com/spiruline-algue-100-bienfaits-3079-cg
https://sante.lefigaro.fr/article/spiruline-attention-aux-effets-indesirables/
https://www.lefigaro.fr/gastronomie/2017/09/16/30005-20170916ARTFIG00017-la-spiruline-une-algue-aux-mille-vertus.php
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2541346-spiruline-super-aliment-bienfait-danger/
https://www.spirulinefrance.fr/
https://naturalathleteclub.com/blog/spiruline-danger-effets-secondaires/

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

marc de café

Le marc de café, cet ingrédient qui vous veut du bien

By Alimentation, Maison, Soins

Le marc de café, cet ingrédient qui vous veut du bien

marc de café

Connaissez-vous la cafédomancie ? C’est un art très ancien, qui consiste à lire l’avenir dans le marc de café, en fonction des traces qu’il laisse dans le fond d’une tasse ou d’une assiette. Si malheureusement, il n’est pas encore tout à fait question ici de vous donner les clefs pour deviner les prochains numéros gagnants du loto, vous allez néanmoins pouvoir découvrir ses nombreuses vertus pour améliorer votre bien-être tout en restant naturel(le).




Qu’est-ce que c’est ?

En 2018, une étude de l’Ifop a démontré que 83% des français buvaient du café, soit 8 français sur 10. L’une des principales raisons de cet engouement étant qu’il permet de décupler notre énergie le matin. En outre, une fois consommé, le café peut être réutilisable, puisque son marc possède bien d’autres vertus : la caféine est par exemple un ingrédient utilisé dans de nombreux produits esthétiques.

Plus particulièrement, le marc de café est le résidu, sous forme d’une petite poudre, qui subsiste après que vous ayez fait infuser votre café. Bien souvent, on le jette sans même y faire attention une fois le café consommé. Pourtant, il recèle de nombreuses surprises, et on peut l’employer de bien des façons.

Un allié beauté surprenant 

L’une des premières utilisations du marc de café est esthétique. On lui attribue en effet des propriétés vivifiantes, anti-oxydantes et anti-inflammatoires, notamment parce qu’il est extrêmement riche en nutriments (potassium, phosphore). Et comme il a un pH proche de celui de la peau (environ 6), on peut l’appliquer directement dessus pour lui redonner éclat et fermeté. Voici quelques astuces beauté : 

Exfoliation et gommage

Sous la douche, vous pouvez l’appliquer directement sur la peau de votre corps et masser en faisant de petits cercles, à la main ou bien avec un gant. Si le contact un peu rugueux du marc vous déplaît, vous pouvez le mélanger à du savon avant de l’appliquer, ou encore directement créer votre propre composition en ajoutant l’équivalent d’un demi-verre dans votre bouteille de gel douche, ou bien en l’incorporant à de l’huile végétale par exemple. Même si vous sentez moins les grains sur votre peau, le gommage sera tout aussi efficace. Ensuite, vous pourrez rincer à l’eau claire. Pour une efficacité optimale, il est conseillé de s’exfolier une fois par semaine.

Par ailleurs, la peau du visage, elle, est plus fragile. Elle sera donc plus facilement agressée, voire blessée. Vous pouvez par conséquent mélanger le marc avec un peu de miel ou d’amande douce par exemple. Il faut laisser poser le masque environ une à deux minutes, puis le rincer à l’eau claire. Vous pouvez le faire une fois ou deux par semaine pour redonner à votre peau un très bel éclat.

 Les coudes et les pieds

Ces deux parties du corps sont connues pour être particulièrement rugueuses. Ainsi, vous pouvez insister en les massant plus longtemps, puis en appliquant une crème hydratante après vous être séché(e). Libérée de ses peaux mortes et hydratée en profondeur, votre peau retrouvera toute sa douceur.

Anti cellulite

Associé à un massage, le marc de café est redoutablement efficace pour vous débarrasser de votre peau d’orange. Par son action tonifiante, il permet une meilleure circulation du sang sous votre peau et de supprimer ces fameux et indésirables capitons (amas graisseux dans les tissus).

Quotidiennement, vous pouvez mélanger votre marc à de l’huile végétale (olive, argan ou coco par exemple) en insistant sur les zones concernées. Vous pouvez vous masser, toujours en faisant de petits cercles, et en appuyant fermement, mais sans trop exagérer. Il est déconseillé de le faire sur la poitrine cependant, car la peau y est plus fine, et donc beaucoup plus sensible. Ensuite, vous pouvez rincer.

Certain(e)s vont même plus loin, en étalant leur mélange sur une feuille de cellophane avant d’envelopper les parties de leur corps à traiter, ou bien en enveloppant directement la zone concernée. Laissez reposer le mélange quelques minutes, puis rincez.




Anti cerne

En plus de son effet tenseur, le marc de café est un décongestionnant très efficace. Non seulement il peut aider à masquer les cernes, mais aussi les yeux gonflés à cause de la fatigue.

Prenez une cuillère à café de marc, et mélangez-la à une cuillère de fromage blanc ou de yaourt bio et ajoutez quelques gouttes de citron. Pour un maximum d’efficacité, il est conseillé de le placer au réfrigérateur pendant deux heures environ. Puis vous pouvez l’appliquer autour de vos yeux (attention à ne pas vous en mettre dans les yeux !), le laisser poser quelques instants (entre 5 et 15 minutes), puis le rincer délicatement avec un coton imbibé d’eau tiède. Prenez garde à ne pas irriter votre peau, qui est très fragile sur cette partie du visage.

Une autre alternative peut être de mélanger une cuillère de marc à café avec un blanc d’œuf et du miel, pour la même utilisation.

Eclat des cheveux 

Attention, pour cette propriété-ci, le marc à café n’est à utiliser QUE sur des cheveux foncés. Il peut en effet assombrir vos cheveux dans le cas contraire. 

Il existe plusieurs techniques : certain(e)s utilisent le marc pur, éventuellement en le mouillant un peu, pour se masser le cuir chevelu en insistant bien sur les racines, après s’être lavé les cheveux. D’autres l’utilisent comme après-shampoing : dans ce cas, vous pouvez mélanger le marc à du miel ou bien à de l’huile adaptée à vos cheveux. D’autres encore le mélangent directement à leur shampoing pour à la fois se laver les cheveux et se masser le cuir chevelu.

Vous pouvez aussi, après le massage simple, choisir d’utiliser une crème de soin spéciale pour les cheveux. En tous les cas, n’oubliez pas de réaliser un deuxième après-shampoing ou lavage, afin de vous débarrasser de toute mauvaise odeur éventuelle et d’évacuer tous les résidus de café. 

Votre chevelure sera ainsi débarrassée de ses dépôts, votre cuir chevelu sera purifié et tonifié, et vos cheveux seront plus éclatants et doux que jamais. En outre, leur couleur foncée sera ravivée, pour révéler de magnifiques reflets.

Il est recommandé d’utiliser le marc au moins une fois par semaine sur vos cheveux.

Bonus

Le marc de café a également des effets anti âge, puisqu’il raffermit la peau et ravive son éclat. En outre, il peut vous aider à obtenir un teint légèrement hâlé pendant l’hiver. 

Enfin, si vous ne parvenez pas à ôter une odeur persistante ou une substance graisseuse désagréable, vous pouvez vous laver les mains avec du marc de café : utilisez-le comme un savon normal, et vous aurez des mains douces et propres à nouveau.

Un compagnon qui prend soin de votre santé 

Le marc de café est un diurétique, ce qui aide à éliminer les excédents d’eau dans votre corps. En outre, il peut vous aider à soulager des foulures bénignes. Pour cela, appliquez-en encore tiède en cataplasme sur la zone douloureuse, laissez reposer 30 minutes, puis rincez à l’eau tiède.

Dans votre jardin

 Voilà bien longtemps qu’il est utilisé dans les jardins, notamment comme compost, car ses bienfaits sont innombrables. Quelques exemples d’utilisation :

Engrais et terreau

Excellent engrais naturel, le marc de café libère de l’azote, du phosphore et du potassium, et est particulièrement efficace pour nourrir la terre et faire pousser de jeunes plants ou stimuler la croissance lors des rempotages. Vous pouvez donc facilement l’utiliser pour remplacer les engrais chimiques.

Pour cela, répandez-en une petite quantité au pied des plantes, ou bien mélangez-le à la terre en binant légèrement. Pour les semis, disposez une couche fine pour aider à la pousse. 

Attention à ne pas en mettre trop pour ne pas tuer les plantes. Et prenez garde à ce que le marc soit bien sec lorsque vous l’utilisez. Petite astuce : vous pouvez le garder dans une boîte ouverte pour le faire sécher sans qu’il ne moisisse.

Pour le compost

Véritable activateur, son apport en minéraux augmente l’efficacité du compost. De plus, les vers de terre et les lombrics sont de grands amateurs de marc de café, car la caféine les stimule et les aide à digérer la matière organique, ce qui les rend plus actifs dans leur processus de transformation des végétaux en compost.

Attention là encore à ne pas en abuser, pour ne pas voir l’effet contraire se produire : à trop forte dose, le marc devient un inhibiteur de croissance.




Anti nuisible

Même s’il ne contient plus assez de caféine pour être toxique pour les limaces et les escargots, le marc de café les éloigne de vos plantes si vous en répandez tout autour. Mélangé à de l’eau, vous pouvez le pulvériser sur les végétaux infestés de pucerons, il sera tout aussi efficace. Pour les fourmis, vous pouvez y mélanger quelques gouttes de citron et former une barrière devant l’endroit que vous voulez protéger. C’est une solution radicale : elles ne s’en approcheront plus ! 

En cas de forte pluie, n’oubliez pas de renouveler le marc de café, sans en abuser, si vous voulez qu’il reste efficace.

Une des vertus moins connues du marc est son effet repoussoir pour les chats. Pour vous en débarrasser, mélangez le marc à des épluchures ou du jus d’agrumes, et délimitez votre jardin avec cette mixture. Dégoutés par l’odeur, ils ne s’en approcheront plus ! A noter : si vous avez un chien et qu’il mange le marc de café, il risque d’être malade.

Enfin, vous pouvez utiliser le marc pour frotter le pelage de votre chien/chat, ou bien le mélanger à son shampoing pour le débarrasser de ses puces.

Dans la maison 

En désodorisant

Dans votre frigo, votre buanderie, vos placards, ou même une pièce fraîchement repeinte, placez une coupelle ou un bol rempli de marc de café légèrement mouillé. Les mauvaises odeurs seront absorbées rapidement. Lorsque le marc sera trop sec, il faudra le changer.

Pour aller plus loin : certain.e.s aiment mélanger un peu de marc avec de la cire d’abeille fondue pour créer une bougie au parfum léger de café.

En produit nettoyant

Avec ses vertus désodorisantes, nettoyantes et dégraissantes, le marc de café peut remplacer certains produits nettoyants chimiques. Pour cela, mélangez le marc de café avec un peu d’eau tiède, puis utilisez une brosse à poils doux ou une éponge pour nettoyer vos ustensiles sales avant de les rincer à l‘eau tiède. Cette technique est particulièrement efficace pour récurer les fonds de casseroles brûlés.

Vous pouvez aussi nettoyer ainsi votre cuisinière, et même carrément faire votre vaisselle. Dans ce cas, comptez environ deux poignées pour une vaisselle de quatre personnes.

Enfin, si vous avez prévu de laver votre cheminée, vous pouvez mouiller un peu de marc avant d’en saupoudre l’intérieur ; il va ainsi empêcher les cendres de s’éparpiller partout pour que vous les récupériez aisément.

cafe

Pour vos canalisations

 Nombre des préconisations précédentes recommandaient d’utiliser le marc sous la douche. N’ayez pas peur pour vos canalisations : le marc de café prévient leur obstruction. Il suffit de le mélanger à de l’eau tiède et d’en vider l’équivalent de quelques cuillères environ dans vos tuyaux (évier, lavabo, baignoire…), puis de verser de l’eau bien chaude. Cela évitera la formation de bouchon, anéantira les graisses et effacera les mauvaises odeurs.

A noter : le marc sert uniquement à prévenir des bouchons. Inutile d’en rajouter si vous en avez déjà un, cela ne ferait qu’empirer la situation.

Pour vos meubles

Pour teindre un meuble en bois ou raviver la couleur d’un meuble foncé, vous pouvez mélanger, dans les mêmes proportions, du marc de café, de l’eau et du vinaigre blanc. Laissez le mélange reposer durant une heure, puis enduisez-en votre meuble à l’aide d’un tissu doux. En fonction de la couleur que vous souhaitez obtenir, laissez le bois s’en imprégner plus ou moins longtemps, puis rincez avec un chiffon imbibé d’eau claire. 

Cette technique marche aussi pour faire s’estomper les rayures voire les faire disparaître. Seule différence : le vinaigre n’est pas nécessaire. N’appliquez la mixture que sur les zones concernées et passez le tissu dessus délicatement. 

Attention à bien respecter les proportions, le marc étant un ingrédient abrasif. Faites également des tests sur une partie non visible avant de vous lancer sur le meuble entier.

Pour la viande

Vous pouvez attendrir votre viande avec le marc de café. Pour cela, laissez-la tremper quelques heures dans le marc puis retirez le café avec un tissu doux et cuisinez ensuite normalement.

Vous pouvez aussi ajouter du l’huile d’olive au marc pour faire tremper la viande dans une marinade.

Risques et conservation 

Bien sûr, pour que le marc de café continue à vous apporter ses bienfaits sans devenir un ennemi, veillez à ne pas en abuser, que ce soit pour votre jardin, votre santé ou votre maison. Cas d’abus à part, il s’agit d’un produit naturel, sans aucun risque.

Pour le conserver sans le faire tourner, faites-le simplement sécher à l’air libre.




Sources

https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/30374/10-facons-insolites-de-reutiliser-marc-de-cafe
https://www.psychologies.com/Beaute/Beaute-naturelle/Ingredients-naturels/Articles-et-Dossiers/Mes-petits-secrets-beaute-le-marc-de-cafe
https://www.doctissimo.fr/beaute/beaute-naturelle/autres-ingredients-naturels/marc-de-cafe#risques-precautions-et-contre-indications-du-marc-de-cafe
https://www.observatoire-sante.fr/marc-de-cafe-5-astuces-beaute/
https://www.atlantico.fr/decryptage/2755926/bien-etre-au-naturel-julien-kaibeck-editions-solar
https://www.cac-france.fr/bienfaits-du-marc-de-cafe/
https://www.consoglobe.com/21-astuces-marc-de-cafe-fiches-pratique-cg
https://www.rustica.fr/articles-jardin/usages-marc-cafe,9126.html
https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/30374/10-facons-insolites-de-reutiliser-marc-de-cafe

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

operation dent de sagesse

Opération des dents de sagesse : tout ce qu’il faut savoir.

By dans le corps, Soins

Opération des dents de sagesse : tout ce qu’il faut savoir.

operation dent de sagesse

L’extraction des dents de sagesse est un geste chirurgical fréquent lorsque celles-ci commencent à faire leur apparition chez les personnes de plus de 16 ans. 

On la réalise dans plusieurs cas :

  • Lorsque les dents sont enclavées,
  • si elles n’ont pas la place pour sortir normalement,
  • si elles sont mal positionnées. 

Ces cas de figure peuvent entraîner des douleurs et/ou des caries sur les dents d’à-côté justifiant ainsi l’opération. Il arrive parfois que les dents de sagesse entraînent un mauvais alignement des dents, faute de place. Cependant, certaines études ont montré que les dents de sagesse avaient au final un rôle mineur dans ce phénomène.

Autre cas de figure: la gencive autour de la dent de sagesse en partie sortie s’enflamme et s’infecte. 

On procède également à une opération dent de sagesse lorsque ces dernières sont cariées et ne peuvent plus bénéficier de soins traditionnels. 




Comment se déroule l’extraction des dents de sagesse ?

L’extraction dure en moyenne une demi-heure, rarement plus de trois-quarts d’heure.

Elle ne requiert qu’une simple anesthésie locale sauf cas particulier où les 4 dents de sagesse devraient être enlevées en même temps. Dans ce cas on procédera alors à une anesthésie générale. 

L’opération en elle-même ne provoque pas de douleurs contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Après extraction et désinfection de la zone, le dentiste referme celle-ci avec des points de suture. La plupart se résorbent d’eux-mêmes, d’autres plus récalcitrants seront enlevés par le praticien lors de l’examen de suivi.

Extraction des dent de sagesse : quelques cas particuliers

Il arrive que le dentiste soit obligé de casser la dent afin de la retirer en plusieurs morceaux. En effet, les dents de sagesse, lorsqu’elles manquent de place, développent des racines tordues. Dans ce cas, leur arrachage est plus délicat. 

L’opération peut être rendue plus difficile également lorsque la dent n’est pas sortie en suivant le bon axe. 

L’extraction des dents de sagesse est réalisée par un chirurgien maxillo-facial. Le recours à l’anesthésie générale est rare mais peut se justifier si l’acte est compliqué ou si le patient est par exemple trop anxieux. Dans ce cas, l’opération a lieu le plus souvent en chirurgie ambulatoire, sans nécessiter d’hospitalisation nocturne.

Les suites de l’opération 

Plusieurs effets sont à attendre après l’opération : 

  1. Des douleurs. 

Celles-ci sont d’intensité variable et seront probablement plus importantes si l’opération a nécessité de fraiser l’os. Dans tous les cas, des antalgiques sont prescrits pour alléger au mieux la douleur ressentie. L’opération s’accompagne également de quelques saignements et d’un oedème.

  1. Gonflement (oedème)

L’opération va dans la quasi totalité des cas provoquer un gonflement des joues.

L’application d’une poche de glace aidera considérablement à faire dégonfler cet oedème.

Pendant les 48 heures qui vont suivre l’opération, il est fortement conseillé de prendre un soin tout particulier de sa bouche en ne se nourrissant que de nourriture mixée et froide.  Les bains de bouche ( seulement à partir du lendemain) feront partie de votre routine le temps de votre convalescence. Tabac, alcool, nourriture épicée et de manière générale tout ce qui est irritant est à proscrire.

Comptez 10 à 15 jours pour que la cicatrisation soit complète. Patience donc mais le plus dur est fait après les 2-3 premiers jours.

  1. Possibles complications

Tout acte médical peut entraîner des complications même si le chirurgien a parfaitement fait son travail. Ces complications sont en général très rares mais elles existent.

Elles vont de l’alvéolite (inflammation de l’alvéole dentaire) à l’infection. Quelques cas de figure ont montré une perte de sensibilité de la langue et de la lèvre inférieure. Encore une fois ce sont des cas rarissimes mais qui doivent quand même être évoqués 

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

deodorant naturel

Déodorant naturel, bio et efficace. Comment le choisir ou en fabriquer ?

By dans le corps, Soins

Déodorant naturel, bio et efficace. Comment le choisir ou en fabriquer ?

deodorant naturel

Le déodorant naturel s’oppose par définition au déodorant industriel. Les déodorants classiques trouvés en grande surface peuvent contribuer à la pollution et être toxiques pour l’organisme.

Le déodorant est utilisé pour neutraliser les odeurs venant de la transpiration. Il n’a pas forcément comme fonction d’être anti-transpirant. 

La transpiration est un mécanisme physiologique très utile à notre organisme:

  • Elle thermorégule notre corps. La transpiration permet de maintenir la température du corps à une moyenne de 37°C,
  • Elle élimine les toxines et autres déchets du métabolisme,
  • Elle protège la peau par un film hydrolipidique qui hydrate et améliore l’efficacité du système immunitaire.

Le déodorant agit en neutralisant les bactéries qui, en se nourrissant de la sueur, produisent les mauvaises odeurs. 

La transpiration est une fonction inhérente à l’organisme et un signe de bonne santé. Elle ne doit pas être évitée. Cherchons plutôt comment lutter, sainement et naturellement, contre les mauvaises odeurs qui l’accompagnent.

Si vous n’avez pas le temps de fabriquer votre propre déodorant, nous vous recommandons vivement celui de l’entreprise française “Comme avant“. Leurs produits sont irréprochables et de fabrication artisanale.

Pourquoi éviter les déodorants industriels ?

Environnement

La pollution de l’air, nous le savons, représente un danger pour la santé humaine. Les rejets dans l’air de particules fines de produits ménagers et cosmétiques continuent d’augmenter.

En cause de cette pollution aux particules fines: les parfums, déodorants en spray, désodorisants pour la maison…

Les sprays sont particulièrement néfastes pour l’environnement puisqu’en plus des substances chimiques du produit en lui-même, des gaz propulseurs (hydrocarbure, propane, butane, isobutane…) sont libérés à chaque pression.

En plus de cette pollution de l’air, il faut ajouter les déchets générés par les emballages de ces produits cosmétiques. Ce sont autant de petits leviers d’actions vers une planète moins polluée. 

Santé

Certains composants des produits industriels ont un effet néfaste avéré ou suspecté sur nos organismes, en voici un aperçu:

  • Le Paraben: Propylparaben

Les parabens (PARAoxyBENzoates) sont des conservateurs utilisés pour éviter le développement de micro-organismes dans les produits. Mais cet additif est très controversé. Il pourrait favoriser le développement du cancer du sein et aurait des effets négatifs sur le système endocrinien et reproducteur. À ce jour les études de l’ASNM et l’EFSA chargées de réguler la mise sur le marché des substances n’ont pas officiellement conclu à un quelconque danger.

Ils sont identifiables car leurs noms sont composés de: “para” et/ou “benzoates”.

  • Le Cyclopentasiloxane

Ce dérivé du silicone est fortement suspecté d’être perturbateur endocrinien.

  • Le Phénoxyéthanol

Le phénoxyéthanol n’est pas considéré comme dangereux pour l’adulte. Il est utilisé comme conservateur pour ses propriétés antifongiques et antibactériennes. 

Son utilisation dans les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans est cependant restreinte. Pour les autres populations, la teneur ne doit pas excéder 1%. Conformément au principe de précaution et au vue des incertitudes entourant encore le phénoxyéthanol, il est conseillé d’éviter cette substance.




  • Les Sels d’Aluminium

Les sels d’aluminium sont retrouvés dans les “anti-transpirants”, ils sont facilement repérables par des noms à rallonge contenant la mention “aluminium”.

Rappelons que la transpiration est importante pour le bon fonctionnement du corps et qu’il ne faut par conséquent pas chercher à la limiter.

Les données scientifiques concernant cette substances sont peu nombreuses. Le CSSC estime “qu’il n’existe pas de preuves que l’utilisation des anti-transpirants peut induire des niveaux de concentration sanguine en aluminium qui seraient dangereux pour la santé ». Autrement dit, c’est le niveau d’exposition qui est dangereux. 

Cela implique de savoir à quelle dose journalière nous sommes exposés, ce qui n’est pas le cas.

Des recommandations ont été émises à ce sujet. L’Affssaps conseille ainsi de limiter la teneur en sel d’aluminium à 0,6% dans les produits cosmétiques. 

Force est de constater qu’aucun de ces organismes n’a de pouvoir décisionnaire. Ainsi, les industriels ont libre choix de suivre ou non ces recommandations.

  • L’alcool

Tous les alcools ne sont pas néfastes pour la peau. Voici un tour d’horizon des alcools à éviter et ceux qui ne présentent pas de problèmes majeurs.

Les mentions: alcohol, alcohol denat ou isopropyl alcohol, indiquent des alcools ayant un impact négatif sur la peau. Ces molécules sont responsables de l’évaporation du film hydrolipidique protégeant naturellement la peau. En l’emportant, l’alcool contribue au dessèchement de la peau et peut engendrer des irritations. 

Certains alcools sont cependant neutres pour la peau. Comme l’alcool benzylique par exemple, qui est autorisé dans tous les cosmétiques (bio et conventionnels). Cette molécule ne reste pas moins  classée dans la liste des allergènes. Elle est donc soumise à indication obligatoire sur l’étiquetage. 

  • Allergènes divers

Au total, 26 substances parfumantes sont considérées comme allergènes dans les cosmétiques. La réglementation impose une information aux consommateurs par l’étiquetage. Malheureusement, la plupart des déodorants contiennent une ou plusieurs de ces substances limitant le choix pour les personnes allergiques.

Quelles alternatives aux déodorants industriels ?

deo naturel

Aussi, pour éviter ces produits suspects, il existe plusieurs alternatives:

Pour commencer, le terme “naturel” est un terme générique désignant les produits s’opposant à ceux de l’industrie.

Par ce terme, on entend désigner les alternatives plus saines et écologiques aux cosmétiques industriels.

Sur un packaging, ce n’est pas parce qu’il est écrit “naturel” que le cosmétique est systématiquement exempt des produits à éviter listés ci-dessus, ni qu’il ne contient aucune substance de synthèse.

Il n’y a pas de réglementation officielle concernant le terme “naturel”. Au mieux ce terme bénéficie d’un label privé avec un cahier des charges propre garantissant l’origine naturelle des produits utilisés. 

Lorsqu’un ingrédient dans un produit est indiqué comme “issu de l’agriculture biologique” cela signifie qu’il répond à la réglementation officielle de l’agriculture biologique.

Cela assure donc que les ingrédients sont issus d’un mode d’agriculture sans épandage de produits chimiques de synthèse, sans OGM…

Les cosmétiques naturels et biologiques ne permettent pas de lutter contre les ingrédients à outrance dans les produits, ni contre le gaspillage. Ils ont néanmoins le mérite de respecter des procédés de fabrication et des modes de productions plus respectueux de l’environnement et interdisent certaines substances de synthèses.

Encore faut-il avoir connaissance des cahiers des charges des différents labels pour faire son choix.
boutique bio juste bien

  1. Tableau confrontant les mentions “biologiques” et “naturels” pour les cosmétiques
Biologiques Naturels
Définitions légales Il n’y a pas de réelle définition légale d’un cosmétique biologique ou naturel.
Une norme AFNOR publiée en 2017 vise à uniformiser les pratiques. Cette norme est cependant d’application volontaire.
Les mentions doivent donc être appuyés par un label émanant d’un organisme de certification.
Principes Généraux Contiennent un maximum d’ingrédient d’origine naturelle et issus de l’agriculture biologique.
Certaines substances jugées indésirables peuvent être interdites dans la composition (silicones et parfums de synthèse…).
Leurs processus de fabrication assurent le respect de l’environnement et des animaux.
Contiennent des substances d’origine naturelle (végétale, minérale, animale, qui ont été pas ou peu modifiés.
Les conservateurs peuvent être autorisés à condition de faire apparaître la mention “agent de conservation” sur le packaging.
Labels Décernés par des organismes de certification privés répondant à leurs propres cahiers des charges :
– Parmi les labels français on retrouve : Ecocert, Qualité France, Nature et Progrès, Cosmébio…Les labels internationaux comptent: BDIH, Soil Association, Cosmos..
Même fonctionnement que pour les labels biologiques. Les labels répondent à un cahier des charges émanant d’organismes certificateurs privés.
Exemple de critères certifiants Le label Ecocert impose 95% de produits d’origine naturelle pour ses deux labels “cosmétique biologique” et “cosmétique ecologique”.
Label “Cosmétique Biologique” :
– 95% minimum des ingrédients végétaux être issus de l’agriculture biologique
– 10% au moins du total des ingrédients issus de l’agriculture biologique.
Le label “Cosmétique Ecologique” :
– 50% d’ingrédients végétaux issus
– 5% du total des ingrédients issus de l’agriculture biologique.
La charte BDIH :
– Exclu les huiles minérales (paraffine) et le silicone
– Exclu les colorants et les parfums de synthèse.

Il existe cependant quelques constantes parmi les labels biologiques:

  • Les OGM sont interdits,
  • Pas d’huiles minérales (silicone, paraffine…),
  • Pas de parfums, colorants, pigments de synthèses,
  • Pas de conservateurs artificiels (phénoxyéthanol, paraben…)
  • Une majorité des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique. 

Voici d’autres exemples de mentions qui peuvent être retrouvées sur les produits et comment les interpréter.

Les slow cosmétiques

Cette mention se distingue des autres en récompensant gratuitement les marques qui respectent non pas un cahier des charges mais certains critères incontournables. 

Parmis ces derniers on retrouve:

  • L’absence d’ingrédients issus de l’industrie pétrochimique, 
  • En vertu du principe de précaution, aucun ingrédient suspect n’entre dans la recette,
  • La composition du produit ne contient QUE des substances bénéfiques pour la peau,
  • Pas de greenwashing, que des promesses réalisables.

Les mentions “sans”

Les mentions “sans” sont à la seule initiative de la marque. Généralement, ces mentions mettent en avant l’absence de produits décriés d’un point de vue sanitaire ou environnemental.

Il est intéressant de constater la réponse des marques aux inquiétudes des consommateurs. Attention cependant au pouvoir du marketing, il est important de chercher ce qui se cache derrière cette mention “sans”.

On peut néanmoins compter sur des contrôles ponctuels et aléatoires des autorités sanitaires françaises  ( principalement l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé ou la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraude). 




Les mentions “Non testé sur les animaux” 

Les tests de produits cosmétiques sur les animaux sont interdits depuis 2013 dans l’Union Européenne. Cette interdiction vise les cosmétiques mis sur le marché après 2013 et concerne notamment les produits importés. 

Cependant, selon cette réglementation, les ingrédients multi-usages qui composent les produits peuvent toujours être testés sur les animaux s’il sont utilisés dans d’autres secteurs que celui des cosmétiques (pharmacie, chimie, agroalimentaire…). Cela peut par exemple concerner les parfums, les conservateurs, les polymères (plastiques)…

Il existe bon nombre de labels privés visant à garantir des cosmétiques plus sains et/ou naturels:

  • Charte Cosmebio: NAT,
  • Cosmos Organic,
  • Natural cosmetic (ECOCERT),
  • Natrue

De quoi est composé le déodorant naturel ?

Un déodorant alternatif qui se respecte est composé au minimum de:

  • Poudre Minérale: presque systématiquement de l’argile. Elle absorbe l’humidité et adoucit la peau,
  • Bicarbonate de soude: antibactérien il neutralise ainsi les mauvaises odeurs,
  • Amidon: sert à faire tenir le déodorant sur la peau tout en l’adoucissant et l’assainissant.

Il est possible d’ajouter au gré des envies et des besoins des huiles essentielles, des hydrolats, des poudres végétales, des corps gras (souvent huile de coco ou beurre de karité) ou encore de la cire (végétale ou d’abeille). 

Comment choisir son déodorant naturel ?

Pour commencer, évitez les “anti-transpirants” et préférez les déodorants. 

Ensuite, un déodorant qui sent bon est un déodorant qui rassure. Mais ce n’est pas une garantie anti-odeur. La bonne odeur du déodorant couvrira (plus ou moins bien) les mauvaises odeurs sans pour autant les neutraliser. Un déodorant qui sent bon peut être un critère de choix mais ne permettra en aucun cas d’empêcher l’odeur de transpiration. 

Il est existe un très large éventail de recettes de déodorants naturels dans lesquelles chaque ingrédient confère les propriétés suivantes au produit: 

Les amidons

  • Amidon de maïs

L’amidon de maïs absorbe l’humidité tout en améliorant l’adhésion du déodorant à la peau. Il permet également d’adoucir la peau.

  • Arrow root

Cette racine permet de purifier la peau tout en absorbant l’humidité.

L’argile blanche

L’argile blanche est systématiquement utilisée plutôt que l’argile verte dans les déodorants, puisqu’elle est incolore et moins abrasive.

Les poudres végétales

  • Poudre d’iris de Florence

Cette poudre au délicat parfum floral absorbe la transpiration tout en adoucissant et en protégeant la peau. Ses propriétés antibactériennes en font un ingrédient très utile dans les déodorants pour lutter contre les mauvaises odeurs.

  • Poudre de sève de bambou

Le bambou absorbe la transpiration, il est tout indiqué dans la composition de déodorant grâce à son toucher doux. Sa granulométrie fine le rend non abrasif.

Hydrolats et huiles essentielles

  • Palmarosa

En hydrolat ou en huile essentielle, le palmarosa est assainissant et purifiant. Ses propriétés antibactériennes permettent de lutter contre les mauvaises odeurs tout en soignant les problèmes cutanés.

  • Citron

Le citron s’utilise en hydrolat ou en huile essentielle dans les déodorants comme assainissant et purifiant. 

  • Hydrolat d’Hamamélis

L’eau florale d’Hamamélis est particulièrement indiquée pour les peaux sensibles. Elle est tonifiante et apaisante pour la peau. 

  • Tea Tree

Le Tea tree est assainissant et protecteur autant en hydrolat qu’en huile essentielle. Il est apprécié pour son odeur fraîche et tonique.

Les huiles essentielles pouvant être allergènes il est conseillé de favoriser les hydrolats, surtout si le déodorant s’adresse aux femmes enceintes, allaitantes et/ou aux enfants.

Les corps Gras

Les corps gras ont des bienfaits sur la peau mais servent aussi de texturants pour obtenir un déodorant sous forme de cire ou en stick. Malgré le recours aux matières grasses, il n’y a pas à craindre que les déodorants tachent vos vêtements. 

  • Beurre de karité

Il est possible de le choisir neutre en odeur. Le beurre de karité s’adapte à toutes les peaux en les protégeant, les réparant et les adoucissant. Il joue également un rôle réparateur sur les peaux et les soulage en les hydratant.

  • Huile de coco

Huile au doux parfum exotique, elle ne manque pas d’hydrater la peau tout en l’apaisant.

  • Beurre de cacao

Le beurre de cacao texture les crèmes et soins. À l’application, il laisse un film protecteur hydrolipidique sur la peau, aidant ainsi naturellement à la protection et la régénération de la peau.




Les cires

Les cires ont pour double effets de permettre au déodorant une conservation plus longue et de texturer les déodorants solides. Il en existe plusieurs:

  • Abeilles
  • Soja
  • Riz…

Comme tout cosmétique naturel, le déodorant alternatif a pour vocation d’accompagner le corps, pas d’annihiler ses fonctions. 

Aussi, le passage au déodorant naturel peut être déroutant. Il se peut même que la transpiration soit plus abondante voire plus odorante durant une à deux semaine(s). Pas de panique, le corps doit se réhabituer et s’auto-réguler. Une fois cette phase passée, votre peau retrouvera un équilibre naturel.

Textures

Il existe pour les déodorants naturels un large panel de textures. Il est possible d’opter pour du déodorant, en poudre, en stick, en bille “roll-on”, en cire… Jamais en spray cependant puisque ce packaging va de pair avec l’ajout de gaz propulseurs et sont connus pour être polluants.

Les déodorants en poudre ou en crème sont pour la plupart du temps à appliquer avec les doigts, ce qui peut surprendre voire en rebuter certains. 

Les fausses bonnes idées

Certaines substances d’apparences naturelles peuvent néanmoins se révéler dangereuses pour la santé. 

  • Le Talc

Le talc est une espèce minérale composée de silicate de magnésium. 

On peut également retrouver dans le talc provenant de certains gisements, des fibres d’amiantes. C’est pourquoi il est classé comme potentiellement cancérigène par le Centre Internationale de la Recherche sur le cancer lorsqu’il est sous sa forme asbestiforme (amiantée). 

Plusieurs crises sanitaires sont survenues au sujet du talc contribuant à nourrir les polémiques à son sujet. Aujourd’hui, il est encore utilisé dans les cosmétiques pour ses propriétés purifiantes, adoucissantes et absorbantes. Mais, on estime que la composition du talc vendu sous forme de poudre libre est difficile à contrôler et peut contenir de l’amiante. 

Le secteur de la cosmétique assure cependant que les poudres de maquillage compactes (les blushes, les crèmes matifiantes et les déodorants) ne seraient pas concernées par la polémique. Les alertes sanitaires n’ont en effet touchées que les poudres de talc libres. 

Les poudres de talc libres sont celles utilisées pour les bébés et le corps. Elles s’opposent aux formulations de produits contenant du talc (qui serait “prisonnier” des autres composants).

Cependant, face à ces incertitudes et les crises récentes (la dernière étant survenue au Canada en 2018) la vigilance est de mise.

  • La pierre d’alun

La pierre d’alun est un minéral composé de sulfate double d’aluminium et de potassium. Cette pierre fait fonction d’anti-transpirant et d’antibactérien. Elle existe sous forme naturelle et de synthèse dont les deux contiennent de l’aluminium. Et c’est bien cette dernière substance qui pose problème. 

Le secteur du cosmétique assure qu’une fois mouillée, au moment de l’application sur la peau, la teneur en aluminium de la pierre est inférieure au seuil de 0,6% préconisé. 

Cependant, les mêmes interrogations se posent avec la pierre d’alun qu’avec les sels d’aluminium. Nous ne sommes sûrs de rien, par précaution, évitons-le.

Où acheter du déodorant naturel ?

Le déodorant naturel s’achète sur internet, en magasins bio, et parfois même en pharmacie. Il n’est pas encore disponible dans les grandes surfaces. Pour le moment cela reste un produit de niche dans lequel on privilégie les aspects sains et naturels.

Avantages/Inconvénients

Avantages

  • Il est plus doux pour la peau,
  • Il est plus sain,
  • Il est possible d’adapter l’odeur et les bienfaits,
  • Il est écologique: moins de rejet de substances néfastes pour l’environnement,
  • Il est zéro-déchet en utilisant le contenant.

Inconvénients

  • Il n’est pas vendu partout,
  • Attention au greenwashing, il est important de lire la composition des produits,
  • Il coûte plus cher à l’achat,
  • La période de transition durant laquelle le corps s’autorégule peut surprendre.

Est-il possible de le fabriquer soi-même ?

Il est tout à fait possible de fabriquer son propre déodorant naturel. Voici un exemple de recette toute simple à réaliser soi-même:

La recette de Zéro-déchet:

  • 50 g d’huile de coco
  • 50 g de bicarbonate de soude
  • 40 g de fécule de maïs
  • 5 gouttes d’huile essentielle de palmarosa

Préparation:

  1. Dans un bain-marie, faire fondre l’huile de coco,
  2. Ajouter le bicarbonate et la fécule
  3. Hors du feu, ajouter l’huile essentielle
  4. Verser la préparation dans un pot en verre (on évite le plastique!),
  5. Laisser refroidir, la texture se solidifiera.

Cette pâte à la texture de cire s’applique avec les doigts au creux des aisselles.

Ce type de préparation se conserve plusieurs mois.

Si vous n’avez pas le temps de fabriquer votre propre déodorant, nous vous recommandons vivement celui de l’entreprise française “Comme avant“. Leurs produits sont irréprochables et de fabrication artisanale.

Sources

https://www.quechoisir.org/decryptage-deodorants-et-antitranspirants-les-composants-a-eviter-n3641/
https://www.etiaxil.fr/transpiration-explication
https://science.sciencemag.org/content/359/6377/760.full
https://www.quechoisir.org/decryptage-deodorants-et-antitranspirants-les-sels-d-aluminium-en-question-n9683/
https://ansm.sante.fr/Activites/Surveillance-du-marche-des-produits-cosmetiques/Les-autorites-en-charge-des-produits-cosmetiques/(offset)/4
https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13093
https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/cosmetiques-ou-en-est-on-des-tests-sur-les-animaux_19849
https://www.quechoisir.org/conseils-ingredients-indesirables-dans-les-cosmetiques-vos-questions-nos-reponses-n43708/
http://alternativebeaute.com/leffet-de-lalcool-dans-nos-produits-cosmetiques/
https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Mention-BIO-dans-les-produits-cosmetiques
https://www.slow-cosmetique.com/le-mag/mention-slow-cosmetique/
https://cosmeticobs.com/fr/articles/apprendre-a-lire-les-etiquettes-4/la-mention-sans-en-cosmetique-365/
https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/ad548a50ee74cc320c788ce8d11ba373.pdf
https://cosmeticobs.com/fr/articles/lingredient-du-mois-10/talcnbsp-faut-il-leviternbsp-3331/
https://www.ouest-france.fr/sante/la-dangerosite-du-talc-confirmee-par-une-etude-au-canada-6125726
https://www.actusante.net/actu/cancer-ovaires-fabricant-de-talc-condamne-a-payer-55-millions-de-dollars-5284

A propos de l’auteur

“Après des études de cuisine et en vertu de l’amour qu’elle porte pour la gastronomie, Léonne Thellier se prend de passion pour l’aspect bien-être et santé du secteur et entame une formation d’ingénieur “alimentation et santé” en apprentissage.
Persuadée de l’importance d’une cuisine saine pour le corps et l’esprit, elle essaye tant bien que mal de ne pas traumatiser son entourage par son côté food-maniac.

Toujours à l’affût de bons plans, elle aime voyager, faire des rencontres, et découvrir de nouvelles cultures culinaires. Léonne aime se fixer des objectifs et les atteindre. Déracinée de sa vallée de la Loire natale, elle poursuit son parcours professionnel entre la Picardie et la région Centre.”

Linkedin

 

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

dentifrice naturel et bio

Dentifrice naturel et bio. Toutes les questions et toutes les réponses

By dans le corps, Soins

Dentifrice naturel et bio. Toutes les questions et toutes les réponses

dentifrice naturel et bio

Le dentifrice, produit bien connu du quotidien, accompagne le brossage de dent afin de garantir une bonne hygiène bucco-dentaire. Il existe sous diverses formes et sa composition peut grandement varier. Le dentifrice industriel contient des additifs suspectés toxiques. Par opposition le dentifrice naturel offre une alternative a priori plus saine.

Mais il n’est pas toujours facile de se retrouver dans la jungle des termes scientifiques ou dans la variété des solutions existantes. En quoi le dentifrice industriel est-il mauvais? Comment choisir un dentifrice naturel ? Avantages / inconvénients et enfin, comment fabriquer son propre dentifrice ? Petit tour d’horizon de la question.

Si vous n’avez pas le temps de fabriquer votre propre dentifrice, nous vous recommandons vivement le dentifrice de l’entreprise française “Comme avant“. Leurs produits sont irréprochables et de fabrication artisanale.

Quels sont les additifs contenus dans le dentifrice industriel ?

  • Le Triclosan:

Le triclosan est utilisé comme antibactérien mais c’est aussi un perturbateur endocrinien qui agit sur les fonctions thyroïdiennes. On le trouve encore dans les dentifrices, déodorants, bains de bouche et soins pour la peau…

En plus de sa toxicité pour l’organisme, il a tendance à rester longtemps présent dans les sols et eaux s’il est rejeté en trop grande quantité. On l’accuse de polluer durablement les plantes et organismes vivants. 

  • Les détergents:

Tout comme dans les shampoings, les tensioactifs sont utilisés dans les dentifrices pour leurs propriétés nettoyantes. Ils permettent la solubilisation des corps gras dans l’eau. 

Certains des détergents fréquemment utilisés dans la composition de cosmétiques industriels (Sodium Lauryl Sulfate,…) sont connus pour leurs effets irritants.  

  • Les parabens (Le Butylparaben, le Propylparaben (ou p-hydroxybenzoate de propyle), le Sodium propylparaben ou (p-hydroxybenzoate de propyle sodique):

Les parabens ne sont pas en reste puisque ces conservateurs sont considérés comme perturbateurs endocriniens. 

Plus d’informations sur les parabens sont disponibles dans l’article sur les shampoings solides.




  • Le dioxyde de titane:

Ce composant chimique est utilisé pour blanchir les produits.  Il a été très médiatisé dernièrement suscitant une controverse sur sa dangerosité. En effet, une étude de l’INRA publiée en 2017 a montré des lésions précancéreuses dues aux nanoparticules après consommation de cette substance par des rats. L’étude remet en cause les précédents résultats de l’EFSA de 2016 qui ne permettaient pas de conclure quant à une quelconque toxicité. 

Ces nouvelles découvertes ont conduit à une interdiction du dioxyde de titane dans les denrées alimentaires en mars 2019.

L’E171 est actuellement toujours autorisé dans les cosmétiques. Le danger vient des nanoparticules qui peuvent pénétrer dans l’organisme et s’y loger. 

Dans le cas du dentifrice, il est recommandé d’être prudent et d’éviter cet additif surtout dans les produits destinés aux enfants. Ils sont susceptibles d’avaler par mégarde des fractions du produit.

On retrouve également le dioxyde de titane dans des rouges à lèvres,  baumes à lèvres et crèmes solaires…

Il est nécessaire de rappeler que la réglementation sur les additifs est régulièrement réévaluée par le Parlement et la Commission Européenne. Les restrictions et autorisations sur certains produits évoluent en fonction des découvertes scientifiques sur les molécules.

Les différents choix de dentifrices naturels

En poudre

Le dentifrice en poudre est exempt d’additifs chimiques. C’est une option écologique puisque la poudre peut souvent être achetée en vrac ou par sachet de 250 à 500g. Elle est ensuite à conserver dans des boîtes réutilisables. 

Il existe plusieurs poudres avec chacune ses propriétés. Elles peuvent être utilisées seules ou mélangées entre elles. 

Généralement, les dentifrices en poudre sont composées de:

  • Poudre(s) minérale(s)
  • Poudre(s) végétale(s)
  • Huile(s) essentielle(s) et/ou hydrolats végétaux.
  • Huile(s) végétale(s) 

Cette solution apparaît comme la plus saine et la plus écologique. Les recettes sont épurées au maximum et se concentrent sur les seuls ingrédients ayant des bienfaits sur les dents et la bouche. On évite ainsi tous les agents de texture. 
boutique bio juste bien

En pâte

Les préparations sous formes de pâtes contiennent les mêmes ingrédients que celles en poudre mais doivent être additionnées de glycérine végétale pour texturer le mélange. 

Un tensioactif doux (SCI) peut être ajouté pour permettre au dentifrice de mousser lors du lavage de dent.

Solide

Comme avec le dentifrice en pâte on ajoute un tensioactif mais généralement en plus faible quantité pour rendre possible une texture solide.

Pour les plus téméraires, il est également possible de se brosser les dents directement au savon de Marseille. Le véritable savon de Marseille sans additifs inutiles. Une très petite quantité suffit puisqu’un aller-retour de la brosse à dent humide sur le savon permet déjà un brossage efficace. Rincer normalement la bouche après le brossage et le petit goût de savon disparaîtra de lui-même en quelques minutes.

Pour ces trois alternatives, il existe une multitude de recettes comportant un seul ou plusieurs des composants cités. Elles s’adaptent aux besoins et aux problématiques bucco-dentaires rencontrées.

Les bienfaits des différents ingrédients retrouvés dans les dentifrices naturels

L’Huile de coco

Elle possède des propriétés anti-microbiennes et nettoyantes. Cette huile permet aussi de générer un peu de mousse lors du brossage. Cette fonction qui ne garantie pas à elle seule le nettoyage des dents est pourtant très appréciable lorsqu’on n’arrive pas à se déshabituer de la mousse des produits cosmétiques.

Une étude Irlandaise de 2016 a conclu sur l’efficacité de l’Huile de coco contre le Streptococcus mutans, une bactérie notamment responsable de l’érosion des dents.

Seul bémol pour cet ingrédient: il vient de loin et nécessite un transport polluant en avion.

Les poudres

  • Le charbon végétal actif

Le charbon végétal possède de nombreuses propriétés. Il est anti-microbien, absorbe les toxines et permet de blanchir les dents.

Cependant, un brossage au charbon trop régulier peut endommager les dents. Cet ingrédient est abrasif, son utilisation doit se limiter à une à deux fois par semaine. Il est également déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans.

  • L’argile verte

L’argile verte purifie et nettoie. Cependant, elle est abrasive et peut irriter certaines gencives sur le long terme. Elle est moins douce que l’Argile blanche. Il est donc nécessaire de favoriser une argile surfine afin de limiter l’abrasivité. Pour un soin dentaire à l’argile seul, il est conseillé de limiter l’utilisation à 2 fois par semaine.

  • L’argile Blanche

Cette poudre permet d’assainir la bouche et de reminéraliser les dents. C’est une bonne base de dentifrice car moins abrasive que l’Argile verte.

  • Le sel de mer

Si cet ingrédient peut étonner, il possède de nombreuses propriétés. Riche en minéraux et en oligo-éléments, il renforce les gencives et est anti-odeur. Il permet de lutter contre l’acidité tout en étant antibactérien. 

Sur le long terme il peut aussi contribuer à blanchir les dents. Le sel de mer permet naturellement la création d’une barrière salivaire aidant à la lutte contre les bactéries.




  • Le carbonate de calcium (blanc de meudon)

C’est un abrasif très doux, il va nettoyer les dents sans les abîmer. Il est possible de remplacer une partie de l’argile par cet ingrédient.

  • La poudre d’Alma

La poudre d’Alma aide à apaiser les gencives tout en fortifiant les dents.

  • Le bicarbonate de soude

Il purifie, agit contre les aphtes, blanchit les dents (en s’attaquant aux taches présentes sur les dents (tabac, café, thé…) et est anti-bactérien. Étant naturellement alcalin, il régule l’acidité responsable de caries. 

  • La poudre d’ortie

Riches en minéraux (calcium, zinc…), elle fortifie les dents grâce à son action reminéralisante.

  • Poudre de clou de girofle

Les propriétés antibactériennes de cet ingrédient participent à l’équilibre de la flore bucco-dentaire.

  • Réglisse

La poudre de réglisse neutralise les odeurs et rafraîchit l’haleine.

  • La poudre de Siwak

Traditionnellement utilisée sous forme de bâton comme brosse à dents en Inde, cette plante purifie, blanchie, protège et apaise. Polyvalente, elle est également anti-odeur et permet de lutter contre les plaques dentaires.

C’est une poudre très complète grâce à sa douceur et ses multiples bienfaits.

  • La poudre d’iris de Florence

Cette poudre au doux parfum floral rappelant la lavande est antibactérienne. C’est un abrasif très doux qui sert d’agent blanchisseur pour lutter contre les taches sur les dents.

  • La poudre de sève de bambou

Elle neutralise l’acidité grâce à son pH alcalin tout en étant un abrasif très doux (Elle nettoie et blanchi les dents). Grâce à sa concentration en silice, elle permet de reminéraliser les dents.

Les huiles essentielles et Hydrolats

dentifrice huile essentielle

Ils ont pour principales fonctions de donner du goût à la préparation. Mais il est toujours appréciable de choisir des ingrédients qui ont en plus une fonction active sur le brossage de dents. Ainsi l’hydrolat ou l’huile essentielle de menthe purifie la bouche et rafraîchit l’haleine, le citron est antibactérien…

Les hydrolats sont de rigueur plutôt que les huiles essentielles si le dentifrice est destiné aux femmes enceintes et allaitantes et/ ou aux enfants.

Comment choisir son dentifrice naturel ?

Effets recherchés 

  • Anti-caries

Si vous êtes sujets aux caries il faut favoriser les dentifrices au fluor. Celui-ci renforce l’émail des dents tout en régulant l’acidité. Pour une efficacité optimale il doit contenir 1000 à 15000 ppm (parties par millions). 

Le fluor est un oligo-élément (c’est une matière minérale nécessaire à la vie) naturellement présent dans l’air, la terre, les plantes, l’eau… Il est nécessaire pour la solidité des os (d’où son action bénéfique contre les caries). 

Néanmoins, il n’est pas prévu que l’Homme en absorbe de trop grandes quantités. Ses bénéfices ne sont plus à prouver mais à haute dose il peut être toxique. C’est pourquoi une méfiance s’est cristallisée autours de ce composant. L’excès de fluor peut produire l’effet inverse de celui recherché. C’est à dire qu’il pourrait au contraire, rendre les dents sensibles à l’acide. 

Les dentifrices au fluor ne sont pas conseillés pour des enfants susceptibles d’avaler le mélange. L’UFSBD recommande à cet effet des doses et des fréquences de brossage au dentifrice fluor selon les différentes tranches d’âge.

  • Anti-odeurs

La mauvaise haleine est souvent due à des problèmes dentaires (gingivite, abcès, caries…), ou d’autres causes comme le tabac ou les problèmes digestifs. Dans ce cas, il faut consulter un médecin spécialisé. C’est le développement de bactéries qui est responsable de la mauvaise haleine. Une bonne hygiène bucco-dentaire par le respect du brossage de dents quotidien entre-autre permet ainsi de pallier à ce problème.

  • Anti-plaques

La plaque dentaire se forme par une accumulation de bactéries et de dépôts alimentaires sur les dents. Dans ce cas, il faut favoriser un dentifrice présentant un anti-bactérien comme par exemple le bicarbonate de soude. 




  • Blancheur

Attention aux dentifrices se proclamant “pour un sourire plus éclatant”, “pour des dents plus blanches en un seul brossage”…

Les véritables soins blanchisseurs existent mais l’action doit survenir sur le long terme. Un dentifrice vous promettant des dents plus blanches dès la première utilisation à de fortes chances d’être également trop abrasif pour la dent. L’abrasivité se mesure grâce à la RDA (Relative Dentine Abrasion) qui doit être la plus basse possible. La moyenne se situe entre 40 et 60. 

  • Renforcer l’émail des dents

L’’émail présent sur les dents est au fil de temps soumis à l’érosion. Cela se traduit souvent par une sensation de gêne au contact d’aliments chauds et froids.

  • Le Goût

Il existe des dentifrices naturels totalement neutres. La sensation de fraîcheur apportée par le dentifrice est séduisante mais ce n’est pas le goût de menthe qui donne bonne haleine. 

Aussi, les bases de dentifrices neutres permettent une hygiène bucco-dentaire tout aussi bonne. 

Si néanmoins vous êtes attachés aux saveurs mentholées des dentifrices il existe des gammes de produits adaptés.

Comment l’utiliser?

se laver les dents

L’utilisation du dentifrice dépend de sa texture.

  • Pour une pâte il s’emploie comme un dentifrice classique,
  • Pour une poudre, il faut saupoudrer sur la tête puis brosser normalement,
  • Concernant le dentifrice solide, il est conseillé de mouiller la brosse et de venir frotter la tête au pain de dentifrice.

Pour toutes ces alternatives, rincez et recrachez comme lors d’un brossage normal. 

Généralement, ces alternatives moussent moins bien qu’un dentifrice industriel. C’est une constante chez les cosmétiques plus éco-responsables, tous les additifs superflus sont enlevés de la recette. Les composants restants agissent seulement sur la partie concernée. 

La mousse est obtenu grâce aux additifs texturants (moussants), elle ne garantie pas une meilleure hygiène bucco-dentaire. 

Avantages/ Inconvénients des dentifrices naturels

Avantages

  • Écologique: plus besoin de jeter son tube de dentifrice ou de rejeter dans les canalisations des composants toxiques pour l’environnement ,
  • Sain: il ne contient pas d’ingrédients toxiques pour l’organisme,
  • Personnalisable: à l’aide de quelques gouttes d’huile essentielle ou d’hydrolats il est possible d’adapter le goût et l’odeur,
  • Possibilité de le fabriquer à la maison,
  • Il existe pour tous types de problèmes dentaires,
  • Plus de transparence quant à la composition,
  • Recettes épurées,
  • Il dure longtemps.

Inconvénients

  • Il coûte plus cher à l’achat,
  • Comme il ne mousse pas, cela peut surprendre,
  • N’est pas disponible partout. Sa vente se limite aujourd’hui aux supermarché bio, à certaines pharmacies et en ligne.

Fabriquer son dentifrice maison

dentifrice fabrication

En Poudre

C’est la recette la plus simple et la plus épurée. Il n’y a pas de tensioactif ni d’agent texturant comme la glycérine.

  • Argile Blanche 63%
  • Carbonate de Calcium 32%
  • Bicarbonate de Soude 5%

En pâte

  • Tensioactif (SCI) 5%
  • Argile verte 24%
  • Carbonate de calcium 45%
  • Bicarbonate de Soude 2%
  • Glycérine 24%

Solide

  • Tensioactif (SCI) 35%
  • Argile verte 15%
  • Carbonate de calcium 35%
  • Huile de Coco 15%

Toutes ces recettes sont des bases neutres personnalisables avec des huiles essentielles, des hydrolats, ou des poudres de fruits pour les enfants.

Les huiles essentielles sont à utiliser en très petites quantités. Ce sont des préparations concentrées en arôme, une goutte suffit généralement pour embaumer le dentifrice.

Les recettes sont inspirées des sites suivants:

https://biotenaturelle.fr/beaute/recette-dentifrice-en-poudre-maison/
https://le-labo-de-marie.com/dentifrice-solide-maison

Si vous n’avez pas le temps de fabriquer votre propre dentifrice, nous vous recommandons vivement le dentifrice de l’entreprise française “Comme avant“. Leurs produits sont irréprochables et de fabrication artisanale.

Sources

https://www.quechoisir.org/guide-d-achat-dentifrice-n6381/
http://tousvossoins.fr/quel-est-le-meilleur-dentifrice/#Comparatif_dentifrices_100naturel_bio
http://www.ufsbd.fr/wp-content/uploads/2013/08/fiche-fluor.pdf
http://www.danger-sante.org/dentifrice-dangereux/
https://www.consommerdurable.com/2018/03/faire-son-dentifrice-maison/
https://lespetiteschosesdefanny.com/avis-dentifrices-bio-naturels/
https://www.backtobasics.bio/pages/natural-miswak-powder-toothpaste
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dentifrice
https://www.quechoisir.org/comparatif-ingredients-indesirables-n941/liste/dentifrices-sci201/
https://www.quechoisir.org/decryptage-produits-cosmetiques-les-fiches-des-molecules-toxiques-a-eviter-n2019/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15746894
https://www.little-idea.fr/dentifrice-en-poudre-soin-naturel/
https://croclavie.org/dentifrice-en-poudre-a-lortie/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27084861#
https://www.zonedentaire.com/dentifrice-maison-naturel/

A propos de l’auteur

“Après des études de cuisine et en vertu de l’amour qu’elle porte pour la gastronomie, Léonne Thellier se prend de passion pour l’aspect bien-être et santé du secteur et entame une formation d’ingénieur “alimentation et santé” en apprentissage.
Persuadée de l’importance d’une cuisine saine pour le corps et l’esprit, elle essaye tant bien que mal de ne pas traumatiser son entourage par son côté food-maniac.

Toujours à l’affût de bons plans, elle aime voyager, faire des rencontres, et découvrir de nouvelles cultures culinaires. Léonne aime se fixer des objectifs et les atteindre. Déracinée de sa vallée de la Loire natale, elle poursuit son parcours professionnel entre la Picardie et la région Centre.”

Linkedin

 

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

 Notre boutique éco-responsable
Découvrir
close-image
Send this to a friend