Skip to main content

Tout savoir sur la pollution de l’air intérieur au sein de nos logements

Tout savoir sur la pollution de l’air intérieur au sein de nos logements

air pur appartement

En moyenne, nous passons chaque jour 14 heures dans notre logement. Malheureusement, l’air que nous y respirons n’y est pas toujours de très bonne qualité, voire même, dans certains cas, carrément pollué. Les causes de cette pollution sont variées : habitudes de vie, utilisation de certains produits, matériaux fabriqués avec des produits nocifs… Mais alors, comment s’en prémunir ?

Comment savoir si l’air au sein de votre logement est pollué et si oui, à quel point ? Juste Bien s’est renseigné sur ce sujet essentiel pour vous ! 




Pollution de l’air intérieur : de quoi parle-t-on exactement ?

La pollution de l’air intérieur, c’est un ensemble de gaz et de particules qui sont présents dans l’air que l’on respire au sein des divers lieux clos que nous fréquentons (habitation, école, travail, etc.). 

Plus précisément, en 1996, la loi sur l’air définissait la pollution de l’air en ces termes : « l’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives ».

Aujourd’hui, on sait que de nombreuses maladies non transmissibles (AVC, fatigue, irritation oculaire et dermatologique, allergies, intoxications, etc.) sont dues à la pollution de l’air intérieur. Ce qui pose un problème, puisqu’avec nos modes de vie actuels, la grande majorité d’entre nous passe 80% du temps dans des espaces clos de plus en plus restreints et de plus en plus pollués.

Quels sont les polluants de l’air intérieur exactement ?

Il existe trois grands types de polluants dans nos logements : 

  1. Les polluants chimiques : parmi eux, on retrouve ce que l’on appelle les COV, Composés Organiques Volatiles (le butane, le propane, les terpènes, le chloroforme, les acétones, le benzène, etc.). Certains d’entre eux (comme le benzène ou le formaldéhyde par exemple) ont été classés substances cancérigènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Mais ce n’est pas tout ! Les oxydes d’azote, le monoxyde de carbone, les phtalates, les pesticides font aussi partie, entre autres, des polluants chimiques de nos intérieurs.
  2. Les particules : cette catégorie regroupe des substances comme l’amiante, les particules inertes ou encore les fibres minérales artificielles. 
  3. Les contaminants biologiques : ici, on parle de polluants d’origine naturelle, comme les moisissures, les pollens, les allergènes liés aux acariens, aux animaux, etc.

D’où vient la pollution dans l’air de nos logements ?

Les substances qui polluent nos intérieurs peuvent provenir de nombreuses choses différentes : le mobilier, les matériaux de construction du bâtiment, les produits d’entretien et/ou de bricolage… Ils peuvent également avoir pour source nos modes de vie, comme le tabagisme ou la présence d’animaux de compagnie au sein du logement par exemple. 

Voici quelques exemples de sources de pollution de l’air intérieur : 

  • Dans la chambre, les produits polluants peuvent venir de la literie (matelas, oreillers, peluches, etc.) qui contient des acariens, du mobilier et de la décoration, des animaux qui peuvent y pénétrer, etc.
  • Dans la cuisine, ce sont la cuisson des aliments (pouvant libérer des particules néfastes), les ustensiles de cuisine, les poubelles (qui sont un véritable nid à moisissures et à insectes), l’évier et les produits ménagers qui diffusent des polluants.
  • Dans le salon, les polluants sont principalement liés au tabac, aux bougies parfumées, à l’encens et autres parfums d’ambiance, au canapé, aux coussins et aux tapis, aux plantes (qui possèdent du pollen, des substances allergisantes, etc.) ainsi qu’aux sources de chaleur à combustion ouvertes (cheminées, poêles, etc.).
  • Dans la salle de bains, enfin, la vapeur d’eau, le chauffe-eau, les meubles, les produits cosmétiques et les produits d’hygiène sont eux aussi sources de pollution (moisissures, particules, COV, allergènes, etc.).

A noter que la peinture, la moquette et même les papiers peints, qui peuvent être présents dans toutes les pièces de la maison, sont susceptibles d’être source de pollution de l’air intérieur au sein du logement.

Comment savoir si votre logement est sain ou pollué ?

Malheureusement, la réponse à cette question est toute simple : par défaut, l’air de votre intérieur est forcément pollué. Reste à savoir à quel point… Pour cela, une seule solution : analyser la qualité de l’air de votre logement.

Pour une étude poussée et complète de votre air, il vous faudra faire appel à une équipe de professionnels, qui saura analyser votre air sous différents angles (humidité, moisissures, pollution, produits chimiques, etc.). 

Néanmoins, il est également tout à fait possible, dans une moindre mesure, de procéder vous-même à quelques tests. Certes, les résultats ne seront pas aussi fiables qu’avec des experts, mais cela vous permettra déjà d’avoir une bonne idée de la quantité de polluants présents dans l’air que vous respirez chez vous.

Pour y parvenir, plusieurs options s’offrent à vous :  

  • Vous pouvez vous procurer un appareil de mesure de la qualité de l’air. En fonction du modèle, vous pourrez mesurer le taux d’humidité, la présence de particules, la température, etc. En général, ces appareils coûtent quelques centaines d’euros.
  • Si votre logement dispose d’un système de filtration à air, vous pouvez vérifier régulièrement les filtres. Vous constatez des marques importantes d’encrassement et de pollution dessus ? Vous avez votre réponse !
  • Si vous avez en votre possession un purificateur d’air, sachez que certains d’entre eux peuvent également vous permettre de surveiller la qualité de l’air régulièrement. Il existe d’excellentes solutions en ce qui concerne les purificateurs d’airs surtout si vous cherchez un modèle connecté.
  • Vous pouvez installer des détecteurs de substances spécifiques et/ou des dosimètres, comme pour le monoxyde de carbone ou le radon par exemple.

Comment lutter contre la pollution de l’air intérieur dans votre logement ?

purificateur d"air

Pour combattre les polluants dans votre logement, plusieurs solutions s’offrent à vous : 

  1. L’aération

Certes, vous avez peut-être entendu que l’air extérieur (avec son lot de particules de pots d’échappement, de fumées, de pesticides, etc.) peut être source de pollution de votre air intérieur. Mais pas au point de vous en passer ! Il est en effet recommandé d’aérer votre logement 10 minutes par jour au grand minimum, été comme hiver.

Pour cela, il vous suffit d’ouvrir vos fenêtres ! Ces aérations quotidiennes permettent de renouveler l’air intérieur et d’amoindrir le taux de concentration de polluants dans votre logement. 

Bien évidemment, pour une aération efficace, il est nécessaire de l’adapter à vos activités, qui peuvent créer une quantité plus ou moins importante de pollution. Vous avez prévu de faire le ménage ? De revoir la décoration et la peinture ? De faire sécher votre linge ? De transformer votre douche en bain de vapeur ? Si oui, il est recommandé d’aérer davantage et plus longtemps pendant et après ces actions polluantes.

  1. La ventilation

Non, la ventilation et l’aération ne désignent pas les mêmes choses ! La ventilation consiste à assurer une circulation permanente de l’air afin de le renouveler. Elle peut s’effectuer soit via un système d’entrée et de sortie de l’air (grilles et bouches d’aération), soit via des systèmes mécaniques (VMC, dispositif électrique de renouvellement).

Pour une aération efficace, il est recommandé de ne surtout pas boucher les grilles d’air de votre logement, ni d’installer un meuble ou un revêtement dessus. Veillez également à bien les entretenir en les nettoyant et dépoussiérant régulièrement (la fréquence habituelle est d’une fois par an environ). Pour la VMC, il vous suffit de ne pas bloquer le système, de l’activer régulièrement et de la faire vérifier tous les trois ans par un spécialiste.

A noter que pour être efficace, la ventilation doit aller de pair avec l’aération !

  1. Identification et action

Dernière astuce, mais non des moindres : pour abaisser le taux de pollution de l’air dans votre logement, il vous faut avant tout comprendre d’où vient la pollution. Le ministère des Solidarités et de la Santé donne 7 substances principales à examiner et sur lesquelles agir : 

  • Le tabac : fumez toujours à l’extérieur et demandez à vos invités de faire de même ;
  • Le monoxyde de carbone : respectez le mode d’emploi des appareils susceptibles de produire ce gaz (chauffe-eau, chaudière, chauffage d’appoint, groupe électrogène, etc.), ne bouchez jamais les aérations et aérez votre logement, faites ramoner vos conduits de cheminée, ne placez jamais de groupe électrogène dans votre habitation (même dans le garage ou la cave !).
  • Le randon : renseignez-vous pour savoir si vous habitez dans une région à risques. Si oui, mesurez-en la quantité chez vous à l’aide d’un dosimètre. En fonction du résultat, entreprenez des travaux pour vous protéger.
  • Les produits utilisés lors de travaux ou d’activités de bricolage : faites des pauses régulièrement pour vous aérer, aérez durant toute la durée des travaux ou du bricolage et après également, travaillez un maximum à l’extérieur, portez des protections (gants, masques, lunettes, etc.) lorsque vous utilisez des produits chimiques ou que vous poncez, veillez à bien refermer et ranger les produits chimiques dans un endroit aéré.
  • Les produits d’entretien : aérez toujours pendant et après vos séances de ménage, évitez un maximum les produits chimiques, abandonnez tous les parfums d’ambiance (bougies, encens, sprays, etc.) car ils peuvent contenir des produits toxiques, respectez toujours les doses et notices d’utilisation des produits, ne les mélangez surtout pas.

Et vous, quelles sont vos solutions pour dépolluer l’air intérieur de votre logement ?




Sources

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/pollution-et-sante/air/articles/qu-est-ce-que-la-pollution-de-l-air
https://www.maisonhabitatdurable-lillemetropole.fr/news/air-interieur-des-logements-bien-identifier-les-sources-de-pollution
https://docteurcoquelicot.com/2021/03/15/dou-vient-la-pollution-a-linterieur-de-nos-logements/
https://atmo-reunion.net/qu-est-ce-que-la-pollution-de-l-air-interieur
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_INPES_Pollution_de_l_air_interieur.pdf

Pendant que je vous ai sous la main, pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire sur notre newsletter? Simple et gratuit, votre email restera confidentiel c’est promis.

Je pourrai ainsi vous tenir au courant des nouveautés, bons plans et tout ce qui pourrait participer à votre bien-être. C’est par ici!

Contenu correspondant

Send this to a friend